Élevage bovin en Belgique et aux Pays-Bas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Taureau blanc bleu au pâturage.

L'élevage bovin en Belgique et aux Pays-Bas est lié au "plat pays", constitué de terres riches et bien arrosées, propices aux bovins. Ce dernier a pourtant dû cohabiter avec les cultures céréalières.

Origine et histoire[modifier | modifier le code]

Lakenvelder, une race néerlandaise ancienne en risque d'extinction.

C'est la région de naissance du grand rameau des races bovines du littoral de la mer du Nord[1]. Il comprend les races les plus exportées, et les plus productives. Le parfait exemple en est la holstein.
Selon Durand et Leveau[2], en Gaule du nord les Romains trouvèrent des bovins de plus grande taille que dans le sud. (Il faut garder en mémoire que la basse vallée du Rhin s'appelait à l'époque « Gaule Belgique »). Donc, dès l'Antiquité, la population bovine était grande, probablement due à son ancêtre, Bos primigenius, l'aurochs.
Au cours des siècles, des peuples ont traversé la région, s'y sont installés et leur bétail s'est métissé avec celui des autochtones. Au Moyen Âge, cette région devient très prospère avec le commerce des marchands flamands. Leur travail réclame des produits issus de la culture du sol : lin, chanvre pour la draperie, houblon et orge pour la brasserie... Pour cultiver ces grandes terres, des races équines puissantes sont utilisées. Ainsi, le cheptel bovin passe-t-il presque au second plan. C'est ce qui va faire sa force. Élevé sur des surfaces petites dans une région densément peuplée, la sélection commence très tôt. Les éleveurs recherchent à produire le plus de fromage possible avec le minimum de surface et le minimum de vaches. Ce travail mené pendant plus de mille ans va donner des races très spécialisées dans la production laitière.
Plus au sud, dans le massif ardennais, les chevaux sont utilisés pour le débardage et les parcelles cultivables sont petites à cause du relief. Le cheptel bovin devient un moyen de valoriser les zones non labourables, et les bœufs trouvent un emploi dans les labours. Dans cette région, quelques races vont être sélectionnées sur leur mixité.

Élevage actuel[modifier | modifier le code]

Vaches holstein en élevage intensif.

Il est marqué par une prépondérance laitière. La pie noire règne en maitre, ayant reléguée au second plan les autres races. La production sert à alimenter les industries laitière et fromagère.
Une race bouchère très spécialisée est alors apparue, la blanc bleu belge. Cette race issue d'une race mixte a été sélectionnée (à l'excès selon certains). Elle est une race destinée à valoriser les veaux de vaches laitières. Croisés avec la BBB, ils donnent des jeunes à la croissance exceptionnelle, et aux carcasses très recherchées en boucherie.

Races actuelles[modifier | modifier le code]

Traditionnelles[modifier | modifier le code]

Laitières[modifier | modifier le code]

Bouchères[modifier | modifier le code]

Importées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Babo "races bovines françaises" aux éditions France agricole. Introduction: les grandes familles bovines en Europe
  2. Aline Durand et Philippe Leveau, Les agricultures de la France méditerranéenne et le peuplement des campagnes à la fin de l'Antiquité et le haut Moyen Âge. L'apport des travaux archéologiques et de sciences de l'environnement durant les 20 dernières années, 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]