Élection municipale de 2014 à Besançon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2008 Blason ville fr Besançon (Doubs).svg à venir Suivant
Élections municipales de 2014 à Besançon
23 et 30 mars 2014
Électorat et résultats
Population  115 879
Inscrits  69 143
Votants au 1er tour 37 405
  
54,10 % Red Arrow Down.svg 1,6 %
Votants au 2e tour 39 538
  
57,18 % Green Arrow Up.svg 5,7 %
Jean-Louis Fousseret portrait.png
Jean-Louis Fousseret – PS
Voix au 1er tour 12 191 Red Arrow Down.svg 41,1 %
Voix au 2e tour 17 943 Green Arrow Up.svg 47,2 %
  
33,63 %
  
47,38 %
Conseillers 41
Jacques Grosperrin.jpg
Jacques Grosperrin – UMP
Voix au 1er tour 11 470
Voix au 2e tour 16 814 Green Arrow Up.svg 46,6 %
  
31,64 %
  
44,40 %
Conseillers 12
Silver - replace this image male.svg
Philippe Mougin – FN
Voix au 1er tour 4 263
Voix au 2e tour 3 106 Red Arrow Down.svg 27,1 %
  
11,76 %
  
8,20 %
Conseillers 2
Maire
Sortant
Élu
Jean-Louis Fousseret
Article général Pour un article plus général, voir Élections municipales de 2014 dans le Doubs.

L'élection municipale de 2014 à Besançon est un scrutin visant à élire les 55 conseillers municipaux et conseillers communautaires de la commune de Besançon pour un mandat de six ans, qui s'est tenue les 23 et 30 mars 2014.

Un nombre record de dix listes s'affrontent lors du premier tour. Trois listes se qualifient pour le second tour: celle du maire sortant Jean-Louis Fousseret (union de la gauche PS-PCF-EÉLV) arrivée en tête avec 33,63 % des suffrages exprimés, la liste d'union de la droite (UMP-UDI-MoDem) menée par Jacques Grosperrin (31,64 %) et la liste Front National de Philippe Mougin (11,76 %). Les listes du Front de Gauche d'Emmanuel Girod (7,12 %) et divers gauche de Frank Monneur (6,22 %) dépassent les 5 % nécessaires pour pouvoir fusionner.

Lors du second tour, la liste de Jean-Louis Fousseret arrive à nouveau à la première place (47,38 %) devant celles de Jacques Grosperrin (44,40 %) et de Philippe Mougin (8,20 %).

Jean-Louis Fousseret est réélu maire de Besançon lors du conseil municipal du 4 avril 2014 pour un troisième mandat consécutif.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin à Besançon est celui des villes de plus de 1 000 habitants : la liste arrivée en tête obtient la moitié des 55 sièges du conseil municipal. Le reste est réparti à la proportionnelle entre toutes les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés. Un deuxième tour est organisé si aucune liste n'atteint la majorité absolue et au moins 25 % des inscrits au premier tour. Seules les listes ayant obtenu aux moins 10 % des suffrages exprimés peuvent s'y présenter. Les listes ayant obtenues au moins 5 % des suffrages exprimés peuvent fusionner avec une liste présente au second tour.

Contexte[modifier | modifier le code]

Contexte électoral[modifier | modifier le code]

Contexte national[modifier | modifier le code]

Crise économique[modifier | modifier le code]
Impopularité de l'exécutif[modifier | modifier le code]
Affaires et défiance envers la politique[modifier | modifier le code]

Contexte local[modifier | modifier le code]

Bilan du maire sortant[modifier | modifier le code]
Dissidences à gauche et à droite[modifier | modifier le code]

Enjeux[modifier | modifier le code]

Candidats[modifier | modifier le code]

Un nombre record de dix listes participe à l'élection municipale de 2014 à Besançon: deux listes d'extrême gauche, cinq listes de gauche, deux listes de droite et une liste d'extrême droite.

Ismäel Boudjekada[modifier | modifier le code]

Ismaël Boudjekada, né le 10 juillet 1995 à Audincourt[1], est le plus jeune candidat tête de liste à la mairie de Besançon, âgé de seulement 18 ans au moment de l'élection municipale de 2014. Étudiant en première année de licence d'économie et de gestion à la faculté de Besançon, il suit également la classe préparatoire du lycée Louis Pergaud pour intégrer l’École Normale Supérieure[1]. Il est le président du Mouvement pour l’Eveil National (Mouv-En)[2] qu'il a fondé en juillet 2011[1]. Sa liste, baptisée Besançon Autrement, est composée pour plus de la moitié d'étudiants, présentant ainsi une moyenne d'âge de 27 ans[3]. Tous les membres de cette liste sont issus de la société civile.

Jean-Louis Fousseret[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Fousseret, né le 23 décembre 1946 à Besançon, se présente en tant que maire sortant élu pour la première fois en 2001 et réélu en 2008. Âgé de 67 ans au moment de l'élection municipale de 2014, il a été également conseiller municipal à plusieurs reprises entre 1983 et 2001, conseiller général du canton de Besançon-Planoise de 1988 à 2001 et député de la 1re circonscription du Doubs de 1997 à 2002. Membre du Parti socialiste, il se présente à la tête d'une liste d'union de la gauche baptisée Tous pour Besançon et composée de 28 membres du PS, 10 membres d'Europe Écologie Les Verts, 8 membres du Parti communiste français et 9 membres issus de la société civile[4].

Nicole Friess[modifier | modifier le code]

Nicole Friess, née le 22 août 1953, est âgée de 61 ans au moment de l'élection municipale de 2014. Candidate du parti d'extrême gauche Lutte ouvrière, elle s'était déjà présentée à l'élection municipale de 2008 lors de laquelle elle avait obtenu un score de 2,03 % des voix.

Emmanuel Girod[modifier | modifier le code]

Emmanuel Girod, né le 21 février 1968 à Besançon, est âgé de 46 lors de l'élection municipale de 2014. Exerçant le métier d'inspecteur du travail, il a été candidat présent sur les listes du Front de Gauche aux élections européennes de 2009 et aux élections régionales de 2010, et tête de liste aux élections cantonales de 2011 et aux élections législatives de 2012.

Jacques Grosperrin[modifier | modifier le code]

Jacques Grosperrin, né le 17 octobre 1955 à Baden-Baden (Allemagne), âgé de 58 ans lors l'élection municipale de 2014, scrutin auquel il se présente pour la première fois à Besançon. Il a auparavant été conseiller général du canton de Besançon-Est de 2001 à 2008, député de la 2e circonscription du Doubs de 2002 à 2007 et conseiller régional de Franche-Comté de 2004 à 2007 et depuis 2010. Membre de l'UMP, il se présente à la tête d'une liste d'union de la droite baptisée Besançon, il est temps et composée de 20 membres de l'UMP, 9 membres de l'UDI, 3 membres du MoDem et 23 membres issus de la société civile[5].

Lazhar Hakkar[modifier | modifier le code]

Lazhar Hakkar, médecin de 56 ans, est l'adjoint sortant chargé de la prévention, du contrat local de prévention et de sécurité et de la tranquillité publique.

Jean-François Humbert[modifier | modifier le code]

Jean-François Humbert, né le 17 octobre 1952 à Besançon, âgé de 61 ans en date de l'élection municipale de 2014, est sénateur du Doubs élu en 1998 et réélu en 2008[6]. Ancien membre du conseil régional de Franche-Comté de 1986 à 2010 dont il a assuré la présidence entre 1998 et 2004, il a par ailleurs exercé le mandat de conseiller général du canton du Russey. D'abord affilié à l'UDF, il devient membre de l'UMP en 2002 qu'il quitte en 2010 tout en restant membre du groupe UMP au Sénat. Sa liste divers droite intitulée Besançon au centre présente une moyenne d'âge est de 57 ans[7]: on y retrouve notamment deux conseillères municipales d'opposition sortantes, Monique Ropers et Martine Jeannin.

Frank Monneur[modifier | modifier le code]

Frank Monneur, professeur d'histoire-géographie âgé de 43 ans, qui siègeait depuis 2001 dans la majorité municipale auprès du maire PS Jean-Louis Fousseret, a décidé de se présenter après qu'il ne figurait pas sur la liste de ce dernier. En compagnie de Didier Gendraud, également adjoint au maire sortant non reconduit dans la liste de M. Fousseret, il a constitué une liste dénommée Besançon Générations citoyennes se revendiquant hors de toute étiquette politique et dont la moyenne d'âge est de 39 ans[8].

Philippe Mougin[modifier | modifier le code]

Philippe Mougin, né le 25 janvier 1960 à Besançon[9], est âgé de 54 ans au moment de l'élection municipale. Ancien adjudant de gendarmerie, il devient membre du Front National en 2010 et est novice en politique, n'ayant exercé aucun mandat jusqu'alors[10].

Apolline Trioulaire[modifier | modifier le code]

Apolline Trioulaire, dentiste de 27 ans née à Besançon, rejoint le Parti Ouvrier Indépendant en 2008 dont elle est secrétaire du comité local de Besançon et du comité départemental[11]. Elle s'était déjà présentée comme colistière de Daniel Jeannin dans la quatrième circonscription du Doubs lors des élections législatives de 2012.

Sondages[modifier | modifier le code]

Premier tour[modifier | modifier le code]

Institut Date Échantillon Friess
LO
Trioulaire
POI
Girod
FG
Fousseret
PS - EELV - PCF
Hakkar
DVG
Monneur
DVG
Boudjekada
DVG
Humbert
DVD
Grosperrin
UMP - UDI - MoDem
Mougin
FN
Ipsos 12 au 13 mars 2014 604 1,5 % 0,5 % 8 % 36 % 2 % 3 % 3 % 4 % 31 % 11 %

Second tour[modifier | modifier le code]

Duel entre Jean-Louis Fousseret et Jacques Grosperrin[modifier | modifier le code]

Institut Date Échantillon Fousseret
PS - EELV - PCF
Grosperrin
UMP - UDI - MoDem
Ipsos 12 au 13 mars 2014 604 54 % 46 %

Triangulaire Fousseret-Grosperrin-Mougin[modifier | modifier le code]

Institut Date Échantillon Fousseret
PS - EELV - PCF
Grosperrin
UMP - UDI - MoDem
Mougin
FN
Ipsos 12 au 13 mars 2014 604 52 % 38 % 10 %

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

Thèmes de campagne[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Fiscalité[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Polémiques[modifier | modifier le code]

L'« affaire Bisonpeint »[modifier | modifier le code]

Le 8 janvier 2014, un blog local intitulé le bisonteint[12] révèle qu'un blog parodique imitant son propre blog, dénommé le bisonpeint et présentant un contenu satirique et critique envers les candidats de droite et du centre, a été créé par la compagne d'un proche collaborateur et membre du cabinet du maire-candidat de Besançon[13]. L'information est reprise rapidement par plusieurs médias locaux dont le journal quotidien L'Est Républicain[14], la chaîne de télévision régionale France 3 Franche-Comté[14] ou encore la station de radio France Bleu Besançon qui y consacre une partie de son forum de la presse du 10 janvier 2014[15]. L'opposition de droite visée par le blog parodique réagit fermement, d'abord par le biais de déclarations et communiqués de presse[16], puis le 6 mars 2014 par une plainte déposée devant le parquet de Besançon pour prise illégale d’intérêt et détournement de fonds publics[17], plainte classée sans suite le 31 mars 2014 par le procureur Alain Saffar[18].

Affaires de mœurs[modifier | modifier le code]

La campagne du maire socialiste sortant Jean-Louis Fousseret est perturbée par des faits divers portant sur des affaires de mœurs dans les semaines précédant l'élection municipale. Fin janvier 2014, un conseiller municipal de son équipe est placé en garde à vue pour exhibitionnisme, le maire décide alors de lui retirer sa délégation et l'invite à démissionner[19]. Le 13 février 2014, la ville se voit obligée de rappeler plusieurs milliers de clés USB qui avait été distribuées aux écoliers de CE2 et dont certaines contenaient des liens renvoyant vers des sites pornographiques[20]. Enfin, le journal mensuel local La Presse Bisontine titre en une de son numéro de mars 2014 « Un membre de l'équipe Fousseret. Après l'exhibitionniste, l'"acteur" porno ! » et révèle dans un article qu'un élu écologiste vice-président de la communauté d'agglomération du Grand Besançon a tourné dans une vidéo pornographique mis en ligne sur des sites Internet spécialisés[21]. Le maire de Besançon réagit sur sa page Facebook[22] par un billet daté du 19 février 2014 dans lequel il « fustige ces méthodes qui n’ont qu’un objectif et un effet : polluer la campagne électorale, instiller le doute permanent, détourner les Bisontines et les Bisontins des vrais débats d’idées. »[23].

Inégalité du traitement médiatique[modifier | modifier le code]

Le candidat Ismaël Boudjekada organise un sit-in devant les locaux de la télévision France 3 Franche-Comté puis entame une grève de la faim devant la mairie à partir du 4 mars 2014 pour protester contre la décision de la chaîne de ne convier que six des dix têtes de liste pour le débat télévisé du premier tour, auquel lui-même ne participera pas[24].

Débats[modifier | modifier le code]

Débat du premier tour[modifier | modifier le code]

Le débat du premier tour a eu lieu le samedi 8 mars 2014 sur le plateau de l'émission La voix est libre[25] diffusée sur la chaîne de télévision régionale France 3 Franche-Comté. Il a opposé six des dix têtes de listes en présence : les candidats de gauche Emmanuel Girod, Philippe Monneur et Jean-Louis Fousseret et les trois candidats de droite Jean-François Humbert, Jacques Grosperrin et Philippe Mougin. Trois des quatre candidats non invités ont enregistré un message d'une minute diffusé lors de l'émission. Durant la première partie, chaque candidat a présenté ses motivations pour se présenter et s'est exprimé sur les quatre thèmes que sont la fiscalité, la sécurité, le commerce et l'attractivité du centre-ville et enfin l'emploi et l'économie. Durant la deuxième partie du débat, le rédacteur en chef adjoint de la station de radio France Bleu Besançon a interpellé les candidats sur une spécificité de leur candidature ou de leur programme : Jacques Grosperrin (UMP) a été interrogé sur son projet de smart city, Frank Monneur sur le bilan de la majorité sortante dont il faisait partie, Philippe Mougin (FN) sur sa conception de la laïcité à la cantine, Jean-Louis Fousseret sur une éventuelle extension du réseau bisontin de tramway, Emmanuel Girod (FG) sur la gratuité de l'eau et des transports publics et Jean-François Humbert (DVD) sur son positionnement politique par rapport au candidat officiellement investi par la droite.

Débat du second tour[modifier | modifier le code]

Le débat du second tour diffusé le jeudi 27 mars 2014 sur France 3 Franche-Comté oppose les trois têtes de liste qualifiées pour le second second tour, Jean-Louis Fousseret, Jacques Grosperrin et Philippe Mougin[26].

Résultats[modifier | modifier le code]

  • Maire sortant : Jean-Louis Fousseret (PS)
  • 55 sièges à pourvoir (population légale 2011 : 115 879 habitants)
Résultats de l'élection municipale des 23 et 30 mars 2014 à Besançon[27]
Tête de liste Liste Premier tour Second tour Sièges
Voix % Voix %
Jean-Louis Fousseret * PS-PCF-EELV 12 191 33,63 17 943 47,38 41
Tous pour Besançon
Jacques Grosperrin UMP-UDI-MoDem 11 470 31,64 16 814 44,40 12
Besançon. Il est temps.
Philippe Mougin FN 4 263 11,76 3 106 8,20 2
Besançon bleu Marine
Emmanuel Girod FG 2 582 7,12
À gauche toute. Place au peuple
Frank Monneur DVG 2 255 6,22
Besançon générations citoyennes
Jean-François Humbert UMP diss. 1 452 4,01
Jean-François Humbert - Besançon au centre
Lazhar Hakkar DVG 899 2,48
Besançon ambitieuse solidaire et fraternelle
Nicole Friess LO 518 1,43
Lutte ouvrière faire entendre le camp des travailleurs
Apolline Trioulaire POI 354 0,98
Unité et résistance contre l'austérité
Ismäel Boudjekada DVG 264 0,73
Besançon autrement
Inscrits 69 143 100,00 69 146 100,00
Abstentions 31 738 45,90 29 608 42,82
Votants 37 405 54,10 39 538 57,18
Blancs et nuls 1 157 3,09 1 675 4,24
Exprimés 36 248 96,91 37 863 95,76
* Liste du maire sortant

Les élus[modifier | modifier le code]

Composition du conseil municipal par tendance politique

  •      PS - 20 élus (36,4%)
  •      EELV - 9 élus (16,4%)
  •      SC - 8 élus (14,5%)
  •      PCF - 6 élus (10,9%)
  •      UMP - 6 élus (10,9%)
  •      MoDem - 2 élus (3,6%)
  •      UDI - 2 élus (3,6%)
  •      FN - 2 élus (3,6%)

Le maire[modifier | modifier le code]

Lors de la séance du conseil municipal du 4 avril 2014, deux candidats se présentent au poste de maire de Besançon: Jean-Louis Fousseret, maire sortant et tête de liste PS-PCF-EELV, et Philippe Mougin, tête de liste FN. Jean-Louis Fousseret est élu maire par 41 voix contre deux voix pour Philippe Mougin et 11 bulletins blancs.

Les seize adjoints[modifier | modifier le code]

Au nombre de 21 sous la mandature précédente (2008-2014), les adjoints ne sont plus que 16 pour la nouvelle mandature (2014-2020).

Les seize adjoints du maire de Besançon pour la mandature 2014-2020
Rang Identité Appartenance Attribution
1 Danielle Dard SC Solidarités, coordination des élus, lutte contre les discriminations, égalité des chances et droit des femmes.
2 Nicolas Bodin PS Urbanisme et aménagement urbain, grands travaux.
3 Anne Vignot EÉLV Environnement, cadre de vie et transition énergétique.
4 Christophe Lime PCF Eau et assainissement.
5 Danielle Poissenot PS Prévention, sécurité et tranquillité publique.
6 Abdel Ghezali PS Sports.
7 Marie Zehaf PS Voirie, espace public.
8 Patrick Bontemps PS Culture et patri­moine.
9 Anne-­Sophie Andriantavy PS Démocratie participative.
10 Yves-­Michel Dahoui PS Famille, éducation, petite enfance et jeunesse.
11 Carine Michel PS Personnel, formalités administratives et relation avec les cultes.
12 Cyril Devesa EELV Santé, hygiène, prévention sanitaire.
13 Catherine Thiébaut EELV Bâtiments, coût global, parc auto logistique.
14 Jean-Sébastien Leuba PS Vie des quartiers et vie associative.
15 Solange Joly PCF Relations internationales.
16 Thierry Morton PS Commerce artisanat, tourisme et congrès.
* Conseiller municipal sortant

Les conseillers municipaux[modifier | modifier le code]

Les conseillers municipaux de Besançon pour la mandature 2014-2020
Groupe Nombre Identité des conseillers municipaux
Majorité PS 9 Pascal Curie, Emmanuel Dumont, Fanny Gerdil-Djaouat, Myriam El Yassa, Béatrice Falcinella, Michel Loyat, Yannick Pouget, Dominique Schauss, Sylvie Wanlin
EÉLV 6 Éric Alauzet, Claudine Caulet, Pauline Jeannin, Anthony Poulin, Françoise Presse, Rémi Sthal
PCF 4 Thibaut Bize, Émile Briot, Elsa Maillot, Lætitia Simon
SC 5 Frédéric Allemann, Guerric Chalnot, Rosa Rebrab, Karima Rochdi, Ilva Sugny
Opposition UMP-SC 8 Pascal Bonnet, Marie-Laure Dalphin, Ludovic Fagaut, Jacques Grosperrin, Michel Omouri, Sophie Peseux, Mina Sebbah, Michel Vienet
Modem 2 Laurent Croizier, Odile Faivre-Petitjean
UDI 2 Catherine Comte-Deleuze, Philippe Gonon
FN 2 Philippe Mougin, Julien Acard
* Conseiller municipal sortant

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Qui suis-je? », sur le site boudjekada2014.eu (consulté le 5 avril 2014)
  2. « Page d'accueil », sur le site du Mouvement pour l’Éveil National (consulté le 5 avril 2014)
  3. « Municipales 2014 : les 55 noms de la liste d'Ismaël Boudjekada », sur le site d'information macommune.info (consulté le 5 avril 2014)
  4. « Municipales 2014 : les 55 visages de la liste de Jean-Louis Fousseret », sur le site d'information macommune.info (consulté le 5 avril 2014)
  5. « Municipales 2014 : les 55 noms de la liste de Jacques Grosperrin », sur le site d'information macommune.info (consulté le 1 mai 2014)
  6. « HUMBERT Jean-François », sur le site officiel du Sénat www.senat.fr (consulté le 2 mai 2014)
  7. « Municipales : les 55 noms de la liste de Jean-François Humbert », sur le site d'information macommune.info (consulté le 2 mai 2014)
  8. « Municipales 2014 : les 55 noms de la liste de Franck Monneur et Didier Gendraud », sur le site d'information macommune.info (consulté le 2 mai 2014)
  9. « Bio express », sur le site estrepublicain.fr (consulté le 1 mai 2014)
  10. « Le FN compte bien troubler le jeu à Besançon », sur le site estrepublicain.fr (consulté le 1 mai 2014)
  11. « Article de l'Est Républicain », sur le site poi2besancon.wordpress.com (consulté le 1 mai 2014)
  12. « Page d'accueil », sur le blog le bisonteint' (consulté le 2 mai 2014)
  13. « Bison Peint : suite de l’enquête et révélation », sur le blog le bisonteint' (consulté le 2 mai 2014)
  14. a et b « Article Besançon: parfum de scandale dans la blogosphère », sur le site du quotidien L'Est Républicain (consulté le 2 mai 2014)
  15. « Le forum de la presse », sur le site de la radio France Bleu Besançon (consulté le 2 mai 2014)
  16. « Un blog parodiant la droite bisontine rappelle à Jacques Grosperrin « les plus sordides moments de notre Histoire » », sur le blog politique de France 3 Franche-Comté (consulté le 2 mai 2014)
  17. « La plainte qui tombe à pic : à Besançon, la droite replace un blog satirique dans la campagne », sur le blog politique de France 3 Franche-Comté (consulté le 2 mai 2014)
  18. « Affaire Bisonpeint : la plainte classée sans suite », sur le site d'information macommune.info (consulté le 2 mai 2014)
  19. « Besançon : un élu sera jugé pour exhibition sexuelle », sur le site du quotidien Le Parisien (consulté le 2 mai 2014)
  20. « Besançon : la clé USB destinée aux élèves renvoie vers un site porno », sur le site du journal Le Parisien (consulté le 3 mai 2014)
  21. « La Presse Bisontine n°152 - Mars 2014 » [PDF], sur le site du journal La Presse Bisontine (consulté le 3 mai 2014)
  22. « Page Facebook du maire de Besançon Jean-Louis Fousseret », sur le site Facebook (consulté le 3 mai 2014)
  23. « Municipales : la vidéo porno dont l'élu est le héros », sur le site du journal Metronews (consulté le 3 mai 2014)
  24. « Candidat aux élections municipales à Besançon, Ismaël Boudjekada va entamer une grève de la faim », sur le site d'information macommune.info (consulté le 3 mai 2014)
  25. « Page de l'émission La voix est libre », sur le site de la chaine de télévision France 3 Franche-Comté (consulté le 3 mai 2014)
  26. « Besançon – Belfort : deux débats très tendus sur France 3 Franche-Comté », sur le blog politique de France 3 Franche-Comté (consulté le 2 mai 2014)
  27. Résultats du 1er tour pour la commune Besançon

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :