Élections municipales algériennes du 21 juin 1990

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les élections municipales algériennes du 21 juin 1990 sont les premières élections municipales pluralistes de l'Histoire algérienne, le FIS obtient 54,3% des suffrages exprimés, et remporte la majorité dans les grandes villes. Il se pose en seul concurrent d'une armée dont la vitrine politique, le FLN, mord la poussière en ne recueillant que 28,1% des suffrages. Le FIS, dirigé surtout par des élites « arabophones » non cooptées par le pouvoir et bloquées dans leur ascension sociale, est ainsi parvenu à capitaliser l'immense frustration d'une majorité d'Algériens. Au lendemain de la victoire des élections, les islamistes ont procédé à débaptiser les frontons des mairies qu'ils ont gagné à travers tout le territoire nationale par l'inscription « Municipale islamique » à la place de la devise républicaine « Révolution par le peuple et pour le peuple »

Résultat des Assemblées Populaires Communales[modifier | modifier le code]

Partis Nombre de voix Pourcentage des voix
FIS 4,331,472 54.3%
FLN 2,245,798 28.1%
RCD 166,104 2.1%
PNSD 131,100 1.6%
Other parties 179,036 2.2%
Independents 931,278 11.7%
Total 7,984,788 100%