Élections législatives vanuataises de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2008 Drapeau du Vanuatu 2016 Suivant
Élections législatives vanuataises de 2012
30 octobre 2012
Edward Natapei 2009.jpg
Edward NatapeiVanua'aku Pati
Sièges obtenus 8 Red Arrow Down.svg 3
Sato Kilman (cropped).jpg
Sato KilmanParti progressiste populaire
Sièges obtenus 6 Green Arrow Up.svg 2
Defaut.svg
Serge VohorUnion des partis modérés
Sièges obtenus 5 Red Arrow Down.svg 2
Premier ministre
Sortant
Élu

Des élections législatives se sont tenues au Vanuatu le 30 octobre 2012[1],[2],[3],[4]. Les résultats définitifs ne sont connus que la semaine suivante[5].

Le premier ministre est choisi par le nouveau Parlement le 19 novembre[6]. Il y a deux candidats. Le premier ministre sortant, Sato Kilman, est maintenu à son poste, ayant pu constituer une majorité parlementaire. Il reçoit l'appui de 29 députés (lui-même compris). Son rival Edward Natapei est soutenu par 23 députés (lui-même compris)[7]. Par ailleurs, George Wells (Parti progressiste populaire) est élu Président du Parlement, également par 29 voix contre 23 (pour Tony Wright de l'Union des partis modérés)[8].

Un électeur dans l'isoloir.

Système électoral[modifier | modifier le code]

Il s'agit de renouveler l'ensemble des cinquante-deux sièges du Parlement (monocaméral). Les députés sont élus au suffrage universel direct par les citoyens, dans des circonscriptions électorales élisant chacune entre un et sept représentants au vote unique non transférable. Le mandat de chaque législature est de quatre ans[9],[10]

Après l'élection, les nouveaux députés choisiront alors un premier ministre, ou bien renouvelleront leur confiance dans le premier ministre sortant, Sato Kilman.

Partis et candidats[modifier | modifier le code]

Partis et dirigeants[modifier | modifier le code]

Depuis les élections de 1987, aucun parti n'a pu remporter une majorité absolue de sièges au Parlement, en raison de la fragmentation et de la multiplication des partis politiques. La composition du prochain gouvernement dépendra donc de la coalition qui se mettra en place, en fonction des forces en présence.

Le premier ministre sortant, Sato Kilman, du Parti progressiste populaire, dirige actuellement un gouvernement de coalition intégrant des ministres du Parti national unifié, de l'Union des partis modérés (dissidents), du Vanua'aku Pati, du Parti républicain et de la Confédération verte (ainsi qu'un député sans étiquette, Don Ken)[11]. Tous les partis ayant au moins deux députés sont ainsi représentés au gouvernement[12]. Chaque parti devrait présenter ses propres candidats.

Le Vanua'aku Pati et l'Union des partis modérés étaient initialement les deux grands partis du pays - le premier étant principalement anglophone et se réclamant d'un socialisme mélanésien, tandis que le second, francophone, était davantage conservateur. Ces différences se sont quelque peu estompées, permettant aux partis de se retrouver au sein d'un même gouvernement. Ces deux mouvements ont en outre connu des sécessions ; le Parti national unifié et le Parti républicain, notamment, étaient à l'origine des factions dissidentes du Vanua'aku Pati et de l'UPM, respectivement. Le Parti progressiste mélanésien est également le fruit de dissidents ayant quitté le Vanua'aku Pati[13].
Le Parti national unifié présente 21 candidats à cette élection, dont une femme (Jennifer Manua, dans la circonscription des îles du sud). Parmi les autres candidats de ce parti, Bruno Lengkon, célèbre producteur et présentateur à Radio Vanuatu, se présente à Ambrym[14].

En amont de cette élection, le Vanua'aku Pati est à nouveau divisé. L'un de ses députés, Harry Iauko, n'en reconnaît pas la direction, revendiquant celle-ci pour lui-même. Il est soutenu par le député Willie Reuben Abel[15],[16]. Iauko et ses partisans, n'ayant pas pu s'approprier l'étiquette du parti pour l'élection, se présentent finalement sous l'étiquette « Groupe Iauko »[17].

L'Union des partis modérés est également divisée. Certains de ses députés ayant rejoint le gouvernement Kilman contre la volonté de la direction du parti, ils furent exclus du parti fin 2011 (décision confirmée par un congrès du parti en février 2012). Il s'agit de Steven Kalsakau (ministre des Terres), Charlot Salwai (ministre de la Justice) et du simple député Raphael Worwor, qui se retrouvèrent ainsi sans étiquette[18]. Ces dissidents songèrent un temps à rejoindre la Confédération verte, puis annoncèrent qu'ils constituaient un nouveau mouvement appelé « UPM pour le changement »[19]. Début septembre 2012, la Cour suprême leur interdit d'utiliser l'étiquette « UPM », de quelque manière que ce soit[20]. Ils se présentent finalement sous l'étiquette « Mouvement de réunification pour le changement » (RMC).

Maxime Carlot Korman, à la tête du Parti républicain, fut exclu du Parlement en novembre 2011 en raison de « décisions anticonstitutionnelles » qu'il avait prises lorsqu'il était président du Parlement. Il était à ce moment le vétéran du Parlement - le seul député à avoir été élu et réélu sans discontinuité depuis la première élection législative en 1979, à la veille de l'indépendance. Il avait été le premier francophone à accéder au poste de premier ministre, en 1991. En mars 2012, il fut évincé de la tête du parti[21].
En août 2012, cinq jours avant la dissolution du Parlement, il fut réadmis à occuper son siège au Parlement[22]. Pour les législatives de 2012, il fonda un nouveau parti moins d'un mois avant le scrutin : le Parti démocrate du Vanuatu[23],[24]. Il se présente dans la circonscription d'Éfaté, où il affrontera son neveu Alfred Carlot. Ce dernier y avait été élu en 2008 sous les couleurs du Parti républicain, avant de le quitter pour fonder le Parti Natatok démocrate populaire et autochtone, faisant ainsi perdre un siège aux Républicains[25].
C'est Marcellino Pipite qui mène le Parti républicain à ces élections[26].

Nagriamel est l'un des rares mouvements politiques datant de l'ère coloniale, étant apparu dans les années 1960. Concentré sur l'île d'Espiritu Santo, il n'a jamais eu plus d'un député, jusqu'à ce qu'il en obtienne un second, Yoan Simon, grâce à une élection partielle en 2009. Simon fut toutefois bientôt exclu du parti pour avoir apporté son soutien au gouvernement, et rejoignit alors le Parti travailliste[27],[28],[29]. Nagriamel présente six candidats, dont quatre à Santo[30]. La Fédération Vemarana, autrefois mouvement sécessionniste lié à Nagriamel, est représentée dans cette élection par un unique candidat, Yankee Stevens, fils de Jimmy Stevens, le fondateur des deux mouvements à la fin de la période coloniale[30].

Namangi Aute est un mouvement régionaliste de Malekula, datant également de l'ère coloniale, et représenté depuis 2002 par un unique député, Paul Telukluk[13]. Il devait présenter trois candidats à cette élection[31], mais Telukluk rejoignit finalement le Mouvement de réunification pour le changement, et Namangi Aute ne présenta aucun candidat[17].

Le Parti travailliste, à l'instar de ses homonymes dans d'autres pays, constitue la branche politique d'organisations syndicales. Il est représenté depuis 2005 par un unique député, Joshua Kalsakau ; en juillet 2009, le député Yoan Simon rejoignit le parti, lui apportant pour la prmière fois un second député. En avril 2011, c'était au tour du député Samson Samsen (élu sous l'étiquete des Républicains) de rejoindre les rangs des Travaillistes[29],[13].

Ralph Regenvanu, ministre de la Justice et des Affaires sociales évincé du gouvernement en janvier 2012 pour s'être opposé à l'entrée du pays dans l'Organisation mondiale du commerce, présentera des candidats du Parti de la terre et de la justice, qu'il a fondé en novembre 2010 et dont il est pour le moment l'unique député[2],[32].

Willie Jimmy, ancien ministre des Finances et ambassadeur en République populaire de Chine, candidat malheureux aux élections de 2008 sous la bannière du Parti national unifié, a fondé, en juin 2012, le Parti libéral de Vanuatu, et compte présenter douze candidats à travers le pays. Le parti défend une libéralisation accrue de l'économie[33].

Daniel Molisa, chef coutumier, a lancé en juillet 2012 le Parti de l'Alliance démocratique et de la libération pour le changement du Vanuatu, pour prendre part aux élections[34].

Le Parti pour le développement progressiste du Vanuatu a été fondé en mai 2011 par Robert Bohn, « investisseur » américain naturalisé vanuatais. L'objectif affiché du parti est de « répondre au besoin de développement de la population dans le secteur rural sans l'aide du gouvernement national »[35]. Bohn est le seul candidat de son parti à l'élection[36],[37].

Annonce des candidats[modifier | modifier le code]

Le 11 octobre, la Commission électorale annonce la liste des 174 candidatures validées. À la surprise générale, la liste omet le premier ministre Sato Kilman, l'ancien premier ministre Barak Sopé, l'ancien président du Parlement Dunstan Hilton, ou encore l'ancien ambassadeur vanuatais en République populaire de Chine Willie Jimmy. La Commission précise que ces personnes (entre autres) doivent régler diverses dettes envers l'État dans les soixante-douze heures pour que leurs candidatures soient validées[38],[39]. Cette même journée, Sato Kilman paie la somme de 13 000 000 vt (≈110 000 €), correspondant à ses loyers impayés pour logement public depuis 1994[40].

La liste finale contient 346 candidats, représentant 32 partis politiques ; 65 de ces candidats sont sans étiquette. L'Union des partis modérés présente le plus de candidats (30), suivie par le Vanua'aku Pati (28)[41]. Parmi les 346 candidats, 17 sont des femmes - dont la seule députée sortante, Eta Rory (représentant maintenant le Parti travailliste)[42]. Kilman, Sopé, Hilston et Jimmy sont tous inclus sur la liste des candidats[36].

Campagne[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

Un électeur montre sa carte électorale.

Pour la première fois, des réunions sont organisées dans diverses circonscriptions pour permettre aux électeurs d'interpeller leurs députés, et à ceux-ci de débattre en public en amont de l'élection. Ces réunions / débats sont retransmis à la radio et à la télévision[43],[44].

Le 24 octobre, le théâtre Wan Smolbag et le Pacific Institute of Public Policy (en) organisent un débat entre les dirigeants ou représentants de dix partis. Ce débat, « le premier de ce genre au Vanuatu », permet au modérateur (Kiery Manassah) d'interroger les candidats sur leurs propositions en matière de santé, d'éducation et de politique économique. Il est transmis en direct à la télévision et à la radio, et retransmis une nouvelle fois trois jours plus tard. L'Institut dit toutefois regretter, après le débat, que la majorité des candidats se soient contentés de généralités plutôt que d'expliquer en détail la mise en pratique de leurs propositions. Participent au débat : Jeff Joel Patunvanu (Nagriamel), Wendy Himford (Parti chrétien-démocrate), Reith Bule (Parti populaire des villageois du Vanuatu), Silas Hakwa (Parti de l'action populaire), Williamson Obed Naros (Parti du développement progressiste du Vanuatu), Daniel Molisa (Parti libéral pour le changement et Alliance démocratique du Vanuatu), Ati George Sokomanu (Parti présidentiel du Vanuatu), Barak Sopé (Parti progressiste mélanésien), Ralph Regenvanu (Parti Terre et Justice), et George Nipiku (Association populaire Nasuman)[45].

En outre, le Pacific Institute of Public Policy publie (en bichelamar, puis également en anglais) un comparatif des propositions des vingt-trois partis avec lesquels l'Institut a pu s'entretenir, en matière de politiques d'économie, de santé, d'éducation, de réforme gouvernementale, de décentralisation et de politique concernant la propriété et l'usage de la terre. L'Institut note également si les partis ont des propositions détaillées sur tel ou tel sujet, ou bien uniquement des affirmations de principes. Ainsi, par exemple, le Parti républicain apparaît comme le seul ayant des propositions concrètes concernant l'enseignement en école maternelle ; seul le Parti national unifié propose des mesures détaillées sur la construction ou l'équipement des hôpitaux ; et seul le Parti terre et justice s'engage de manière précise sur la formation des personnels de santé[46],[47].

La campagne officielle démarre le 10 octobre, date de la publication de la liste des candidats par la commission électorale, et s'achève le 24, une semaine avant le scrutin[48].

Les thèmes de campagne incluent « la question foncière et les transactions qui y sont liées », notamment la question de la vente controversée de terres à des compagnies étrangères, et « l’insécurité (et les évasions à répétitions de prisonniers, souvent suivies de vagues de criminalité de plus en plus grave) »[48].

Propositions par parti[modifier | modifier le code]

Les propositions formulées par les différents partis incluent les promesses ou idées suivantes[49] :

Vanua'aku Pati
Développer l'Aéroport international Santo-Pekoa afin qu'il reçoive des vols directs depuis l'Asie ; établir une politique permettant à la Banque nationale de Vanuatu d'apporter des services de microfinance aux personnes souhaitant se lancer dans l'industrie du tourisme ; examiner les modalités possibles de mise en place d'un système d'assurance de santé ; légiférer pour établir la transparence sur les revenus des partis politiques.

Parti national unifié
Moderniser l'Aéroport international Bauerfield ; proposer que le volcan Yasur soit inscrit au Patrimoine mondial ; établir un Département du Commerce extérieur ; signer les Accords de partenariat économique avec l'Union européenne et ratifier PACER-Plus (en) ; adopter une loi sur le commerce équitable ; adopter une loi de contrôle de la qualité des produits dans le commerce ; établir des compagnies de prêt provinciales ; établir un centre de formation à l'entreprise ; établir un hôpital à Torba ; établir des services de soins dentaires dans toutes les provinces ; permettre au Malvatumauri, au Conseil national des femmes de Vanuatu et à chaque province de voter au Parlement ; préserver les zones côtières face au développement ; mettre en place un audit des locations de terres pour garantir le respect de la loi ; établir un service de conseil en développement pour les propriétaires (coutumiers) des terres ; garantir et protéger la propriété coutumière des terres.

Terre et Justice
Se retirer des négociations sur les accords commerciaux tels que PACER-Plus (en), les Accords de partenariat économique avec l'Union européenne, ou les accords commerciaux du Groupe mélanésien Fer de lance ; imposer à tout investissement étranger un partenariat de coentreprise avec propriété vanuataise à hauteur de 50 % minimum ; interdire tout nouveau commerce de gros ou commerce de détail étranger et réguler les commerces étrangers existants ; faire de l'accès à l'eau potable une priorité ; légiférer pour établir la transparence sur les revenus des partis politiques ; réserver aux femmes un tiers des sièges au Parlement et aux conseils provinciaux et municipaux ; garantir et protéger la propriété coutumière des terres ; légiférer pour protéger les espaces verts à Port Vila et Luganville ; établir une unité d'investigation des accords fonciers traités par les Ministres des Terres précédents ; appliquer le rapport de la Commission d'étude sur la décentralisation de 2009.

Confédération verte
Garantir le paiement des salaires des personnels de santé.

Parti progressiste populaire
Réduire le nombre de sièges au Parlement ; accroître les allocations des députés ; allonger la législature à cinq ans ; permettre la vente de terres.

Nagriamel
Établir un port de pêche dans le nord du pays ; établir une seconde chambre au Parlement.

Parti travailliste
Établir un centre spécialisé en santé mentale.

Parti républicain
Accroître les allocations des députés ; allonger la législature à cinq ans.

Parti démocrate libéral
Moderniser l'Aéroport international Bauerfield ; mettre en place un système d'assurance de santé ; établir des contrôles 'frontaliers' entre les zones rurales et urbaines pour restreindre l'urbanisation.

Mouvement de réunification pour le changement
Interdire tout nouveau commerce de gros ou commerce de détail étranger et réguler les commerces étrangers existants ; établir un câble de télécommunications sous-marin pour connecter les provinces ; améliorer et étendre le réseau routier ; établir la gratuité des services de santé ; réduire de 20 % les dépenses dans les services publics.

Parti Natatok
Établir la gratuité des services hospitaliers pour les mineurs et pour les personnes de plus de 55 ans ; accroître les allocations des députés.

Des électeurs attendent pour voter.
Une électrice s'apprête à voter.

Scrutin[modifier | modifier le code]

Il y a 192 632 inscrits sur les listes électorales - un chiffre qu'interroge Transparency International, puisque cela correspond environ à 80 % de la population, alors que « c'est l'une des plus jeunes populations du monde »[50]. Avec 121 792 votants, le taux de participation est de 63 %. Il est plus élevé dans les zones rurales que dans les deux villes (Port Vila et Luganville, où il dépasse à peine 50 %[51].

Un petit nombre d'observateurs électoraux sont envoyés par l'Australie, la Chine, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'Union européenne, pour suivre le déroulement du scrutin dans les principales îles : Éfaté, Santo et Tanna[50].

À Santo, certains bureaux de vote sont fermés en raison de fortes pluies, et l'élection a lieu le 31[5].

Résultats[modifier | modifier le code]

Les résultats officiels sont constatés le 6 novembre 2012 et publiés le lendemain[52].

Comme à l'accoutumée depuis les années 1990, aucun parti ne s'approche de la majorité absolue des sièges (27) ; le Vanua'aku Pati, en tête, n'en obtient que 8. Un gouvernement de coalition doit donc être formé. Le Pacific Institute of Public Policy publie, après l'annonce prévisionnelle des résultats, un « jeu de construction d'une coalition », permettant aux utilisateurs de faire glisser les différents partis sur les bancs du gouvernement ou de l'opposition jusqu'à ce que suffisamment de partis soient réunis pour former une majorité[53]. Le 6 novembre 2012, un « Mémorandum de compréhension » est signé par neuf partis, essentiellement issus de la majorité sortante, dans le but de constituer une coalition : le PPP, le PNU, la Confédération verte, le Nagriamel, le Groupe Iauko, le Natatok, le Parti républicain, le Parti national et le PDPV. Une telle alliance, avec 24 sièges, n'atteint pas encore la majorité absolue nécessaire[54]. Celle-ci est finalement dépassée par le ralliement également du Mouvement de réunification pour le changement (dissidents de l'UPM) de Charlot Salwai, lui-aussi membre de la coalition sortante, et de deux indépendants. Le 19 novembre 2012, Sato Kilman est réélu Premier ministre par 29 voix contre 23 à Edward Natapei, et George Wells (issu du parti de Kilman) devient président du Parlement en obtenant le même nombre de voix.

Aucune des dix-sept femmes candidates n'est élu ; Eta Rory, la seule députée sortante, perd son siège[55].

Vingt-quatre nouveaux députés font leur entrée au Parlement[56].

Deux anciens premiers ministres (qui sont aussi les deux seuls députés sortants à avoir changé de circonscription pour cette élection) perdent leur siège. Maxime Carlot Korman, le doyen du Parlement, seul député à avoir été réélu sans discontinuer depuis l'indépendance, second premier ministre du pays et premier dirigeant francophone du Vanuatu, est battu (à Éfaté), tout comme Barak SopéPort Vila)[55].

Avec 2 250 voix, Ralph Regenvanu émerge en tête des six élus de la capitale, et confirme son statut de favori des électeurs, obtenant plus de voix que tout autre candidat dans le pays et brisant le « record national » qu'il avait lui-même établi quatre ans plus tôt. Il promet que s'il entre au gouvernement, il aura pour priorité une réforme du système politique, pour plus de stabilité[57].

Robert Bohn, candidat pour la première fois et seul candidat de son nouveau Parti pour le développement progressiste du Vanuatu, est élu. Né américain, il est le premier citoyen naturalisé vanuatais à être élu député. « Figure controversée » autrefois condamné à une amende pour racket aux États-Unis, il est le président du Centre financier de Vanuatu, « un paradis fiscal visé à la fois par les autorités américaines et australiennes ». Une fois élu, il indique que sa priorité sera le développement des services et infrastructures (routes, écoles, hôpitaux...) dans sa circonscription d'Épi[58],[59].

Par parti[modifier | modifier le code]

Parti Dirigeant Circonscription du dirigeant Sièges[53] Changement par
rapport à 2008
Vanua'aku Pati Edward Natapei Port Vila 8 -3
Parti progressiste populaire Sato Kilman
Premier ministre
Malekula 6 +2
Union des partis modérés Serge Vohor Santo 5 -2
Parti national unifié Ham Lini Pentecôte 4 -4
Terre et justice Ralph Regenvanu Port Vila 4 n/a
Candidats sans étiquette n/a n/a 4 0
Confédération verte Moana Carcasses Kalosil Port Vila 3 +1
Nagriamel Havo Molisale Malo et Aore 3 +2
Mouvement de réunification pour le changement (dissidents de l'UPM) Charlot Salwai Pentecôte 3 n/a
Groupe Iauko (dissidents du Vanua'aku Pati) Harry Iauko Tanna 3 n/a
Parti progressiste mélanésien Esmon Saimon Malekula 2 +1
Parti Natatok démocrate populaire et autochtone Alfred Carlot Éfaté 2 n/a
Parti républicain Marcellino Pipite Santo 1 -6
Parti national Christopher Emelee[60] îles Banks et Torres 1 +0
Parti démocrate libéral Willie Jimmy Port Vila 1 n/a
Parti des services populaires Don Ken Malekula 1 n/a
Parti du développement progressiste du Vanuatu Robert Bohn Épi 1 n/a
Parti travailliste Joshua Kalsakau
(battu)
Éfaté 0 -1
Parti démocrate Maxime Carlot Korman
(battu)
Port Vila 0 n/a
Agriculteurs républicains pour le progrès Jean Ravou Kolomule
(battu)
Santo 0 -1
Parti de l'action populaire Peter Vuta
(battu)
Ambae 0 -1
Autres n/a n/a 0 -

Par circonscription[modifier | modifier le code]

Les résultats sont les suivants[61] :

Ambae : 3 députés

Député sortant[62] Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
James Wango PPP oui[63] Richard Mera VP
James Bule PNU oui[14] James Bule PNU
Peter Vuta sans étiquette[64] oui[63] Peter Vuta sans étiquette

Ambrym : 2 députés

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Jossie Masmas Républicain oui[63] Maki Stanley Simelum VP
Raphael Worwor MRC oui[63] Bruno Tao Leingkon PNU

Bruno Lengkon est le candidat du Parti national unifié[14].

îles Banks et îles Torres : 2 députés

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Thomas Sawon VP[65] oui[63] Christopher Emelee Claude Part national
Dunstan Hilton PPP oui[63] Dunstan Hilton PPP

Éfaté (hors Port-Vila) : 4 députés

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Steven Kalsakau MRC oui[63] Steven Kalsakau MRC
Alfred Carlot PNDPA[66] oui[63] Alfred Carlot PNDPA
Joshua Kalsakau Travailliste oui[63] Gillion Kalotiti William Terre et justice
Bakoa Kaltonga VP oui[63] Nato Taiwia PPM
Barak Sopé PPM oui
(mais à Port Vila[63])
siège supprimé

Gillion Williams est le candidat investi par le Parti Terre et Justice[67].

Luna Tasong est un candidat sans étiquette soutenu par le Parti national unifié[68].

Épi : 2 députés

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Yoan Simon Travailliste oui[63] Robert Bohn PDPV
Isaac Hamariliu PPP[69] oui[63] Isaac Hamariliu PPP

Noua Vakumali est le candidat du Parti national unifié[70].

Luganville : 2 députés

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Dominique Morin Démocrate[71] oui[63] Kalvau Moli Sans étiquette
George Wells PPP[72] oui[63] George Wells PPP

Santus Wari est le candidat de l'Union des partis modérés. Kalvau Moli, le trésorier de l'UPM, n'étant pas investi par le parti, se présente comme candidat sans étiquette[73].

Maewo : 1 député

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Philip Morris Boedoro VP oui[63] Philip Morris Boedoro VP

Malekula : 7 députés

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Sato Kilman PPP oui[63] Sato Kilman PPP
Esmon Saimon PPM oui[14] Esmon Saimon PPM
Donna Browny Républicain oui[63] Daniel Nalet Terre et justice
Kisito Teilemb UPM oui[63] Jérôme Ludvaume UPM
Don Ken Parti des services populaires[74] oui[75] Don Ken Parti des services populaires
Paul Telukluk MRC[76] oui[31] Paul Telukluk MRC
Eta Rory Travailliste[77] oui[63] Kaltaliu Simeon VP

Malo et Aore : 1 député

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Havo Molisale Nagriamel oui[63] Havo Molisale Nagriamel

Paama : 1 député

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
David Areiasuv PPP non[63] Jonas James PNDPA

Pentecôte : 4 députés

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Ham Lini PNU oui[14] Ham Lini PNU
Charlot Salwai MRC oui[63] Charlot Salwai MRC
David Tosul PPP[72] oui[63] David Tosul PPP
Bruce Asal MRC oui[63] Tony Nari Groupe Iauko

Port Vila : 6 députés

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Ralph Regenvanu Terre et Justice oui[63] Ralph Regenvanu Terre et Justice
Edward Natapei VP oui[63] Edward Natapei VP
David Abel Alliance des Bergers non[63] Tony Antoine Wright UPM
Moana Carcasses Kalosil Vert oui[63] Moana Carcasses Kalosil Vert
Maxime Carlot Korman Démocrate[78] oui
(mais à Éfaté[25])
Willie Jimmy Démocrate libéral
Patrick Crowby UPM[65] oui[63] Patrick Crowby UPM

Yan Dapang est le candidat du Parti progressiste populaire[79].

Noel Lango est le candidat du Parti national unifié[70].

Santo : 7 députés

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Samson Samsen Nagriamel[80] oui[63] Samson Samsen Nagriamel
Marcellino Pipite Républicain oui[63] Marcellino Pipite Républicain
Serge Vohor UPM oui[63] Serge Vohor UPM
Jean Ravou Kolomule ARVP oui[63] John Lum Nagriamel
Solomon Lorin UPM oui[63] Arnold Thomas Prasad Vert
Sela Molisa VP oui[63] Alfred Maoh Terre et Justice
Voiasusu Tae PFM[81] oui[63] Hosea Nevu Groupe Iauko

Shepherds : 1 député

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Toara Daniel Kalo Vert oui[63] Toara Daniel Kalo Vert

John Louan est le candidat du Parti national unifié[70].

îles du sud[82] : 1 député

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Philip Charley[83] Groupe Iauko[84] oui[63] Tesei John Nawai VP

Jennifer Manua est la candidate du Parti national unifié[14].

Tanna : 7 députés

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Moses Kahu VP oui[63] Silas Yatan Rouard UPM
Harry Iauko Groupe Iauko[15],[16] oui[63] Harry Iauko Groupe Iauko
Willie Lop PPP[85] oui[63] Richard Ruan Namel Sans étiquette
Louis Etap sans étiquette oui[63] Thomas Laken Sans étiquette
Bob Loughman VP oui[63] Bob Loughman VP
Morkin Stevens PNU oui[14] Morkin Stevens PNU
Joe Natuman VP oui[63] Joe Natuman VP

Tongoa : 1 député

Député sortant Parti du sortant Sortant se représente ? Élu Parti de l'élu
Willie Reuben Abel PPM[86] oui[63] John Vacher Amos PPP

Eric Pakoa est le candidat du Parti national unifié[70].

Formation d'une coalition[modifier | modifier le code]

Sato Kilman conserve le pouvoir avec l'appui notamment (outre son Parti progressiste populaire) du Parti national unifié (de son allié Ham Lini), du Mouvement de réunification pour le changement (les dissidents de l'UPM), de Nagriamel et du Parti national[7]. Son gouvernement de coalition comprend en tout neuf partis[87].

Edward Natapei, du Vanua'aku Pati, devient chef de l'Opposition[88].

Changements ultérieurs[modifier | modifier le code]

Un mois après l'élection, le député sans étiquette Patrick Crowby rejoint l'Union des Partis modérés (dont il avait été membre dans les années 1990), permettant à ce parti d'avoir six députés[89].

Harry Iauko, député de Tanna (pour le Groupe Iauko) et ministre des Infrastructures et des Services publics, décède subitement le 10 décembre 2012[90].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) "Registration opens for election year", Vanuatu Daily Post, 3 janvier 2012
  2. a et b (en) "Sacked Vanuatu MP chooses people over politics", Radio Australia, 19 janvier 2012
  3. (en) "MP Ralph Regenvanu reports details of his MP allocation spending – a good example other MPs should follow", Vanuatu Daily Post, 30 octobre 2012
  4. (en) "Vanuatu confirms October 30th as election date", Radio New Zealand International, 23 mai 2012
  5. a et b (en) "Vanuatu election: Early results trickle in", Radio Australia, 31 octobre 2012
  6. (en) "New Vanuatu parliament to elect PM on Monday", Radio New Zealand International, 13 novembre 2012
  7. a et b "Sato Kilman, nouveau Premier ministre du Vanuatu", ABC radio Australia, 19 novembre 2012
  8. (en) "Wells elected as Vanuatu speaker", Radio New Zealand International, 19 novembre 2012
  9. (en) Site officiel du Parlament du Vanuatu
  10. (fr) Constitution du Vanuatu
  11. (en) "Vanuatu’s new PM reinstates cabinet", Radio New Zealand International, 27 juin 2011
  12. Résultats de l'élection de 2008, Union inter-parlementaire
  13. a, b et c (en) Les partis politiques du Vanuatu, Université du Pacifique sud
  14. a, b, c, d, e, f et g (en) "NUP to field 21 candidates", Vanuatu Daily Post, 7 juin 2012
  15. a et b (en) "Renegade Vanua’aku Pati MP sides with Vanuatu opposition", Radio New Zealand International, 21 mai 2010
  16. a et b (en) "Tongoa MP back with Iauko", Vanuatu Daily Post, 7 février 2011
  17. a et b (en) "Party names and abréviations", Pacific Institute of Public Policy
  18. (en) "UMP Congress expel their rebels", Vanuatu Daily Post, 1 mars 2012
  19. (en) "Salwai says he leads ‘UMP For Change’", Vanuatu Daily Post, 26 janvier 2012
  20. (en) "Salwai, Kalsakau and Worwor cannot use UMPC: Court", Vanuatu Daily Post, 7 septembre 2012
  21. (en) "Vanuatu Republican Party leader told to step down", Vanuatu Daily Post, 8 mars 2012
  22. (en) "Korman returns", Vanuatu Daily Post, 29 août 202
  23. "Elections législatives à Vanuatu : dernière ligne droite de campagne", Tahiti Infos, 26 octobre 2012
  24. (en) "Vanuatu Democratic Party launches political campaign", Vanuatu Daily Post, 15 octobre 2012
  25. a et b (en) "Korman adamant to maintain Efate VRP seat", Vanuatu Daily Post, 9 janvier 2012
  26. (en) "Vanuatu daily news digest", Vanuatu Daily, 21 septembre 2012
  27. (en) "MP Simon joins Nagriamel", Vanuatu Daily Post, 2 mars 2009
  28. (en) "New Nagriamel MP formally meets DPM", Vanuatu Daily Post, 8 avril 2009
  29. a et b (en) "MP Samsen joins Labour Party", Vanuatu Daily Post, 28 avril 2011
  30. a et b (en) "Candidates by name", Pacific Institute of Public Policy
  31. a et b (en) "Namangie Aute to field 3 candidates", Vanuatu Daily Post, 12 juin 2012
  32. (en) Communiqué de presse de Ralph Regenvanu, 20 janvier 2012
  33. (en) "Veteran Vanuatu politician launches new party", Radio New Zealand International, 26 juin 2012
  34. (en) "Chief launches Vanuatu Democratic Alliance and Liberation Party for Change", Radio New Zealand International, 10 juillet 2012
  35. (en) "New Vanuatu political party launched on Epi", Pacific Islands News Association, 9 mai 2011
  36. a et b (en) "Candidates by Name", Pacific Institute of Public Policy, 18 octobre 2012
  37. (en) "What's in a name?", Pacific Institute of Public Policy, 24 octobre 2012
  38. (en) "Vanuatu PM misses out on elections over unpaid debt", Radio Australia, 12 octobre 2012
  39. (en) "Disgruntled candidates demand explanation", Vanuatu Daily Post, 13 octobre 2012
  40. (en) "Kilman repays debt to stand in Vanuatu election", Radio New Zealand International, 12 octobre 2012
  41. (en) "Candidates by Constituency", Pacific Institute of Public Policy, 18 octobre 2012
  42. (en) "Female Candidates by Name", Pacific Institute of Public Policy, 25 octobre 2012
  43. (en) "Political face-off in Vanuatu', Radio Australia, 6 mars 2012
  44. (en) "Ni-Vanuatu go Face to Face with candidates", Radio Australia, 3 mais 2012
  45. (en) "Leaders' debate wrap up", Pacific Institute of Public Policy, 25 octobre 2012
  46. (bi) "Ol polisi blong ol politikol pati", Pacific Institute of Public Policy, octobre 2012
  47. (en) / (bi) "Vanuatu Election 2012", Pacific Institute of Public Policy
  48. a et b "Législatives à Vanuatu : le 30 octobre 2012 confirmé", Tahiti Info, 23 mai 2012
  49. (en) "Summary analysis of party political platforms – English version", Pacific Institute of Public Policy, 6 novembre 2012
  50. a et b "Les Vanuatais aux urnes", Les Nouvelles calédoniennes, 30 octobre 2012
  51. (en) "Official Vanuatu election results released", Radio New Zealand International, 7 novembre 2012
  52. [PDF] « Publication of results and declaration of candidates elected for the 2012 general election notice n°94 of 2012 », Extraordinary Gazette, Official Gazette-Numéro spécial du Journal officiel du Vanuatu, 06/11/2012, consulté via le Vanuatu Daily Digest le 07/11/2012
  53. a et b "Coalition builder game", Pacific Institute of Public Policy, 6 novembre 2012
  54. (en) G. LIGO, « Nine parties sign MOU to form government », Vanuatu Daily Post, 07/11/2012
  55. a et b (en) "Former Vanuatu PM Korman loses parliamentary seat", Radio New Zealand International, 1 novembre 2012
  56. (en) "New Vanuatu MPs attend induction workshop", Radio New Zealand International, 22 novembre 2012
  57. (en) "Vanuatu party leader pledges political reform", Radio New Zealand International, 31 octobre 2012
  58. (en) "Vanuatu's first naturalised MP promised to "fix the roads" on EPI", ABC Radio Australia, 13 novembre 2012
  59. (en) "Inside the shell: Drugs, arms and tax scams", Center for Public Integrity, 28 juin 2011
  60. (en) "Tuna Fishing Company owner to contest in TORBA", Vanuatu Daily Post, 18 juillet 2012
  61. (en) Résultats publiés au Journal officiel de la République de Vanuatu, 6 novembre 2012
  62. Liste des députés de la 9e législature, Parlement du Vanuatu
  63. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as et at (en) "Candidates by name", Institute of Pacific Policy
  64. Avait été élu sous l'étiquette du PAP.
  65. a et b Avait été élu sous l'étiquette du PNU.
  66. (en) "Natatok President unveils party constitution", Vanuatu Daily Post, 28 juillet 2011
  67. (en) "Gillion Williams is GJP candidate for Efate Rural", Vanuatu Daily Post, 8 mai 2012
  68. (en) "Executive says Tasong Independent candidate", Vanuatu Daily Post, 15 mai 2012
  69. Avait été élu sous l'étiquette du Part national.
  70. a, b, c et d (en) "NUP reveals proposed candidates for SHEFA and Port Vila", Vanuatu Daily Post, 15 mai 2012
  71. Avait siégé comme membre du Parti républicain.
  72. a et b Wells et Tosul étaient membres du Parti national unifié jusqu'en avril 2012. C.f. Godwin Ligo, "Wells and Tosul join PPP", Vanuatu Daily Post, 25 avril 2012.
  73. (en) "UMP Treasurer Moli to contest as Independent", Vanuatu Daily Post, 20 septembre 2012
  74. Avait siégé sans étiquette.
  75. (en) "Political movement to field two candidates in 2011", Vanuatu Daily Post, 6 octobre 2011
  76. Avait été élu sous l'étiquette Namangi-Aute.
  77. Avait été élu sous l'étiquette Famille d'abord.
  78. Avait siégé sous l'étiquette du Parti républicain.
  79. (en) "Dapang is PPP candidate for Port Vila", Vanuatu Daily Post, 10 mai 2012
  80. Siégeait sous l'étiquette du Parti travailliste.
  81. Avait été élu sous l'étiquette UPM.
  82. Cette circonscription recouvre les îles de la province de Tafea, hormis l'île de Tanna.
  83. Élu lors d'une élection partielle en décembre 2009, suite au décès de Ture Kailo. "Vanuaku Pati candidate wins Vanuatu by-election", Pacific Islands News Association, 17 décembre 2009.
  84. Avait été élu sous l'étiquette du Vanua'aku Pati.
  85. Avait été élu sans étiquette.
  86. Avait été élu sous l'étiquette du Vanua'aku Pati, avant de rejoindre le groupe Iauko, puis le PPM.
  87. (en) "Melanesian politics: Stael blong Vanuatu", The Interpreter, 20 novembre 2012
  88. (en) "Why VP and UMP should forgive their foes", Vanuatu Daily Post, 23 novembre 2012
  89. (en) "Former Vanuatu mayor rejoins old political party", Radio New Zealand International, 3 décembre 2012
  90. (en) "State funeral in Vanuatu for Minister of Infrastructure and Public Utilities", Radio New Zealand International, 11 décembre 2012

Sur les autres projets Wikimedia :