Élections législatives slovènes de 2008

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique en Slovénie
Image illustrative de l'article Élections législatives slovènes de 2008

Les élections législatives slovènes de 2008 (Državnozborske volitve v Sloveniji 2008) se sont tenues le 21 septembre 2008, afin de renouveler le mandat des quatre-vingt dix députés de l'Assemblée nationale pour quatre ans.

Le scrutin a été remporté, pour la première fois depuis l'indépendance, par les Sociaux-démocrates (SD), et plus largement par le centre-gauche, alors dans l'opposition.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives du 3 octobre 2004, le Parti démocratique slovène (SDS), formation libérale de centre-droit dans l'opposition depuis 1994, était arrivé en tête avec 29 % des voix, marquant la première défaite électorale de la Démocratie libérale slovène (LDS), parti de centre-gauche au pouvoir depuis l'indépendance, à l'exception d'un court intermède de quelques mois en 2000. Deux avant le scrutin, le dirigeant historique de la LDS, Janez Drnovšek, avait été élu président de la République, cédant la direction du gouvernement au ministre des Finances, Anton Rop.

L'ancien ministre de la Défense Janez Janša, président du SDS depuis 1993, avait alors constitué une coalition de centre-droit réunissant sa formation, le parti libéral Nouvelle Slovénie - Parti chrétien populaire (NSi), de l'ancien président du gouvernement Andrej Bajuk, le Parti populaire slovène (SLS) et le Parti démocrate des retraités slovènes (DeSUS).

À la suite de de l'élection présidentielle de 2007, qui a vu la victoire du candidat indépendant de centre-gauche Danilo Türk, soutenu par les Sociaux-démocrates (SD) et le DeSUS, sur l'indépendant conservateur Lojze Peterle, appuyé par les démocrates, et l'indépendant libéral Mitja Gaspari, parrainé par les libéraux-démocrates, Janša a posé la question de confiance aux députés, et s'est imposé lors de ce vote.

Campagne[modifier | modifier le code]

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Chef de file Résultats de 2004
Parti démocratique slovène
Slovenska demokratska stranka
Centre-droit
Libéralisme, conservatisme
Janez Janša
(Président du gouvernement)
29,08 % des voix
29 députés
Démocratie libérale slovène
Liberalna demokracija Slovenije
Centre-gauche
Social-libéralisme
Katarina Kresal 22,80 % des voix
23 députés
Sociaux-démocrates
Socialni demokrati
Centre-gauche
Social-démocratie, progressisme
Borut Pahor 10,17 % des voix
10 députés
Nouvelle Slovénie - Parti chrétien populaire
Nova Slovenija - Krščanska ljudska stranka
Centre-droit
Conservatisme, libéralisme
Andrej Bajuk
(Ministre des Finances)
9,09 % des voix
9 députés
Parti populaire slovène et Parti de la jeunesse slovène
Slovenska ljudska stranka in Stranka mladih Slovenije
Centrisme
Démocratie chrétienne, écologie, europhilie
Bojan Šrot 6,82 % des voix
7 députés
Parti national slovène
Slovenska nacionalna stranka
Droite
Nationalisme
Zmago Jelinčič Plemeniti 6,27 % des voix
6 députés
Parti démocrate des retraités slovènes
Demokratična stranka upokojencev Slovenije
Centrisme Karl Erjavec
(Ministre de la Défense)
4,04 % des voix
4 députés
Réel - Nouvelle politique
Zares - nova politika
Centre-gauche
Social-libéralisme
Gregor Golobič Inexistant

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Parti Suffrages Députés
Voix  % +/- Sièges +/-  %
Sociaux-démocrates (SD) 316 783 30,50 % en augmentation 20,33 29 en augmentation 19 32,2 %
Parti démocratique slovène (SDS) 304 181 29,29 % en augmentation 0,21 28 en diminution 1 31,1 %
Réel - Nouvelle politique (Zares-NP) 97 554 9,39 % en augmentation 9,39 9 en augmentation 9 10,0 %
Parti démocrate des retraités slovènes (DeSUS) 77 612 7,47 % en augmentation 3,43 7 en augmentation 3 7,7 %
Parti national slovène (SNS) 56 601 5,45 % en diminution 0,72 5 en diminution 1 5,5 %
Parti populaire slovène et Parti de la jeunesse slovène (SLS+SMS) 54 328 5,23 % en diminution 1,59 5 en diminution 2 5,5 %
Démocratie libérale slovène (LDS) 53 975 5,20 % en diminution 17,30 5 en diminution 18 5,5 %
Nouvelle Slovénie - Parti chrétien populaire (NSi) 33 621 3,25 % en diminution 5,84 0 en diminution 9 0 %
Minorités N/A 2 en stagnation 2,2 %
TOTAL (participation : 62,16 %) 994 655 95,78 % N/A 90 N/A N/A

Analyse[modifier | modifier le code]

Avec une progression de vingt points et dix-neuf députés, les Sociaux-démocrates prennent à la LDS, qui recule presque d'autant, sa place de premier parti de centre-gauche en Slovénie. Ils parviennent également à devenir le premier parti du pays, juste devant le Parti démocratique slovène (SDS), qui reste stable après quatre ans au gouvernement. Débarquant directement à la troisième place en frôlant les 10 % des suffrages, Zares-NP confirme la percée du centre-gauche, au détriment de l'ancien parti au pouvoir. Hormis le DeSUS, les alliés des démocrates perdent du terrain, plus particulièrement NSi, qui perd toute représentation à l'Assemblée nationale, tandis que le SLS ne profite pas de son alliance avec les écologistes.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les SD étant arrivés en tête, leur président Borut Pahor, ancien président de l'Assemblée, a été invité par Danilo Türk à former un gouvernement. Il a alors trouvé un accord avec Zares, le DeSUS et la LDS, s'assurant une majorité absolue de 50 députés sur 90 à l'Assemblée. Le 21 novembre, soit deux mois après les élections, son gouvernement de dix-huit ministres a pris ses fonctions.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]