Élections législatives régionales de 2013 en Basse-Saxe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège du Landtag de Basse-Saxe, à Hanovre.

Les élections législatives régionales de 2013 en Basse-Saxe (Landtagswahl in Niedersachsen 2013) ont eu lieu le 20 janvier 2013, afin d'élire les cent trente-cinq députés de la dix-septième législature du Landtag du Land allemand de Basse-Saxe, pour un mandat de cinq ans.

Le scrutin est remporté, de justesse, par le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) et l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen), dans l'opposition depuis dix ans, avec un siège d'avance sur la majorité sortante.

Contexte : dix ans de coalition noire-jaune[modifier | modifier le code]

Lors des précédentes élections législatives régionales, le 27 janvier 2008, l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), du ministre-président d'alors, Christian Wulff, avait remporté 42,5 % des voix, en recul de cinq points, mais s'était maintenue au pouvoir en reconduisant son alliance avec le Parti libéral-démocrate (FDP), qui avait obtenu 8,2 % des suffrages exprimés. À l'inverse, le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), au pouvoir entre 1990 et 2003, avait dû se contenter de 30,3 %, soit son plus mauvais résultat historique. Avec un résultat de 7,1 % des voix, le parti de gauche Die Linke poursuit son ascension d'alors et fait, pour la première fois, son entrée dans un Parlement régional de l'ancienne Allemagne de l'Ouest, conjointement avec celui de la Hesse.

Le 30 juin 2010, sur proposition de la chancelière Angela Merkel, Christian Wulff est élu président fédéral d'Allemagne par l'Assemblée fédérale. Dès le lendemain, le Landtag le remplace par David McAllister, président du groupe parlementaire et de la fédération de la CDU au niveau régional. Il reconduit alors la coalition avec le FDP.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Landtag de Basse-Saxe se compose, depuis 2008, de cent trente-cinq députés, élus pour cinq ans, depuis 1998, au suffrage universel direct, au scrutin proportionnel selon la méthode d'Hondt combiné avec le scrutin uninominal majoritaire à un tour dans quatre-vingt-sept circonscriptions, depuis 2008.

Le jour du scrutin, chaque électeur dispose de deux voix. La première lui permet d'élire un candidat dans une circonscription, la seconde de choisir une liste d'un parti ou d'une association électorale au niveau du Land. À l'issue du vote, seule les deuxièmes voix sont décomptées et la totalité des sièges répartie proportionnellement entre les listes ayant recueilli au moins 5 % des suffrages exprimés. Les partis ou associations ayant remporté des députés dans les circonscriptions pourvoient d'abord les sièges qui leur sont attribués avec ceux-ci, la différence étant comblée avec les candidats présents sur la liste.

Si un parti obtient plus de députés dans les circonscriptions que la proportionnelle ne lui en accorde, il dispose de « mandats supplémentaires ». Dans ce cas, le nombre total de députés est augmenté afin de garantir le maintien de la représentation proportionnelle. Les autres partis se voient alors octroyer des « mandats complémentaires ».

Campagne[modifier | modifier le code]

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Score en 2009
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
David McAllister
(Ministre-président)
42,5 % des voix
68 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Stephan Weil
(Bourgmestre de Hanovre)
30,3 % des voix
48 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Stefan Birkner
(Ministre de l'Environnement)
8,2 % des voix
13 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Anja Piel et
Stefan Wenzel
8,0 % des voix
12 députés
Die Linke Manfred Sohn 7,1 % des voix
11 députés
Parti pirate d'Allemagne
Piratenpartei Deutschland
Meinhart Ramaswamy Absent

Sondages[modifier | modifier le code]

Institut Date CDU SPD Verts FDP Linke Pirates
GMS 17.01.2013 41,0 % 33,0 % 13,0 % 5,0 % 3,0 % 3,0 %
Info GmbH 12.01.2013 38,0 % 31,5 % 14,5 % 4,5 % 6,0 % 3,0 %
Infratest 10.01.2013 40,0 % 33,0 % 13,0 % 5,0 % 3,0 % 3,0 %
GMS 10.01.2013 41,0 % 33,0 % 13,0 % 5,0 % 3,0 % 3,0 %
FgW 10.01.2013 39,0 % 33,0 % 13,0 % 5,0 % 3,0 % 3,0 %
Infratest 03.01.2013 40,0 % 34,0 % 13,0 % 4,0 % 3,0 % 3,0 %
INFO GmbH 22.12.2012 38,5 % 33,0 % 12,5 % 3,5 % 4,0 % 4,5 %
FGW 06.12.2012 39,0 % 32,0 % 13,0 % 4,0 % 4,0 % 4,0 %
GMS 04.12.2012 41,0 % 32,0 % 13,0 % 4,0 % 3,0 % 4,0 %
Infratest 08.11.2012 41,0 % 34,0 % 13,0 % 3,0 % 3,0 % 3,0 %
Infratest 20.09.2012 37,0 % 33,0 % 15,0 % 3,0 % 4,0 % 4,0 %
Forsa 24.07.2012 38,0 % 33,0 % 11,0 % 4,0 % 4,0 % 7,0 %
YouGov 19.07.2012 31,0 % 35,0 % 14,0 % 4,0 % 5,0 % 7,0 %
Infratest 16.05.2012 32,0 % 36,0 % 13,0 % 4,0 % 3,0 % 8,0 %
Infratest 25.01.2012 36,0 % 32,0 % 17,0 % 3,0 % 5,0 % 4,0 %
Dernières élections 27.01.2008 42,5 % 30,3 % 8,0 % 8,2 % 7,1 % 0,0 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Composition politique du nouveau Landtag.
Parti Suffrages Sièges
Voix  % +/- MU1 +/- Députés +/-
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 1 287 730 36,0 % en diminution 6,5 54 en diminution 14 54 en diminution 14
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 1 165 538 32,6 % en augmentation 2,3 33 en augmentation 14 49 en augmentation 1
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 489 572 13,7 % en augmentation 5,7 0 en stagnation 20 en augmentation 8
Parti libéral-démocrate (FDP) 354 971 9,9 % en augmentation 1,7 0 en stagnation 14 en augmentation 1
Die Linke 112 215 3,1 % en diminution 4,0 0 en stagnation 0 en diminution 11
Parti pirate d'Allemagne (Piraten) 75 539 2,1 % en augmentation 2,1 0 en stagnation 0 en stagnation
TOTAL (participation : 59,4 %) 97,4 % NA 87 en stagnation 137 en diminution 15

Analyse[modifier | modifier le code]

Après une soirée électorale très incertaine, la Basse-Saxe rebascule à gauche, mettant un terme à dix années de pouvoir de la coalition noire-jaune entre la CDU et le FDP. Les deux partis au gouvernement réalisent un score inverse aux pronostics des sondages, les chrétiens-démocrates connaissant une forte perte, supérieure à cinq points, alors que les libéraux progressent et touchent presque les 10 %, réalisant leur meilleur score historique. À gauche, le SPD enraye sa chute, entamée en 2003, mais ne se rétablit que très peu. La victoire est surtout le fait de l'Alliance 90 / Les Verts, qui réussit la meilleure progression du scrutin, son meilleur score historique et le deuxième meilleur score pour le troisième parti du Landtag de l'histoire régionale. En revanche, Die Linke ne profite pas du changement de majorité dans le Land puisque le parti est exclu du Parlement, faute d'avoir rassemblé 5 % des électeurs, ce qui confirme son recul enregistré au cours des derniers scrutins régionaux. Enfin, les Piraten mettent fin à leur émergence, après quatre scrutins consécutifs d'entrée sur les bancs des assemblées.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]