Élections législatives régionales de 2009 en Thuringe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Landtag de Thuringe, à Erfurt.

Les élections législatives régionales de 2009 en Thuringe (Landtagswahl in Thüringen 2009) se sont déroulées le 30 août 2009 dans le Land allemand de Thuringe, afin d'élire les quatre-vingt huit députés de la cinquième législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans.

Contexte[modifier | modifier le code]

Aux élections du 13 juin 2004, l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), au pouvoir depuis 1990 et conduite par le ministre-président Dieter Althaus, investi l'année précédente, avait maintenu, malgré une perte de dix points, sa domination sur le Land en remportant 43 % des voix et 45 sièges sur 88.

Le Parti du socialisme démocratique (PDS) avait conservé sa deuxième place avec 26 % des suffrages, soit une progression de quatre points comparable au recul du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), qui n'avait recueilli que 14,5 % des voix, soit le plus mauvais résultat de son histoire.

Malgré une belle progression, ni l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen) ni le Parti libéral-démocrate (FDP) n'étaient parvenus à faire leur retour au Landtag, dont ils étaient exclus depuis dix ans. Bien que la CDU ait obtenu un score en baisse, elle a donc pu conserver sa majorité absolue en sièges, du fait de la présence de seulement deux autres partis dans l'hémicycle.

Entre 1er janvier et le 20 avril 2009, la vice-ministre-présidente et ministre des Finances, Birgit Diezel, assure la direction par intérim du gouvernement régional, à la suite d'un grave accident de ski d'Althaus.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Landtag de Thuringe est constitué d'au moins 88 députés, élus pour de cinq ans depuis 1994 selon un système de représentation proportionnelle mixte. Chaque électeur dispose de deux voix : la première lui permet de voter pour un candidat dans l'une des quarante-quatre circonscriptions du Land dans le cadre d'un scrutin uninominal majoritaire à un tour, et la seconde de voter pour une liste de candidats que présente chaque parti au niveau régional.

Afin d'attribuer les sièges, il est procédé à une répartition proportionnelle selon la méthode du quotient de Hare de la totalité des sièges sur la base des secondes voix obtenues par chaque liste. Une fois cette répartition effectuée, les élus obtenus grâce aux premières voix sont soustraits au nombre total de sièges obtenu par les partis concernés, et tout siège non-attribué est pourvu par les candidats de la liste.

Si un parti obtient plus d'élus au scrutin uninominal qu'à la proportionnelle, il les conserve évidemment, mais le nombre total de sièges est augmenté au Landtag, afin de maintenir la proportionnalité du nombre d'élus de chaque parti.

Partis et candidats[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Chef de file Résultat en 2004
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Centre-droit
Démocratie chrétienne, conservatisme libéral
Dieter Althaus
(Ministre-président)
43,0 % des voix
45 députés
Die Linke Gauche
Socialisme démocratique, anticapitalisme
Bodo Ramelow 26,1 % des voix
28 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Centre-gauche
Social-démocratie, troisième voie, progressisme
Christoph Matschie 14,5 % des voix
15 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Centre-gauche
Écologie politique, progressisme
Astrid Rothe-Beinlich 4,5 % des voix
0 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Centre-droit
Libéralisme économique, social-libéralisme
Uwe Barth 3,6 % des voix
0 députés

Campagne[modifier | modifier le code]

Sondage[modifier | modifier le code]

Institut Date CDU SPD Verts FDP Die Linke
IfM Leipzig 22.08.2009 37 % 20 % 5 % 9 % 23 %
Forschungsgruppe Wahlen 21.08.2009 35 % 18 % 5 % 10 % 25 %
Infratest dimap 20.08.2009 34 % 19 % 6 % 8 % 24 %
Infratest dimap 12.08.2009 34 % 20 % 6 % 9 % 24 %
Forsa 29.07.2009 40 % 16 % 6 % 6 % 24 %
Infratest dimap 25.06.2009 36 % 18 % 6 % 9 % 24 %
IfM Leipzig 25.05.2009 36 % 23 % 5 % 8 % 23 %
Forsa 19.05.2009 40 % 18 % 4 % 6 % 26 %
Dernières élections 13.06.2004 43,0 % 14,5 % 4,5 % 3,6 % 26,1 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Composition politique de la cinquième législature.
Parti Suffrages Sièges
Voix  % +/- MU1 +/- Députés +/-
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 329 241 31,2 % en diminution 11,8 28 en diminution 11 30 en diminution 15
Die Linke 288 932 27,4 % en augmentation 1,3 14 en augmentation 9 27 en diminution 1
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 195 353 18,5 % en augmentation 4,0 2 en augmentation 2 18 en augmentation 3
Parti libéral-démocrate (FDP) 80 511 7,6 % en augmentation 4,0 0 en stagnation 7 en augmentation 7
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 64 889 6,2 % en augmentation 1,7 0 en stagnation 6 en augmentation 6
Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) 45 401 4,3 % en augmentation 2,9 0 en stagnation 0 en stagnation
TOTAL (participation : 59,4 %) 1 004 327 95,2 % NA 44 en stagnation 88 en stagnation

Analyse[modifier | modifier le code]

En recul de douze points et quinze sièges, la CDU du ministre-président Dieter Althaus subit une sévère déroute dans un Land qu'elle gouverne depuis sa recréation, et obtient là son plus mauvais résultat depuis 1990. Althaus remet d'ailleurs sa démission cinq jours plus tard. Dans son ensemble, c'est la gauche qui s'impose lors de ce scrutin avec 52,1 % des suffrages et 51 députés régionaux, tirée par Die Linke. Si le Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) échoue de peu à rentrer au Landtag, ce n'est pas le cas du FDP, qui profite notamment du mauvais score des chrétiens-démocrates, et des Verts, qui n'étaient plus représentés depuis quinze ans.

L'impossibilité de constituer une coalition gouvernementale associant les partis de gauche, car cela impliquerait de céder la direction du gouvernement régional à Die Linke, conduit à la formation d'une grande coalition CDU/SPD conduite par la chrétienne-démocrate Christine Lieberknecht, jusqu'à présent ministre des Affaires sociales. Elle devient alors la première femme à diriger le Land.

Sources[modifier | modifier le code]