Élections législatives portugaises de 1999

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1995 Drapeau du Portugal 2002 Suivant
Élections législatives portugaises de 1999
  
61,09 %
Représentation de l'assemblée
Diagramme
Gouvernement
Sortant
Élu
Législature élue
VIIIe

Les élections législatives portugaises de 1999 (Eleições legislativas portuguesas de 1999) se sont tenues au Portugal le 10 octobre 1999, afin d'élire les deux cent trente députés de la huitième législature de l'Assemblée de la République, pour un mandat de quatre ans. Elles ont été remportées par le Parti socialiste (PS). Comme le précédent, ce scrutin s'est tenu à terme de la législature.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives du 1er octobre 1995, le PS d'António Guterres, mettant fin à dix années dans l'opposition, s'imposait avec 43,8 % des suffrages exprimés, presque dix points de plus que le Parti social-démocrate (PPD/PSD), dirigé par l'ancien ministre de la Défense Fernando Nogueira et qui perdait ainsi le pouvoir après huit ans de majorité absolue.

Un an plus tard, le maire socialiste de Lisbonne, Jorge Sampaio, défaisait l'ancien Premier ministre social-démocrate Aníbal Cavaco Silva lors de l'élection présidentielle. De son côté, le gouvernement de Guterres profitait de la forte croissance économique pour mettre en œuvre les mesures nécessaires à l'entrée dans la zone euro, procédant notamment à une réduction du déficit public.

Au mois d'avril 1999, l'ancien ministre des Affaires étrangères social-démocrate, José Manuel Durão Barroso, prenait la présidence du PPD/PSD, sans parvenir à empêcher un triomphe socialiste aux élections européennes de juin suivant. Profitant de l'abstention des sociaux-démocrates lors du vote du budget, Guterres est devenu le seul Premier ministre portugais à gouverner en minorité durant une législature entière.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin retenu prévoit l'élection des députés au scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt, connue pour avantager les partis arrivés en tête. La loi électorale établit à 230 le nombre de sièges à pourvoir. Les députés sont élus dans vingt-deux circonscriptions électorales, à savoir les dix-huit districts du Portugal, les Açores, l'île de Madère, le continent européen et le reste du monde.

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file
Parti socialiste
Partido Socialista
António Guterres
Premier ministre
Parti social-démocrate
Partido Social Democrata
José Manuel Durão Barroso
Parti populaire
Partido Popular
Paulo Portas
Coalition démocratique unitaire
Coligação Democrática Unitária
Carlos Carvalhas

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Parti Voix  % +/- Sièges +/-
Parti socialiste (PS) 2 385 922 44,06 % +0,30 115 +3
Parti social-démocrate (PPD/PSD) 1 750 158 32,32 % -1,80 81 -7
Coalition démocratique unitaire (CDU)
PCP
PEV
487 058


8,99 %


+0,42


17
• 15
• 2
+2
• +2
• ±
Parti populaire (CDS/PP) 451 643 8,34 % -0,71 15 ±
Bloc de gauche (BE) 132 333 2,44 % +2,44 2 +2
Autres 109 794 1,85 % -0,52 0 ±
Bulletins blancs 56 964 1,05 % +0,27
Bulletins nuls 51 230 0,95 % -0,19
TOTAL (participation : 61,09 %) 5 415 102 100,00 % N/A 230 N/A

Analyse[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce qu'annonçait les sondages, le PS, porté par un bon bilan économique, n'est pas parvenu à franchir la barre de la majorité absolue, qui reste alors l'apanage du seul PPD/PSD, mais a obtenu tout juste la moitié des sièges de l'Assemblée, ce qui empêche donc toute motion de censure à son encontre. Il parvient toutefois à prendre deux districts du nord du pays aux sociaux-démocrates, qui sont les seuls à reculer en sièges et ce malgré un changement de dirigeant.

La gauche dans son ensemble remporte un succès remarquable avec 54,8 % des voix, la CDU parvenant à stopper sa baisse régulière, entamée lors du scrutin de 1985, l'extrême gauche parvenant, pour sa part, à revenir au Parlement grâce au BE, qui fait élire deux députés dans le district de Lisbonne. À droite en revanche, le CDS/PP stagne, ne parvenant pas à rééditer sa performance de 1995, lorsqu'il avait progressé de dix sièges d'un coup.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Grâce à sa victoire, le Premier ministre António Guterres a été reconduit dans ses fonctions par Jorge Sampaio, devenant le premier socialiste à obtenir un second mandat à la tête du gouvernement. Il a présenté sa nouvelle équipe, de dix-huit ministres, le 28 octobre, soit moins de trois semaines après le scrutin.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]