Élections législatives portugaises de 1983

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1980 Drapeau du Portugal 1985 Suivant
Élections législatives portugaises de 1983
  
77,79 %
Représentation de l'assemblée
Diagramme
Gouvernement
Sortant
Élu
Législature élue
IIIe

Les élections législatives portugaises de 1983 (Eleições legislativas portuguesas de 1983) se sont tenues au Portugal le 25 avril 1983, afin d'élire les deux cent cinquante députés de la troisième législature de l'Assemblée de la République, pour un mandat de quatre ans. Elles ont été remportées par le Parti socialiste (PS).

Contexte[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives du 5 octobre 1980, la coalition de centre-droit Alliance démocratique (AD), qui réunissait le PPD/PSD, le CDS et PPM, avait conservé, et même accru, sa majorité absolue, surpassant de trois points les coalitions de gauche, le Front républicain et socialiste (FRS) et l'Alliance du peuple uni (APU). À peine deux mois après le scrutin, le Premier ministre Francisco Sá Carneiro décédait dans un accident d'avion au décollage de Porto.

Cofondateur du PPD/PSD, Francisco Pinto Balsemão lui succédait alors, sans parvenir à maintenir la cohésion de l'Alliance, formant deux gouvernements en neuf mois. Aux élections locales du 12 décembre 1982, le Parti socialiste (PS) et l'APU remportaient ensemble plus de 51 % des suffrages exprimés, conduisant le chef du gouvernement à démissionner, et le président António Ramalho Eanes à dissoudre l'Assemblée de la République. La formation de centre-droit avait ensuite remplacé Baslemaõ par l'ancien ministre, puis Premier ministre, Carlos Mota Pinto, à sa présidence.

Coalitions[modifier | modifier le code]

Contrairement aux deux précédentes consultations, le PPD/PSD et le CDS se présentaient séparément, tandis que le PS, sans maintenir le FRS, avait laissé des placés éligibles à ses deux partenaires minoritaires, l'Union de la gauche pour la démocratie socialiste (UEDS) et l'Action sociale-démocrate indépendante (ASDI). De leur côté, le Parti communiste portugais (PCP) et le Mouvement démocratique portugais (MDP-CDE) avaient maintenu l'APU.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin retenu prévoit l'élection des députés au scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt, connue pour avantager les partis arrivés en tête. La loi électorale, conformément aux dispositions constitutionnelles, établissait le nombre de députés à 250, nombre maximum autorisé. Les députés sont élus dans vingt-deux circonscriptions électorales, à savoir les dix-huit districts du Portugal, les Açores, l'île de Madère, le continent européen et le reste du monde.

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file
Parti social-démocrate
Partido Social Democrata
Carlos Mota Pinto
Parti socialiste
Partido Socialista
Mário Soares
Centre démocratique et social
Centro Democrático Social
Francisco Lucas Pires
Alliance du peuple uni
Aliança Povo Unido
Álvaro Cunhal

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Parti Voix  % +/- Sièges +/-
Parti socialiste (PS) et alliés
UEDS
ASDI
2 061 309


36,11 %


+8,33


101
• 4
• 3
+27
• ±
• -1
Parti social-démocrate (PPD/PSD) 1 554 804 27,24 % N/A 75 -7
Alliance du peuple uni (APU)
PCP
MDP-CDE
1 031 609


18,07 %


+1,32


44
• 41
• 3
+3
• +2
• +1
Centre démocratique et social (CDS) 716 705 12,56 % N/A 30 -16
Union démocratique populaire (UDP) 27 260 0,48 % -0,90 0 -1
Autres 169 238 2,97 % -1,25 0 ±
Bulletins blancs 42 494 0,74 % +0,17
Bulletins nuls 104 276 1,83 % +0,12
TOTAL (participation : 77,79 %) 5 707 695 100,00 % N/A 250 N/A

Analyse[modifier | modifier le code]

Retrouvant ses niveaux de 1975 et 1976, le PS, toujours dirigé par Mário Soares, redevient le premier parti du Portugal, après six ans d'opposition. Il retrouve la première place dans la moitié des circonscriptions, dont celles, très peuplées, de Lisbonne et Porto. Toutefois, il ne parvient pas à remporter la majorité absolue. La gauche dans son ensemble réalise une belle performance, décrochant plus de 54 % des suffrages exprimés grâce au score, toujours élevé, des communistes, qui reprennent leur progression, interrompue en 1980, et conservent leurs bastions du sud.

À droite, le CDS subit la plus forte perte, abandonnant un tiers de ses députés, même si le centre-droit réuni réalise un résultat de plus de 39 %, soit huit points de moins que trois ans plus tôt. Alors qu'il dirigeait le gouvernement depuis 1979, et avait changé de président très récemment, le PPD/PSD parvient à limiter sa chute, et s'impose dans huit circonscriptions, dont trois sur quatre hors métropole.

Conséquences[modifier | modifier le code]

De nouveau appelé à diriger le gouvernement, le socialiste Mário Soares décide de ne pas gouverner en minorité, mais en coalition. Il choisit comme allié les sociaux-démocrates, et forme avec eux une grande coalition, appelée bloc central, qui réunit 176 députés, soit plus des deux tiers des sièges. Soares est officiellement nommé Premier ministre du Portugal le 9 juin, soit six semaines après les élections, et son gouvernement entre en fonction neuf jours plus tard.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]