Élections législatives portugaises de 1976

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1975 Drapeau du Portugal 1979 Suivant
Élections législatives portugaises de 1976
  
83,53 %
Représentation de l'assemblée
Diagramme
Gouvernement
Sortant
Élu
Législature élue
Ier

Les élections législatives portugaises de 1976 (Eleições legislativas portuguesas de 1976) se sont tenues au Portugal le 25 avril 1976, afin d'élire les deux cent soixante-trois députés de la première législature de l'Assemblée de la République, pour un mandat de quatre ans. Elles ont été remportées par le Parti socialiste (PS).

Contexte[modifier | modifier le code]

Le 25 avril 1975, après quarante-deux ans de dictature, les Portugais avaient été appelés à voter librement lors des élections constituantes qui avaient vu la large victoire des formations de gauche, au premier rang desquelles le Parti socialiste (PS), qui avait remporté 37,9 % des voix. Après deux prorogations de son mandat initial de quatre-vingt-dix jours, l'Assemblée constituante avait adopté, le 2 avril 1976, le texte de la nouvelle Constitution démocratique, moins de deux ans après la révolution des Œillets.

Alors que la campagne de l'année précédente était axée sur les libertés fondamentales, celle de 1976 a d'avantage tourné autour des difficultés économiques, comme le chômage, l'inflation ou le déficit du commerce extérieur.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin retenu prévoit l'élection des députés au scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt, connue pour avantager les partis arrivés en tête. La loi fixait un nombre d'un député pour vingt-cinq mille habitants, et un de plus par fraction de douze mille cinq cents. Les députés sont élus dans vingt-deux circonscriptions électorales, à savoir les dix-huit districts du Portugal, les Açores, l'île de Madère, le continent européen et le reste du monde. En application de ces dispositions, deux cent soixante-trois sièges étaient à pourvoir.

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file
Parti socialiste
Partido Socialista
Mário Soares
Parti populaire démocratique
Partido Popular Democrático
Francisco Sá Carneiro
Centre démocratique et social
Centro Democrático Social
Diogo Freitas do Amaral
Parti communiste portugais
Partido Comunista Português
Álvaro Cunhal

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Parti Voix  % +/- Sièges +/-
Parti socialiste (PS) 1 912 921 34,89 % -2,98 107 -9
Parti populaire démocratique (PPD) 1 335 381 24,35 % -2,04 73 -8
Centre démocratique et social (CDS) 876 007 15,98 % + 8,37 42 +26
Parti communiste portugais (PCP) 788 830 14,39 % +1,93 40 +10
Union démocratique populaire (UDP) 91 690 1,67 % +0,88 1 ±
Autres 220 936 4,02 % +0,22 0 -1
Bulletins blancs 0 0,00 % ±
Bulletins nuls 257 696 4,07 % -2,88 %
TOTAL (participation : 83,53 %) 5 483 461 100,00 % N/A 263 +13

Analyse[modifier | modifier le code]

À l'issue de ce scrutin, marqué par une forte affluence des électeurs, quoiqu'en recul de huit points, le PS, qui connaît le plus important recul des partis représentés à l'Assemblée, conserve son statut de premier parti politique du pays, devant le PPD, qui prend une orientation plus centriste après avoir défendu une idéologie sociale-démocrate depuis 1974.

Le fait le plus marquant est sans doute la phénoménale progression du CDS, seul parti à avoir voté contre la nouvelle Constitution car elle faisait alors référence à une société socialiste et qui fait plus que doubler ses résultats de 1975, arrivant même en tête dans le district de Guarda et devant le PCP, qui augmente assez peu en voix mais profite de la hausse du nombre de députés. Les communistes confirment cependant leur ancrage dans le sud du pays en prenant la première place dans trois districts, contre un seul l'année précédente.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les socialistes ayant confirmé leur première place nationale, Mário Soares est appelé par le président António Ramalho Eanes le 23 juillet, presque trois mois après le scrutin, pour devenir le premier Premier ministre constitutionnel. Il constitue alors un gouvernement minoritaire qui dure jusqu'au 30 janvier 1978, date à laquelle le PS forme une coalition gouvernementale avec le CDS, qui prend fin au mois d'août.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]