Élections législatives niuéennes de 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique à Niue
Image illustrative de l'article Élections législatives niuéennes de 2011

Des élections législatives se sont tenues à Niue le 7 mai 2011. Il s'agissait d'élire les vingt membres de l'Assemblée nationale. Quatorze députés furent élus en tant que représentants des villages, et six furent élus hors circonscription. Il y avait environ 600 électeurs inscrits ; Niue est l'un des plus petits pays du monde[1].

Depuis 2003, il n'y a pas de parti politique à Niue, et les candidats étaient donc inscrits à titre indépendant.

Résultats[modifier | modifier le code]

Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Dix-neuf des vingt députés sortants furent candidats à la réélection ; l'exception fut O'Love Jacobsen, qui avait quitté la politique de l'île pour être nommée haut commissaire de Niue en Nouvelle-Zélande. Seize sortants furent réélus, ou reconduits sans opposition ; trois furent battus.

Hors circonscription[modifier | modifier le code]

Dix-sept candidats ont concouru pour les six sièges dont les députés sont élus au scrutin national. Parmi eux, le premier ministre sortant, Toke Talagi, qui arriva en tête et conserva ainsi son siège à l'Assemblée. Il fut l'un des trois sortants reconduits ; les sortantes Esther Pavihi et Maihetoe Hekau furent battues, et trois nouveaux députés firent leur entrée à l'Assemblée[2],[3]

Résultats complets[1] :

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Toke Talagi 467 10,49 % réélu -0,2 %
Terry Coe 429 9,64 % réélu -0,5 %
Joan Viliamu 366 8,22 % élue +1,6 %
Stan Kalauni 360 8,09 % élu +4,1 %
Togia Sioneholo 326 7,32 % réélu -0,4 %
Crossley Tatui 324 7,28 % élu n/a
Opoleta Tiaka 297 6,67 % battu n/a
Asu Pulu 289 6,49 % battu n/a
Maru Tafagi 270 6,06 % battu n/a
Esther Pavihi 250 5,62 % battue -1,7 %
Maihetoe Hekau 242 5,44 % battue -1,8 %
Lofa Rex 210 4,72 % battu n/a
Willie Papani 195 4,38 % battu n/a
Grace Talagi 169 3,80 % battue n/a
Laga Lavini 159 3,57 % battu n/a
David Poihega 67 1,50 % battu n/a
Vilikaua Vilikai 32 0,72 % battu n/a

Circonscriptions[modifier | modifier le code]

Le pays est divisé en quatorze circonscriptions, la plupart correspondant à un village, et chacune élisant un député (quelle que soit sa population). La capitale, Alofi, est divisée en deux circonscriptions. Dans six circonscriptions, le député sortant était le seul candidat, et fut donc automatiquement reconduit. Dans les huit autres, il y avait deux ou trois candidats, mais le député sortant fut réélu partout sauf à Makefu, où le sortant (Tofua Puletama) termina en deuxième position. Voici les résultats[3],[2] :

Alofi nord

Dans le nord de la capitale, le sortant Vaainga Tukuitonga obtint la plus large victoire, avec plus de trois quarts des suffrages.

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Vaainga Tukuitonga 62 77,5 % réélu n/a (n'avait pas eu d'adversaire en 2008)
Roz Hipa 18 22,5 % battu n/a

Alofi sud

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Dalton Tagelagi 116 60,42 % réélu +26,1 %
Charlie Togahai 76 39,58 % battu +16,2 %

Avatele

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Billy Talagi n/a (pas d'adversaire) n/a reconduit n/a (n'avait pas eu d'adversaire en 2008)

Hakupu

Cette élection vit s'affronter l'ancien premier ministre Young Vivian (2002-2008) et Michael Jackson, le seul journaliste du pays, député de 1993 à 2008 qui cherchait à retrouver un siège. Vivian, qui n'avait pas eu à affronter d'adversaire à Hakupu en 2008, parvint à écarter son opposant à quatre voix près, et conserva son siège.

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Young Vivian 33 53,23 % réélu n/a (n'avait pas eu d'adversaire en 2008)
Michael Jackson 29 46,77 % battu n/a

Hikutavake

L'une des plus petites circonscriptions vit s'affronter les mêmes adversaires qu'en 2008. Opili Talafasi avait alors battu Pamela Togiakona à une voix près (quinze voix contre quatorze) ; cette fois, l'écart fut de deux voix, toujours en sa faveur.

La nuit de l'élection, un incendie criminel détruisit la maison de Martin Talafasi, fils du député, et des bagarres éclatèrent dans le village. La candidate perdante, Pamela Togiakona, fut arrêtée avec plusieurs autres personnes, et inculpée pour coups et blessures ; elle fut par la suite relaxée. Deux hommes plaidèrent coupable, l'un pour coups et blessures, l'autre pour la destruction d'un poste de télévision. Un troisième homme fut inculpé pour l'incendie criminel[4].

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Opili Talafasi 13 54,17 % réélu +2,5 %
Pamela Togiakona 11 45,83 % battue -2,5 %

Lakepa

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Halene Magatogia n/a (pas d'adversaire) n/a reconduit n/a (n'avait pas eu d'adversaire en 2008)

Liku

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Pokotoa Sipeli n/a (pas d'adversaire) n/a reconduit n/a (n'avait pas eu d'adversaire en 2008)

Makefu

Dans ce qui s'avéra être le résultat le plus serré de cette élection, Salilo Tongia fut le seul candidat à battre un député sortant dans une circonscription. Il devança le sortant Tofua Puletama d'une seule voix.

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Salilo Tongia 16 43,24 % élu n/a
Tofua Puletama 15 40,54 % battu -19,5 %
Charlie Tohovaka 6 16,22 % battu n/a

Mutalau

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Bill Vakaafi 34 72,34 % réélu n/a (n'avait pas eu d'adversaire en 2008)
Ioane Makaseau 13 27,66 % battu n/a

Namukulu

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Jack Willie Lipitoa n/a (pas d'adversaire) n/a reconduit n/a (n'avait pas eu d'adversaire en 2008)

Tamakoutoga

Cette circonscription fut la seule où un candidat l'ayant emporté face à un adversaire en 2008 fut reconduit sans adversaire en 2011. Peter Funaki avait remporté le siège en 2008 avec 63.4% des voix.

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Peter Funaki n/a (pas d'adversaire) n/a réélu n/a

Toi

L'élection dans cette circonscription fut invalidée début 2012. En effet l'élu, Dion Taufitu, étant à Auckland et malade au moment de la prise de fonction des autres députés, le président du Parlement Hiva Levy le visita à Auckland pour qu'il y prête serment - dérogeant ainsi à la règle voulant que le serment soit prêté en public. Suite à une décision de la Haute Cour, une élection partielle fut programmée pour le 31 mars[5].

Les résultats ci-dessous sont ceux de l'élection initiale :

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Dion Taufitu 11 61,11 % réélu -1,4 %
Hamouli Kaulima 4 22,22 % battu n/a
Lilivaka Muimatagi 3 16,67 % battu n/a

Tuapa

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Fisi Pihigia n/a (pas d'adversaire) n/a reconduit n/a (n'avait pas eu d'adversaire en 2008)

Vaiea

Candidat Voix  % Élu ? +/-%
Taliatitama Taliati n/a (pas d'adversaire) n/a reconduit n/a (n'avait pas eu d'adversaire en 2008)

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Les députés devaient ensuite élire un Premier ministre, le 16 mai. Le sortant, Toke Talagi, fut réélu à ce poste par les députés, obtenant les suffrages de onze de ses pairs, face à huit pour Togia Sioneholo[6].

Le premier ministre devait ensuite nommer ses trois ministres, parmi les députés. Talagi reconduisit Pokotoa Sipeli au poste de ministre de l'Agriculture, lui confiant également (entre autres) le ministère de l'Éducation. Il nomma Halene Magatogia à des ministères incluant ceux de la Justice et des Travaux publics ; Joan Viliamu, nouvelle députée, obtint notamment le ministère de la Santé[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) "Niue General Election 2011 Results", Niue TV, 12 mai 2011
  2. a et b (en) "Four New Members In Assembly", Pacific Alliance of Development Journalists, 8 mai 2011
  3. a et b (en) "Preliminary Results Niue Election 2011", Niue News One, 8 mai 2011
  4. (en) "Village Fire Charges Heard / Former Customs Officer Ordered To Pay Up Or Go Jail", Niue News One, 17 novembre 2011
  5. (en) "Niue by-election after oath declared void", Radio New Zealand International, 7 mars 2012
  6. (en) "Niue", CIA World Factbook, 27 septembre 2011
  7. (en) Site du gouvernement niuéen : Ministres