Élections législatives locales de 2011 à Berlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les élections législatives locales de 2011 à Berlin (Wahl zum Abgeordnetenhaus von Berlin 2011) se sont tenues le afin d'élire les 120 membres de la 17e législature de la Chambre des députés de Berlin. Elles sont remportées par le maire social-démocrate sortant Klaus Wowereit.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lors des élections du , le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) de Klaus Wowereit, maire-gouverneur depuis 2001, avait confirmé son statut de premier parti de la capitale fédérale avec 30 % des voix, assurant une légère progression. Il avait ensuite reconduit sa coalition avec Die Linke, qui accusait de son côté une fort recul, de l'ordre de neuf points, en recueillant 13 % des suffrages. À l'inverse, avec quatre points supplémentaires, Les Verts signaient la plus forte hausse du scrutin, décrochant également 13 %. Quant à l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), malgré une perte de plus de deux points, elle s'était maintenue comme deuxième force politique du Land, avec 21 % des voix.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Principes généraux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système électoral allemand.

Les députés à la Abgeordnetenhaus de Berlin, élus pour une législature de cinq ans, sont au nombre de cent-vingt au moins. Ils sont désignés selon un système de « représentation proportionnelle mixte »[1].

Détails[modifier | modifier le code]

Lors des élections locales à Berlin, chaque électeur dispose de deux voix : la première lui permet de voter pour un seul candidat, dans l'une des soixante-dix huit circonscriptions de la ville, dans le cadre du scrutin uninominal majoritaire à un tour, tandis que la seconde permet de voter pour une liste de candidats présentée par chaque parti ou association électorale, au niveau du Land ou des douze arrondissements de la ville.

Pour attribuer les sièges, on répartit l'ensemble des sièges à pourvoir à la Abgeordnetenhaus à la proportionnelle suivant le quotient de Hare en se basant sur le nombre de « secondes voix ». On soustrait ensuite le nombre de sièges obtenus dans les circonscriptions, et les sièges éventuellement non-pourvus sont comblés par les candidats présents sur les listes. Si un parti a obtenu plus de sièges avec ses premières voix que la proportionnelle ne lui en attribue, il les conserve. Ces « mandats supplémentaires » (Überhangsmandate) sont compensés par l'attribution de « mandats compensatoires » (Ausgleichsmandate) aux autres formations, afin de maintenir la représentation proportionnelle, ce qui conduit à une augmentation du nombre de membres du Parlement local. Ainsi aux dernières élections, 139 députés ont été élus, soit 9 de plus que prévu par la loi électorale.

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Résultat en 2006
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Klaus Wowereit
Maire-gouverneur
53 députés
30,8 % des voix
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Frank Henkel 37 députés
21,3 % des voix
Die Linke Harald Wolf
Sénateur pour l'Économie
23 députés
13,4 % des voix
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Renate Künast 23 députés
13,1 % des voix
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Christoph Meyer 13 députés
7,6 % des voix

Campagne[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Sondages[modifier | modifier le code]

Institut Date CDU SPD Verts FDP Linke
Emnid 04.09.2011 23,0 % 32,0 % 20,0 % 4,0 % 11,0 %
Forsa 02.09.2011 21,0 % 32,0 % 19,0 % 4,0 % 11,0 %
Emnid 30.08.2011 24,0 % 33,0 % 19,0 % 5,0 % 11,0 %
Infratest 30.08.2011 22,0 % 30,0 % 22,0 % 3,0 % 11,0 %
FGW 26.08.2011 20,5 % 33,0 % 20,5 % 3,5 % 10,5 %
INFO GmbH 18.08.2011 23,0 % 36,0 % 22,0 % 2,0 % 8,0 %
Forsa 31.07.2011 19,0 % 30,0 % 24,0 % 3,0 % 13,0 %
INFO GmbH 21.07.2011 21,0 % 29,0 % 26,0 % 2,0 % 13,0 %
Emnid 17.07.2011 21,0 % 32,0 % 22,0 % 3,0 % 14,0 %
Infratest 06.07.2011 23,0 % 29,0 % 24,0 % 3,0 % 14,0 %
Forsa 04.07.2011 18,0 % 31,0 % 27,0 % 3,0 % 11,0 %
INFO GmbH 17.06.2011 17,0 % 33,0 % 29,0 % 3,0 % 12,0 %
Infratest 08.06.2011 21,0 % 30,0 % 25,0 % 4,0 % 12,0 %
Forsa 29.05.2011 17,0 % 31,0 % 27,0 % 3,0 % 10,0 %
Info GmbH 20.05.2011 20,0 % 28,0 % 31,0 % 2,0 % 11,0 %
Infratest 11.05.2011 21,0 % 29,0 % 26,0 % 3,0 % 13,0 %
Forsa 01.05.2011 18,0 % 29,0 % 29,0 % 2,0 % 10,0 %
Info GmbH 23.04.2011 20,0 % 27,0 % 30,0 % 3,0 % 13,0 %
Emnid 10.04.2011 20,0 % 27,0 % 29,0 % 3,0 % 14,0 %
Infratest 06.04.2011 21,0 % 26,0 % 28,0 % 3,0 % 15,0 %
Info GmbH 31.03.2011 19,0 % 32,0 % 29,0 % 3,0 % 11,0 %
Forsa 26.03.2011 19,0 % 29,0 % 24,0 % 3,0 % 13,0 %
Dernières élections 17.09.2006 21,3 % 30,8 % 13,1 % 7,6 % 13,4 %
Source : Wahlrecht

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Composition politique de la nouvelle assemblée
Résultat des principaux partis[2]
Parti Voix Résultat
en %
+/- Nombre
de sièges
+/-
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 413 124 28,3 % en diminution 2,5 47 en diminution 6
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 340 992 23,3 % en augmentation 2,0 39 en augmentation 2
Alliance 90 / Les Verts (B90/Die Grünen) 256 940 17,6 % en augmentation 4,5 29 en augmentation 6
Die Linke 170 829 11,7 % en diminution 1,7 19 en diminution 4
Parti pirate 129 795 8,9 % en augmentation 8,9 15 en augmentation 15
Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) 31 243 2,1 % en diminution 0,5 0 ±
Parti libéral-démocrate (FDP) 26 916 1,8 % en diminution 5,8 0 en diminution 13
TOTAL (participation : 60,2 %) 1 369 839 93,8 % n/a 149 =

Analyse[modifier | modifier le code]

Le Parti social-démocrate (SPD) du maire Klaus Wowereit reste le premier parti de la ville mais rassemble une proportion des votes légèrement plus faible que lors des précédentes élections, tout comme son partenaire au gouvernement, Die Linke. Leur nombre de sièges combiné ne suffit donc pas pour reconduire la coalition au pouvoir à Berlin depuis 2002. L'Union chrétienne-démocrate (CDU) est le deuxième parti après le SPD. Le score des Verts augmente nettement par rapport aux élections de 2006 et le parti obtient ainsi le troisième groupe au parlement régional. Le parti pirate entre pour la première fois dans un parlement régional en Allemagne tandis que le Parti libéral-démocrate (FDP) échoue à dépasser le seuil de 5 % des votes nécessaire pour y être représenté.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Klaus Wowereit est arrivé en tête, mais la coalition rouge-rouge avec la Linke n'a plus de majorité au Sénat. La SPD peut gouverner avec les Verts ou avec la CDU. Klaus Wowereit avait déclaré avant le scrutin qu'il ne pouvait « imaginer mener avec la CDU une politique innovante et progressiste pour Berlin ». Il entame des négociations de coalition avec les Verts, mais il met fin aux discussions car ceux-ci s'opposent à la prolongation d'une autoroute périphérique de Berlin. Il conclut alors un traité de coalition avec la CDU, qui prévoit quatre postes de sénateur pour chacun des partenaires[3].

Klaus Wowereit est réélu bourgmestre-gouverneur par la Chambre des députés de Berlin le 24 novembre 2011 avec 84 voix pour, 63 voix contre et une abstention. Il entre en fonction le jour même[4], et annonce la composition de son gouvernement, le sénat Wowereit IV, le 28 novembre[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Übersicht über die Wahlsysteme bei Landtagswahlen – Berlin »
  2. (de) Résultats officiels]
  3. (fr) « Berlin, laboratoire politique », Le Monde, 12 décembre 2011.
  4. (de) « Wowereit erneut zum Regierenden Bürgermeister gewählt », Rundfunk Berlin Brandenburg, 24 novembre 2011
  5. (de) « Frischzellenkur für Wowereit », Berliner Zeitung, 28 novembre 2011.