Élections générales québécoises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique au Québec
Image illustrative de l'article Élections générales québécoises
Pouvoir exécutif
Gouvernement
Conseil exécutif
Premier ministre
Ministères
Pouvoir législatif
Parlement du Québec
Assemblée nationale
Président
Chef de l'opposition
Pouvoir judiciaire
Cour d'appel
Cour supérieure
Cour du Québec
Législation
Charte des droits et libertés
Charte de la langue française
Code civil
Code de procédure civile
Débat constitutionnel
Autonomisme
Fédéralisme
Souverainisme
Élections
Partis politiques

Les élections générales québécoises sont des élections se déroulant, au plus, tous les cinq ans. Elles permettent de procéder à l'élection de l'ensemble des 125 députés membres de l'Assemblée nationale du Québec, à raison d'un député par circonscription provinciale, au suffrage universel direct.

La première élection générale s'est tenu en août et septembre 1867 suite à la création de la fédération canadienne. La dernière, la 41e élection, s'est tenue le 7 avril 2014

Mode électoral[modifier | modifier le code]

Les élections générales québécoises fonctionnent selon le principe du scrutin uninominal majoritaire à un tour. C'est à titre que le territoire est divisé en plusieurs circonscriptions électorales qui élisent chacune un député à l'Assemblée nationale. Les votes dans une circonscription n'ont aucun impact sur les résultats d'une autre circonscription.

Au Québec, le territoire est divisé en 125 circonscription qui élisent chacune un député à l'Assemblée nationale. En 1867, le territoire était divisé en 65 circonscriptions. Ce nombre a progressivement augmenté jusqu'en 1989 où il a atteint 125. La Loi électorale détermine la délimitation des circonscriptions.

Déclenchement des élections[modifier | modifier le code]

Les élections doivent avoir lieu au minimum à tous les cinq ans[1],[2]. Elles peuvent toutefois être reportées « en cas de guerre, d'invasion ou d'insurrection, réelles ou appréhendées » si l'Assemblée nationale le fait, à moins que plus du tiers de ses membres s'y oppose[1].

Le lieutenant-gouverneur du Québec est responsable de décider du déclenchement des élections[3]. En pratique toutefois, il ne le fait que lorsque le premier ministre du Québec lui demande de le faire.

Droit de vote[modifier | modifier le code]

De manière générale, tous les citoyens canadiens de plus de 18 ans, qui résident au Québec depuis plus de six mois, qui ne sont pas en curatelle et n'ont pas été privé de leur droit de vote en application de certaines lois, a le droit de vote[4].

Les détenus ont depuis longtemps le droit de vote au Québec[5].

Élections partielles[modifier | modifier le code]

Lorsqu'un siège devient vacant à l'Assemblée nationale, le gouvernement a six mois pour convoquer une élection partielle afin de combler le poste de député[6].

Résultats depuis 1867[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessus indique le résultat des élections générales québécoises depuis la confédération canadienne de 1867.

Résultats des élections générales québécoise depuis 1867
Élection
générale
Libéral Parti québécois Action démocratique
Coalition Avenir
Conservateur Union nationale ALN Partis créditistes Autres
Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges
1867 35 % 13[7] 53 % 51 11 % 0
1871 39 % 19 52 % 46 9 % 0
1875 39 % 19 51 % 43 10 % 3[8]
1878 47 % 31 min. 49 % 32 3 % 2[9]
1881 39 % 15 50 % 49 11 % 1[10]
1886 40 % 33 46 % 26 14 % 6[11]
1890 45 % 43 45 % 23 10 % 7[12]
1892 44 % 21 52 % 51 4 % 1[13]
1897 53 % 51 44 % 23 3 % 0
1900 53 % 67 42 % 7 5 % 0
1904 55 % 67 27 % 7 18 % 0
1908 54 % 57 40 % 14 7 % 3[14]
1912 54 % 62[15] 43 % 16 3 % 3[16]
1916 61 % 75 35 % 6 4 % 0
1919 52 % 74 17 % 5 31 % 2[17]
1923 52 % 64 39 % 20 9 % 1[18]
1927 59 % 74 34 % 9 6 % 2[19]
1931 55 % 79 44 % 11 2 % 0
1935 47 % 48 18 % 16 30 % 26 5 % 0
1936 40 % 14 57 % 76 3 % 0
1939 54 % 70 39 % 15 5 % 0 2 % 1[20]
1944 39 % 37 38 % 48 1 %[21] 0 21 % 6[22]
1948 36 % 8 51 % 82 9 %[21] 0 3 % 2[23]
1952 46 % 23 50 % 68 4 % 1[24]
1956 45 % 20 52 % 72 3 % 1[24]
1960 51 % 51 47 % 43 2 % 1[24]
1962 56 % 63 42 % 31 1 % 1[24]
1966 47 % 50 41 %[25] 56 12 % 2[26]
1970 45 % 72 23 % 7 20 % 17 11 %[27] 12 1 % 0
1973 55 % 102 30 % 6 5 % 0 10 %[28] 2 0 % 0
1976 34 % 26 41 % 71 18 % 11 5 %[29] 1 2 % 1[30]
1981 46 % 42 49 % 80 4 % 0 0 %[31] 0 1 % 0
1985 56 % 99 39 % 23 0 % 0 0 %[31] 0 5 % 0
1989 50 % 92 40 % 29 0 %[31] 0 10 % 4[32]
1994 44 % 47 45 % 77 6 % 1 4 % 0
1998 44 % 48 43 % 76[33] 12 % 1 2 % 0
2003 46 % 76 33 % 45 18 % 4 3 % 0
2007 33 % 48 min. 28 % 36 31 % 41 8 % 0
2008 42 % 66 35 % 51 16 % 7 6 % 1[34]
2012 31 % 50 32 % 54 min. 27 % 19 10 % 2[35]
2014 42 % 70 25 % 30 23 % 22 8 % 3[36]
Élection
générale
Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges
Libéral Parti québécois Action démocratique
Coalition Avenir
Conservateur Union nationale ALN Partis créditistes Autres

Notes[modifier | modifier le code]

min.. Gouvernement minoritaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Loi constitutionnelle de 1982, art. 4, al. 2.
  2. Loi sur l'Assemblée nationale, L.R.Q., chap. A-23.1, art. 6.
  3. Loi sur l'Assemblée nationale, L.R.Q., chap. A-23.1, art. 6, al. 2.
  4. Loi électorale, art. 1, al. 1 à 5.
  5. Brun, Tremblay et Brouillet 2008, p. 283.
  6. Loi électorale, art. 130.
  7. Certaines sources indique que Pierre-Alexis Tremblay, élu sans opposition dans le district de Chicoutimi-Saguenay était indépendant. Ainsi quelques sources donnent 12 sièges pour les libéraux et 1 indépendant.
  8. Ces trois députés ont été élus sous la bannière conservatrice indépendante.
  9. Ces deux députés ont été élus sous la bannière conservatrice indépendante.
  10. Ce député a été élu sous la bannière conservatrice indépendante.
  11. Trois députés ont été élus sous la bannière du Parti national et trois autres sous la bannière conservatrice indépendante.
  12. Cinq députés ont été élus sous la bannière du Parti national, un avec le Parti ouvrier et un sous la bannière conservatrice indépendante.
  13. Ce député a été élu sous la bannière conservatrice indépendante.
  14. Ces trois députés ont été élus sous la bannière de la Ligue nationaliste canadienne.
  15. Certaines sources indiquent 63 députés libéraux, puisqu'ils classent Jean Prévost comme libéral plutôt que comme libéral indépendant.
  16. Ces trois députés sont respectivement du Parti ouvrier, de la Ligue nationaliste canadienne et de la bannière libéral indépendant. Certaines sources indiquent toutefois le libéral indépendant Jean Prévost comme étant libéral.
  17. Ces deux députés viennent du Parti ouvrier.
  18. Ce député a été élu sous la bannière libérale opposition.
  19. Ces députés ont respectivement été élus sous les bannières libérale indépendante et du Parti ouvrier.
  20. Ce député est l'indépendant Camillien Houde.
  21. a et b Ces résultats sont ceux de l'Union des électeurs.
  22. Ces résultats comprennent les quatre députés du Bloc populaire canadien, le député David Côté de la Fédération du Commonwealth Coopératif et le député indépendant René Chaloult.
  23. Ces deux députés sont les indépendants Frank Hanley et René Chaloult.
  24. a, b, c et d Ce député est l'indépendant Frank Hanley.
  25. L'Union nationale remporte l'élection de 1966 bien qu'elle recueille moins de voix que le Parti libéral, car elle obtient davantage de sièges à l'Assemblée nationale.
  26. Ces deux députés sont les indépendants Frank Hanley et Arthur Ewen Séguin.
  27. Ces résultats sont ceux du Ralliement créditiste du Québec et du Parti crédit social uni (ce dernier n'a recueilli que 53 voix.).
  28. Ces résultats sont ceux du Parti créditiste.
  29. Ces résultats sont ceux du Ralliement créditiste du Québec.
  30. Ce député est celui du Parti national populaire Fabien Roy.
  31. a, b et c Ces résultats sont ceux du seul parti créditiste lors de cette élection, le Parti crédit social uni.
  32. Ces quatre députés sont élus sous la bannière du Parti égalité.
  33. Le Parti québécois remporte l'élection de 1998 bien qu'il recueille moins de voix que le Parti libéral, car il obtient davantage de sièges à l'Assemblée nationale.
  34. Ce député est le porte-parole de Québec solidaire Amir Khadir.
  35. Les deux députés sont ceux de Québec solidaire.
  36. Les trois députés sont ceux de Québec solidaire.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Brun, Guy Tremblay et Eugénie Brouillet, Droit constitutionnel, Cowansville (Québec, Canada), Éditions Yvon Blais,‎ 2008, 5e éd., 1548 p. (OCLC 233522214)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]