Élections au Parlement basque de 2009

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Juan José Ibarretxe, semblable à Spock et a été fréquemment commenté, entouré de militants et candidats de son parti déguisés en "trekkies" pendant la campagne des élections autonomes de 2009 qui a coïncidé avec le Carnaval.
Patxi López dans la baie de La Concha de Saint-Sébastien avec les membres des jeunesses socialistes Basques le jour du carnaval, en pleine campagne pour les élections autonomes basques de 2009.
Antonio Basagoiti en un meeting à Getxo.

Les élections au Parlement Basque de 2009, qui ouvrent le pas à la IXe législature, ont eu lieu le 1er mars 2009, le même jour que les élections au Parlement de la Galice, comme l'avait annoncé le lehendakari Juan José Ibarretxe le 2 janvier 2009[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Parmi les éléments les plus significatifs de ces élections on voit que le Parti nationaliste basque (PNV) et Eusko Alkartasuna (EA) se sont présentés séparément, contrairement aux deux rendez-vous électoraux au Parlement Basque précédents. Ainsi la gauche Abertzale, représentée dans les élections précédentes par le Parti communiste des terres basques (EHAK-PCTV), ne sera pas représentée dans la chambre car non légalisée. On estime qu'ils sont un parti prenant le relais de l'activité de Batasuna. Ce sont aussi les premières élections autonomes dans lesquelles se présente Union, progrès et démocratie. De même Ezker Batua-Berdeak et Aralar n'ont pas répété la coalition des élections municipales et statutaires de 2007.

Par rapport aux tentatives de la gauche abertzale de se présenter aux élections, on a présenté deux listes différentes dans les trois territoires : un groupement d'électeurs appelé Demokrazia 3 Milioi (wiki espagnole), (Democratie 3 Millions » (D3M), dont les candidatures étaient des membres de candidatures précédentes devenues illégale, et le parti Askatasuna, lequel avait présenté une faible activité jusqu'à alors. Les deux listes ont été annulées le 8 février 2009 par le Tribunal Suprême[2]. L'annulation a été confirmé par le Tribunal Constitutionnel le 12 février[3]. Les élections de 2009 ont donc été les premières élections autonomes basques sans une candidature du secteur de la gauche abertzale qui n'est pas opposée au terrorisme d'ETA. Après la confirmation de l'annulation des candidatures, la gauche abertzale a appelé au vote nul, en utilisant les votes de D3M[4].

Le processus électoral précédent, élections générales de mars 2008 avaient supposé, pour la première fois depuis la restauration de la démocratie, la déroute du PNB aux mains du PSE-EE tant au niveau global de la communauté autonome que dans toutes les provinces, et de belle manière. D'autre part, Eusko Alkartasuna a perdu sa représentation au Congrès en tant qu'Ezker Batua. Il n'est pas parvenu à récupérer le siège qu'il avait obtenu en 1996 :

Élections générales espagnoles de 2008 en Pays basque
Parti Voix % Sièges
(Alava)
Sièges
(Guipuscoa)
Sièges
(Biscaye)
Sièges
(total)
Dif.
Parti socialiste du Pays basque-Gauche basque (PSE-EE) 430 690 38,14 2 3 4 9 +2
Parti nationaliste basque (EAJ-PNV) 306 128 27,11 1 2 3 6 -1
Parti populaire (Espagne) (PP) 209 244 18,53 1 1 1 3 -1
Ezker Batua Berdeak (EBB) 50 403 4,46 0 0 0 0 0
Eusko Alkartasuna (EA) 50 371 4,46 0 0 0 0 -1
Aralar 29 989 2,66 0 0 0 0 0

Les résultats de l'Euskobarómetro [5] de novembre 2008 ont montré un lien technique sur les sièges entre le PNB et le PSE avec un léger avantage pour le premier en vote populaire. Une majorité d'électeurs (47 %) préférait un changement de lehendakari (contre 42 % que ne le souhaitait pas), bien que le candidat préféré pour la moitié de l'électorat soit Juan José Ibarretxe, et seulement 22 % pour Patxi López[6].

Euskobarómetro de novembre 2008
Partido Intention
directe de vote
Estimation
de vote
Pourcentage
estimé
(%)
Enquêtes
estimation
(Alava)
Enquêtes
estimation
(Guipuscoa)
Enquêtes
estimation
(Biscaye)
Enquêtes
estimation
(totaux)
Dif.
Parti nationaliste basque (EAJ-PNV) 390 000 400 000 34 7(+1) 9(+1) 11(-1) 26-28 +4/+6a
Parti socialiste Basque (PSE-EE) 250 000 350 000 31 9 9(-1) 9(-1) 25-27 +7/+9
Parti populaire (PP) 45 000 180 000 16 7(-1) 3 4(+1) 13-15 -2/0
Ezker Batua Berdeak (EBB) 50 000 50 000 5 1 1 1 3 0
Eusko Alkartasuna (EA) 45 000 50 000 4 1(-1) 2 0(+1) 2-4 -5/-3a
Aralar 25 000 30 000 3 0 1 0 1 0
(Batasuna)b 100 000 - - 0 0 0 0 -9

aListes de coalition PNV-EA, 22 des 29 députés appartiennent au PNV et les 7 restants au EA.
bComme representante de la "izquierda abertzale ilegalizada" (Gauche Patriotique illégalisée). Avant la prévision de ne pouvoir participer aux élections, Euskobarómetro ne projète l'estimation des votes. La différence des enquêtes est donnée au EHAK-PCTV

Candidats[modifier | modifier le code]

Candidats à la présidence du gouvernement[modifier | modifier le code]

Les têtes de liste confirmées jusqu'à présent sont Juan José Ibarretxe pour le PNB[7], Antonio Basagoiti pour le PP[8], Patxi López pour le PSE-EE[9], Javier Madrazo pour EB-B [10] et Unai Ziarreta pour EA[11]. Tant Aralar[12] que Union, progrès et démocratie[13] ont confirmé qu'ils ne présenteraient pas de candidat au poste de Lehendakari.

Javier Madrazo s'est présenté pour la cinquième fois, Juan José Ibarretxe pour la quatrième, Patxi López pour la seconde fois, et tant Antonio Basagoiti qu'Unai Ziarreta se sont présentés pour la première fois comme candidats.

Candidats par circonscriptions[modifier | modifier le code]

Dans les élections au Parlement Basque il existe trois circonscriptions : Alava, Guipuscoa et Biscaye.

Candidats par circonscriptions
Partido Álava Guipúzcoa Vizcaya
Parti nationaliste basque EAJ/PNV Juan José Ibarretxe Joseba Egibar Izaskun Bilbao
PSE-EE-PSOE Txarli Prieto Iñaki Arriola Patxi López
Parti populaire du Pays basque PP Iñaki Oyarzabal Arantza Quiroga Antonio Basagoiti
Demokrazia Hiru Milioi D3M a Rosario Las Heras Idoia Ibero Iciar Lopategui
Eusko Alkartasuna EA Rafael Larreina Jesús Mari Larrazabal Unai Ziarreta
Ezker Batua Berdeak EBB José Miguel Fernández López de Uralde Mikel Arana Javier Madrazo
Aralar Mikel Basabe Aintzane Ezenarro Daniel Maeztu
UPyD Gorka Maneiro Maleni San Vicente Lidia Brancas

a Liste annulée par le tribunal Suprême.

Enquêtes[modifier | modifier le code]

Parti Mi-campagne
Euskobarómetro[6]
Novembre 2008
Público[14]
8 février 2009
La Razón[15]
9 février 2009
Centro de Investigaciones Sociológicas (CIS)
12 février 2009
Gouvernement basque[16]
16 février 2009
El Mundo[17]
22 février 2009
% Sièges Dif. % Sièges Dif. % Sièges Dif. % Sièges Dif. % Sièges Dif. % Sièges Dif. % Sièges Dif.
Parti nationaliste basque (EAJ-PNV) 34 26-28 +4/+6 35 28 +6 32,4 26 +4 28-30 +6/+8 35,3 27-28 +5/+6 26-27 +4/+5 36,2 27-29 +5/+7
Parti socialiste basque (PSE-EE) 31 25-27 +7/+9 29 25 +7 26,6 23 +5 26-27 +8/+9 27,7 26 +8 26-27 +8/+9 28,4 22-25 +4/+7
Parti populaire (PP) 16 13-15 -2/= 11,7 10-11 -5/-4 10,8 10 -5 13-14 -2/-1 13,4 11-12 -4/-3 13 -2 15,1 12-14 -3/-1
Ezker Batua Berdeak (EBB) 5 3 = 5,3 4-5 +1/+2 4,9 3-4 =/+1 3 = 5,1 3 = 3 = 5,2 3 =
Eusko Alkartasuna (EA) 4 2-4 -5/-3 4,2 3 -4 4,6 3 -4 1/2 -6/-5 5,3 3-4 -4/-3 4 -3 5,7 3 -4
Aralar 3 1 = 7,4 3-4 +2/+3 6,7 3-4 +2/+3 1 = 4,3 3 +2 2 +1 3,5 2 +1
Union, progrès et démocratie (UPyD) 0 0 3,2 0-1 0/+1 3 0-1 0/+1 1 +1 1,9 0/1 0/+1 0 0 3,9 2 +2
Batasuna et affiliésa 7,9 6 -3 b
Triparties (PNV-EB-EA) + Aralar 31-35 (32-36) 35-36 (38-40) 32-33 (35-37) 32-35 (33-36) 34 (37) 33-34 (35-36) 33-35 (35-37)
Parti Mi-campagne Fourchette
El País[18]
22 février 2009
ABC[19],[20]
22 février 2009
El Diario Vasco / El Correo[21],[22],[23]
22 février 2009
Público[24]
23 février 2009
% Sièges Dif. % Sièges Dif. % Sièges Dif. % Sièges Dif. Sièges
Parti nationaliste basque (EAJ-PNV) 34,5 27 +5 37,6 30 +8 36,5 27-29 +5/+7 34,1 26-28 +4/+6 26-30
Parti socialiste Basque (PSE-EE) 30,2 26 +8 31,9 25-26 +7/+8 32,2 26-28 +8/+10 29,1 23-25 +5/+7 22-28
Parti populaire (PP) 15,0 13-14 -2/-1 15,6 13 -2 13,9 11-12 -4/-3 10,9 9-11 -6/-4 9-15
Ezker Batua Berdeak (EBB) 5,2 3 = 5,8 3 = 4,5 2-3 -1/= 6,0 4 +1 3-5
Eusko Alkartasuna (EA) 4,7 3 -4 1,3 0-1 -7/-6 4,6 2-4 -5/-3 5,0 3-4 -4/-3 0-4
Aralar 4,1 2 +1 3,6 2-3 +1/+2 5,1 3 +2 8,4 6 +5 1-6
Union, progrès et démocratie (UPyD) 1,9 0-1 0/+1 2,8 1 +1 2,5 1 +1 3,1 1-3 +1/+3 0-3
Batasuna et affiliésa 6c
Triparties (PNV-EB-EA) + Aralar 33 (35) 33-34 (35-37) 31-36 (34-39) 33-36 (39-42) 31-36 (32-42)

aDifférence avec EHAK-PCTV. On considère D3M et Askatasuna.
bPublie une estimation de voix nules de 7 % sur les voix apportées en Alava, 15 % en Guipuscoa et 8 % en Bizcaye.
cSeul un sondage a estimé la représentation qu'il pouvait obtenir.

Résultats[modifier | modifier le code]

Général[modifier | modifier le code]

Flag of the Basque Country.svg Élections au Parlement Basque de 2009
Lehendakari et gouvernement Parti Candidat Voix  % Sièges +/-
  • Lehendakari : Patxi López (PSE-EE/PSOE)
  • Gouvernement : PSE-EE/PSOE
  • Inscrits : 1 776 052
  • Votants : 1 141 219
  • Participation : 64,26 %
  • Abstention : 634 833 35,74 %
  • Sièges à répartir:
Euzko Alderdi Jeltzalea-Partido Nacionalista Vasco (EAJ-PNV) Juan José Ibarretxe Markuartu 396.557 38,56 30 +8
Parti socialiste du Pays basque-Gauche basque (PSE-EE/PSOE) Patxi López Álvarez 315 893 30,71 25 +7
Parti populaire (PP) Antonio Basagoiti Pastor 144 944 14,09 13 -2
Aralar (n'a pas présenté de candidat) 62 214 6,05 4 +3
Eusko Alkartasuna (EA) Unai Ziarreta Bilbao 37 820 3,68 1 -6
Ezker Batua - Berdeak (EB-B) Javier Madrazo Lavín 36 134 3,51 1 -2
Union, progrès et démocratie (UPyD) (n'a pas présenté de candidat) 22 002 2,14 1 +1
Berdeak-Los Verdes 5 531 0,54 0 =
Partido por un Mundo más Justo (PUM+J) 3 069 0,30 0 =
Partido Antitaurino contra el Maltrato Animal (PACMA) 1 446 0,14 0 =
Partido Obrero Socialista Internacionalista (POSI) 1 143 0,11 0 =
Partido Familia y Vida (PFyV) 1 050 0,10 0 =
Partido Humanista (PH) 450 0,04 0 =
Partido Carlista de Euskalherria (EKA) 302 0,03 0 =
Partido Comunista de las Tierras Vascas (EHAK-PCTV)a - - - 0 -9
blancs N/A 11.740 1,03 N/A N/A
Nuls N/A 100 924 8,84 N/A N/A

a Illégalisée pour être le véhiculé par Batasuna et les terroristes de l'ETA.

Par territoires historiques[modifier | modifier le code]

Résultats provisoires sans comptabiliser les votes des inscrits enregistrés (votes et pourcentages). Les résultats de sièges en effet sont définitifs.

Résultats par territoires historiques
Parti Alava Biscaye Guipuscoa
Voix  % Sièges +/- Votos  % Escaños +/- Voix  % Sièges +/-
EAJ-PNV 45 600 30,34 % 8 +2 240 015 41,53 % 12 +2 110 942 36,94 % 10 +4
PSE-EE 47 395 31,54 % 9 +2 176 699 30,58 % 8 +2 91 799 30,56 % 8 +3
PP 32 112 21,37 % 6 -1 81 015 14,02 % 4 -1 31 817 10,59 % 3 =
Aralar 6 585 4,38 % 1 +1 24 586 4,25 % 1 +1 31 043 10,34 % 2 +1
EA 5 267 3,50 % 0 -2 16 801 2,91 % 0 -1 15 752 5,24 % 1 -3
EB-B 5 143 3,42 % 0 -1 19 893 3,44 % 0 -1 11 098 3,70 % 1 =
UPyD 5 974 3,97 % 1 NP 10 801 1,87 % 0 NP 5 227 1,74 % 0 NP
Autres % % %
Blancs 1 797 1,12 % N/A N/A 6 162 0,98 % N/A N/A 3 751 1,07 % N/A N/A
Nuls 9 048 5,62 % N/A N/A 44 073 7,02 % N/A N/A 47 803 13,58 % N/A N/A

Le vote nul[modifier | modifier le code]

Après l'annulation des candidatures D3M et d'Askatasuna, l'environnement de la gauche abertzale a appelé à l'utilisation des votes de D3M, lesquels seraient comptabilisés comme vote nul[25]. Ce vote nul a dépassé les 100 000 voix, alors que dans des élections précédentes il a représenté 4 035 voix, et a été réclamé comme le sien par la gauche abertzale radicale en déclarant qu'ils avaient obtenu sept représentants[26] des Moyens étrangers à cette gauche abertzale ont mis en rapport l'accroissement du vote nul avec la campagne de D3M[27],[28],[29], estimant que les votes de D3M pouvaient différer sur 5 000 du total de nuls[30],[31] confirmant dans quelques cas l'attribution de sept sièges[32],[29]. Le ministre de l'Intérieur, Alfredo Pérez Rubalcaba, a chiffré les voix qui pouvaient être attribués à Batasuna a moins de 95.000 [33]

Le tableau suivant offre une projection de résultats en comptabilisant l'effet d'avoir admis comme valable le vote pour D3M qu'il a été publié comme nul. On a pris en compte le pourcentage de chaque parti en appliquant ensuite le Système De Hondt à tous ceux qui dans chaque province dépassent 3 % de la projection de « voix valable ».

Projection des résultats (comptabilisant le vote NUL)
Parti Pays basque
Voix Sièges[34],[31] +/- (résultats) +/- (2005)
EAJ-PNV 396 557 28 -2 +6
PSE-EE 315 893 23 -2 +5
PP 144 944 11 -2 -4
Attribués a D3M 100 924 (total de nuls, reclamés par D3M)[26],[29],
≈ 96 000[30], < 95 000 (Ministère de l'Intérieur) [33]
7[29],[34],[32] +7 -2 a
Aralar 62 214 4 = +3
EA 37 820 1 = -6
EB-B 36 134 0 -1 -3
UPyD 22 002 1 = +1
Autres 12 991
Blancs 11 710

adû à EHAK-PCTV.

Conséquences immédiates[modifier | modifier le code]

Ni le chef d'Eusko Alkartasuna, Unai Ziarreta, ni celui d'Ezker Batua, Javier Madrazo n'ont été réélus (tous les deux se présentaient comme têtes de liste pour la Biscaye). La même nuit du 1er mars Ziarreta a mis sa charge de président d'Eusko Alkartasuna à la disposition du parti[35] le 4 mars Serafín Llamas, secrétaire de l'organisation d'Ezker Batua, a annoncé sa démission et celle du coordinateur général Javier Madrazo[36] liée aux résultats de ces élections.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ibarretxe annonce que les élections basques auront lieu le 1er mars prochain
  2. Le tribunal Suprême anunule les listes de Askatasuna et D3M, El Mundo, 8 février 2009.
  3. Le tribunal Constitutionnel confirme l'annulation des listes de Askatasuna et D3M, El País, 13 février 2009.
  4. La gauche abertzale appelle à voter avec des bulletins de D3M, Europa Press, 14 février 2009.
  5. L'Euskobarómetro est une série d'enquêtes sociologiques sur la communauté autonome du Pays basque (Espagne) effectuées depuis 1995 tous les six mois par un groupe de chercheurs de l'Université du Pays basque et dirigées par le professeur de Science Politique (Ciencia Política) Francisco Llera. Sa base de données inclut des études sociologiques depuis la transition démocratique, et elles sont par leur extension un relais d'analyse de la société basque.
  6. a et b Dates de l'euskobarómetro de novembre 2008
  7. Ibarretxe, désigné comme candidat au poste de lehendakari, demande à ETA "qu'ils s'en aillent de nos vies" ("que se vaya de nuestras vidas")
  8. Le Parti Populaire proclame Antonio Basagoiti comme candidat au poste de lehendakari
  9. Le PSE choisit Patxi López comme candidat au poste de 'lenhendakari'
  10. Madrazo presente sa candidature au poste de lehendakari "pour la dernière fois" car "la politique n'est pas une profession"
  11. Ziarreta sera le candidat de EA au poste de lehendakari
  12. Aralar ne compte pas de candidat pour le poste de Lehendakari
  13. UPyD ne présenteront pas de candidat au poste de Lehendakari
  14. l'éfondrement du PP soutient Ibarretxe, Público, 8 février 2009.
  15. Sondeo de NC Report para LA RAZÓN: PSOE et PP se détachent, mais pourrait gouverner ensemble au Pays basque, La Razón, 9 de febrero de 2009.
  16. Enquête Gouvernement Basque
  17. Enquête Radiographique du Pays basque
  18. Le PSE aura la clé du pouvoir
  19. Le premier Lendakari non nationaliste sera possible avec un pacte PSE-PP
  20. Estimation de voix, ABC
  21. Égalité entre le PNV et le PSE avec 29 % d'indécis
  22. Égalité entre le PNV et le PSE avec 29 % d'indécis
  23. Enquête El Diario Vasco
  24. La montée de Aralar donne la majorité au nationalisme
  25. Le vote nul, l'autre épreuve décisive
  26. a et b L'apartheid impose un parlement hispanisant, excluant 101 000 votants et ouvre la porte à López. Dans des conditions extrêmement difficiles, la gauche patriotique (izquierda abertzale) reussit à obtenir 100 000 voix. [… Ses candidatures interdites par Madrid, poursuivie dans sa propagande jusqu'au dernier moment par la Ertzaintza de Lakua, rendue invisible par l'ensemble des médias, et avec l'eternelle chansonnette que ces petits paiers ne serviraient à rien, D3M obtint hier des résultats qui lui auraient servis pour avoir sept sièges au parlement de Gasteiz. Les mêmes qui, en 2001, obtinrent Euskal Herritarrok. (Gara, 2 mars 2009)
  27. RTVE El PNV gana pero los vascos dan la mayoría a los partidos no nacionalistas "…frente al voto nulo que pidió la plataforma D3M, que ha contado con 100 924 sufragios, el 8,84 % de los votos emitidos […] Este volumen de este voto nulo tiene un carácter evidentemente político, porque en las pasadas elecciones al Parlamento Vasco, de hace cuatro años, el voto nulo se quedó en 4.035.
  28. El voto nulo, que pidió la izquierda abertzale, superó los 100.000 sufragios: Este volumen de voto nulo tiene un carácter evidentemente político, ya que las pasadas elecciones el nulo se quedó en 4.035.
  29. a, b, c et d Análisis en EITB: La abstención ha sido del 34,12 % y los votos nulos el 8,84 %, en concreto 100.924 papeletas, lo que hubiera supuesto 7 escaños para D3M, cuyas listas fueron anuladas por el Tribunal Supremo (EHAK logró 9 escaños en 2005)
  30. a et b El Correo, de marzo de 2009. Anje Ribera La izquierda radical pierde un tercio de su apoyo "Esos sufragios son nulos, pero constituyen un termómetro clarificador de la capacidad de movilización que conservan los herederos de Batasuna y sus franquicias tras la ilegalización de la marca madre. […]El voto nulo auspiciado por la izquierda abertzale ha restado en un tercio los apoyos que obtuvo EHAK hace cuatro años (150.644). Quienes ayer optaron por invalidar su opción electoral en seguimiento de la llamada a la protesta por la decisión de los tribunales Supremo y Constitucional sólo fueron 100.924, y quizás habría que restar aún alrededor de otros 5.000, dueños de aquellas papeletas que se eliminan por haber cometido un error proporcionado por el analfabetismo técnico o por buscar dar la nota con mensajes humorísticos
  31. a et b Ibarretxe seria lehendakari si no haguessin suspès D3M. Els 101.000 vots nuls registrats donarien 7 escons a l'esquerra abertzale "En les eleccions basques d’ara fa quatre anys els vots nuls van ser 4.035. Diumenge van pujar fins als 100.924. L’increment, del 96 %, s’ha d’atribuir als independentistes, que després del degoteig d’il·legalitzacions i suspensions de sigles van demanar als seus simpatitzants –també ho va fer ETA a través d’un comunicat– que votessin D3M. Finalment, gairebé 101.000 vots nuls que, si tinguessin validesa legal, i aplicant la llei d’Hont, es traduirien en 7 […].
    Els set parlamentaris de l’esquerra abertzale, evidentment, aprimarien els altres grups parlamentaris. El PNB passaria dels 30 escons aconseguits diumenge a 28. El PSE de 24 a 23. El PP de 13 a 11. Aralar es quedaria en 4. EA passaria de 2 a 1. UPyD mantindria un escó. I EB desapareixeria de l’arc parlamentari."
  32. a et b D3M habría logrado siete escaños "Si las listas con las que quiso concurrir Demokrazia 3 Milioi (D3M) y Askatasuna no hubiesen sido anuladas por el Tribunal Supremo y por el Constitucional, habría obtenido siete asientos en el Parlamento vasco, dos menos de los que disponía el Partido Comunista de las Tierras Vascas (PCTV-EHAK) en 2005 y los mismos que en 2001. […]. El cambio habría sido sustancial, porque con esa proyección Juan José Ibarretxe, en caso de pactar con las otras tres fuerzas del arco nacionalista (EB, EA, Aralar y D3M), podría haberse convertido por cuarta vez en lehendakari, arruinando las expectativas de Patxi López. De hecho, la suma nacionalista sería de 41 escaños, uno menos que los que suponía la mayoría nacionalista de 2005."
  33. a et b Europa Press« Rubalcaba cifró en menos de 95.000 los votos que se pueden adjudicar a Batasuna, descontando de las 100.000 papeletas nulas, unos 5.000 votos que no iban a D3M si no que correspondían a "voto ténico nulo".»
  34. a et b Tablas en Gara [1]
  35. « Gara Ziarreta reconoce el "fracaso electoral" y pone su cargo a disposición del partido », « El País, 3 de marzo de 2009 La dimisión de Ziarreta deja en el aire el futuro de EA. »
  36. « Diario Vasco, 4 de marzo de 2009, Javier Madrazo, coordinador de Ezker Batua, dimite por los «decepcionantes resultados». »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]