Élections à Djibouti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les premières élections à Djibouti ont lieu le 16 mars 1946, pour l'élection de l'Assemblée du territoire. Elles ne se déroulent pas au suffrage universel, seuls les Français de statut métropolitain et des notables autochtones sont électeurs. Le suffrage ne devient officiellement universel qu'à partir de l'application de la loi cadre du 23 juin 1956.
Au moins jusqu'à l'indépendance, toutes les élections sont manipulées par l"administration, en particulier avec le contrôle des listes électorales et la pratique du vote collectif, par laquelle un notable vote pour tous ses affidés. Les déroulements des élections tenues depuis l'indépendance sont toujours contestées par l'opposition, qui les boycotte parfois pour cette raison. Ainsi, en 1992, il n’y aurait que 200 cartes d’électeurs à Tadjoura pour 14 000 habitants [1].

Côte française des Somalis[modifier | modifier le code]

Date Election Résultat
4 novembre 1945 Législatives Election de René Bernard-Cothier (UDSR)
16 mars 1946 Assemblée du territoire Listes : Défense des intérêts du territoire, Rassemblement du peuple français, «Gouled-Harbi»,
12 juin 1946 Législatives Election de René Bernard-Cothier (UDSR)
10 novembre 1946 Législatives Election de Jean Martine
5 et 26 novembre 1950 Conseil représentatif  
17 juin 1951 Législatives Edmond Magendie : 2341 voix; Jean Martine : 513 voix; Clarisse Hulman : 200 voix
novembre 1955 Conseil représentatif Listes : Action économique pour le progrès social (proche du RPF), Indépendants pour la défense et la sauvegarde des intérêts du territoire,
2 janvier 1956 Législatives Election de Mahmoud Harbi
23 juin 1957 Assemblée du territoire Union républicaine (RDA, Mahmoud Harbi) : 30 sièges; Défense des intérêts économiques et sociaux du territoire (Hassan Gouled) : 0 sièges
28 septembre 1958 Referendum local Devenir un TOM : 8661 voix (75 %) ; indépendance : 2851 voix (25 %)
23 novembre 1958 Assemblée du territoire Liste Hassan Gouled : 25 sièges; liste Mahmoud Harbi : 7 sièges
19 avril 1959 Législatives Hassan Gouled : 5927 voix; Aboubaker : 5906 voix; Abdourahman Djama : 764 voix
8 janvier 1961 Referendum national  
8 avril 1962 Referendum national  
28 octobre 1962 Referendum national  
novembre 1962 Législatives Election de Moussa Ahmed Idriss, du Parti du mouvement populaire (PMP), contre Hassan Gouled
17 novembre 1963 Assemblée du territoire Listes : Parti du mouvement populaire, Rassemblement démocratique afar, Union démocratique afar, Union démocratique issa, Alliance pour le progrès du territoire
5 décembre 1965 Présidentielle  
19 mars 1967 Referendum local Nouveau statut : 22 555 voix (60 %) ; indépendance : 14 666 voix (40 %)

Territoire français des Afars et des Issas[modifier | modifier le code]

Date Election Résultat
23 avril 1967 Législatives Election de Abdoulkader Moussa Ali avec 67 % des voix contre Idris Farah Abane
23 juin 1968 Législatives Election de Abdoulkader Moussa Ali avec 70 % des voix contre Mohamed Ahmed Issa
17 novembre 1968 Assemblée du territoire
29 avril 1969 Referendum
1er juin 1969 Présidentielle
23 avril 1972 Referendum
4 mars 1973 Législatives Election d'Omar Farah Iltireh avec 74 % des voix contre Ibrahim Harbi Farah
18 novembre 1973 Assemblée du territoire L'«Union dans l’ensemble français» d'Ali Aref Bourhan remporte toutes les circonscriptions
5 mai 1974 Présidentielle
8 mai 1977 Referendum et Assemblée du territoire L'indépendance est approuvée par 98,8 % des votants. Une seule liste, le «Rassemblement populaire pour l'indépendance»

République de Djibouti[modifier | modifier le code]

Date Election Résultat
12 juin 1981 Présidentielle Hassan Gouled : 85 %.
21 mai 1982 Législatives Liste unique du Rassemblement populaire pour le progrès (RPP).
24 avril 1987 Présidentielle et législatives Candidat et liste uniques : Hassan Gouled & RPP.
5 septembre 1992 Referendum constitutionnel Approuvé avec 98 % des voix.
18 décembre 1992 Législatives RPP : 75 % des voix, 100 % des sièges.
7 mai 1993 Présidentielle Hassan Gouled : 61 %, Mohamed Djama Elabeh : 22 %
décembre 1997 Législatives RPP + Front pour la restauration de l’unité et la démocratie (FRUD) : 78 % des voix, 100 % des sièges.
9 avril 1999 Présidentielle Ismail Omar Guelleh : 77 %.
10 janvier 2003 Législatives Union pour la majorité présidentielle : 62 % des voix, 100 % des sièges;
Union pour une alternative démocratique (UAD) : 38% des voix.
8 avril 2005 Présidentielle Candidat unique : Ismail Omar Guelleh : 96,85% des suffrages.
10 et 31 mars 2006 Régionales et communales L'UMP remporte tous les sièges.
8 février 2008 Législatives Listes uniques de l'Union pour la majorité présidentielle.
8 avril 2011 Présidentielle Ismail Omar Guelleh : 81 %.
20 janvier et 10 février 2012 Régionales et communales L'UMP l'emporte au 1er tour, sauf dans les circonscriptions de Boulaos et Balbala (dans la ville de Djibouti) où le RAAD se maintient au second tour[2]. Une liste indépendante obtient un siège à Ali Sabieh.
22 février 2013 Législatives UMP : 61% des voix, 55 sièges;
Union pour le salut national (USN) : 35,7% des voix, 10 sièges;
Centre des démocrates unifiés : 2,8% des voix.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde, 8/9/1992
  2. Résultats sur le site de La Nation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Ali Coubba [1995], Le mal djiboutien : rivalités ethniques et enjeux politiques, Paris, L’Harmattan, 174 p.
  • (fr) Mohamed Aden [1999], Sombloloho Djibouti - La Chute du président Ali Aref (1975-1976), L’Harmattan, Paris-Montréal, 224 p.
  • (fr) Imbert-Vier (Simon) [2011], Tracer des frontières à Djibouti, des territoires et des hommes aux XIXe et XXe siècles, Paris, Karthala, 479 p.