Élection présidentielle tunisienne de 1999

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1994 Drapeau : Tunisie 2004 Suivant
Élection présidentielle tunisienne de 1999
Zine El Abidine Ben Ali.jpg
Zine el-Abidine Ben AliRCD
Voix 3 269 067
  
99,45 %
Sin foto.svg
Mohamed Belhaj AmorPUP
Voix 10 594
  
0,31 %
Président
Sortant
Élu

L'élection présidentielle tunisienne de 1999, qui a eu lieu le 24 octobre de cette année, est la septième du genre à se tenir en Tunisie.

Candidats[modifier | modifier le code]

Pour la première fois depuis l'instauration de la république, une loi constitutionnelle est votée afin de permettre à plusieurs candidats autre que le président de se présenter. La loi constitutionnelle no 99-52 du 30 juin 1999 permet en effet aux premiers responsables des partis de l'opposition (président ou secrétaire général) de se porter candidats à la présidence de la République. Toutefois, le candidat doit, le jour du dépôt de sa candidature, être en exercice de ses fonctions depuis au moins cinq années consécutives et son parti avoir au moins un député à la Chambre des députés[1].

Le Conseil constitutionnel, se fondant sur les dispositions de la constitution de 1959 et celles du Code électoral, déclare régulières et recevables les candidatures suivantes :

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats de l'élection présidentielle tunisienne du 24 octobre 1999
Candidats Parti politique Suffrages exprimés Pourcentages
Zine el-Abidine Ben Ali Rassemblement constitutionnel démocratique 3 269 067 99,45 %
Mohamed Belhaj Amor Parti de l'unité populaire 10 594 0,31 %
Abderrahmane Tlili Union démocratique unioniste 7 560 0,23 %
Sources : (fr) Samir Gharbi, « Radiographie d'une élection », Jeune Afrique, 2 novembre 1999

La mobilisation des électeurs pendant cette élection semble massive puisque plus de 91 % des électeurs se sont exprimés dans 15 300 bureaux de vote répartis à travers le pays. C'est à Tozeur que la participation est la plus importante (98,75 %) et à Sfax qu'elle a été la plus « faible » (82,84 %). Dans la région de Tunis, le taux s'établit à 88,74 %[2].

Les Tunisiens à l'étranger, qui ont eu la possibilité de voter entre le 16 et le 23 octobre, semblent également nombreux à se rendre aux urnes : sur 218 400 inscrits, 195 906 (89,70 %) votent dont 190 814 (98,014 %) en faveur de Ben Ali, soit un peu moins que la moyenne nationale (99,448 %)[2].

Souvent présenté comme les premières élections pluralistes de l'histoire du pays, Olfa Lamloum et Bernard Ravenel y voient un « pluralisme purement de façade »[3]. Selon la presse, Amor et Tlili ont fini par soutenir Ben Ali[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Aspects du pluralisme et processus démocratique (Élections Tunisie 2004)
  2. a et b (fr) Samir Gharbi, « Radiographie d'une élection », Jeune Afrique, 2 novembre 1999
  3. (fr) [PDF] Olfa Lamloum et Bernard Ravenel, « Tunisie : la fiction pluraliste », Confluences Méditerranée, no 32, hiver 1999-2000, p. 173
  4. Michel Camau et Vincent Geisser, Habib Bourguiba. La trace et l'héritage, éd. Karthala, Paris, 2004, p. 227 (ISBN 9782845865068)