Élection présidentielle gabonaise de 2009

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2005 Drapeau : Gabon
Élection présidentielle gabonaise de 2009
30 août 2009
Type d’élection  présidentielle
Ali Bongo Ondimba.jpg
Ali Bongo OndimbaParti démocratique gabonais
Voix 141 952
  
41,73 %
André Mba Obame.jpg
André Mba Obamesans étiquette
Voix 88 026
  
25,88 %
Blue - replace this image male.svg
Pierre MamboundouUnion du peuple gabonais
Voix 85 597
  
25,22 %
Président
Sortant
Élu

L'élection présidentielle gabonaise s'est tenue le [1]. Elle fait suite à la mort du président en exercice, Omar Bongo, le . La constitution du pays dispose que l'élection doit avoir lieu sous 30 à 45 jours, mais la Cour constitutionnelle a accepté un délai, compte tenu des circonstances[2].

C'est Ali Bongo, fils du défunt président et candidat du Parti démocratique gabonais, qui est élu président de la République gabonaise avec 41,73 % des voix.

Contexte[modifier | modifier le code]

Omar Bongo est considéré comme un homme politique ayant largement œuvré à la stabilité de la région jouxtant le Gabon. La fin de son règne autoritaire mais pacifique de 42 ans fait craindre aux autres pays africains l'apparition de troubles[3].

De par leur carrière et leurs rôles politiques, l'ensemble des candidats à l'élection est considéré par le journaliste sénégalais Abdul Bah comme étant « les fils de Bongo Ondimba », dans le sens où ils ne pourront, d'après Abdul Bah, que pérenniser les méthodes politiques d'Omar Bongo[3]. Seuls Pierre Mamboundou, Bruno Ben Moubamba et Bernard Oyama n'ont pas collaboré avec le régime Bongo[4].

L'inflation du nombre de candidats (23 au total) fait dire à certains commentateurs que, rapporté à la population du Gabon, cela équivaudrait à une élection présidentielle française à 900 candidats[5].

Précampagne[modifier | modifier le code]

Date du scrutin[modifier | modifier le code]

Après la mort d'Omar Bongo, la plupart des observateurs suggéraient que l'élection ne pourrait se tenir sous 45 jours, comme le prévoyait la constitution, les listes électorales nécessitant d'être profondément révisées[6]. Le 20 juin, la présidente par intérim, Rose Francine Rogombé, a affirmé que la préparation se ferait sous le triptyque « Constitution, Concertation, Consensus »[7].

Rogombé s'est entretenue de la préparation de l'élection avec les leaders de la majorité présidentielle le 23 juin, puis avec ceux de l'opposition le 24. L'un des principaux opposants, Zacharie Myboto, de l'Union gabonaise pour la démocratie et le développement, a déclaré à cette occasion qu'il était « physiquement impossible » de préparer une élection en 45 jours. Il a souhaité que le scrutin ait lieu 5 à 6 mois plus tard[8].

Le 6 juillet, le gouvernement a demandé officiellement à la cour constitutionnelle de repousser l'élection au-delà du délai légal de 45 jours. La Cour, reconnaissant que les funérailles d'Omar Bongo pouvaient être apparentées à un cas de force majeure, a accepté de repousser l'élection au plus tard le 6 septembre.

Le 12 août, tous les candidats, à l'exception de Maganga Moussavou et d'André Mba Obame, participent à une réunion à l'invitation de la présidente par intérim. 11 candidats s'unissent pour demander un report de l'élection. Selon eux, dans le climat actuel, les irrégularités sont trop flagrantes. Ils font état, par exemple, de 120 000 noms dupliqués sur les listes électorales[9].

Le 15 août, alors que quelques candidats tiennent leurs premiers meetings de campagne, Bruno Ben Moubamba commence une grève de la faim devant l'Assemblée nationale du Gabon pour exiger que l'élection soit repoussée[10],[11].

Nomination du candidat du PDG[modifier | modifier le code]

Daniel Ona Ondo, premier vice-président du Parlement du Gabon, a déclaré à Radio France International le 25 juin qu'il essaierait d'obtenir la nomination du Parti démocratique gabonais, le parti d'Omar Bongo[12]. Il était le premier candidat à la candidature du PDG à se déclarer officiellement, même si Eyeghe Ndong et le ministre Casimir Oye-Mba avaient déjà émis le souhait de se présenter[13]. Le Directeur Régional de la Santé dans le nord, Sany Megwazeb, a également déclaré qu'il chercherait à obtenir la nomination du PDG[14].

Finalement, le 4 juillet, 10 candidats cherchaient à obtenir la nomination du PDG[15], parmi lesquels le fils d'Omar Bongo, Ali. Le 7 juillet, Faustin Boukoubi, secrétaire général du PDG, a annoncé que le candidat officiel du parti ne serait pas connu avant le 8 juillet, comme il était initialement prévu[16].

Le secrétaire général adjoint du PDG, Angel Ondo, a annoncé le 16 juillet que le parti avait choisi Ali Bongo comme candidat, « par consensus[17] ». Dans une interview à France 24, le candidat a reconnu ne pas avoir obtenu l'unanimité du parti, niant cependant avoir « volé » la nomination[18]. Bongo a été officiellement désigné candidat en congrès extraordinaire, le 19 juillet.

Cela étant, des membres importants du PDG n'ont pas renoncé à se présenter. Eyeghe Ndong a ainsi annoncé le 17 juillet qu'il démissionnait de son poste de premier ministre pour se lancer dans l'élection sans étiquette. Le 21 juillet, Casimir Oye-Mba s'est également présenté sans étiquette, affirmant qu'il voulait être « le vrai candidat du consensus[19] ».

Le 23 juillet, trois ministres sont renvoyés du gouvernement, alors que ces derniers avaient annoncé leur intention de se présenter à l'élection présidentielle[20]. Certains analystes voient dans ce geste une tentative pour Ali Bongo d'exhiber son pouvoir[21] après une nomination difficile, qui, contrairement à ce que veut faire croire l'intéressé, ne résulte pas d'un consensus[22].

Campagne[modifier | modifier le code]

Le 23 juillet, la Commission électorale nationale et autonome permanente (CENAP) a rendu publique la liste des 23 candidats autorisés à se présenter[23].

Le 28 juillet, 8 candidats ont réclamé la démission des 2 candidats, Ali Bongo et Pierre-Claver Maganga Moussavou. Ils ont notamment critiqué la position d'Ali Bongo, à la fois ministre de la Défense et candidat, qu'ils soupçonnaient de vouloir utiliser à son profit les services de renseignement militaire[24].

En réponse à ces critiques, le PDG d'Ali Bongo a simplement déclaré qu'aucune loi ne les obligeait à démissionner, considérant la polémique comme un « faux-débat »[25].

Le 29 juillet, Bruno Ben Moubamba a demandé l'interruption du processus électoral et la rédaction d'une nouvelle constitution[26].

Le 6 août, Pierre-Claver Maganga Moussavou, jusque-là ministre de l'Enseignement technique, a démissionné du gouvernement, laissant Ali Bongo seul ministre-candidat[27].

Le lendemain, 7 août, de violentes manifestations ont eu lieu à Libreville. Environ 6 000 personnes se sont réunies pour réclamer la démission d'Ali Bongo. Interdite par les autorités, la manifestation a été la cible de jets de gaz lacrymogènes de la part des forces de l'ordre[28].

Résultats[modifier | modifier le code]

Candidat Parti Votes %
Ali Bongo Parti démocratique gabonais 141 952 41,73
Pierre Mamboundou Union du peuple gabonais 85 597 25,88
André Mba Obame Indépendant 88 026 25,22
Zacharie Myboto Union gabonaise pour la démocratie et le développement 13 418 3,94
Casimir Oye Mba (retrait le jour du scrutin) Indépendant 3 118 0,92
Pierre-Claver Maganga Moussavou Parti social-démocrate 2 576 0,76
Bruno Ben Moubamba Indépendant 963 0,28
Bruno Ngoussi Georges Indépendant 915 0,27
Jules Aristide Bourdes Ogouliguende Congrès pour la démocratie et la justice 695 0,20
Albert Ondo Ossa Indépendant 674 0,20
Yvette Ngwevilo Rekangalt Indépendant 367 0,11
Ernest Tomo Indépendant 308 0,09
Victoire Lasseni Duboze Indépendant 304 0,09
Bienvenu Mauro Nguema Morena Unionist 293 0,09
Luc Bengono Nsi Morena 250 0,07
Marcel Robert Tchoreret Cercle Omega 248 0,07
Jean-Guy Kombeny Indépendant 152 0,04
Bernard Oyama Indépendant 106 0,03
Sources : Le Monde et gaboneco.com

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gabon : André Mba Obame, Candidat à la présidentielle anticipée du 30 août prochain », Gabonews, 17 juillet 2009.
  2. (en) Gabon presidential poll by September 6: court, AFP, 8 juillet 2009.
  3. a et b Abdul Bah, journaliste sénégalais, « Gabon : Élection au Gabon : « Ils sont tous les Fils de Bongo Ondimba ! » », sur Gabonews,‎ 27 juillet 2009.
  4. « Biographie de Bernard Oyama », sur Bragusa.org [PDF].
  5. « Ali Ben Bongo découvre le désamour… et se raidit », sur AfriqueEchos.ch,‎ 3 août 2009.
  6. (en) Coumba Sylla, Bongo's private funeral held in Gabon, AFP, 18 juin 2009.
  7. « Gabon : Rose Francine Rogombé place ses fonctions à la tête de l'État sous le triple sceau de la “Constitution, de la Concertation et du Consensus” », Gabonews, 20 juin 2009.
  8. « Gabon : “Avec 5 mois au minimum et 6 mois au maximum, on doit pouvoir organiser une élection libre et transparente”, Zacharie Myboto », Gabonews, 24 juin 2009.
  9. (en) Opposition candidates want Gabon presidential vote delayed, AFP, 12 août 2009.
  10. Gabon : la campagne électorale lancée, la France est-elle neutre ?, Rue89, 16 août 2009.
  11. Gabon : Bruno Ben Moubamba entame une grève illimitée de la faim, Afrik.com, 16 août 2009.
  12. « Gabon : La candidature d'Ona Ondo sonne-t-elle le glas du PDG ? », GabonEco, 26 juin 2009.
  13. « Gabon: Présidentielle anticipée - Daniel Ona Ondo premier candidat à la candidature du PDG », Gabonews (allAfrica.com), 25 juin 2009.
  14. « Gabon: “L'élection primaire est exclue à l'heure à actuelle” Faustin Boukoubi (le Secrétaire général du PDG parti au pouvoir) », Gabonews, 4 juillet 2009.
  15. « Gabon: Dix candidats dont une femme pour la candidature du PDG à la prochaine présidentielle », Gabonews, 5 juillet 2009.
  16. « Gabon : Le PDG fait monter le suspense pour désigner son candidat », GabonEco, 8 juillet 2009.
  17. (en) Bongo son set for Gabon candidacy, BBC News, 16 juillet 2009.
  18. Invité : Ali Ben Bongo Ondimba, RFI, 23 juillet 2009
  19. Gabon : « Je veux être le candidat du vrai consensus », Casimir Oyé Mba, Gabonews, 21 juillet 2009.
  20. Gabon : Trois ministres candidats à la présidentielle écartés du gouvernement, Afrique Avenir, 23 juillet 2009.
  21. (en) Gabon elections: Ali Bongo to run unopposed to succeed Omar Bongo, Afrik.com, 24 juillet 2009.
  22. (en) Gabon: Ali Bongo is not a concensus candidate… An avalanche of resignations, Afrik.com, 18 juillet 2009.
  23. « Gabon : liste des 23 candidats en lice pour la Présidentielle », sur Afrik.com,‎ 26 juillet 2009.
  24. « L'opposition exige la démission d'Ali Bongo », sur Jeune Afrique,‎ 28 juillet 2009.
  25. dépêche AFP, « Gabon, présidentielle : “faux débat” autour des ministres candidats, estime la majorité »,‎ 31 juillet 2009.
  26. « Gabon : Un candidat veut rompre l'élection », sur le JDD,‎ 29 juillet 2009.
  27. AFP, « Présidentielle Gabon : un des deux ministres candidats démissionne »,‎ 6 août 2009.
  28. AFP, « Gabon: affrontements manifestants/policiers à Libreville, plusieurs blessés »,‎ 7 août 2009.