Élection présidentielle finlandaise de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2006 Drapeau de la Finlande 2018 Suivant
Élection présidentielle finlandaise de 2012
Président de la République de Finlande
(pour le sextennat 2012-2018)
22 janvier et 5 février 2012
Démographie électorale
Votants au 1er tour 3 060 771
  
72,8 % Red Arrow Down.svg 5,7 %
Votants au 2e tour 2 879 357
  
68,8 % Red Arrow Down.svg 5,5 %
Sauli Niinistö 2007.jpg
Sauli NiinistöKok
Voix au 1er tour 1 131 254
Voix au 2e tour 1 802 400 Green Arrow Up.svg 59,3 %
  
36,96 %
  
62,6 %
Pekka Haavisto 2x3.jpg
Pekka HaavistoVihr
Voix au 1er tour 574 275
Voix au 2e tour 1 076 957 Green Arrow Up.svg 87,5 %
  
18,76 %
  
37,4 %
Paavo Väyrynen 2009.jpg
Paavo VäyrynenKesk
Voix au 1er tour 536 555
  
17,53 %
Timo Soini A4.jpeg
Timo SoiniPS
Voix au 1er tour 287 571
  
9,4 %
Paavo lipponen 15.1.2002 (cropped).jpg
Paavo LipponenSDP
Voix au 1er tour 205 111
  
6,7 %
Président
Sortant
Élu

L’élection présidentielle finlandaise de 2012 (Suomen presidentinvaali 2012) s'est tenue les dimanche 22 janvier et 5 février 2012, afin que les citoyens finlandais puissent élire le nouveau président de la République de Finlande.

Elle fut remportée par le conservateur Sauli Niinistö, candidat du Parti de la Coalition nationale, le 5 février, après une campagne marquée par la place du pays dans l'Union européenne.

Le 1er mars 2012, Sauli Niinistö entre en fonction pour un mandat de six ans.

Les conditions du scrutin présidentiel[modifier | modifier le code]

Le président de la République de Finlande (Suomen tasavallan presidentti) est élu au suffrage universel direct pour un mandat de six ans, renouvelable une fois. La présidente sortante, Tarja Halonen, élue en 2000 et réélue en 2006, ne peut se donc représenter pour un troisième mandat.

Il est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Si, lors du premier tour, aucun candidat ne recueille la majorité absolue des suffrages exprimés, un second tour est organisé le second dimanche qui suit, entre les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix. Celui qui remporte le plus grand nombre de suffrages est élu. Si un seul candidat se présente, il est déclaré élu d'office par le conseil des ministres.

Seuls peuvent se présenter les citoyens finlandais de naissance, disposant du soutien d'au moins un parti enregistré disposant d'au moins un député à l’Eduskunta, élu sur une liste présentée par ce parti, ou de vingt mille parrainages de personnes disposant du droit de vote.

Candidats[modifier | modifier le code]

Liste[modifier | modifier le code]

Nom Parti Score de 2006
Paavo Arhinmäki, 34 ans
Ministre de la Culture et des Sports
Alliance de gauche 46,31 % (1er tour)
51,79 % (2e tour)
(Tarja Halonen)
Eva Biaudet, 50 ans
Médiatrice pour les minorités
Parti populaire suédois de Finlande 1,61 %
(Henrik Lax)
Sari Essayah, 44 ans
Députée européenne
Chrétiens-démocrates de Finlande 2,00 %
(Bjarne Kallis)
Pekka Haavisto, 53 ans
Député, ancien ministre
Ligue verte 3,49 %
(Heidi Hautala)
Paavo Lipponen, 70 ans
Ancien Premier ministre, ancien président de l’Eduskunta
Parti social-démocrate de Finlande 46,31 % (1er tour)
51,79 % (2e tour)
(Tarja Halonen)
Sauli Niinistö, 63 ans
Ancien ministre des Finances, ancien président de l’Eduskunta
Parti de la Coalition nationale 24,06 % (1er tour)
48,21 % (2e tour)
Timo Soini, 49 ans
Député, président des Vrais Finlandais
Vrais Finlandais 3,43 %
Paavo Väyrynen, 65 ans
Ancien député, ancien ministre
Parti du Centre 18,63 %
(Matti Vanhanen)

Galerie[modifier | modifier le code]

Désignation[modifier | modifier le code]

Primaire chez les sociaux-démocrates[modifier | modifier le code]

Le candidat social-démocrate, Paavo Lipponen, a été officiellement investi le 8 octobre 2011[1], après avoir remporté, avec plus de 67 % des voix, pour un taux de participation de 58 %, la primaire organisée par le Parti social-démocrate de Finlande[2]. Alors qu'il avait initialement refusé d'être candidat, il a finalement défait sans difficulté Tuula Haatainen, adjointe au maire d'Helsinki, et Ilkka Kantola, membre de l’Eduskunta.

Unanimité parmi les autres partis[modifier | modifier le code]

Le premier à avoir été désigné est le candidat écologiste Pekka Haavisto, choisi lors d'un congrès de la Ligue verte le 11 juin 2011[3]. Le 15 octobre, le congrès des Vrais Finlandais, devenus la troisième force politique du pays lors des élections législatives du 17 avril, a investi à l'unanimité son président, le député Timo Soini[4]. Eva Biaudet et Sauli Niinistö ont tous les deux été désignés le 22 octobre, au cours d'un congrès de leurs formations respectives[5], personne ne s'étant présenté contre eux. Une semaine plus tard, le congrès du Parti du Centre entérinera celle de Paavo Väyrynen, seul à s'être présenté au 9 septembre, date limite pour le dépôt des candidatures pour la primaire centriste[6].

Sondages[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats de l'élection[7],[8]
Premier tour Second tour


Votants 3 070 429 2 904 886
Bulletins enregistrés 3 070 429 2 904 886
Bulletins rejetés 9 658 0,31 % 25 133 0,87 %
Suffrages exprimés 3 060 771 99,69 % 2 879 753 99,13 %
Candidat Parti Suffrages Pourcentage Suffrages Pourcentage
Pekka Haavisto Vihr 574 275 18,76 % 1 077 425 37,41 %
Timo Soini PS 287 571 9,4 %
Paavo Väyrynen Kesk 536 555 17,53 %
Paavo Lipponen SDP 205 111 6,7 %
Sauli Niinistö Kok 1 131 254 36,96 % 1 802 328 62,59 %
Sari Essayah KD 75 744 2,47 %
Eva Biaudet SFP 82 598 2,7 %
Paavo Arhinmäki Vas 167 663 5,48 %


Analyse[modifier | modifier le code]

Sauli Niinistö remporte le second tour avec 62,6 % des voix, contre 37,4 % pour son adversaire Pekka Haavisto. C'est la première fois depuis 1982 qu'un candidat de droite est élu[9]. Les deux candidats ont présenté un programme similaire, favorable à l'Union européenne. Sauli Niinistö s'est distingué par une plus grande crédibilité auprès des électeurs sur les questions économiques, dans un contexte de crise financière dans la zone euro[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]