Élection présidentielle argentine de 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2007 Drapeau de l’Argentine [[|]] Suivant
Élection présidentielle argentine de 2011
23 octobre 2011
Cristinakirchnermensaje2010.jpg
Cristina Fernández de Kirchner – FpV
Voix 11 593 023
  
53,96 %
Hermes Binner.jpg
Hermes Binner – FAP
Voix 3 624 518
  
16,87 %
Président
Sortant
Élu

L’élection présidentielle argentine de 2011 (Elecciones presidenciales de Argentina de 2011) s'est tenue le dimanche 23 octobre 2011, pour élire le président de la Nation argentine et le vice-président, pour un mandat de quatre ans. La présidente sortante, Cristina Fernández de Kirchner, élue en 2007, est candidate à un second mandat. Le scrutin se tient en même temps que les élections législatives.

Modalités[modifier | modifier le code]

Le président de la Nation argentine (Presidente de la Nación Argentina) et le vice-président sont élus au suffrage universel direct, pour un mandat de quatre ans renouvelable une fois, sur un « ticket ». Il est élu selon les bases du scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Si aucun candidat n'obtient 45 % des suffrages exprimés lors du premier tour, ou 40 % des voix avec au moins dix points d'avance sur celui arrivé en deuxième position, un second tour est organisé, dans les trente jours, entre les deux candidats arrivés en tête. Celui qui reçoit le plus grand nombre de suffrages est alors élu. Le dernier président à avoir franchi la barre des 50 % des voix au premier tour est Raúl Alfonsín, en 1983.

Candidats[modifier | modifier le code]

Liste[modifier | modifier le code]

Président Vice-président Coalition Score aux primaires
Cristina Fernández de Kirchner, 58 ans
Présidente de la Nation argentine
Amado Boudou, 47 ans
Ministre de l'Économie et des Finances
Front pour la victoire 10 762 217 voix
50,24 % des suffrages
Ricardo Alfonsín, 59 ans
Député de la Nation argentine
Javier González Fraga, 63 ans
Ancien président de la Banque centrale
Union pour le développement social 2 614 211 voix
12,20 % des suffrages
Eduardo Duhalde, 60 ans
Ancien président de la Nation argentine
Mario Das Neves, 60 ans
Gouverneur de la province de Chubut
Union populaire 2 595 996 voix
12,12 % des suffrages
Hermes Binner, 68 ans
Gouverneur de la province de Santa Fe
Norma Elena Morandini, 63 ans
Sénatrice de la Nation argentine
Front large progressiste 2 180 110 voix
10,18 % des suffrages
Alberto Rodríguez Saá, 62 ans
Gouverneur de la province de San Luis
José María Vernet, 67 ans
Ancien gouverneur de la province de Santa Fe
Alliance Engagement fédéral 1 749 971 voix
10,17 % des suffrages
Elisa Carrió, 54 ans
Députée de la Nation argentine
José Adrián Pérez, 40 ans
Député de la Nation argentine
Coalition civique 689 033 voix
3,22 % des suffrages
Jorge Altamira, 69 ans
Ancien député du district fédéral de Buenos Aires
Christian Castillo, 44 ans
Universitaire
Front de gauche et des travailleurs 527 237 voix
2,46 % des suffrages

Galerie[modifier | modifier le code]

Désignation : les primaires[modifier | modifier le code]

Le 14 août 2011, les Argentins étaient appelés à voter pour des élections primaires (elecciones primarias), dont le but était de déterminer quels précandidats étaient en mesure de se présenter à l'élection présidentielle. Tout ticket devait recueillir au moins 1,5 % des suffrages exprimés pour être admis au scrutin du 23 octobre. Sur dix candidats, seulement trois se retrouvèrent exclus, faute d'avoir dépassé le minimum requis. Le ticket de la présidente sortante, Cristina Fernández de Kirchner, a pour sa part recueilli un peu plus de 50 % des voix.

Sondages[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Candidat 1er tour
(Partic. : 78,89 %)
Voix  %
Cristina Fernández de Kirchner 11 593 023 53,96 %
Hermes Binner 3 624 518 16,87 %
Ricardo Alfonsín 2 395 056 11,15 %
Alberto Rodríguez Saá 1 714 385 7,98 %
Eduardo Duhalde 1 264 609 5,89 %
Jorge Altamira 497 082 2,31 %
Elisa Carrió 396 171 1,84 %
TOTAL 21 484 844 100,00 %

Analyse[modifier | modifier le code]

Si, comme toujours depuis l'élection présidentielle de 1983, la présidence est pourvue dès le premier tour, c'est en revanche la première fois depuis cette même élection que le gagnant remporte la majorité absolue des suffrages. Augmentant le nombre de voix obtenues par son ticket lors des primaires du 14 août, Cristina Fernández de Kirchner, première femme à présider l'Argentine et soutenue par une large partie de la population, tant les classes populaires que moyennes, remporte plus de 53 % des voix et établit un écart de trente-sept points avec son principal adversaire, un record. Avec 16 % des voix, le socialiste Hermes Binner se classe deuxième, remportant plus d'un million et demi de nouvelles voix par rapport aux primaires. Il surpasse ainsi Ricardo Alfonsín, fils de l'ancien président Raúl Alfonsín, qui, comme Alberto Rodríguez Saá, ne parvient pas à conquérir de nouveaux électeurs. Relégué à la cinquième place, l'ancien chef de l'État, Eduardo Duhalde, perd la moitié de ses voix, et devance les deux petits candidats, Jorge Altamira et Elisa Carrió, dont l'ordre d'arrivée s'inverse par rapport aux élections primaires.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]