Élections générales nicaraguayennes de 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2006 Drapeau du Nicaragua 2016 Suivant
Élections générales nicaraguayennes de 2011
6 novembre 2011
Daniel Ortega 2008.jpg
Daniel OrtegaFront sandiniste de libération nationale
Voix 1 569 287
  
62,46 %
No flag.svg
Fabio Gadea MantillaParti libéral indipéndant
Voix 778 889
  
31,00 %
No flag.svg
Arnoldo AlemánParti libéral constitutionnaliste
Voix 148 507
  
5,91 %
Président
Sortant
Élu

Les élections générales nicaraguayennes de 2011 se sont déroulées le 6 novembre 2011[1]. Quelque 3,4 millions de Nicaraguayens étaient habilités à voter pour élire le président, le vice-président et, au scrutin proportionnel à un tour, 90 députés (20 nationaux et 70 départementaux) de l'Assemblée nationale du Nicaragua pour un mandat de cinq ans, ainsi que 20 députés du Parlement centraméricain (Parlacen)[2],[3]. Les élections se sont déroulées sous la surveillance de quelque 200 observateurs étrangers de l'OEA, de l'Union européenne et d'un groupe d'experts latino-américains en observation électorale, ainsi que d'environ 20 000 observateurs nationaux[3].

Contexte[modifier | modifier le code]

En 2007, le Front sandiniste de libération nationale (Frente Sandinista de Liberación Nacional) ou FSLN a regris le pouvoir et Daniel Ortega, la présidence après s'être fait battre aux élections nationales de 1990 par l'Union nationale de l'opposition (Unión Nacional Opositora) ou UNO et sa candidate, Violeta Barrios de Chamorro. Les élections de 2011 sont les troisièmes (1984, 1990, 2011) auxquelles le FSLN présentait des candidats après avoir exercé le pouvoir.

La Constitution interdit la réélection du président sortant, mais l'an dernier, le Tribunal constitutionnel a jugé que le président Daniel Ortega pouvait se présenter à nouveau aux élections.

Ortega affrontait Fabio Gadea Mantilla, qui avait l'appui des forces de l'opposition appartenant à la droite et au centre-gauche du spectre politique national, soit le Parti libéral indépendant et le Mouvement rénovateur sandiniste (MRS).

L'ancien président Arnoldo Alemán, appuyé par le Parti libéral constitutionnaliste (Partido Liberal Constitucionalista) ou PLC, était aussi candidat à la présidence. Il avait été reconnu coupable de détournement et de blanchiment de fonds aux États-Unis en 2003[4].

Candidats[modifier | modifier le code]

Il y avait cinq tickets à l'élection présidentielle de 2011.

Alliance pour la République (APRE)[modifier | modifier le code]

Président : Róger Guevara[5]

Róger Guevara Mena, nouveau candidat de l'APRE après que Miguel Ángel García eut retiré sa candidature à la présidence le 22 mai 2011, est un expert en droit international. Il a fait ses études universitaires à l'Université centraméricaine, à l'Université de Louvain, en Belgique, et à l'Université Georgetown de Washington, aux États-Unis. Il a été président du barreau du Nicaragua et secrétaire de la Coordinadora Democrática Nicaragüense, qui s'opposait au FSLN dans les années 1980. Le 10 juillet 1988, il a été incarcéré avec d'autres dirigeants de l'opposition à Nandaime, puis libéré grâce à la médiation des présidents centraméricains. Il a été secrétaire exécutif du vice-président Virgilio Godoy de 1990 à 1996 et l'a représenté aux sommets des vice-présidents de l'Amérique centrale. Sous la présidence d'Arnoldo Alemán, il a été ambassadeur auprès de l'Union européenne et au Venezuela. Il s'est consacré ensuite à son bureau de consultation juridique et à l'enseignement à l'Université centraméricaine et à l'Université de Valle[6].

Vice-présidente : Elizabeth Dávila de Rojas

Elizabeth Rojas est une pasteure évangélique; elle formait avec Róger Guevara le ticket de l'APRE.

Parti libéral constitutionnaliste[modifier | modifier le code]

Président : Arnoldo Alemán Lacayo

Arnoldo Alemán a été président du Nicaragua de 1997 à 2002. Aux débuts des années 1990, il était devenu maire de Managua après en avoir été conseiller pendant deux mois. Ce fut un maire apprécié grâce à ses projets de renouvellement urbain, qui ont aidé à embellir la ville qu'on n'avait jamais reconstruite après les graves dommages causés par un tremblement de terre en 1972. Comme la Constitution empêchait Alemán de solliciter un autre mandat, son vice-président, Enrique Bolaños, lui a succédé. On allégua qu'Alemán cachait une immense corruption de son administration. À la fin de sa présidence, le public a eu accès à des renseignements sur une prétendue corruption de son gouvernement[4],[7].

Vice-Président : Francisco Aguirre Sacasa

Francisco Aguirre Sacasa, secrétaire national du Parti libéral constitutionnaliste[8], était le coéquipier d'Arnoldo Alemán à l'élection présidentielle de 2011.

Parti libéral indépendant[modifier | modifier le code]

Président : Fabio Gadea Mantilla

Fabio Gadea Mantilla est journaliste radio, écrivain et politique. Il est propriétaire et cofondateur de la station radio de nouvelles Radio Corporación. Il représentait aussi le Nicaragua au Parlement centraméricain, il fut président de cette institution en 2004–2005 et il était membre de la Commission de l'éducation, de la culture, du sport, des sciences et de la technologie depuis 2007.

Vice-Président : Edmundo Jarquín

Edmundo Jarquín Calderón était le candidat du Mouvement rénovateur sandiniste (MRS) à la vice-présidence lors des élections générales de 2006. Il a fini quatrième, avec 6,29 % des suffrages. En 1974, Jarquín fonda l'Union démocratique de libération avec Pedro Joaquín Chamorro Cardenal, rédacteur en chef de La Prensa, pour lutter contre le régime d'Anastasio Somoza Debayle. Il fut ministre de la Coopération extérieure de 1981 à 1984, puis ambassadeur au Mexique (1984-1988) et en Espagne (1988-1990). Lors des élections de 1990, il obtint un siège à l'Assemblé nationale du Nicaragua. Il travailla pour la Banque interaméricaine de développement (BID) de 1992 à 2005, année où il démissionna pour se joindre à l'alliance électorale du MRS[9].

Alliance libérale nicaraguayenne[modifier | modifier le code]

Président : Enrique Quiñonez

Vice-Président : Diana Urbina

Front sandiniste de libération nationale[modifier | modifier le code]

Président : Daniel Ortega

Daniel Ortega, coordinateur de la Junte de gouvernement de reconstruction nationale (1979-1985), accèda à la présidence lors des élections de 1984. Secrétaire général du Front sandiniste de libération nationale (FSLN), il assuma la présidence du Nicaragua de 1985 à 1990 et fut candidat du FSLN à la présidence en 1990, en 1996, en 2001 et en 2006[10]. Aux élections nationales de 2006, Ortega gagna avec 37,99 % des suffrages après avoir occupé la première place dans les sondages.

Vice-Président : Omar Halleslevens

Omar Halleslevens, ancien guérillero sandiniste, fondateur de l'Armée populaire sandiniste en 1979 et chef des forces armées du Nicaragua de 2005 à 2010, est le candidat du FSLN à la vice-présidence. Dans un sondage effectué par M&R en 2009, Halleslevens était la personnalité du pays qui avait la meilleure cote après Aminta Granera, chef de la Police nationale du Nicaragua. Dans le même sondage, 73,3 % des personnes interrogées considéraient les forces armées du Nicaragua comme l'institution publique du pays la plus digne de confiance[11].

Partis rivaux et alliances électorales[modifier | modifier le code]

Alliance pour la République[modifier | modifier le code]

L'Alliance pour la République (Alianza por la República) ou APRE est formée de dissidents du Parti libéral constitutionnaliste et du Parti conservateur (PC). Aux élections nationales de 2006, elle s'était alliée à l'Alliance libérale nicaraguayenne.

Parti libéral constitutionnaliste[modifier | modifier le code]

Le Parti libéral constitutionnaliste (Partido Liberal Constitucionalista) ou PLC dirige l'alliance GANA PLC-PC qu'il a faite avec le Parti conservateur.

Parti libéral indépendant[modifier | modifier le code]

Le Parti libéral indépendant dirige l'alliance UNE (Unité nicaraguayenne pour l'espoir, Unidad Nicaragüense por la Esperanza). L'UNE se compose du Mouvement rénovateur sandiniste, des mouvements libéraux Vamos con Eduardo (Joignons-nous à Eduardo) et Liberales por un proyecto de nación (Libéraux pour un projet de pays), de l'Union citoyenne pour la démocratie (alliance de 14 organismes non gouvernementaux), d'une faction du Parti de la résistance nicaraguayenne, du Mouvement d'unité conservatrice (formé par des dissidents du Parti conservateur) et du mouvement Alcaldes 9 de Noviembre (anciens alliés du Parti libéral constitutionnaliste)[12].

Alliance libérale nicaraguayenne[modifier | modifier le code]

L'Alliance libérale nicaraguayenne (Alianza Liberal Nicaragüense) ou ALN est formée de dissidents du Parti libéral constitutionnaliste et du Parti conservateur (PC).

Front sandiniste de libération nationale[modifier | modifier le code]

Après la rupture de l'alliance FSLN-Convergence en 2005, le FSLN a formé l'alliance Le Nicaragua uni triomphe (¡Unida, Nicaragua Triunfa!). Les alliés politiques du FSLN sont : Yapti Tasba Masraka Nanih Aslatakanka (YATAMA, parti indigène de la côte atlantique du Nicaragua), l'Union démocrate chrétienne (UDC), le Mouvement d'unité chrétienne (MUC), l'Alliance populaire conservatrice (APC), quelques petites organisations de dissidents du Parti libéral constitutionnaliste et du Parti conservateur et une partie des membres du Parti de la résistance nicaraguayenne, y compris des membres du PLN, parti libéral d'Anastasio Somoza Debayle.

Sondages[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle[modifier | modifier le code]

Cid Gallup

Parti Candidat Janvier 2011[13] Mai 2011[14] Septembre 2011[15] Octobre 2011[16]
FSLN Daniel Ortega 36 % 38 % 44 % 46 %
PLI Fabio Gadea Mantilla 17 % 28 % 32 % 34 %
PLC Arnoldo Alemán 23 % 14 % 13 % 10 %
Autres Autres N/D 4 % 1 % 1 %
AR Aucune réponse 24 % 16 % 10 % 9 %

Consultora Siglo Nuevo

Parti Candidat Août 2011[17] Octobre 2011[18]
FSLN Daniel Ortega 57,1 % 59,6 %
PLI Fabio Gadea Mantilla 15,8 % 15,0 %
PLC Arnoldo Alemán 7,3 % 13,1 %
Autres Autres 1,7 % 0,8 %
AR Aucune réponse 18,1 % 11,5 %

M&R Consultores

Parti Candidat Juin 2011[19]
FSLN Daniel Ortega 56,5 %
PLI Fabio Gadea Mantilla 14,1 %
PLC Arnoldo Alemán 5,8 %
Autres Autres 1,2 %
AR Aucune réponse 22,4 %

Controverse[modifier | modifier le code]

La Cour suprême, où les juges sandinistes sont majoritaires, est passée outre à la disposition de la Constitution qui interdit au président sortant de se porter candidat à la présidence. Les critiques ont dit que cette décision pouvait créer les conditions requises pour qu'Ortega soit président à vie. De plus, avec une majorité imposante aux élections, Ortega pourrait aussi apporter des changements constitutionnels pour être rééligible indéfiniment[20].

Élections[modifier | modifier le code]

Après la fermeture des bureaux de scrutin, la mission d'observation de l'Organisation des États américains, dirigée par l'ancien chancelier argentin Dante Caputo, a dit qu'on avait gêné son travail dans 10 bureaux de vote sur 52 et qu'elle était inquiète. « Si nous avons eu du mal à 10 bureaux de vote sur 52, cela veut dire que nous n'avons pas été capables de faire normalement notre travail dans 20 % des bureaux échantillonnés sur lesquels nous fondons normalement notre évaluation. Nous ne pouvons donc pas dire que les élections se sont bien déroulées dans tous les bureaux de vote[21]. »

Le 11 novembre 2011, le Conseil électoral suprême du Nicaragua est arrivé aux résultats suivants pour l'élection présidentielle :

Parti Candidat Pourcentage des voix Voix[22]
FSLN Daniel Ortega 62,46 % 1 569 287
PLI Fabio Gadea Mantilla 31,00 % 778 889
PLC Arnoldo Alemán 5,91 % 148 507
ALN Enrique Quiñonez 0,40 % 10 003
APRE Róger Guevara Mena 0,23 % 5 898

Quant à l'élection des députés nationaux, le FSLN a obtenu 60,85 % des suffrages, le PLI 31,59 %, le PLC 6,44 %, l'ALN, 0,76 %, et l'APRE 0,36 %. Les pourcentages sont du même ordre pour l'élection des députés au Parlacen[23].

Réactions[modifier | modifier le code]

Gadea a prétendu que les résultats étaient viciés et lu le communiqué suivant de l'alliance du PLI ; « La journée électorale d'hier a été un exercice soigneusement planifié par les orteguistes pour altérer la volonté du peuple, ce qui donne des motifs de croire que nous avons assisté à la mise en scène d'une fraude dont l'immoralité et l'ampleur sont sans précédent[24],[25]. ». Le 9 novembre 2011, il a réclamé de nouvelles élections[26].

Rosario Murillo, épouse et porte-parole d'Ortega, a dit de la victoire de son mari que c'était « la victoire de la chrétienté, du socialisme et de la solidarité[27] ».

Des manifestations ont éclaté après le scrutin; on a fait état de quatre morts et d'une dizaine de blessés[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Electoral Calendar.
  2. AFP, « Nicaragua : le sandiniste Daniel Ortega sur la voie d'un troisième mandat », L'Express, 6 novembre 2011.
  3. a et b (es) El Nuevo Diario, Nicas se preparan para elegir a presidente, 5 novembre 2011.
  4. a et b (en) Marc Lacey, « [9609C8B63 World Briefing | Americas: Nicaragua: Ex-Leader To Fight For Seized Funds] », The New York Times, 29 décembre 2006. Consulté le 13 novembre 2011.
  5. (es) Leonor Álvarez, « APRE se pronuncia “por la vida” », El Nuevo Diario, 3 novembre 2011.
  6. (es) Nicaragua Hoy, Roger Guevara Mena, nuevo canadidato presidencial de APRE, 2 juin 2011.].
  7. (en) Larry Rohter et Juan Forero, « Unending Graft Is Threatening Latin America », The New York Times, 30 juillet 2005. Consulté le 9 novembre 2011.
  8. (es) Ary Pantoja, « Francisco Aguirre, nuevo secretario nacional del PLC », El Nuevo Diario, 4 février 2008. Consulté le 9 novembre 2011.
  9. (es) « Un feo antisomocista y antidanielista », El Nuevo Diario, 15 septembre 2006. Consulté le 9 novembre 2011.
  10. (es)« Daniel Ortega Saavedra, candidato del FSLN : Un candidato perseverante », El Nuevo Diario, 12 septembre 2006. Consulté le 10 novembre 2011.
  11. (en) Karla Jacobs, Nicaragua's political panorama going into November's presidential campaign, 23 mars 2011. Consulté le 10 novembre 2011.
  12. (es) « Gadea lanza Unidad Nicaragüense por la Esperanza », Nicaragua Hoy, 16 décembre 2010.
  13. (en) NicaNet, Nicaragua News Bulletin (February 1, 2011).
  14. (en) Nicaragua polling for the 2011 Presidential election, 25 mai 2011.
  15. (es) « Encuesta de CID-Gallup favorece a Ortega con el 44% », La Jornada, 9 septembre 2011.
  16. (en) Central Ortega Extends Lead in Nicaragua, American Politics, 2 octobre 2011.
  17. selucha.net.
  18. (es) Daniel con 59.6% en última encuesta de Siglo Nuevo, 1er novembre 2011.
  19. (es)M & R Consultores, Nicaragua Elecciones Nacionales 2011, juin 2011.
  20. (en) Al Jazeera, Nicaragua's Ortega poised to win third term, 7 novembre 2011.
  21. (en) Al Jazeera, Polls close in Nicaragua amid complaints, 7 novembre 2011.
  22. (es) Consejo supremo electoral, Elecciones nacionales 2011, 11 novembre 2011, 20:48:14.
  23. (es) Carlos Mikel Espinoza, « CSE da a conocer resultados definitivos provisionales de Elecciones Generales », El Nuevo Diario, 11 novembre 2011.
  24. (en) Al Jazeera,Nicaragua's Ortega wins third term, 8 novembre 2011.
  25. (es) Nicaragua Hoy, Gadea denuncia "fraude de proporciones inauditas", novembre 2011.
  26. (es) Leonor Álvarez et Arlen Pérez, « Gadea demanda nuevas elecciones », El Nuevo Diario, 9 novembre 2011.
  27. (en) Al Jazeera, Nicaragua's Ortega set to win third term, 7 novembre 2011.
  28. AFP, « Nicaragua : 4 morts et 10 blessés dans des heurts post-électoraux », L'Express, 9 novembre 2011.