Élection générale québécoise de 1892

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1890 Drapeau du Québec 1897 Suivant
Élection générale
québécoise de 1892
8 mars 1892
Postes à élire  73 députés
Charles-Eugène Boucher de Boucherville portrait.jpg
CON - Charles-Eugène Boucher de Boucherville
  
52,41 %
Sièges obtenus 51
Félix-Gabriel Marchand.jpg
PLQ - Félix-Gabriel Marchand
  
43,65 %
Sièges obtenus 21
No flag.svg
CONI - Benjamin Beauchamp
  
0,64 %
Sièges obtenus 1
Gouvernement
Diagramme
Premier ministre
Sortant
Élu

L'élection générale québécoise de 1892 est tenue le 8 mars 1892 afin d'élire à l'Assemblée législative du Québec les députés de la 8e législature. Il s'agit de la 8e élection générale dans cette province du Canada depuis la confédération de 1867. Le Parti conservateur du Québec, dirigé par Charles-Eugène Boucher de Boucherville, est porté au pouvoir et forme un gouvernement majoritaire.

Contexte[modifier | modifier le code]

Sur la foi d'un rapport d'enquête commandé suite à l'affaire de la Baie des Chaleurs, le lieutenant-gouverneur Auguste-Réal Angers démet de ses fonctions Honoré Mercier le 16 décembre 1891 et appelle le conseiller législatif conservateur Charles-Eugène Boucher de Boucherville à former un gouvernement. Celui-ci déclenche immédiatement des élections car son parti est minoritaire à l'Assemblée législative.

Les conservateurs, probablement aidés par les accusations de corruption qui pèsent contre Mercier, remportent les élections. Le premier ministre Boucher de Boucherville, qui siège au Conseil législatif plutôt qu'à l'Assemblée législative, laisse le soin à Louis-Olivier Taillon de diriger le parti ministériel en Chambre. Du côté des libéraux, Honoré Mercier a été réélu dans sa circonscription, mais comme il est en instance de subir son procès, il cède le poste de chef de l'opposition à Félix-Gabriel Marchand. Mercier est subséquemment acquitté, mais sa carrière politique est finie.

Boucher de Boucherville quitte le poste de premier ministre un an plus tard. Il lui succède Louis-Olivier Taillon, qui démissionne également en 1896, cédant les postes de premier ministre et chef du Parti conservateur à Edmund James Flynn. Ce devait être la dernière fois que le Parti conservateur remporte le pouvoir au Québec.

Dates importantes[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Conservateur Libéral Conservateur indépendant
51 sièges 21 sièges 1 siège
^
majorité

Résultats par parti politique[modifier | modifier le code]

élection précédente • Résultats de l'élection générale de 1892 • élection suivante
Partis Chef Candidats Sièges Voix
1890 diss. Élus +/- Nb  % +/-
     Conservateur Charles-Eugène Boucher de Boucherville 69 23
-
51 +28 91 579 52,41 % +7,00 %
     Libéral Félix-Gabriel Marchand 61 43
-
21 -22 76 280 43,65 % -0,89 %
     Conservateur indépendant 3 1
-
1
-
1 126 0,64 % -0,43 %
     Ouvrier 1 1
-
0 -1 2 025 1,16 % -0,08 %
     Libéral indépendant 2
-
-
-
-
1 943 1,11 % -0,78 %
     National 2 5
-
0 -5 1 774 1,02 % -4,85 %
     Indépendant 1
-
-
-
-
24 0,01 %
-
Total 139 73 73   174 751 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 69,1 % et 1 757 bulletins ont été rejetés.
Il y avait 294 335 personnes inscrites sur la liste électorale pour l'élection,
toutefois seules 255 455 personnes avaient plus d'un candidat dans leur district.
Source : Pierre Drouilly, Statistiques électorales du Québec. 1867-1989. 3e édition., Québec,
Assemblée nationale du Québec,‎ 1990 (ISBN 2-551-12466-2)
.

Résultats par circonscription[modifier | modifier le code]

     Argenteuil : William John Simpson (Parti conservateur)
     Arthabaska : Joseph-Éna Girouard (Parti libéral)
     Bagot : Milton McDonald (Parti conservateur)
     Beauce : Joseph Poirier (Parti conservateur)
     Beauharnois : Élie-Hercule Bisson (Parti conservateur)
     Bellechasse : Adélard Turgeon (Parti libéral)
     Berthier : Victor Allard (Parti conservateur)
     Bonaventure : Honoré Mercier (Parti libéral)
     Brome : Rufus Nelson England (Parti conservateur)
     Chambly : Louis-Olivier Taillon (Parti conservateur)
     Champlain : Pierre Grenier (Parti conservateur)
     Charlevoix : Joseph Morin (Parti libéral)
     Châteauguay : William Greig (Parti conservateur)
     Chicoutimi-Saguenay : Honoré Petit (Parti conservateur)
     Compton : John McIntosh (Parti conservateur)
     Deux-Montagnes : Benjamin Beauchamp (conservateur indépendant)
     Dorchester : Louis-Philippe Pelletier (Parti conservateur)
     Drummond : Joseph Peter Cooke (Parti conservateur)
     Gaspé : Edmund James Flynn (Parti conservateur)
     Hochelaga : Joseph-Octave Villeneuve (Parti conservateur)
     Huntingdon : George Washington Stephens (Parti libéral)
     Iberville : François Gosselin (Parti libéral)
     Jacques-Cartier : Joseph-Adélard Descarries (Parti conservateur)
     Joliette : Joseph-Mathias Tellier (Parti conservateur)
     Kamouraska : Charles-Alfred Desjardins (Parti conservateur)
     Lac-Saint-Jean : Joseph Girard (Parti conservateur)
     La Prairie : Cyrille Doyon (Parti conservateur)
     L'Assomption : Joseph Marion (Parti conservateur)
     Laval : Pierre-Évariste Leblanc (Parti conservateur)
     Lévis : Angus Baker (Parti conservateur)
     L'Islet : François-Gilbert Miville Dechêne (Parti libéral)
     Lotbinière : Édouard-Hippolyte Laliberté (Parti libéral)
     Maskinongé : Hector Caron (Parti libéral)
     Matane : Louis-Félix Pinault (Parti libéral)
     Mégantic : James King (Parti conservateur)
     Missisquoi : Elijah Edmund Spencer (Parti conservateur)
     Montcalm : Octave Magnan (Parti conservateur)
     Montmagny : Nazaire Bernatchez (Parti libéral)
     Montmorency : Thomas Chase-Casgrain (Parti conservateur)
     Montréal no 1 : François Martineau (Parti conservateur)
     Montréal no 2 : Olivier-Maurice Augé (Parti conservateur)
     Montréal no 3 : Damase Parizeau (Parti conservateur)
     Montréal no 4 : Alexander Webb Morris (Parti conservateur)
     Montréal no 5 : John Smythe Hall (Parti conservateur)
     Montréal no 6 : Patrick Kennedy (Parti conservateur)
     Napierville : Louis Sainte-Marie (Parti conservateur)
     Nicolet : Louis Beaubien (Parti conservateur)
     Ottawa : Nérée Tétreau (Parti conservateur)
     Pontiac : David Gillies (Parti libéral)
     Portneuf : Jules Tessier (Parti libéral)
     Québec-Centre : Victor Châteauvert (Parti conservateur)
     Québec (comté) : Charles Fitzpatrick (Parti libéral)
     Québec-Est : Joseph Shehyn (Parti libéral)
     Québec-Ouest : Félix Carbray (Parti conservateur)
     Richelieu : Louis Lacouture (Parti conservateur)
     Richmond : Joseph Bédard (Parti conservateur)
     Rimouski : Auguste Tessier (Parti libéral)
     Rouville : Alfred Girard (Parti libéral)
     Saint-Hyacinthe : Antoine-Paul Cartier (Parti conservateur)
     Saint-Jean : Félix-Gabriel Marchand (Parti libéral)
     Saint-Maurice : Nérée LeNoblet Duplessis (Parti conservateur)
     Saint-Sauveur : Simon-Napoléon Parent (Parti libéral)
     Shefford : Adolphe-François Savaria (Parti conservateur)
     Sherbrooke : Louis-Edmond Panneton (Parti conservateur)
     Soulanges : Avila-Gonzague Bourbonnais (Parti libéral)
     Stanstead : Michael Felix Hackett (Parti conservateur)
     Témiscouata : Napoléon Rioux (Parti conservateur)
     Terrebonne : Guillaume-Alphonse Nantel (Parti conservateur)
     Trois-Rivières : Télesphore-Eusèbe Normand (Parti conservateur)[1]
     Vaudreuil : Hilaire Cholette (Parti conservateur)
     Verchères : Albert Lussier (Parti libéral)
     Wolfe : Jérôme-Adolphe Chicoyne (Parti conservateur)
     Yamaska : Victor Gladu (Parti libéral)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette élection de Télesphore-Eusèbe Normand (Parti conservateur) dans le district des Trois-Rivières sera annulée le 30 septembre 1892. Une élection partielle sera tenue le 3 novembre 1892. Normand y sera élu.

Sources[modifier | modifier le code]