Éguzon-Chantôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éguzon-Chantôme
La mairie.
La mairie.
Blason de Éguzon-Chantôme
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre
Arrondissement La Châtre
Canton Éguzon-Chantôme
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Éguzon - Val de Creuse
Maire
Mandat
Jean-Claude Blin
2014-2020
Code postal 36270
Code commune 36070
Démographie
Gentilé Éguzonnais
Population
municipale
1 429 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 35″ N 1° 35′ 01″ E / 46.4430555556, 1.5836111111146° 26′ 35″ Nord 1° 35′ 01″ Est / 46.4430555556, 1.58361111111  
Altitude Min. 142 m – Max. 319 m
Superficie 36,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Éguzon-Chantôme

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de Indre
City locator 14.svg
Éguzon-Chantôme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Éguzon-Chantôme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Éguzon-Chantôme

Éguzon-ChantômePrononciation du titre dans sa version originale Écouter est une commune française située dans le sud du département de l'Indre, en région Centre.

Cette commune est née en 1974 de la fusion des anciennes communes de Éguzon et Chantôme.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le sud[1] du département de l'Indre, à la limite du département de la Creuse. Elle est située dans la région naturelle du Boischaut Sud.

Les communes limitrophes[1] et chefs-lieux[1] sont : Cuzion (5 km), Baraize (6 km), Crozant (6 km), Bazaiges (7 km), Saint-Plantaire (7 km), Saint-Sébastien (7 km), Parnac (11 km), La Châtre (35 km), Châteauroux (42 km), Le Blanc (45 km) et Issoudun (64 km).

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux[2] et lieux-dits[2] de la commune sont : Argentières, Bousset, Chambon, Charchet, Chavenière, Éguzonnet, Fressignes, l'Âge Laurent, la Braudière, la Couture, la Croix de Chambon, la Ferrière, la Feyte, la Gare, la Grenouillère, la Lande, la Nouzillère, Lavaud, le Bougazeau, le Pré Calé, les jarriges, Messant et Séjallas.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par les rivières Creuse[2] et Abloux[2]. Sur le lit de la rivière Creuse se trouve le lac de Chambon[2], qui est un lac artificiel formé avec le barrage hydroélectrique d'Éguzon.

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé observé de 1961 à 1990, à la station météorologique de Châteauroux - Déols (36)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,5 1,2 2,6 4,9 8,2 11,2 13,2 13,1 10,9 7,6 3,5 1,1 6,5
Température moyenne (°C) 3,4 4,7 6,9 9,7 13,2 16,5 19,1 18,7 16,3 12,1 6,9 4 11
Température maximale moyenne (°C) 6,3 8,2 11,2 14,5 18,2 21,8 25 24,3 21,6 16,7 10,3 6,9 15,4
Record de froid (°C)
date du record
−22,8
16/01/1985
−15
05/02/1963
−10
03/03/1965
−3,9
12/04/1986
−0,2
08/05/1974
3
05/06/1969
5,8
02/07/1975
4,5
06/08/1967
1,1
19/09/1962
−2,8
25/10/1964
−6,3
23/11/1988
−17
10/12/1967
−22,8
16/01/1985
Record de chaleur (°C)
date du record
18,3
30/01/1967
22,9
24/02/1990
24,3
28/03/1989
26,9
20/04/1968
31,1
27/05/1967
35,6
28/06/1986
36,8
21/07/1990
37,3
16/08/1974
34
17/09/1987
29,5
02/10/1985
21,6
01/11/1984
20,5
16/12/1989
37,3
16/08/1974
Nombre de jours avec gel 13,4 11,6 9,1 2,5 0,1 0 0 0 0 0,8 6,8 12,9 57,2
Ensoleillement (h) 47 76 121 150 181 201 235 203 165 123 63 48 1 613
Record de vent (km/h)
date du record
101
30/01/1983
115
03/02/1990
126
10/03/1982
83
11/04/1985
87
02/05/1988
97
07/06/1987
94
26/07/1983
72
26/08/1986
97
22/09/1987
94
16/10/1987
101
08/11/1982
97
30/12/1981
126
10/03/1982
Précipitations (mm) 61,7 63,2 63,8 56,6 75,3 53,4 51,5 50,6 60,9 59,9 65,7 65,7 728,3
dont pluie (mm) 29,5 28,2 32,4 42,6 39,7 39,7 48,3 43 58,6 43 35,2 35 58,6
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
29,5
12/01/1962
28,2
13/02/1990
32,4
29/03/1978
42,6
18/04/1964
39,7
06/05/1985
39,7
20/06/1977
48,3
22/07/1963
43
29/08/1968
58,6
17/09/1975
43
29/10/1981
35,2
05/11/1962
35
14/12/1979
58,6
17/09/1975
Nombre de jours avec précipitations 11 10,4 11,1 10,3 11,9 8,1 6,6 7,7 7,5 9,1 11 11,1 115,8
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 4,1 4,1 4,5 3,8 5,2 3,7 3,2 2,9 3,6 4,1 4,8 4,5 48,5
Humidité relative (%) 88 85 79 75 76 74 69 70 76 84 88 88 79,33
Nombre de jours avec neige 3,3 3,4 1,9 0,8 0 0 0 0 0 0 1,3 2,7 13,4
Nombre de jours d'orage 0,1 0,2 0,4 1,1 3,4 3,3 0 0 2,1 0,9 0,3 0,3 12,1
Nombre de jours avec brouillard 5,7 4,4 2,3 1,4 1,2 1,1 0 0 2,8 5,9 5,8 6,4 37
Source : Infoclimat.fr
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
6,3
0,5
61,7
 
 
 
8,2
1,2
63,2
 
 
 
11,2
2,6
63,8
 
 
 
14,5
4,9
56,6
 
 
 
18,2
8,2
75,3
 
 
 
21,8
11,2
53,4
 
 
 
25
13,2
51,5
 
 
 
24,3
13,1
50,6
 
 
 
21,6
10,9
60,9
 
 
 
16,7
7,6
59,9
 
 
 
10,3
3,5
65,7
 
 
 
6,9
1,1
65,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales[3] : 36, 36B, 36D, 36H, 36G, 45, 45C, 45F, 72 et 913. L'autoroute A20 passe à 9 km d'Éguzon au lieu-dit Les cinq routes.

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon passe par le territoire communal, une gare[3] dessert la commune.

Le territoire communal est desservi par les lignes J et K du réseau L'Aile Bleue[4] et par les lignes 6 et 37 du réseau d'autocars TER Centre[5].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[3], à 60 km.

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée 654[2] et par le sentier de grande randonnée de pays : Le Val de Creuse[2].

Réseau électrique[modifier | modifier le code]

La commune possède un poste source[6] sur son territoire qui est situé au lieu-dit le Champ de Roches, à proximité du barrage d'Éguzon.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ce nom composé traduit la fusion en 1974 des anciennes communes d'Éguzon et Chantôme.

Éguzon a longtemps été orthographié Aiguzon, jusque vers 1835[Note 1]

Ses habitants sont appelés les Éguzonnais[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est un village qui dépendait des comtes de la Marche, province dont ce village dépendait et ceci jusqu'à la Révolution française.

Cité par George Sand dans le Péché de M. Antoine, c'est un village qu'elle trouve maussade et ses habitants désagréables : elle avait eu le malheur de tomber d'une mule devant quelques-uns des résidents d'Éguzon quelque temps auparavant et ceux-ci ayant osé se moquer d'elle, la future « bonne dame de Nohant » n'avait pas du tout apprécié la situation et avait donc fait un portrait au vitriol du village.

Maurice Leblanc fait aussi mention d'Éguzon dans un des romans de son héros Arsène Lupin, L'Aiguille creuse, de même que Marc Paillet, auteur de romans policiers historiques dans un des épisodes des aventures d'Erwin le Saxon, Le Spectre de la nouvelle lune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement de La Châtre, du canton d'Éguzon-Chantôme, de la deuxième circonscription de l'Indre et de la communauté de communes du pays d'Éguzon - Val de Creuse.

Concours des villes et villages fleuris
Nombres de fleurs Années d'obtentions
2 fleurs palmarès 2011[8]
palmarès 2013[9]
1 fleur palmarès 2005[10]
palmarès 2006[11]
palmarès 2007[12]
palmarès 2008[13]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1er Empire  ? Pierre Delacou Sans objet Notaire
1813 1840 Paul Augustin Delacou Sans objet Avocat
1848 1851 Paul Augustin Delacou Sans objet Avocat
mars 1983 mars 1989 Marcel Maisongrande  ?  ?
mars 1989 en cours Jean-Claude Blin[14],[15],[16] PS Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune dispose des services suivants :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 429 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 264 1 041 1 014 1 338 1 403 1 492 1 507 1 584 1 626
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 662 1 594 1 492 1 581 1 618 1 674 1 656 1 659 1 712
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 796 1 811 1 722 1 587 1 834 1 561 1 672 1 554 1 507
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 407 1 482 1 520 1 459 1 384 1 373 1 409 1 409 1 337
2011 - - - - - - - -
1 429 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2004[22].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieux d'enseignements[23] : une école primaire publique et un collège public (Saint Exupéry). Les lycées publics de secteur[24] se trouvent à Argenton-sur-Creuse (lycée général Rollinat) et à Châteauroux (lycée polyvalent Blaise Pascal).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La foire de Chantôme.
La foire de Chantôme.

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

  • Musée de Jeannot la bricole (miniatures en bois).
  • Musée de la vallée de la Creuse (qui se situe dans les écuries du château).

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, L'Écho du Berry, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique

La commune d'Éguzon-Chantôme dépend de l'archidiocèse de Bourges, du doyenné du Val de Creuse[25] et de la paroisse d'Éguzon-Orsennes. Les lieux de culte sont les églises Saint-Étienne et Saint-Antoine.

Économie[modifier | modifier le code]

Tous les commerces et services de base (supermarché, supérette, pharmacie, fleuriste, assureurs, coiffeurs, esthéticienne, boulangeries, pizzeria, restaurants, bars, ambulances, vétérinaires, office notarial, magasin d’électroménager, etc.) sont présents.

La commune est labellisée Village étape depuis 1998.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Barrage d'Éguzon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Éguzon-Chantôme Blason D'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Brunaud, Le canton d'Éguzon : la vallée de la Creuse de Fresselines à Argenton, Joué-lès-Tours, Alain Sutton,‎ 1999, 127 p. (ISBN 2842533933).
  • Georgette Guéguen-Dreyfus, La mort du lieutenant Olive : témoignage du lieutenant André Gautron (Armée Secrète) et de Georges Détroit, hôtelier à Éguzon, Paris, Éditions Sociales, coll. « Résistance Indre et vallée du Cher »,‎ 1972.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon L. Blanchard, instituteur et rédacteur d'une monographie sur le bourg en 1894.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Site de Lion 1906 : Indre, consulté le 10 septembre 2012.
  2. a, b, c, d, e, f et g Site du Géoportail : Éguzon-Chantôme, consulté le 15 décembre 2013.
  3. a, b et c Site de ViaMichelin : Éguzon-Chantôme, consulté le 14 décembre 2013.
  4. Site du conseil général de l'Indre : Les horaires de l’Aile Bleue, consulté le 14 décembre 2013.
  5. Site SNCF TER Centre : Fiches horaires, consulté le 29 septembre 2013.
  6. « Un grand défi technique pour ERDF », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ 28 octobre 2009.
  7. « Nom des habitants des communes françaises, Éguzon-Chantôme », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 11 février 2012).
  8. [PDF] 52e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2011, consulté le 23 septembre 2011.
  9. Site des Villes et Villages Fleuris : Les villes et villages fleuris, consulté le 26 janvier 2014.
  10. [PDF] 46e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2005, consulté le 23 septembre 2009.
  11. [PDF] 47e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2006, consulté le 23 septembre 2009.
  12. [PDF] 48e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2007, consulté le 23 septembre 2009.
  13. [PDF] 49e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2008, consulté le 23 septembre 2009.
  14. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  15. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  16. [PDF] Site de la préfecture de l'Indre : Résultats des élections municipales de 2014, consulté le 28 avril 2014.
  17. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  18. Site de Berry Province, consulté le 5 février 2013.
  19. Site de Région de Gendarmerie du Centre : Groupement de l'Indre, consulté le 23 août 2012.
  20. Site du conseil général de l'Indre : Avec le Conseil général des routes encore plus sûres !, consulté le 18 août 2012.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  23. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat, consulté le 16 août 2012.
  24. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 20 août 2012.
  25. Site de l'archidiocèse de Bourges : Doyenné du Val de Creuse, consulté le 4 mai 2013.
  26. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois, Dictionnaire de la noblesse : La famille Camborant (lire en ligne), p. 160.