Églises du Christ internationales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Églises du Christ internationales sont un mouvement religieux chrétien, issues du Mouvement de Boston qui commença vers 1979 avec Kip McKean comme évangéliste le plus connu[1]. Les Églises du Christ internationales, appelées parfois de façon erronée Église internationale du Christ[2], font partie d'un mouvement plus large, les Églises du Christ[3], et ont reconnu avoir connu une dérive autoritaire avant une période de réforme commencée en 2003. Des églises du mouvement portent ou portaient les noms de Église du Christ de Boston, Église du Christ de Paris (1986), Église du Christ de Lyon (1992), etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Alexander Campbell (1788 – 1866)

Les églises du Christ sont un mouvement chrétien apparu lors du XIXe siècle aux États-Unis. Il s'agissait d'une période de très grand dynamisme pour les diverses églises protestantes en Amérique du Nord, et c'est lors du Second Grand réveil qu'eut lieu ce qui est considéré comme le plus grand mouvement de rassemblement d'Églises dans l'histoire des États-Unis (pour ce qui est du nombre d'Églises au moment du rassemblement), le Mouvement de la Restauration[4], appelé aussi Stone-Campbell[5] (noms des deux principaux pasteurs du rassemblement) afin de ne pas confondre avec des mouvements sans rapport.

Le principe fondamental du mouvement est d'appeler les chrétiens et les églises chrétiennes à se séparer des croyances, termes et credo qui n'ont pas d'origine biblique, à s'unir non sur le fait d'appartenir à telle ou telle branche du protestantisme, mais uniquement sur la base du message évangélique tout à fait classique[6]. Ainsi les églises s'appellent églises du Christ, les membres uniquement chrétiens ou disciples, etc. Un autre aspect de la philosophie du mouvement est également l'idée qu'une étude de la Bible doit permettre de parvenir à une compréhension commune de la démarche à suivre, et aux réponses aux questions qui pourraient amener les chrétiens à se diviser en factions (et ainsi engendrer une branche protestante de plus), plutôt que d'être unis. Le mouvement va jusqu'à dire qu'il n'est pas utile d'être protestant, mais simplement chrétien.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, les Églises du Christ sont le plus grand groupe d'églises du Mouvement de la Restauration (l'autre groupe étant appelé dès 1906 les églises chrétiennes)[7]. Les Églises du Christ connaissent alors une croissance très significative en Amérique du Nord (étant alors les églises chrétiennes grandissant le plus vite aux États-Unis) et un peu dans le monde. En leur sein se produisit, dans les années 1960/70, le mouvement Crossroads à Gainesville en Floride, qui consistait à rechercher des façons plus efficaces d' évangéliser (répandre le message biblique).

Le Mouvement de Boston lui fit suite à partir de 1979, centralisé à Boston (puis à Los Angeles en 1990) produisant la naissance de très nombreuses églises dans le monde (560 églises dans 147 pays). En 1994, le Mouvement de Boston, qui jusqu'alors faisait simplement partie des églises du Christ, devient les Églises du Christ internationales, suite à des conflits et divergences avec les autres églises du Christ.

Dès 2001, des remous ont lieu au niveau de la direction du mouvement, à la fois parce que certains aspects de la direction de Kip McKean, alors personnage de premier plan du mouvement, sont très contestés, et parce qu'une certaine reconnaissance d'excès autoritaires commence à se faire jour, laquelle aura réellement lieu en 2003. Finalement le mouvement se réforme, écrivant de nombreuses lettres d'excuses, se décentralisant totalement, et procédant à une période d'analyse de ses dérives. Ainsi les Églises du Christ internationales se sont réconciliées avec les autres églises du Christ, et ont exclu et se sont totalement séparées de Kip McKean, qui a créé un autre petit mouvement, les églises chrétiennes internationales (international christian churches).

Organisation[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, les Églises du Christ internationales n'ont ni hiérarchie ni organisation centralisée, les églises coopèrent librement et prennent leurs décisions uniquement au niveau local.

En France, les Églises du Christ internationales furent classées dans la liste des « mouvements sectaires de 500 à 2000 adeptes » du Rapport de la Mission interministérielle française pour la lutte contre les sectes du 22 décembre 1995.

Toutefois, la secrétaire générale de la Miviludes parla des Églises du Christ internationales en 2006, disant que "l'église du Christ, si elle n'a pas disparu, est devenue complètement adaptée, semble ne plus faire parler d'elle, puisque effectivement depuis trois ans, cette église ne donne plus lieu à aucun signalement à la mission que je dirige."[8]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Kip McKean ne fait plus partie des Églises du Christ internationales depuis 2005, et ne peut pas être tenu pour le fondateur de ces églises (dont certaines ont existé avant le mouvement) et encore moins de l'Église internationale du Christ qui n'existe pas : Cf. lien externe acparis.net ci-dessous.
  2. Erreur limitée au monde francophone (surtout les médias), le nom anglophone International Churches of Christ ne prêtant pas à confusion. Il s'agit d'une association d'églises (famille d'églises), non une seule église.
  3. Site officiel des Églises du Christ, et non des Églises du Christ Internationales
  4. Quelques aperçus et une autre page sur l'histoire du Mouvement de la Restauration
  5. Le texte d'un document historique fondateur de Barton W. Stone, sur Wikisource.
  6. c'est-à-dire conforme à ce que prêchaient et vivaient les premiers chrétiens. Par exemple, le mouvement de la Restauration enseigne l'importance de la foi, de la repentance et du baptême (d'un adulte par immersion) dans la conversion d'une personne à Christ.
  7. Origine commune des Églises du Christ et des Églises Chrétiennes, par le Conseil oecuménique des Églises
  8. Interview audio de Catherine Katz pour Radio Canada, 9 novembre 2006

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]