Église de la Madonna dell'Orto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église de la Madonna dell'Orto
Image illustrative de l'article Église de la Madonna dell'Orto
Madonna dell'Orto
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Début de la construction XIVe siècle
Style dominant Renaissance artistique
Site web www.madonnadellorto.org/
Géographie
Pays Italie
Région Vénétie
Commune Venise
Coordonnées 45° 26′ 47″ N 12° 19′ 57″ E / 45.4464, 12.3325 ()45° 26′ 47″ Nord 12° 19′ 57″ Est / 45.4464, 12.3325 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Église de la Madonna dell'Orto

L'Église de la Madonna dell'Orto (la Madone du Verger) est un édifice religieux situé à Venise, dans le sestiere de Cannaregio, le long du Rio de la Madona de l'Orto et face au rio Brazzo.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église fut construite par la congrégation des Humiliés vers le milieu du XIVe siècle sur un projet de Fra Tiberio de Parme, dont la sépulture se trouve dans l'église. Elle fut d'abord dédiée à Saint Christophe, le saint patron des voyageurs. C'est au XVe siècle qu'elle fut consacrée à la Vierge quand, dans un verger voisin, on trouva une statue de la Madonne présumée miraculeuse, d'où le nom de Madonna dell’Orto. L'église reposait sur de faibles fondations et pour cette raison le Grand Conseil affecta le 11 novembre 1399 deux cents ducats à une importante œuvre de réfection conduite la même année.

Par décret du Conseil des Dix, approuvé par le Pape, les Humiliés furent chassés en raison de leur mœurs dépravés. L'église fut alors assignée aux Chanoines séculiers de Saint Georges, supprimée en 1668.

Le couvent de la Madonna dell'Orto passa en 1669 aux Cisterciens de Lombardie. En 1787, les Cisterciens cessèrent également leur activité en ces lieux et l'église fut transférée à l'administration publique avec à sa tête un recteur et quelques prêtres. En 1810, elle fut déclarée oratoire de Saint Martial et, en 1841, le gouvernement autrichien ordonna une restauration générale à ses frais. La restauration de la façade intervint en 1845, tandis que les travaux pour le reste de l'édifice débutèrent en 1855 mais ils n'allèrent pas à leur terme. L'église fut alors cédée aux militaires qui en firent un dépôt de paille. 1864 vit la reprise des travaux de restauration, terminés en 1869.

La façade et le cloître datent de 1460-1464, avec des statues du début du XVIe siècle. Le campanile et la coupole datent de la même époque. L'intérieur est enrichi de tableaux de Jacopo Robusti, dit Le Tintoret, enterré dans la nef de droite. le contrat de commande de ces tableaux, daté du 14 mai 1565, est encore conservé,

La Façade[modifier | modifier le code]

La façade à saillants est en brique, tripartite, divisée par deux renforts et elle reflète la division de l'intérieur. Les deux zones latérales sont pourvues de fenêtres gothiques à lancette, alors que la zone centrale présente une grande rosace surmontée d'un oculus. Le portail est surmonté d'un arc aigu avec des décorations sculptées en pierre blanche, représentant au sommet Saint Christophe et sur les côtés la Madonne et l'archange Gabriel, la Madonne étant attribuée à Antonio Rizzo et les deux autres œuvres à Nicolò Di Giovanni Fiorentino. À l'intérieur de la décoration, se trouve un tympan en porphyre. Le portail est décoré de chaque côté de fines colonnes corinthiennes.

Le couronnement du frontispice intègre douze niches contenant les statues des apôtres. Le sommet de la façade est surmonté de cinq petites niches en tabernacle sous pinacle abritant des statues du XVIIIe siècle représentant la Prudence, la Charité, la Foi, l'Espérance et la Tempérance, provenant de l'église démolie de Saint Étienne à Murano.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'intérieur[modifier | modifier le code]

L'intérieur est constitué d'une nef principale et deux ailes, avec des arcs aigus à double corniche, soutenus par des colonnes en marbre grec. Le plan est rectangulaire sans transept avec une abside pentagonale décorée de tableaux du Tintoret. Au-dessus de l'entrée, se trouve un splendide orgue de bois de Pietro Bazzani datant de 1878, l'un des plus puissants de Venise.

On peut voir de belles fresques dans la quatrième chapelle à gauche, la chapelle Contarini, parmi lesquelles Saint Jean-Baptiste et autres Saints, de Cima da Conegliano et une Sainte Agnès du Tintoret.

Datant de la Renaissance, la chapelle Valier conservait une petite œuvre de Giovanni Bellini, une Vierge à l'Enfant de 1480, disparue en 1993.

Parmi les œuvres du Tintoret, datant toutes de 1562-1564, on peut voir :

  • Le Jugement dernier
  • La présentation de Marie au Temple
  • L'adoration du veau d'or
  • Le Jugement dernier
  • Les quatre vertus cardinales
  • La décollation de Saint Christophe
  • Saint Pierre et l'apparition de la croix

Le Tintoret est enterré dans la chapelle à droite du chœur.

Le plafond à caisson est en bois.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le Campanile[modifier | modifier le code]

Le campanile en brique, d'un plan carré, fut achevé en 1503. Quatre tympans semicirculaires séparent la salle des cloches du tambour somital cylindrique avec un dôme en oignon dans le style oriental. Sur les côtés, on trouve quatre statues des évangélistes de l'école de Pietro Lombardo et au sommet une statue du Rédempteur en marbre blanc. Les anciennes cloches, dont la plus grande datait de 1424, furent remplacées en 1883.

Liens externes[modifier | modifier le code]