Église d'Orsanmichele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orsanmichele
Image illustrative de l'article Église d'Orsanmichele
Les niches des tabernacoli des saints protecteurs des Arti sur les façades.
Présentation
Culte Catholicisme
Rattachement Archidiocèse de Florence
Début de la construction 1337
Fin des travaux Vers 1380
Architecte Simone Talenti, Neri di Fioravante et Benci di Cione
Style dominant Architecture gothique
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Tuscany.svg Toscane
Ville Florence
Coordonnées 43° 46′ 14.73″ N 11° 15′ 18.61″ E / 43.7707583, 11.255169443° 46′ 14.73″ Nord 11° 15′ 18.61″ Est / 43.7707583, 11.2551694  

Géolocalisation sur la carte : Toscane

(Voir situation sur carte : Toscane)
Orsanmichele

Orsanmichele (Or' San Michele, San Michele in Orto) doit son nom « Saint-Michel-au-jardin » à l'église initiale, ancien oratoire construit en 750 dans le jardin d'un monastère bénédictin de Florence en Italie, transformé successivement en loggia, en entrepôt puis de nouveau en église.

Histoire[modifier | modifier le code]

Détruite en 1240, elle est remplacée par une loggia abritant les marchands de céréales en 1284 et pouvant servir d'entrepôt contre les famines ou de siège de la ville : C'est la Loge aux Grains d'Arnolfo di Cambio.

De nouveau détruite, la loggia est rebâtie à partir de 1337 par Francesco Talenti, mais surmontée d'entrepôts en étages dont les Arti di Firenze des corporations présentes placèrent chacune leur saint protecteur sur les piliers (Liste complète).

Le culte réhabilité dans l'édifice en 1347 fit murer les arcades de la loggia suivant les dessins de Simone Talenti et les étages servirent de réserves pour les famines.

C'est depuis le XVe siècle une église de Florence sur laquelle ont travaillé plusieurs artistes et dont certaines œuvres (sculptures) sont placées dans les tabernacles de l'intérieur ou les niches des murs extérieurs (mais aujourd'hui ce sont des copies qui y sont exposées).

À la fin du XXe siècle les étages supérieurs sont transformés en espace muséal (des statues originales) ou de conférences ; on y accède par un escalier intérieur (étroit placé entre les murs jusqu'au premier étage, ensuite par un escalier de bois, monumental et contemporain) ; les baies restées découvertes permettent de découvrir un panaroma de la ville depuis le centre historique. La circulation retour s'effectue par la passerelle vers le palazzo della Lana et permet de sortir du bâtiment.

Extérieur[modifier | modifier le code]

Statues remarquables[modifier | modifier le code]

Particularités[modifier | modifier le code]

Une passerelle en pierre au Ier étage permet le passage entre Orsanmichele et le Palazzo della Lana (palais d'une des Arti, les riches corporations marchandes de la ville et responsable de la bonne marche de la construction du Duomo sur les plans de Filippo Brunelleschi).

Intérieur de l'église[modifier | modifier le code]

Intérieur à deux nefs comportant :

  • Le tabernacle ciborium de Andrea Orcagna en marbre, incrusté de mosaïque d'or et de lapis-lazuli, plaques émaillés (1349-1359), comportant :
    • Un bas relief de la Mort de la Vierge et son Assomption,
    • La Madonna delle Grazie de Bernardo Daddi (1348), (qui était visible de l'extérieur pendant la période de la loggia),
  • Un deuxième autel en marbre de Sainte Anne, la Vierge et l'Enfant de Francesco da Sangallo (1526),
  • Des multiples traces de fresques du XIVe siècle, badigeonnées en 1770 et redécouvertes au XIXe siècle sur les voûtes et les piliers,

Liste complète des Saints protecteurs des Arti[modifier | modifier le code]

  • La Vierge à la rose (Madonna della Rosa) (1399) de Pietro di Giovanni Tedesco - commandité par Medici e Speziali (Médecins et Apothicaires)
  • Les Quatre Saints couronnés (1408) de Nanni di Banco - commandité par Maestri di Pietra e Legname (Forgerons et Menuisiers)
  • Saint Luc (1405-10) de Giambologna - commandité par Giudici e Notai (Juges et Notaires)
  • Saint Marc (1411) de Donatello - commandité par Linaivoli e Rigattieri (Tisseurs de lin et Fripiers)
  • Saint Philippe (1412-14) de Nanni di Banco - commandité par Calzauoli (Chausseurs)
  • le Christ et Saint Thomas (1467-83) de Andrea del Verrocchio - commandité par Tribunale di Mercanzia (Tribunal des Marchands)
  • Saint Eloi (1411-15) de Nanni di Banco - commandité par Maneschalchi (Maréchaux-ferrands)
  • Saint Jacques (1415) de Lamberti - commandité par Pellicciai (Fourreurs et Maroquiniers)
  • Saint Pierre (1415) de bernardo Ciuffagni - commandité par Beccai (Bouchers)
  • Saint Jean le Baptiste (1414-16) de Lorenzo Ghiberti - commandité par Calimala (Négociants de Laine affinée)
  • Saint Georges (1416) de Donatello - commandité par Corazzai (Armuriers)
  • Saint Matthieu (1419-20) de Lorenzo Ghiberti - commandité par Cambio (Changeurs)
  • Saint Étienne (1428) de Lorenzo Ghiberti - commandité par Lana (Tisseurs de Laine)
  • Saint Jean l'évangéliste de Baccio da Montelupo - commandité par Seta (Soyeux et Orfèvres)

Les médaillons en terre cuite représentant leurs blasons sont placés au-dessus des arcades.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paola Grifoni, Francesca Nannelli, Le statue dei santi protettori delle arti fiorentine e il Museo di Orsanmichele, Quaderni del servizio educativo, Edizioni Polistampa, Florence, 2006.