Église catholique syro-malankare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église catholique syro-malankare
Union à Rome 1930
Primat actuel Baselios Cleemis Tottunkal
Siège Thiruvananthapuram, Kerala
Territoire primaire Kerala, Inde du Sud
Extension territoriale Petite diaspora en Amérique du Nord, en Europe et dans les pays du golfe Persique
Rite syriaque occidental
Langue(s) liturgique(s) syriaque, malayalam
Population estimée 300 000 (2005)


L'Église catholique syro-malankare est une des Églises catholiques orientales du Kerala en Inde. Elle appartient au rite antiochien. Le chef de l'Église porte le titre de Catholicos-Archevêque majeur de Trivandrum des Syro-Malankares, avec résidence à Thiruvananthapuram (Trivandrum) (titulaire actuel : Sa Béatitude Moran Mor Baselios Cleemis depuis le 10 février 2007).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le christianisme s'est implanté très tôt en Inde, particulièrement dans le Sud-Ouest de l'Inde (actuel État du Kerala). La tradition locale fait remonter l'origine de l'Église de Malabar à l'apôtre Thomas. Cette Église fut placée assez tôt sous la juridiction de l'Église de l'Orient, dont elle adopta le rite syriaque oriental et les usages, et qui lui envoyait ses évêques.

Les premiers contacts avec les Portugais au début du XVIe siècle se passèrent sans heurts. Cependant, en 1599, Alexis de Menezes, l'archevêque portugais de Goa (de rite latin), réunit un synode local à Diamper. Les Chrétiens de saint Thomas furent placés de force sous la juridiction de l'Église de Rome. Un jésuite, Francisco Roz, fut nommé évêque, qui latinisa fortement le rite. L'Église catholique syro-malabare est la branche qui resta dans la juridiction romaine après le synode de Diamper.

En réaction, une très grande partie des Chrétiens locaux suivirent le prêtre Thomas Palakomatta qui en 1653 se fit consacrer évêque et métropolite, se plaçant quelques années plus tard sous la juridiction de l'Église syriaque orthodoxe (de rite syriaque occidental).

En 1930, l'archevêque Mar Ivanios de Bethany et son évêque suffragant Mar Théophile de Tiruvalla quittèrent l'Église syro-malankare orthodoxe (Église syriaque orthodoxe en Inde) pour rejoindre l'Église catholique romaine et rétablir la communion avec l'évêque de Rome.

En 1932, Rome créa une métropole syro-malankare, consacrant l'existence d'une seconde Église catholique orientale en Inde, l'Église catholique syro-malankare (de rite syriaque occidental).

Organisation[modifier | modifier le code]

Territoire propre (territorium propium) (Kerala et régions voisines)[modifier | modifier le code]

  • Archidiocèse majeur de Trivandrum (Isaac Mar Cleemis Thottunkal)
    • Diocèse de Marthandom (Yohannon Mar Chrysostam Kalloor)
    • Diocèse de Mavelikara (Joshuah Mar Ignathios Kizhakkeveettil)
  • Archidiocèse métropolitain de Tiruvalla (Thomas Mar Koorilos Chakkalapadickal)
    • Diocèse de Bathery (Geevarghese Mar Divannasios Ottathengil)
    • Diocèse de Muvattupuzha (Mgr Abraham Kackanatt)

Reste de l'Inde[modifier | modifier le code]

Les communautés catholiques syro-malankares hors du territoire propre dépendent normalement des évêques catholiques latins locaux.

Le 7 février 2007, le pape Benoît XVI a nommé Chacko Aerath évêque titulaire de Bapara et visiteur apostolique pour les Syro-Malankars en Inde en dehors du territoire propre.

Reste du monde[modifier | modifier le code]

Des communautés catholiques syro-malankares organisées existent en Amérique du Nord (États-Unis et Canada), en Europe (Royaume-Uni et Allemagne), ainsi que dans les pays arabes du golfe Persique (Émirats arabes unis, Qatar).

Thomas Mor Eusebius est visiteur apostolique pour les Syro-Malankars au Canada et en Europe.

Relations avec les autres Églises[modifier | modifier le code]

L'Église catholique syro-malankare est la plus jeune des Églises catholiques orientales et elle s'est développée d'abord par ralliement de prélats, de prêtres et de fidèles des autres Églises de tradition syriaque occidentale en Inde (Église syro-malankare orthodoxe, Église malankare orthodoxe, Église malabare indépendante).

Elle connait une grande vitalité avec en 2006 plus de 600 séminaristes.

Son développement en dehors de son territoire primaire rencontre les mêmes difficultés que pour l'Église catholique syro-malabare. L'Église catholique en Inde est majoritairement de rite latin et de discipline romaine et elle a du mal à accepter la création de structures spécifiques pour les chrétiens orientaux en dehors de l'État du Kerala.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Valognes, Vie et mort des Chrétiens d'Orient, Fayard, Paris, 1994 (ISBN 2213030642)