Église apostolique assyrienne de l'Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église apostolique assyrienne de l'Orient
Image illustrative de l'article Église apostolique assyrienne de l'Orient

Nom local ܥܕܬܐ ܩܕܝܫܬܐ ܘܫܠܝܚܝܬܐ ܩܬܘܠܝܩܝ ܕܡܕܢܚܐ ܕܐܬܘܪ̈ܝܐ
Fondateur(s) Saint Thomas (attribution traditionnelle)
Autocéphalie/Autonomie 424
Siège Morton Grove, États-Unis
Territoire primaire Moyen-Orient
Expansion territoriale États-Unis, Europe occidentale, Australie
Rite syriaque oriental

primat=Catholicos-Patriarche Dinkha IV

Langue(s) liturgique(s) araméen
Calendrier grégorien (depuis 1965)
Population estimée entre 250 000 et 400 000

L'Église apostolique assyrienne de l'Orient ou Sainte Église apostolique catholique assyrienne de l'Orient (‘Ittā Qaddishtā wa-Shlikhāitā Qattoliqi d-Madnĕkhā d-Ātārāyē) est une Église autocéphale de tradition syriaque orientale. Elle fait partie de l'ensemble des Églises des deux conciles. Le chef de l'Église porte le titre de Catholicos-Patriarche de la Sainte Église Apostolique Catholique Assyrienne de l'Orient (ou celui, plus traditionnel, de Métropolite de Séleucie-Ctésiphon, Catholicos et Patriarche de l'Orient), avec résidence actuelle à Morton Grove, près de Chicago aux États-Unis (titulaire actuel : Sa Sainteté Mar Dinkha IV[1] depuis 1976).

Nom[modifier | modifier le code]

L'Église apostolique assyrienne de l'Orient est également connue sous d'autres noms :

  • Sainte Église apostolique catholique assyrienne de l'Orient
  • Église apostolique de l'Orient et des Assyriens
  • Église apostolique assyrienne de l'Est
  • Église nestorienne[2]
  • Église perse[3]
  • Église orthodoxe de Perse
  • Église de l'Orient
  • Église de l'Est
  • Église de l'Orient des Assyriens[4]
  • Église syriaque orientale[5]
  • Église syro-orientale
  • Église chaldéenne orthodoxe[6]
  • Église chaldéenne nestorienne[7]
  • Église assyrienne orthodoxe[8]
  • Église syrienne d'Orient[9]
  • Église syriaque d'Orient

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église de l'Orient.

L'Église apostolique assyrienne de l'Orient est l'héritière directe de l'antique Église de l'Orient qui fut une des premières Églises chrétiennes. Selon la tradition, elle aurait été fondée par l'apôtre Thomas.

Période perse sassanide[modifier | modifier le code]

310 L'évêque de Séleucie-Ctésiphon Mar Papa bar Gaggaï fédère les différentes Églises locales et devient catholicos de l'Orient, tout en demeurant dans la juridiction de l'Église d'Antioche.

410 Après une période de persécutions, l'Église de l'Orient se réorganise lors d'un concile dans la ville de Séleucie. Le titre de patriarche est adopté.

424 Lors d'un nouveau concile à Séleucie, l'Église de l'Orient se déclare indépendante de l'Église d'Antioche.

431 Le Concile d'Éphèse condamne Nestorius, le patriarche de Constantinople, et ses positions christologiques. L'Église de l'Orient n'en reconnait pas les conclusions.

433 Jean d'Antioche et Cyrille d'Alexandrie aboutissent à un accord théologique avec le Symbole d'union.

484 Concile de Beth Lapat, adhésion à l'enseignement théologique de Théodore de Mopsueste.

Période arabe[modifier | modifier le code]

780 transfert du siège catholicosal de Séleucie-Ctésiphon à Bagdad

Période mongole[modifier | modifier le code]

1258 Prise de Bagdad par les Mongols.

1287 Ambassade de Rabban Bar Sauma en Europe

Période turque ottomane[modifier | modifier le code]

1450 Le poste de patriarche devient héréditaire.

1692 Un seconde lignée patriarcale est créée par Simon qui rompt l'union avec Rome.

1804 La lignée patriarcale originelle s'éteint.

1915-1917 Massacres des Assyro-Chaldéens

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

1968 Un schisme entraine la création d'une nouvelle Église (Ancienne Église de l'Orient).

1975 L'Église renonce à toute référence au nestorianisme.

1994 Signature de la "Déclaration christologique commune" avec l'Église catholique

Septembre 2006 Le catholicos-patriarche visite le Nord de l'Irak.

Organisation[modifier | modifier le code]

Siège patriarcal[modifier | modifier le code]

Le siège de l'Église, à l'origine à Séleucie-Ctésiphon, a été déplacé à plusieurs reprises :

Lors de son synode de janvier 1990 tenu à Bagdad, l'Église de l'Orient décida du transfert du siège patriarcal à Bagdad. Ce transfert ne put pas se faire du fait de la guerre du Golfe à partir d'août 1990.

Organisation territoriale[modifier | modifier le code]

L'Église est divisée en plusieurs archidiocèses et diocèses :

  • Archidiocèse patriarcal (et diocèse de l'est des États-Unis)
    • Diocèse de l'ouest des États-Unis (Phoenix)
    • Diocèse de Californie occidentale (San José)
    • Diocèse du Canada (Etobicoke, Ontario)
    • Diocèse d'Australie et de Nouvelle-Zélande (Fairfield)
  • Archidiocèse de l'Irak, de la Russie et de la Jordanie
    • Diocèse de Bagdad
    • Diocèse de Nohadra (Dahuk, nord de l'Irak) et de la Russie
  • Archidiocèse du Malabar et de toute l'Inde (Thrissur)
  • Archidiocèse du Liban, de la Syrie et de l'Europe (Beyrouth)
    • Diocèse de Syrie
    • Diocèse de l'Europe (Norsborg, près de Stockholm)
  • Diocèse d'Iran (vacant)

Mouvements centrifuges et schismes[modifier | modifier le code]

Rites et pratiques[modifier | modifier le code]

Relations avec les autres Églises[modifier | modifier le code]

Relations avec les autres Églises de tradition syriaque[modifier | modifier le code]

Depuis 1994, l'Église apostolique assyrienne de l'Orient participe à une série de discussions œcuméniques avec les autres Églises de tradition syriaque, à l'initiative de la Fondation Pro Oriente, organisme dépendant du diocèse catholique de Vienne en Autriche. Ces discussions rassemblent des représentants d'Églises catholiques et séparées, de tradition syriaque occidentale (Église syriaque orthodoxe, Église catholique syriaque, Église malankare orthodoxe, Église catholique syro-malankare, Église maronite) et de tradition syriaque orientale (Église apostolique assyrienne de l'Orient, Ancienne Église de l'Orient, Église catholique chaldéenne, Église catholique syro-malabare).

Relations avec l'Ancienne Église de l'Orient[modifier | modifier le code]

  • 1er février 1990 Rencontre ecclésiastique de haut niveau à Bagdad en vue d'une éventuelle réunification.

Relations avec l'Église catholique chaldéenne[modifier | modifier le code]

Le , le patriarche Mar Dinkha IV et le patriarche Raphaël I Bidawid de l'Église catholique chaldéenne signent un « Décret synodal conjoint pour la Promotion de l'Unité », marquant les progrès du dialogue entre les deux Églises syriaques orientales.

Relations avec l'Église catholique[modifier | modifier le code]

Le pape Jean Paul II et le patriarche Mar Dinkha IV, en signant cette déclaration, ont clos, pour leurs Églises, les différentes controverses liées à la querelle nestorienne.
"Sa Sainteté Jean-Paul II, Évêque de Rome et Pape de l'Église catholique, et Sa Sainteté Mar Dinkha IV, Catholicos-Patriarche de l'Église assyrienne de l'Orient, rendent grâce à Dieu qui leur a inspiré cette nouvelle rencontre fraternelle.
Ils considèrent celle-ci comme une étape fondamentale sur la voie de la pleine communion à restaurer entre leurs deux Églises. En effet, ils peuvent désormais proclamer ensemble devant le monde leur foi commune dans le mystère de l'Incarnation."
  • 2 juillet 2001 L'Église catholique romaine reconnaît la validité de l'Eucharistie célébrée selon l'anaphore de Addai et Mari, qui n'inclut pas le récit évangélique de l'Institution.
  • 2007 Nouvelle visite officielle du patriarche Mar Dinkha IV au Vatican. Rencontre avec le pape Benoît XVI.

Relations avec les Églises orthodoxes orientales[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Étèvenaux, Histoire des missions chrétiennes, Éd. Saint-Augustin, Paris, 2004 (ISBN 2880113334) (Chap. V : les missions de l'Église de l'Est en Asie jusqu'au XIVe siècle)
  • Raymond Le Coz, Histoire de l'Église d'Orient (Chrétiens d'Irak, d'Iran et de Turquie), Cerf, Paris, 1995 (ISBN 2204051144)
  • Raymond Le Coz, Les médecins nestoriens au Moyen Âge : les maîtres des Arabes, L'Harmattan (col. Comprendre le Moyen-Orient), Paris, 2004 (ISBN 2747564835)
  • Herman Teule, Les Assyro-Chaldéens. Chrétiens d'Irak, d'Iran et de Turquie, Brepols (col. Fils d'Abraham), Turnhout, 2008 (ISBN 9782503528250)
  • Jean-Pierre Valognes, Vie et mort des Chrétiens d'Orient, Fayard, Paris, 1994 (ISBN 2213030642)
  • Joseph Yacoub, Babylone chrétienne : géopolitique de l'Église de Mésopotamie, Desclée de Brouwer, Paris, 1996 (ISBN 222003772X)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Portrait de Mar Dinkha IV (site cired.org)
  2. Nestorian Church (site nestorian.org)
  3. Persian Church (site nestorian.org)
  4. Joseph Yacoub, Babylone chrétienne : géopolitique de l'Église de Mésopotamie, Desclée de Brouwer, Paris, 1996, p. 24
  5. Joseph Yacoub, Babylone chrétienne : géopolitique de l'Église de Mésopotamie, Desclée de Brouwer, Paris, 1996, p. 14
  6. Jean-Pierre Valognes, Vie et mort des Chrétiens d'Orient, Fayard, Paris, 1994, p. 408
  7. Raymond Janin, Les Églises et les rites orientaux, Letouzey & Ané, Paris, 1997, p. 409
  8. Petit dictionnaire de l'Orient chrétien (§ Église nestorienne), Brepols, Turnhout, 1991, p. 189
  9. Raymond Le Coz, Histoire de l'Église d'Orient, Cerf, Paris, 1995, p. 60