Église Santiago de Peñalba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Santiago de Peñalba
Image illustrative de l'article Église Santiago de Peñalba
Présentation
Nom local Iglesia de Santiago de Peñalba
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse d'Astorga
Début de la construction Xe siècle
Fin des travaux Xe siècle
Style dominant Art de repeuplement
Protection Monument historique (1931)
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Région Castille-et-León Castille-et-León
Département León Province de León
Commune Peñalba de Santiago (commune de Ponferrada)
Coordonnées 42° 25′ 38″ N 6° 32′ 27″ O / 42.427222, -6.540833 ()42° 25′ 38″ Nord 6° 32′ 27″ Ouest / 42.427222, -6.540833 ()  

Géolocalisation sur la carte : Castille-et-León

(Voir situation sur carte : Castille-et-León)
Église Santiago de Peñalba

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Église Santiago de Peñalba

L'église Santiago de Peñalba est un édifice religieux du Xe siècle, situé dans le village de Peñalba de Santiago (commune de Ponferrada, comarca (canton) du El Bierzo, en Province de León, Espagne).

Par son excellent état de conservation, son architecture singulière et ses peintures murales, elle est considérée comme un des joyaux de l’art mozarabe (ou art de repeuplement) [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’église se situe au cœur de la Vallée du Silence (Valle del Silencio), encaissée dans les Monts Aquilanos. Cette région était connue dès le VIIIe siècle pour renfermer de nombreux monastères et églises érémitiques, ce qui lui valut le surnom de Thébaïde du Bierzo (le Bierzo étant le nom de la comarque). La vallée constitue la partie la plus abrupte des Monts de León, caractéristique qui facilitait l’isolement recherché par les ascètes de l’époque, dont saint Fructueux de Braga et saint Gennade.

La présence mozarabe à Peñalba de Santiago remonte à l’arrivée de Gennade, futur évêque d’Astorga[2], qui fonda ici un monastère entre 909 et 916[3]. Il ne reste aujourd’hui que peu de choses de ce monastère, dont les vestiges ont été incorporés dans les habitations voisines. L’église, qui a subsisté jusqu’à nos jours, fut édifiée quelque temps plus tard, vraisemblablement entre 931 et 937[1], par l’abbé Salomon, en pleine période d’apogée du royaume de León, sous le règne de Ramire II, roi qui étendit son royaume au-delà du Duero. Le monarque fit de multiples donations au monastère, parmi lesquelles la « Croix de Peñalba », pièce d’orfèvrerie d’influence wisigothique, symbole de la comarque de El Bierzo.

Description[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Double arc mozarabe et alfiz.

Sous son toit de lauzes, le plan de l’édifice est basilical et le caractère mozarabe des arcs et des coupoles est marqué. Le porche latéral sud, avec ses arcs jumeaux, très outrepassés et encadrés par un alfiz, constitue sans aucun doute, un exemple achevé de cet art importé du sud de la péninsule ibérique.

Du haut du clocher, le visiteur jouit de belles vues sur l’ensemble du village et la vallée du Silence.

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Source : Revista ibérica sur internet.
  2. Augé, Jean-Louis (coor.), L’art en Espagne et au Portugal, Paris, Citadelles et Mazenot, 2000, p. 581.
  3. Source : www.arraki.es.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Augé, Jean-Louis (coor.), L’art en Espagne et au Portugal, Paris, Citadelles et Mazenot, 2000, (ISBN 2-85088-076-0).
  • Barral i Altet, Xavier (coor.), L’art espagnol, Paris, Bordas, 1996, (ISBN 2-04-027095-7).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]