Église Santa Maria dell'Anima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Santa Maria dell'Anima
Image illustrative de l'article Église Santa Maria dell'Anima
Présentation
Nom local Chiesa di Santa Maria dell'Anima
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Diocèse de Rome
Début de la construction XVe siècle
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Latium
Commune Rome
Coordonnées 41° 54′ 03″ N 12° 28′ 19″ E / 41.900744, 12.47197241° 54′ 03″ Nord 12° 28′ 19″ Est / 41.900744, 12.471972  

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Église Santa Maria dell'Anima

L'église Santa Maria dell'Anima (en français : église sainte Marie de l'âme) est un édifice religieux et lieu de culte catholique situé dans le quartier Ponte à Rome en Italie, à l'ouest de la place Navona et à proximité de l'Église Santa Maria della Pace. Son origine remonte au XIVe siècle. Adjacente au collège teutonique elle est l'église nationale allemande à Rome.

Dans cette église sont enterrés, le pape Adrien VI, ancien archevêque d'Utrecht et professeur de l'université de Louvain, ainsi que les cardinaux Willem van Enckenvoirt et André d'Autriche.

Histoire[modifier | modifier le code]

XIVe et XVe siècles[modifier | modifier le code]

Santa Maria dell'Anima est l'une des nombreuses institutions caritatives médiévales construites pour les pèlerins à Rome. L'église trouve son origine en 1350, lorsque Johannes (Jan) et Katharina Peters de Dordrecht achètent trois maisons et les transforment en un hospice privé pour les pèlerins, à l'occasion du Jubilé de 1350. Jan Peters a peut-être été un marchand Néerlandais ou un soldat du pape. Ils appellent l'hospice Beatae Mariae animarum (Sainte Marie des âmes). Il est érigé sur son site actuel en 1386. Au XVe siècle, Santa Maria dell'Anima est agrandi pour devenir une auberge pour les visiteurs de tout le Saint-Empire romain germanique, même si au départ les occupants proviennent principalement des Pays-Bas et, à partir de la moitié du XVe siècle, de la Rhénanie.
La fondation de l'hospice est confirmée par la bulle pontificale du pape Boniface IX, le 9 novembre 1399, qui lui accorde des indulgences. En 1406, il est élevé au rang d'institution nationale et lié à une fraternité régi par des proviseurs et une congrégation. Le 21 mai 1406 le pape Innocent VII dans sa bulle Piae postulatio déclare exempter l'hospice de toute juridiction sauf, la juridiction papale, et le place sous sa protection immédiate. En 1418, l'hospice est considérablement enrichi par l'héritage de son second fondateur, Diedrich de Niem.

Les papes du XVe siècle, à l'exception du pape Sixte IV, accordent à l'église certains privilèges : en 1431, une église est construite sur la place de la chapelle de l'hospice (consacrée par le pape Eugène IV en 1444) et la communauté est unie à l'hospice allemand de Saint-André, qui avait été fondé en 1372 par le prêtre Nicolas de Kulm. Au cours des XVe siècle et XVIe siècle, Santa Maria dell'Anima devient le centre national et religieux ainsi que le lieu de sépulture du Saint Empire romain germanique à Rome.

XVIe et XVIIe siècles[modifier | modifier le code]

La cour

Johann Burchard de Strasbourg rejoint la Confrérie de Santa Maria dell'Anima et en devient son doyen à la fin du XVe siècle. Alors qu'il occupe cette fonction, il est décidé de reconstruire l'église pour le Jubilé de 1500. L'église actuelle, qui doit son style Renaissance à l'influence de Bramante, est reconstruite grâce aux souscriptions allemandes, entre 1499 et 1522. Elle est située sur le site de l'ancienne église, elle-même construite entre 1431 et 1499 et décorée par les plus grands artistes de l'époque. L'église est construite dans le style d'une église-halle, typique de l'Europe du Nord, mais qui détonne au milieu des églises italiennes à Rome. Andrea Sansovino est retenu comme architecte. La façade est réalisée par Giuliano da Sangallo. La nouvelle église n'est consacrée que le 25 novembre 1542.

XVIIIe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

Sarcophage romain dans la cour

Pendant l'occupation napoléonienne, l'église est pillée et la sacristie utilisée comme écurie. En 1844, la nouvelle communauté belge s'installe à l' église San Giuliano dei Fiamminghi. En 1859, sous l'influence du nationalisme de l'époque, la confrérie est transformée en un séminaire allemand et rebaptisée Collège teutonique. Les catholiques hollandais choisissent Santa Maria dell'Anima en tant qu'église nationale à Rome, mais à la suite de conflits prolongés ils la quittent en 1939. Depuis 1992, c'est l'église Santi Michele e Magno, à proximité du Vatican, qui a pris ce rôle.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Parmi les trésors artistiques de l'église:

Tombeau du pape Adrien VI

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]