Église San Geremia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église San Geremia
Image illustrative de l'article Église San Geremia
Église San Geremia.
Présentation
Nom local Chiesa di San Geremia
Culte Catholique romain
Type Église
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux 1753 (Reconstruction)
Géographie
Pays Italie
Région Vénétie
Commune Venise
Coordonnées 45° 26′ 33″ N 12° 19′ 31″ E / 45.44259, 12.32534 ()45° 26′ 33″ Nord 12° 19′ 31″ Est / 45.44259, 12.32534 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Église San Geremia

L'église San Geremia est une église catholique de Venise, en Italie. L'édifice est connu comme le siège du culte de sainte Lucie de Syracuse car ses reliques y sont conservées et font l'objet d'un culte.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première église a été érigée ici au XIe siècle, puis reconstruite à plusieurs reprises. En 1206, elle est mentionnée pour abriter les restes de San Magno di Oderzo (mort en 670), qui avait trouvé refuge dans ce domaine des Lombards.

Une première reconstruction a eu lieu sous le règne du doge Sebastian Ziani, la nouvelle église étant consacrée en 1292. L'édifice actuel date de 1753, conçu par Carlo Corbellini la façade est de 1861. Le clocher en brique (datant probablement du XIIe siècle) a deux fines fenêtres à meneaux romanes à la base.

Description[modifier | modifier le code]

L'intérieur a des murs plutôt sobre. Le maître-autel et son presbytère sont notables, avec deux statues de saint Pierre et saint Jeremy (1798). Une œuvre de Palma le Jeune (La Vierge à l'Incoronation de Venise par Saint-Magnus) décore l'autel.

L'église est l'objet de pèlerinages et de dévotion pour la présence des reliques de sainte Lucie, qui ont été menées ici en 1861 quand l'église qui lui était dédiée fut démolie. En 1955, Angelo Roncalli, futur pape Jean XXIII et le patriarche de Venise, avait posé un masque d'argent sur le visage de la sainte pour le protéger de la poussière.

Les reliques ont été volées le 7 juillet 1981, mais retrouvées en décembre de la même année, sans aucune rançon.

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :