Église San Biagio (Montepulciano)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San Biagio.
Église San Biagio
Vue extérieure
Vue extérieure
Présentation
Nom local Tempio di San Biagio
Culte Catholicisme
Rattachement Montepulciano-Chiusi-Pienza
Début de la construction 15 septembre 1518
Fin des travaux 6 septembre 1739
Architecte Antonio da Sangallo le Vieux
Style dominant Renaissance
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Tuscany.svg Toscane
Commune Montepulciano
Coordonnées 43° 05′ 27″ N 11° 46′ 28″ E / 43.09083, 11.7744443° 05′ 27″ Nord 11° 46′ 28″ Est / 43.09083, 11.77444  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Église San Biagio

Géolocalisation sur la carte : Toscane

(Voir situation sur carte : Toscane)
Église San Biagio

L’église San Biagio (Chiesa di San Biagio ou, en raison de sa monumentalité, Tempio di San Biagio) est une église isolée au pied de la ville de Montepulciano, dans la province de Sienne, en Toscane, dans le diocèse de Montepulciano-Chiusi-Pienza.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment, résumé des études à la Renaissance sur le plan central à croix grecque appliquées aux lieux de culte catholiques, a été construit par Antonio da Sangallo le Vieux, qui a pris pour modèle la Basilique Santa Maria delle Carceri (it) à Prato, conçue par son frère Giuliano da Sangallo. Le même plan, tiré d’œuvres de Filippo Brunelleschi, a été utilisé initialement par Bramante et Michel-Ange pour la basilique Saint-Pierre et l’église Santa Maria della Consolazione de Todi, dont la paternité est incertaine.

Le bâtiment de style renaissance a été construit sur l'emplacement d'une église paléochrétienne dédiée à Sainte-Marie, puis, vers l'an 1000, à San Biagio (Blaise de Sébaste). Au début du XVIe siècle, il ne reste que quelques ruines de l'église, un mur avec une fresque de la Vierge et l'Enfant avec saint François, œuvre du XIVe siècle, à laquelle des événements miraculeux ont été attribués en 1518.

Les habitants de Montepulciano ont décidé d'ériger une nouvelle église, en confiant la tâche à Antonio da Sangallo le Vieux. Son imposant projet, à plan central est soutenu par le pape Léon X, qui avait été éduqué par Ange Politien, natif de la ville toscane. Les travaux ont duré jusqu'en 1580.

Description[modifier | modifier le code]

L’église à la forme d’une croix grecque avec une coupole centrale soutenue par un tambour. Le côté opposé à l’entrée se termine par une abside semi-circulaire.

La façade principale a un schéma de composition qui se répète, avec quelques variations ornementales, sur les deux autres côtés. Elle présente deux registres. Le premier est constitué d’un entablement, marqué d'une frise ornée de triglyphes et de métopes, longeant le périmètre du bâtiment. Le portail, sur lequel est gravée l'année de la fondation, est situé dans la partie inférieure alors que dans la partie supérieure, la paroi est percée d’une fenêtre centrale encadrée par cinq panneaux rectangulaires. Sur le second registre, on retrouve un grand fronton triangulaire au centre duquel est percé un œil-de-bœuf.

Cette façade est flanquée du côté gauche d'une tour campanaire, avec divers registres remplis d’éléments plastiques et décoratifs, se terminant par une flèche pyramidale. Le projet comprenait la construction de deux tours symétriques, mais une seule a été achevée.

En outre, les volumes bien équilibrés, recouverts de travertin, articulés de manière eurithmique, sont décorés de nombreux éléments (pilastres, colonnes, niches, frontons, tympans, corbeaux, oculi) qui constituent un véritable catalogue de l’esthétique de la Renaissance.

Autres vues[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles liés[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • L. Martini, Montepulciano e la Valdichiana senese, coll. « I Luoghi della Fede »,1999, pp. 74-77
  • E. Barcucci, Il Tempio di San Biagio a Montepulciano, Le Balze, 2000