Église Sainte-Marie (Gdańsk)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir église Sainte-Marie.
Église Sainte-Marie de Gdańsk
Image illustrative de l'article Église Sainte-Marie (Gdańsk)
L'église Sainte-Marie de Gdańsk
Présentation
Nom local Bazylika konkatedralna Wniebowzięcia Najświętszej Marii Panny w Gdańsku
Culte Catholique
Début de la construction 1343
Fin des travaux 1502
Architecte Henryk Ungeradin, Hans Brandt, Henryk Haetzl
Style dominant Gothique de brique
Site web www.bazylikamariacka.pl/
Géographie
Pays Pologne
Région Poméranie
Commune Gdansk
Coordonnées 54° 22′ 00″ N 18° 38′ 00″ E / 54.366667, 18.633333 ()54° 22′ 00″ Nord 18° 38′ 00″ Est / 54.366667, 18.633333 ()  

Géolocalisation sur la carte : Pologne

(Voir situation sur carte : Pologne)
Église Sainte-Marie de Gdańsk

L’église Sainte-Marie est une église catholique de la ville polonaise de Gdansk, la plus grande église en briques du monde, et une des plus grandes églises d'Europe. Avec 105,5 mètres de long et un transept de 66 mètres de large, elle peut accueillir jusqu'à 25 000 personnes[1].

Construction[modifier | modifier le code]

La construction de l'église médiévale a commencé en 1343, à l'époque où la ville peuplée d'Allemands s'appelait Dantzig, et s'est terminée en 1502. Après la Réforme, l'église Sainte-Marie a d'abord été utilisée à la fois par les catholiques et les protestants, en tant qu'église simultanée, mais par la suite a été réservée au seul culte luthérien. Jusqu'en 1945, Sainte-Marie était la plus grande église protestante du monde. À la suite de l'expulsion des Allemands, l'édifice fut remis aux catholiques polonais.

L'église a abrité pendant plusieurs siècles Le Jugement dernier, le célèbre triptyque du peintre brugeois Hans Memling. Il s'agissait à l'origine d'une commande d’Angelo Tani, le directeur de la filiale brugeoise de la banque Médicis, destinée à l’église conventuelle de Fiesole, mais en 1473 le tableau fut saisi par le navire corsaire Peter von Danzig sur un navire battant pavillon bourguignon et offert en cadeau par l'un des propriétaires du bateau, Reinhold Niederhoff, à la Basilique Notre-Dame. Il s'ensuivit de longues complications diplomatiques qui allèrent jusqu'à la menace par le pape de jeter l'interdit sur Gdansk. Plus tard le triptyque fut saisi par Napoléon et transféré à Paris au Musée du Louvre jusqu'en 1815. Après la Seconde Guerre mondiale, il fut accroché au Musée de l'Ermitage à Leningrad. Depuis 1956, il est au Musée National de Gdansk.

La Seconde Guerre mondiale a gravement endommagé l'église. Quarante pour cent des trésors artistiques ont péri. Le toit de l'église a été entièrement refait en béton armé avec une charpente en acier, technique qui a permis de réduire le poids du toit. La reconstruction de l'église s'est achevée en 1956.

Cloches[modifier | modifier le code]

Dans la tour de 82 m de haut se trouvent seulement deux cloches, fondues en 1970 par la fonderie Felczyński à Przemyśl. La grande cloche, appelée « Gratia Dei », pèse 7 850 kg et la petite, appelée « Ave Maria » pèse 2 600 kg.

Des cloches d'avant-guerre, dont la plus grande, qui précédait l'actuelle « Gratia Dei », avait été fondue en 1453 et pesait 6 800 kg, il n'en subsiste que deux: La « Hosanna » de 1632, aujourd'hui à Hildesheim à l'église Saint-André, et la « Dominicalis » de 1719, appelée aujourd'hui « Hosanna », à l'église Sainte-Marie de Lübeck.

Données chiffrées[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bazylika Mariacka sur http://www.wartozwiedzic.pl
  2. Franciszek Mamuszka, Gdańsk i okolice : przewodnik, éditions Sport i Turystyka, Varsovie, 1990, 95 p. (ISBN 83-217-2585-6)