Église protestante Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église protestante Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg
Image illustrative de l'article Église protestante Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg
Église protestante Saint-Pierre-le-Jeune vue depuis le nord
Présentation
Culte luthérien
Type Église
Rattachement Église protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine
Protection  Inscrit MH (1862, église)
 Inscrit MH (1999, cloître)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Commune Strasbourg
Coordonnées 48° 35′ 08″ N 7° 44′ 47″ E / 48.585556, 7.74638948° 35′ 08″ Nord 7° 44′ 47″ Est / 48.585556, 7.746389  

Géolocalisation sur la carte : Strasbourg

(Voir situation sur carte : Strasbourg)
Église protestante Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

(Voir situation sur carte : Bas-Rhin)
Église protestante Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église protestante Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg
Le portail principal
Le cloître
Fresques néo-gothiques de la nef: Jean Baptiste, St-Colomban, St-Pierre (transept nord)

L’église protestante Saint-Pierre-le-Jeune[2] de Strasbourg se situe place Saint-Pierre-le-Jeune dans le centre historique de la ville. C'est l'une des plus remarquables de Strasbourg, au point de vue de l'histoire de l'art et de l'architecture.

Il existe deux autres églises Saint-Pierre à Strasbourg : l'église Saint-Pierre-le-Vieux qui est en fait un ensemble de deux églises, l'une catholique et l'autre protestante, et l'église Saint-Pierre-le-Jeune catholique, à l'imposante coupole néo-romane et qui date de la fin du XIXe siècle.

L'église est luthérienne depuis 1524, date à laquelle Wolfgang Capiton y prêche la Réforme. Paul Fagius lui succède. En 1682 Louis XIV restaure la paroisse catholique, le chœur est alors attribué aux catholiques et la nef aux protestants. Cette attribution aux deux cultes perdura jusqu'en 1898 date à laquelle fut construite par les Allemands l'église Saint-Pierre-le-Jeune catholique. C'est dans le baptistère devant à droite que le bienheureux Charles de Foucauld a été baptisé. C'était le moment où l'église était utilisée conjointement par catholiques et protestants (simultaneum).

Architecture et décoration[modifier | modifier le code]

  • La partie la plus ancienne de l'église est la petite église souterraine utilisée comme crypte tombale, reste d'une église Saint-Colomban, construite au VIIe siècle.
  • Trois des quatre galeries à arcades du cloître remontent au XIe siècle[3], la quatrième au XIVe siècle[4].
  • La construction principale, gothique, avec ses nombreuses chapelles et sa somptueuse voûte sur croisée d'ogives[5] date du XIVe siècle. De cette époque également les nombreuses fresques[6], ainsi que le jubé qui n'a plus son pareil en Alsace[7]. Plusieurs dalles et monuments funéraires dans l'église et le cloître ainsi la cuve baptismale[8], et le tableau central du maître-autel[9] datent également de la fin de l'époque gothique.
  • En 1780 a été installé l'orgue de Jean André Silbermann (restauré en 1950 et 1966) dont la notoriété dépasse la région. Helmut Walcha y a enregistré un grand nombre de ses interprétations des œuvres pour orgue de Bach. De ce siècle datent également la chaire et un retable.
  • En 1897-1901 l'église, en partie ruinée, fut complètement restaurée par le professeur Carl Schäfer (de), professeur à la Technische Hochschule de Karlsruhe. L'entrée entre autres fut alors déplacée latéralement et un nouveau portail principal fut créé, sur le modèle du portail nord de la façade de la cathédrale de Strasbourg. La statue, taille nature, de l'ange aux fonts baptismaux et les vitraux du chœur datent également de cette époque[10].
  • En 2003-2005 : restauration des peintures murales du cloître.
  • Depuis 2013 : conservation restauration des peintures murales en cours.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Pasteurs de l'église Saint-Pierre-le-Jeune[modifier | modifier le code]

Parmi les personnalités qui ont exercé leur ministère à l'église Saint-Pierre-le-Jeune figurent notamment Wolfgang Capiton, Paul Fagius et Frédéric Horning.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le pasteur actuel (2014) est Philippe Eber, installé le 2 septembre 2012[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Braun, « L'église protestante Saint-Pierre-le-Jeune », in Églises de Strasbourg (photographies de Jacques Hampé, préface de Victor Beyer), Oberlin, Strasbourg, 2002, p. 25-31 (ISBN 2-85369-237-X)
  • Albert Châtelet, « Première approche des peintures murales de Saint-Pierre-le-jeune », in Cahiers alsaciens d'archéologie, d'art et d'histoire, 1981, 24, p. 95-101.
  • (de) E. Hertzog, « Die evangelische Jung St. Peterskirche in Strassburg », in Bericht der Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaften, des Ackerbaues und der Künste im Unter-Elsass, Strasbourg, 1910, p. 237-265
  • (de) G. Horning, Urkundliches über die Jung St. Peterskirche und Gemeinde, Strasbourg Vomhoff 1888-1890, 61 p.
  • (de) J. Ph. Lambs, Die Jung St. Peterskirche in Strassburg. Eine geschichtliche Darstellung, Heitz, Strasbourg, 1854, 108 p.
  • Anne Vuillemard-Jenn, « Entre gothique et néogothique : les polychromies de Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg et la réception des travaux de Carl Schäfer », in Cahiers Alsaciens d'Archéologie, d'Art et d'Histoire, 2013, tome LVI p. p. 177-194.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]