Église Saint-Louis de la citadelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'ancienne église de la citadelle de Strasbourg. Pour l'église du Finkwiller et l'église de la Robertsau, voir église Saint-Louis de Strasbourg et église Saint-Louis de la Robertsau.
Église Saint-Louis de la citadelle
Image illustrative de l'article Église Saint-Louis de la citadelle
Dessin de l’église Saint-Louis (détruite en 1870)
Présentation
Culte catholique
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Ville Strasbourg

L’église Saint-Louis de la citadelle était l’église de la citadelle de Strasbourg. Elle fut détruite lors des bombardements du siège de Strasbourg en 1870.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Louis fut construite à la fin du XVIIe siècle en même temps que la citadelle de Vauban. Dédiée à Saint-Louis elle servait initialement à la garnison. Mgr Saurine, évêque de Strasbourg, lui attribua en plus la charge des quartiers sud de Strasbourg le [1]. Les prêtres de la paroisse de la citadelle desservaient également la chapelle de Neudorf[2].

L’église devint un pèlerinage à la Sainte-Vierge, comme en témoigne la dévotion via la statue dite « Notre-Dame de la citadelle », datant du XVIIIe siècle[3] elle fut sauvée de l’incendie de l’église en 1870 et se trouve depuis le à l’église Saint Aloyse à Neudorf[1]. De même un calvaire étant situé dans le cimetière de l’église Saint-Louis est de nos jours à proximité de l’église Saint-Aloyse.

Au matin du les assiégeants commencent à bombarder la citadelle et la tour de l’église est touchée, de même que l’arsenal et d’autres bâtiments[4],[5]. La ville et la citadelle sont bombardées durant les mois d’août et de septembre, les dégâts sont tels que l’église sera totalement détruite comme la totalité des bâtiments de la citadelle[6].

Localisation[modifier | modifier le code]

Plan de la citadelle du XVIIIe siècle

L’église est mentionnée par le numéro 211 sur la carte ci-dessus (en bleu foncé), carte orientée conventionnellement nord-sud. Elle est tournée vers la place centrale, à côté du logement de l’aide major et de l’artillerie.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Strasbourg Neudorf : Devant la porte des Bouchers, Strasbourg, Éditions Coprur,‎ , 207 p., p. 84
  2. « Présentation des paroisses – Saint Aloyse », paroisse de Neudorf (consulté le 17 décembre 2012)
  3. M. Th. de Bussière, Cultes et pèlerinages de la Très-Sainte Vierge en Alsace, Paris, Henri Plon,‎ , 408 p. (lire en ligne), p. 151-152
  4. (de) E. von Schmid, Straßburg 1870 : Ein Bild der Belagerung, Stuttgart,‎ , 94 p. (lire en ligne), p. 30
  5. Gustave Fischbach, Guerre de 1870: Le siège et le bombardement de Strasbourg (1871), Maurice Schauenburg,‎ , 263 p. (lire en ligne), p. 62
  6. Jean Baptiste Emile Henri Camille Malartic, Le siège de Strasbourg pendant la campagne de 1870, Paris, Librairie du moniteur universel,‎ , 184 p. (lire en ligne), p. 78

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]