Église Saint-Jean-Baptiste de Wavre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Saint-Jean-Baptiste
Image illustrative de l'article Église Saint-Jean-Baptiste de Wavre
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Archidiocèse de Malines-Bruxelles
Début de la construction XVe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Style dominant Gothique
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1937, no 25112-CLT-0002-01)
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Commune Wavre
Coordonnées 50° 43′ 01″ N 4° 36′ 39″ E / 50.717072, 4.610943 ()50° 43′ 01″ Nord 4° 36′ 39″ Est / 50.717072, 4.610943 ()  

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Église Saint-Jean-Baptiste

Géolocalisation sur la carte : Brabant wallon

(Voir situation sur carte : Brabant wallon)
Église Saint-Jean-Baptiste

L'église Saint-Jean-Baptiste est un édifice religieux du XVe siècle sis au centre de la ville de Wavre, dans le Brabant wallon (Région wallonne de Belgique). De style gothique elle remplaça une église antérieure datant du XIe siècle. L'église, qui est paroisse catholique, est un monument classé au patrimoine de Wallonie depuis 1937.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste actuelle est une église de style gothique tardif bâtie à la fin du XVe siècle sur le site d'une église antérieure, attestée dès 1086 et détruite en 1489 par un gigantesque incendie dans lequel périrent la moitié des habitants de Wavre.

Vers 1560, le clocher était surmonté d'une lanterne (tourelle ajourée) portant un bulbe lui-même surmonté d'un lanterneau portant un petit bulbe.

En 1631, le clocher fut rehaussé par l'architecte Jacques Franquart et surmonté d'une flèche qui culminait à près de 80 mètres mais cette flèche s'écroula en 1695 lors d'un incendie dévastateur qui détruisit une partie de l'église et de nombreuses maisons de la ville. Le chœur fut réédifié en 1718.

Le 18 juin 1815 l'église fut prise dans le feu de la Bataille de Wavre: un boulet de canon français est encastré dans un de ses piliers (voir plus loin).

L'église fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 27/09/1937[1].

Architecture extérieure[modifier | modifier le code]

Comme de nombreux édifices de la région, l'église Saint-Jean-Baptiste de Wavre se distingue par une utilisation importante du grès ferrugineux: ce matériau était extrait des carrières de Limal et d'Ottenburg.

La tour[modifier | modifier le code]

Très imposante, la tour-clocher formant façade est édifiée en briques rouges alternant avec des bandeaux de pierre calcaire blanche. Contrairement au reste de l'édifice, l'utilisation du grès ferrugineux est limitée ici au soubassement de la tour.

Les faces de la tour sont renforcées jusqu'à leur sommet par de puissants contreforts constitués chacun de sept segments de profondeur décroissante.

La façade occidentale de la tour présente un superbe porche en pierre calcaire.

Chacun des niveaux supérieurs de cette façade est percé de deux fenêtres ogivales, sauf le dernier niveau qui est percé de deux oculi surmontant l'horloge. Entre les fenêtres du premier étage figure la date de 1617.

Le porche[modifier | modifier le code]

Le porche de l'église est constitué d'un immense arc ogival en pierre calcaire blanche dont l'archivolte comporte sept voussures.

Le porche intègre une porte à arc surbaissé surmontée d'une grande verrière ornée d'un vitrail moderne.

Nef, transept et chevet[modifier | modifier le code]

Au contraire de la tour, la nef, le transept et le chevet sont édifiés entièrement en grès ferrugineux, ce qui donne à l'édifice sa couleur chaleureuse et caractéristique. Nef, transept et chevet sont percés de grandes fenêtres ogivales ornées de vitraux modernes.

Les façades nord et sud sont soutenues par des contreforts ordinaires alors que le chevet, la chapelle nord et la sacristie présentent des contreforts d'un type particulier : ceux-ci, plus courts et ne dépassant pas le sommet des fenêtres, se terminent par une loge surmontée d'un arc en accolade et d'ornements gothiques.

Architecture intérieure[modifier | modifier le code]

L'intérieur de l'église présente un remarquable contraste entre les murs peints en couleur crème et les colonnes, arcs et nervures des voûtes réalisés en grès ferrugineux et en pierre calcaire blanche, matériaux qui créent une impression de polychromie assez frappante.

La nef[modifier | modifier le code]

La nef présente une voûte d'ogives dont les nervures sont réalisées en pierre calcaire blanche.

Elle est séparée des collatéraux par de grandes colonnes en grès ferrugineux dont le fût cylindrique est porté par une base octogonale.

Les arcs brisés portés par ces colonnes sont constitués de claveaux de grès ferrugineux et de pierre calcaire blanche dont l'alternance est étrangement irrégulière.

Le transept[modifier | modifier le code]

L'arc-doubleau qui sépare la nef de la croisée du transept est également constitué de claveaux de grès ferrugineux et de pierre calcaire blanche à l'alternance irrégulière alors que l'arc triomphal qui sépare la croisée du transept du chœur est réalisé entièrement en grès ferrugineux, de même que les arcs qui séparent la croisée du transept des bras nord et sud du transept.

Autre asymétrie curieuse : les nervures de la voûte du bras nord du transept sont en grès ferrugineux alors que celles de la voûte de la nef, de la croisée et du bras sud du transept sont en pierre calcaire blanche.

Le chœur[modifier | modifier le code]

Le chœur est plus tardif que la nef et le transept. Il fut en effet réédifié en 1718 après l'incendie de 1695.

L'encadrement des fenêtres du chœur ainsi que les nervures de sa voûte sont réalisés en pierre calcaire grise, d'une tonalité nettement plus froide que les matériaux utilisés pour la nef et le transept.

Vestiges de la bataille de Wavre[modifier | modifier le code]

Boulet encastré dans un pilier

L'église Saint-Jean-Baptiste de Wavre porte encore les stigmates des combats qui eurent lieu au centre ville durant la bataille de Wavre le 18 juin 1815, le jour même de la bataille de Waterloo.

Un boulet de canon français est encastré dans un des piliers du collatéral droit, à environ quatre mètres du sol. Il est entouré d'une plaque portant une inscription en latin :

Quid Vis, O Irrita Acies Contra Hanc Petram
Ecce Medum Plus Ultra
Sic Inconsulta Transit Gloria Mundi

Sous le porche, une plaque rappelle ce bombardement :

Le 18 juin 1815, l'artillerie française
Bombarde les troupes prussiennes
retranchées dans Wavre.
Hommage aux victimes
Un boulet est encastré dans un pilier
De l'église.

Plaque apposée dans l'entrée de l'église

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brochure Église Saint-Jean-Baptiste éditée par la Maison du tourisme des Ardennes brabançonnes (2009)

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :