Église Saint-Jacques-le-Majeur de Montrouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Jacques-le-Majeur.
Église Saint-Jacques-le-Majeur
Image illustrative de l'article Église Saint-Jacques-le-Majeur de Montrouge
Présentation
Nom local Église Saint-Jacques-le-Majeur
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Nanterre
Protection  Inscrit MH (2006)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Commune Montrouge
Coordonnées 48° 49′ 05″ N 2° 19′ 14″ E / 48.818129, 2.320433 ()48° 49′ 05″ Nord 2° 19′ 14″ Est / 48.818129, 2.320433 ()  

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
Église Saint-Jacques-le-Majeur

L'église Saint-Jacques-le-Majeur est l'ancienne église paroissiale de la commune de Montrouge. Cette église fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 4 avril 2006[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une première église paroissiale aurait existé au XIIIe siècle. Une mention de l'église existe au XIVe siècle, puis sous François Ier qui la fait restaurer en 1533. Mais les réparations ne suffisent pas et il faut la reconstruire en 1700 ; on donne à la nouvelle église le nom de Saint-Jacques le Mineur et Saint-Christophe[2].

L'église Saint Jacques de Montrouge, celle d’Aubervilliers et Saint-Jacques/Saint Christophe de la villette sont désignées en 1885 par l’évêque de Paris comme un des trois lieux où peuvent se rendre en pèlerinage ceux qui ne peuvent pas aller à Compostelle[3].

De nouveau reconstruite entre 1823 et 1828 par l'architecte Simon Vallot puis démolie car trop petite. Elle était par ailleurs frappée d'un arrêté d'alignement de façon à permettre la construction du carrefour à la jonction de la Grande-Rue et de l'avenue de la République[4].

Cette église a été reconstruite, sur les plans de l'architecte Erik Bagge, entre 1934 et 1940 grâce à l'Œuvre des Chantiers du Cardinal, association créée en 1931 par le cardinal Verdier pour promouvoir la construction et l'entretien des églises catholiques de Paris et de la région parisienne.

Bâtiment[modifier | modifier le code]

La structure en béton armé et portique articulé, invention de l'ingénieur Eugène Freyssinet, était très novatrice pour une église. Les dimensions sont impressionnantes : 57 mètres de long sur 20 mètres de large (13,25 mètres pour la nef et 12,5 pour le chœur)[4] et 20 mètres sous plafond. Compte tenu de la guerre, l'église n'a jamais été terminée et le clocher n'a pas été construit[4].

Après guerre, Robert Rey pour le Secrétariat aux Beaux-Arts passe commande aux ateliers de Montparnasse de la Ville de Paris, d'un décor de fresque, réalisées entre 1947 et 1949, illustrant la vie de Saint-Jacques d'environ 300 mètres carrés. Un collectif d'artistes, dirigé par André Auclair et Robert Lesbounit, réalise le travail de 1947 à 1949. Robert Lesbounit réalisa la chapelle de la Vierge, André Auclair assisté de Jean Leduc réalisa notamment le grand panneau du chœur, et les fresques furent réalisées par un groupe comprenant Jean Leduc, Jean-Robert Ipoustéguy, Jeanne Pêcheur, etc. Jean-Julien Martin assisté particulièrement de Yves Hersent pour les visages réalisa les fresques de la chapelle Saint-Joseph tandis que le mur d'en face est réalisé par Ipoustéguy, les vitraux étant des réalisations de Leduc et Sutter.

La structure de l'église est très abîmée, le béton étant victime de la carbonatation du béton. En avril 2013, un chantier de restauration d'un budget de 8 000 000 € est lancé [5].

Paroisse[modifier | modifier le code]

Article connexe : Paroisse des Hauts-de-Seine.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ma part de couleur, Jean-Julien Martin, L'harmattan, 2000

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site officiel de l'église (chapitre « Histoire ») au sein de la paroisse de Montrouge.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA92000015 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Histoire des environs de paris de Georges Touchard-Lafosse, tome 4, éditeur Chez Philippe, 1837
  3. Dictionnaire de Saint-Jacques de Compostelle, Denise Pericart, Éditions Jean-Paul Gisserot, 2006
  4. a, b et c « l'Église Saint-Jacques-le-Majeur de Montrouge », sur site de la fondation David parou - Saint Jacques (consulté le 20 avril 2011).
  5. « Eglise Saint-Jacques Le Majeur », sur ville-montrouge.fr, Mairie de Montrouge (consulté le 12 décembre 2013)