Église Notre-Dame la Grande de Poitiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Notre-Dame et Notre-Dame.
Église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers
Façade occidentale
Façade occidentale
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Poitiers
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XIIe siècle puis XVe et XVIe siècles (chapelles)
Style dominant Roman
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Commune Poitiers
Coordonnées 46° 35′ 00″ N 0° 20′ 38″ E / 46.58333, 0.3438946° 35′ 00″ Nord 0° 20′ 38″ Est / 46.58333, 0.34389  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers

Géolocalisation sur la carte : Poitiers

(Voir situation sur carte : Poitiers)
Église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers

Notre-Dame-la-Grande est une église collégiale romane située à Poitiers. Sa façade sculptée est un chef-d'œuvre unanimement reconnu de l'art religieux de cette période[1]. Les parois de l'intérieur sont peintes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Clocher en écaille

Deux temples païens sont construits sur le site de l'église, et devaient appartenir à un forum. Le quartier était fortement occupé à l'époque romaine. Les vestiges antiques d'une construction en pierres rectangulaires et en briques sont repérables sur le mur gouttereau nord de l'actuelle église.
L'église est mentionnée dès le Xe siècle sous le vocable de Sancta Maria Major référence à l'église romaine du même vocable, Sainte-Marie-Majeure.
Possédant un double statut, collégiale et paroissiale, elle fait partie du domaine de l'évêque de Poitiers. Sa position jouxte le Palais des Comtes de Poitou-Ducs d'Aquitaine (actuel palais de justice de Poitiers), n'est certainement pas innocente du point de vue politique, les évêques de Poitiers étant barons du Poitou.
L'ensemble de l'édifice est reconstruit dans la seconde moitié du XIe siècle, en pleine période romane, et consacré en 1086 par le futur pape Urbain II.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le plan de l'église se compose d'une nef centrale avec des collatéraux très élevés selon un schéma fréquent dans l'architecture romane poitevine. De l'intérieur on a l'effet d'une église-halle à un seul niveau d'élévation. La voûte en berceau a une silhouette légèrement aplatie, alors que les collatéraux sont couverts d'une voûte d'arêtes.

Extérieur[modifier | modifier le code]

À l'extérieur, les collatéraux étaient couverts d'une terrasse plate, la toiture étant réservée à la nef : ainsi on avait l'effet d'une élévation basilicale à deux niveaux. Cette silhouette disparut avec les remaniements gothiques. Un déambulatoire avec chapelles rayonnantes se développe autour du chœur qui a conservé une partie de ses peintures murales. Une crypte du XIe siècle, creusée a posteriori sous le chœur, conserve également des fresques d'époque. Le plan ne présente pas de transept, certainement par souci de place : des édifices se trouvaient au nord, et la rue principale passe au sud. C'est peut-être aussi pour cela que le chœur est légèrement désaxé par rapport à la nef. Le portail roman est conservé en partie au sud. Amputé de son étage, on y trouvait avant la Révolution, une statue équestre représentant Constantin. Cette statue était la réplique d'une autre plus ancienne détruite par les huguenots en 1562. On ignore si l'identité du premier cavalier était la même. Derrière cette statue à l'étage est mentionnée au Moyen Âge une petite chapelle dédiée à sainte Catherine. Le clocher date du XIe siècle. Il était à l'origine beaucoup plus marqué : le premier niveau est aujourd'hui dissimulé par les toitures. Situé à l'emplacement de la croisée, il présente une base carrée puis un niveau circulaire surmonté d'un toit en écailles. Ce type de toiture, fréquent dans le sud-ouest, fut souvent copié par les architectes du XIXe siècle, notamment Paul Abadie à Angoulême, Périgueux et Bordeaux.

Durant le deuxième quart du XIIe siècle, l'ancien clocher-porche qui se trouvait en façade fut rasé et l'église fut agrandie de deux travées vers l'ouest. Au sud, la tourelle d'escalier marque l'emplacement de cet agrandissement. C'est à cette époque que l'on édifia la célèbre façade-écran.

Au nord, se trouvait un cloître du XIIe siècle. Il fut rasé en 1857 pour la construction des halles métalliques. Il reste la porte (murée). Trois arcs soutenus par des colonnes dédoublées avec des chapiteaux à feuillage ont été remontés dans la cour de l'université de droit en face, de même qu'un pilier d'angle.

Des chapelles privées furent ajoutés au bâti roman durant les XVe et XVIe siècles. De style gothique flamboyant ou Renaissance, elles appartenaient aux familles bourgeoises de la ville, devenue marchande durant la fin du Moyen Âge. La plus grande fut construite au sud par Yvon du Fou, grand sénéchal du Poitou au XVe siècle. On y trouvait sa tombe avant la Révolution.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Vestiges de peintures romanes[modifier | modifier le code]

Des fresques romanes ne subsistent que celles du cul-de-four au-dessus du chœur et de la crypte. Au-dessus du chœur, on distingue encore une représentation peu fréquente de l'apocalypse : la Vierge à l'Enfant est représentée dans une mandorle, le Christ est en majesté sur la voûte, entre un cercle et un carré, puis l'Agneau Mystique est représenté dans un cercle. Tout autour, sous des arcatures, les 12 apôtres sont représentés assis, comme sur la façade. Les historiens de l'art pensent aujourd'hui que cette peinture a servi de modèle pour les sculptures de la façade, les attitudes et la composition étant identiques. Dans les angles, des anges accompagnent les âmes au paradis. Dans la crypte, les fresques représentent des saints anonymes. Quelques traces de représentations d'animaux apparaissent sous les enduits dans le collatéral nord.

Campagne de peinture du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'ensemble de l'église fut restauré par Joly-Leterme en 1851. Ce dernier fit repeindre les colonnes et les voûtes avec des motifs romano-byzantins, partant d'un principe courant chez les restaurateurs du XIXe siècle, celui de l'influence des croisades sur l'art roman. Fantaisistes et un peu lourdes, ces peintures furent critiquées dès l'époque. L'écrivain Joris-Karl Huysmans les traita de « tatouages ». Elles sont, malgré cela, plus proches des habitudes de l'époque romane que les murs bruts sans enduit. Dans les années 1930 les colonnes du chœur furent ainsi décapées selon le goût du XXe siècle pour la sobriété. D'autres peintures néo-romanes et néo-gothiques ornent les chapelles. C'est d'ailleurs lors de cette campagne de peinture qu'on découvrit les vestiges peints romans. Peintes à l'huile sur enduit, elles se sont très vite dégradées.

Sculpture[modifier | modifier le code]

Les sculptures des chapiteaux sont sobres, composées de feuillages stylisés dits « feuilles grasses ». Un seul chapiteau est historié : situé dans le déambulatoire côté sud, il représente l'Ascension avec Christ debout dans une mandorle. Les chapiteaux du chœur s'inspirent des chapiteaux corinthiens de l'antiquité romaine. On y lit le nom Robertus, sans savoir à qui il fait référence. Des croix pattées sont sculptées un peu partout sur les colonnes, dans les combles et sur le clocher.

Dans la chapelle Ste-Anne, dite « du Fou », se trouve une mise au tombeau sculptée en pierre polychrome. Datant des premières heures du XVIe siècle, elle provient de l'ancienne abbaye de la Trinité.

Mobilier[modifier | modifier le code]

L'église fut remeublée après la Révolution. Ainsi, on y trouve une chaire baroque en bois sculpté du XVIIe siècle, provenant du couvent des filles de Notre-Dame, deux lutrins en bronze du XVIIe siècle représentant l'aigle de St-Jean. La statue de Notre-Dame des Clefs date de la fin du XVIe ou du début du XVIIe siècle. La tradition dit qu'il s'agit d'une copie de la statue miraculeuse, détruite par les huguenots en 1562. Son style hiératique, étranger au goût de la fin du XVIe siècle, rappelle en effet plutôt les vierges romanes. On conserve les manteaux, couronnes et ornements qui servaient lors de la procession du Lundi de Pâques. Un tableau du XVIIe siècle représente le Miracle des Clefs, de même qu'un vitrail du XIXe siècle. L'ensemble des vitraux date des XIXe et XXe siècles. L'orgue de chœur est de la fin du XIXe siècle, alors que les grandes orgues sont de 1996[2].

La façade occidentale[modifier | modifier le code]

Rajoutée vers le deuxième quart du XIIe siècle, la façade-écran de Notre-Dame-la-Grande a une silhouette propre au roman poitevin. On retrouve ce type de composition à l'Saint-Hilaire de Melle et à Saint-Jouin-de-Marnes. La façade, plate, est beaucoup plus haute que l'édifice, faisant l'effet d'un fond de scène. Elle est structurée d'arcatures superposées et encadrée par deux tourelles. La sculpture orne à profusion la façade. On y trouve des motifs fréquents de l'art roman : rinceaux, bestiaire, modillons sculptés de têtes grimaçantes et de figures fantastiques. Un chapiteau représente des éléphants affrontés. Au-dessus du portail, une frise comporte des scènes bibliques.

La frise[modifier | modifier le code]

Au-dessus de la porte, on peut contempler une frise de haut-reliefs illustrant des passages de la Bible. Les scènes choisies, prises dans l'Ancien et le Nouveau Testament, racontent l'annonce et la venue de Dieu sur terre en la personne de Jésus-Christ pour sauver l'humanité du péché originel. Elle est parfois appelée frise de l'Incarnation. De gauche à droite on y voit le péché originel, Nabuchodonosor roi de Babylone, les prophètes Daniel, Moïse, Isaïe et Jérémie. Ils sont suivis par l'Annonciation, l'Arbre de Jessé et le roi David. Cette première moitié de frise, montrant ceux qui voient la venue d'un sauveur dès l'Ancien Testament, l'Annonciation et les ancêtres de la Vierge, évoque la filiation qui existe entre l'Ancien Testament et le Nouveau dans l'Église chrétienne. De l'autre côté du portail, on voit la Visitation, entre les villes de Nazareth et de Jérusalem. Représentées comme des villes médiévales, la ville de Nazareth représente aussi la Synagogue, celle de Jérusalem l'Église. On représente ainsi, au XIIe siècle, le passage de la loi juive à la nouvelle loi chrétienne. Cette scène est suivie de la Nativité Jésus et du Bain de l'Enfant scène tirée des écrits apocryphes. La coupe dans laquelle on lave Jésus est aussi le calice de la messe, qui évoque ici son sacrifice. À la fin, Saint Joseph, perplexe, assiste à la scène. Sous Joseph, deux hommes sont représentés en train de lutter. Selon une étude récente (cf. bibliographie) il s'agirait de la lutte entre Jacob et l'Ange.

Juste au-dessus, les arcades abritent les douze apôtres et deux évêques. La tradition locale y voit Saint-Hilaire et Saint-Martin. Les historiens de l'art préfèrent y voir non pas des portraits, mais des représentations de l'évêque comme héritier des apôtres, donc représenté au même niveau. Les tenues sont d'ailleurs différenciées : à droite, un évêque rappelle le pouvoir épiscopal des évêques de Poitiers, barons du Poitou. À gauche, l'évêque porte la tenue papale du XIIe siècle : c'est l'évêque de Rome, rappel du pouvoir papal en une période marquée par la réforme grégorienne.

Enfin au sommet est représenté la Parousie: le Christ est représenté debout dans une mandorle, entouré du Tétramorphe et surmonté du Soleil et de la Lune.

Polychromies

On distingue l'œuvre d'au moins deux ateliers de sculpture différents : l'un avec un goût pour le mouvement et les plis, visible dans l'Annonciation par exemple, et l'autre avec un travail plus statique, en aplats (cf la Visitation). Les sculptures avaient été réalisées avant le montage de la façade, ainsi que l'indique certains rinceaux qui ne se suivent pas ou certaines sculptures qui ne sont visiblement pas à l'emplacement initialement prévu.

Des traces de polychromie et d'inscriptions peintes ont été repérées sur la frise et les personnages. Elles sont surtout visibles pour le spectateur autour de la scène de l'Annonciation. Difficilement datables, elles ne sont peut être pas de la période romane, mais de la fin du Moyen Âge (d'importants travaux ont été effectués au XVe siècle).

En 1562, lors du sac de Poitiers, les huguenots ont cassé les têtes des figures qu'il jugeaient hérétiques. Au XVIIe siècle, la présence de marchands sauniers qui avaient placé leurs échoppes contre la façade, va provoquer une détérioration de la pierre calcaire par le sel.

En 1992 on a commencé une grande campagne de restauration de l'église. Les pierres furent dessalées en laboratoire et réinstallées. L'inauguration de la façade restaurée eut lieu en 1995. C'est à cette occasion que les artistes de Skertzò ont créé le spectacle des Polychromies de Notre-Dame-la-Grande.

La légende du Miracle des Clefs[modifier | modifier le code]

Statue de Notre-Dame tenant les clefs de la ville

En l'an 1202, les Anglais assiégeaient la ville de Poitiers. Le clerc du maire leur promet de leur livrer la ville en leur fournissant les clés de la ville en échange d'une grande somme d'argent, et ce, le jour de Pâques.

Dans la nuit, le clerc rentre dans la chambre du maire pour lui voler les clés mais, au moment de les saisir, elles avaient disparu.

À son réveil, le maire se rend également compte de la disparition et, effrayé, sait qu'il y a eu trahison. Il prévient donc son armée et se rend à Notre-Dame-la-Grande pour prier. Il y découvre la statue de la Vierge Marie, les clés en main. Pendant la nuit, sous les remparts, effrayés par les apparitions de la Vierge, de Saint-Hilaire et de Sainte-Radegonde, les Anglais se sont entretués et se sont enfuis.

Cette légende est représentée dans l'église sur un vitrail du XIXe siècle et sur un tableau du XVIIe. L'Église St-Hilaire-le-Grand de Poitiers conserve trois statues en pierre (la Vierge à l'Enfant, Saint Hilaire et Sainte Radegonde) qui ornaient autrefois la porte de la Tranchée, lieu du miracle.

Elle est invraisemblable du point de vue historique, puisqu'en 1202, le Poitou faisait partie du duché anglais d'Aquitaine, sous les règnes d'Henri II et d'Aliénor d'Aquitaine. Le récit le plus ancien remonte à Jean Bouchet, dans ses Annales d'Aquitaine. La légende est devenue très populaire surtout après le siège de l'amiral Gaspard II de Coligny à Poitiers en 1569.

Les Poitevins ont célébré, jusqu'en 1887, cette protection divine par une procession solennelle dans toute la ville et une statue a été érigée au milieu du chœur au XVIIe siècle.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Détail de la frise de façade, gravure de Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 4, Construction, Militaires
Photographie d'Alfred Perlat, vers 1870, tirage sur papier albuminé

L'église est mentionnée sur les plans et vue de villes depuis la Renaissance, mais son clocher devient clairement reconnaissable dans la grande vue du Siège de Poitiers en 1569 peinte par François Nautré, conservée au Musée Sainte-Croix de la ville.

La plus ancienne représentation de la façade de Notre-Dame-la-Grande est celle de la collection de François Roger de Gaignières réalisée en 1699 (Bibliothèque nationale de France). On y voit la statue de cavalier sur le porche sud, et les échoppes de marchands qui sont accolées aux murs de l'édifice. À partir du début du XIXe siècle, la façade a fait l'objet d'un grand nombre de gravures, parfois archéologiques, d'autrefois plus pittoresques. Elle apparait dans les ouvrages d'Eugène Viollet-le-Duc.

Des peintres, essentiellement régionaux, en ont fait régulièrement leur sujet aux XIXe et XXe siècles. Certains l'ont idéalisé dans une vision romantique, tel le britannique George Jones en 1820 (coll. privée), alors qu'à la fin du siècle d'autres ont eu une vision plus rigoureuse et photographique tels qu'Arthur Gué (Portrait du Père de la Croix ou place du marché Notre-Dame sous la pluie, 1906, Musée Sainte-Croix) ou Henri Pailler (Notre-Dame-la-Grande, 1925, Musée Sainte-Croix).

La première photo connue de l'édifice a été réalisée en 1851 par Gustave Le Gray lors de la Mission Héliographique. Elle a ensuite été régulièrement photographiée, par Alfred Perlat, puis Jules Robuchon (Paysages et Monuments du Poitou, 1880), avant de devenir un sujet classique de cartes postales.

Postérité[modifier | modifier le code]

Si le modèle de Notre-Dame-la-Grande eut des répercussions certaines dans bon nombre de constructions contemporaines (telle l'abbaye Saint-Jean de Montierneuf à Poitiers), la redécouverte du Moyen Âge durant le XIXe siècle permit une nouvelle diffusion de formes et de nombreuses réinterprétations selon les tendances historicistes de l'époque. Dès 1858, Henri-Alexandre Godineau de la Bretonnerie s'en inspire pour la façade de l'église Saint-Jacques de Châtellerault.

L'Architecte Paul Abadie en reprend le principe pour restaurer la cathédrale d'Angoulême en y ajoutant des tours de façade, et il la cite directement dans sa réfection de la façade de Sainte-Croix de Bordeaux en 1862. D'ailleurs les toitures en écaille seront souvent reprises dans ses travaux jusqu'au Sacré-Cœur de Montmartre.

D'autres édifices en France sont la chapelle Sainte-Barbe-des-Mines (1860) à Chalonnes-sur-Loire, la chapelle du cimetière de l'est à Angers (par Ernest François Dainville bâtie entre 1868 et 1870) ou encore l'église Notre-Dame-de-Bonabry à Fougères construite par Henri Mellet en 1891. Ce dernier architecte reprit d'ailleurs régulièrement les tourelles de façade et même la silhouette et les écailles du clocher, par exemple dans l'église Saint-Étienne au Val-d'Izé (1889-1896).

Aux États-Unis, l'architecte Henry Hobson Richardson fit de nombreux dessins pour la Trinity Church (1876) de Boston en mêlant la façade de Notre-Dame-la-Grande, les portails de Saint-Gilles-du-Gard et la flèche de la cathédrale de Salamanque. Ce projet fut abandonné, mais les dessins sont conservés à la bibliothèque Houghton de l'Université de Harvard.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andrault-Schmitt, Claude, et Camus, Marie-Thérèse, Notre-Dame-la-Grande, l'œuvre Romane, éditions Picard, CESCM, 2002
  • Riou, Yves-Jean, la Collégiale Notre-Dame-la-Grande, collection Itinéraires du Patrimoine, éditions du C.P.P.P.C., 1995
  • Robert Favreau, Marie-Thérèse Camus, François Jeanneau, Notre-Dame-la-Grande, Poitiers, Poitiers, Editions Triolet,‎ novembre 1995, 102 p. (ISBN 2-9509681-0-4)
    Préface Jean Favier, Membre de l'Institut

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00105596 », base Mérimée, ministère français de la Culture Église Notre-Dame-la-Grande : classement par liste de 1840
  2. Poitiers, église Notre-Dame-la-Grande, Orgue Yves Sévère (1996)