Édouard Rod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Édouard Rod.

Édouard Rod, né le 31 mars 1857 à Nyon et mort le 29 janvier 1910 à Grasse, est un critique littéraire, journaliste, bellettrien et écrivain suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Ropraz, Rod étudie à l'Université de Lausanne, où il rédige sa thèse de doctorat sur la légende d'Œdipe (Le développement de la légende d'Œdipe dans l'histoire de la littérature), puis à Berlin, où il s'enthousiasme pour les doctrines de Schopenhauer et la musique de Wagner. En 1878, il arrive à Paris.

Critique réputé, il écrit de nombreux romans naturalistes inspirés des idées d'Émile Zola, avec qui il publie, en 1879, une brochure polémique, intitulée « À propos de l'Assommoir », marquant ainsi son engagement aux côtés du chef de file du naturalisme. En 1881, il dédie sa nouvelle Palmyre Veulard à Zola, dont il est devenu l'ami et le disciple.

La Revue contemporaine

En 1884 il devient rédacteur en chef et éditeur de la Revue contemporaine.

Il collabore à plusieurs périodiques (Revue réaliste [1], Le Figaro, Journal des débats, Revue des Deux Mondes, Revue wagnérienne, et, en Suisse, à la Semaine littéraire).

En 1887, il succède à Marc Monnier en tant que professeur de littérature comparée à l'Université de Genève jusqu'en 1893. Il regagne ensuite la capitale française et poursuit une abondante œuvre romanesque, alternant ses sujets, tantôt rétrospectifs, tantôt d'actualité, et ses décors, tantôt parisiens, tantôt suisses.

La Course de la mort (1888) marque un tournant de son œuvre : dans cet ouvrage, il abandonne le naturalisme littéraire pour l'analyse des motifs moraux. Il donne le meilleur de lui-même en présentant des cas de conscience, la lutte entre la passion et le devoir, et les vertus du renoncement. Le Sens de la vie (1889), l'un de ses ouvrages les plus fameux, est en quelque sorte un complément de La Course de la mort. Il est suivi par Les Trois cœurs (1890), Le Sacrifice (1892), La Vie privée de Michel Teissier (1893), La Seconde Vie de Michel Teissier (1894), Le Silence (1894), Les Roches blanches (1895), Le Dernier Refuge (1896), Le Ménage du pasteur Naudié (1898), L'eau courante (1902), L'Inutile effort (1903), Un Vainqueur (1904), L'Indocile (1905), Reflets d'Amérique (1905) et L'Incendie (1906).

Ses ouvrages de critique littéraire sont : Les Idées morales du temps présent (1897), Essai sur Goethe (1898), Stendhal (1892). Il publie L'Affaire J.-J. Rousseau en 1906, et écrit la même année une pièce en trois actes sur un épisode de la vie du philosophe, Le Réformateur, produite au Nouveau Théâtre à Paris.

Alors que certains le poussent à poser sa candidature à l'Académie française, il décline cet honneur qui l'aurait contraint à prendre la nationalité française et à abandonner sa nationalité suisse[2]. Il fut l'ami de Charles-Ferdinand Ramuz.

Celui que l'on surnommait l’Anatole suisse, en raison de l'oubli dans lequel ses œuvres sont tombées au XXe siècle et par analogie avec Anatole France, est mort subitement. Charles-Ferdinand Ramuz lui a rendu un hommage sobre dans l'évocation de sa première rencontre avec le peintre René Auberjonois. Son nom a été donné au prix littéraire Édouard Rod. Des voies suisses ont également été nommées en son honneur : la rue Édouard Rod à Genève et les avenues Édouard Rod à Lausanne et à Nyon.

Jacqueline de Romilly évoque Édouard Rod dans "Jeanne" (Le Livre de Poche, 2011, p. 23-27).

Citations[modifier | modifier le code]

« Les peuples marchent grisés par les mots sonores et menteurs claironnés à leurs oreilles, sans révolte, passifs et résignés, alors qu'ils sont la masse et la force, et qu'ils pourraient, s'ils savaient s'entendre, établir le bon sens et la fraternité à la place des roueries sauvages de la diplomatie. »

— Édouard Rod

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Allemands à Paris, éd. Derveaux Paris, 1880.
  • Palmyre Veulard, éd. Dentu, Paris, 1881.
  • Les Protestants. Côte à côte, éd. Ollendorff Paris, 1882.
  • La Chute de Miss Topsy, éditions Henry Kistemaeckers, Bruxelles, 1882.
  • L'Autopsie du docteur Z et autres nouvelles, Klein et Cie, Paris, 1884.
  • La Femme d'Henri Vanneau, éd. E. Plon, Nourrit et Cie, Paris, 1884.
  • La Course à la mort, éd. Frizine et Cie, Paris, 1885.
  • Tatiana Leïlof, Plon-Nourrit et Cie, Paris, 1886.
  • Le Sens de la vie[3], éd. Payot, Lausanne, 1889, lire en ligne.
  • Les Trois Cœurs, éd. Ddier, Paris, 1890, lire en ligne.
  • La Sacrifiée, éd. Payot, Lausanne, 1892 (premièrement publié sous forme de roman-feuilleton dans Le Figaro du 1er juillet 1891 au 3 août 1891).
  • La Vie privée de Michel Teissier, éd. Perrin, Paris, 1893, lire en ligne.
  • La Seconde Vie de Michel Teissier, éd. Perrin, Paris, 1894.
  • Le Silence, éd. Perrin, Paris, 1894.
  • Les Roches blanches, éd. Fayard, Paris, 1895.
  • Le Dernier Refuge, éd. Perrin, Paris, 1896.
  • L'Innocente, éd. Paul Ollendorff, Paris, 1897.
  • Là-haut, éd. Perrin, Paris, 1897.
  • Le Ménage du pasteur Naudié, éd. Charpentier, Paris, 1898.
  • Mademoiselle Annette, éd. Perrin Paris, 1901.
  • L'Eau courante, coll. « Bibliothèque-Charpentier », Paris, Fasquelle, 1902.
  • L'Inutile effort, Perrin, Paris, 1903.
  • Luisita, Payot, Lausanne, 1903.
  • Un Vainqueur, éd. Charpentier, Paris, 1904.
  • L'Indocile, éd. Fasquelle, bibliothèque Charpentier, Paris, 1905.
  • Reflets d'Amérique, éd. Sansot, Paris, 1905, lire en ligne.
  • Le Réformateur, éd. ?, 1906.
  • L'Incendie, éd. Perrin, Paris, 1906.
  • L'Ombre s'étend sur la montagne, éd. Nelson,Paris, 1907.
Études critiques 
  • Le développement de la légende d'Œdipe dans l'histoire de la littérature, Impr. G. Bridel, Lausanne, 1879.
  • À propos de l'Assommoir, en collaboration avec Émile Zola, 1879, lire en ligne.
  • Lamartine, Lecène, Oudin et Cie, Paris, 1883.
  • Stendhal, Paris, Hachette, 1892.
  • Les Idées morales du temps présent, Paris, Perrin, 1897, lire en ligne.
  • Essai sur Goethe, Paris, Perrin , 1898.
  • Nouvelles Etudes sur le XIXe siècle, Paris, Perrin , 1899.
  • L'Affaire J.-J. Rousseau, Paris, Perrin, 1906.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Bordeaux, Édouard Rod, Paris, Perrin, 1895
  • Firmin Roz, Édouard Rod, biographie critique; illustrée d'un portrait-frontispice et d'un autographe, suivie d'opinions et d'une bibliographie, Paris, Sansot, 1906
  • J. Rassat, Édouard Rod : l'homme, le romancier, le penseur, Nice, Gandini, 1911
  • James Wadsworth, Edouard Rod and André Gladès[4] ,1937
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod and Henry Brewster: An Unpublished Tribute, octobre 1968, University of Nottingham, vol. 7.2, ISSN 0029-4586
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod and Henry Brewster: An Unpublished Tribute, octobre 1968, University of Nottingham, vol. 7.2, ISSN 0029-4586
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod et Emile Zola. I. Jusqu'en 1886, 1969.
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod and Emile Zola. II. From La Course à la mort to Dreyfus, mai 1.969, University of Nottingham, vol. 8.1, ISSN 0029-4586
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod and the introduction of Ibsen into France, 1969
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod et Emile Zola. III. L'affaire Dreyfus et la mort de Zola, 1970.
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod and the Russian novelists in France, mai 1970, University of Nottingham, vol. 9.1, ISSN 0029-4586
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod and Félix Nadar, 1970.
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod's last novel: La Vie, octobre 1970, University of Nottingham, vol. 9.2, ISSN 0029-4586
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod and the naturistes, octobre 1971, University of Nottingham, vol. 10.2, ISSN 0029-4586
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod and Marcel Proust, 1971.
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod and Verga in France, 1972.
  • Michael G. Lerner, A Literary Age in Evolution: "Les Idées Morales du Temps Présent" of Edouard Rod, mai 1972, University of Nottingham, Volume 11.1, ISSN 0029-4586
  • Michael G. Lerner, Edouard Rod (1857-1910). A Portrait of the Novelist and his Times, The Hague, Paris, Mouton, 1975.
  • Michael G. Lerner, Édouard Rod et Emile Zola : une lettre inédite, 1977.
  • Jean-Jacques Marchand, Édouard Rod et les écrivains italiens. Correspondance inédite avec S. Alermo, L. Capuana, G. Cena, G. Deledda, A Fogazzaro, et G. Verga Genève, Université de Lausanne. Publications de la Faculté des lettres, 1980
  • Charles Beuchat, Édouard Rod et le cosmopolitisme, Paris, C
  • Fernand Aubert, Édouard Rod et le salon de la Rue Madame : Souvenirs d'un étudiant genevois. Paris, 1901-1902. , Genève : [s.n.], 1949. (OCLC 83971416)
  • Henri Perrochon, Édouard Rod, Neuchâtel ; Paris : Delachaux & Niestlé, 1957. (OCLC 81908134)

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les Théories littéraires de Me Rousse. À propos du procès Duverdy, publiée dans la Revue littéraire et artistique, en date du samedi 18 février 1882 est l'unique collaboration de Maupassant à cet hebdomadaire qui a cessé de paraître sept semaines plus tard, le 8 avril 1882. La Revue littéraire et artistique s'inscrit dans la série des tentatives du " groupe de Médan " qui vise à fonder une revue naturaliste. Il y eut d'abord, en 1879, le projet éphémère de la Revue Réaliste, dont les cinq (Alexis, Céard, Hennique, Huysmans et Maupassant) se sont retirés avant la parution, puis La Comédie Humaine qui, après des mois de préparation en 1880, n'a finalement pas vu le jour.
  2. , réagissant comme le fera plus tard Maurice Maeterlinck (en 1911).
  3. Prix de Jouy de l'Académie Française.
  4. André Gladès sur DHS

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :