Édouard J. Maunick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Édouard Maunick)
Aller à : navigation, rechercher

Édouard J. Maunick

Nom de naissance Édouard Joseph Marc Maunick
Activités Écrivain
Journaliste
Diplomate
Naissance 23 septembre 1931
Flacq
Langue d'écriture Français, Anglais
Distinctions

Œuvres principales

  • Ensoleillé vif

Compléments

  • Ancien ambassadeur

Édouard Joseph Marc Maunick est un poète, journaliste et diplomate mauricien né le 23 septembre 1931 à Flacq.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Maunick est né à Flacq dans une famille métisse. Il travaille brièvement comme bibliothécaire à Port-Louis, puis s’installe à Paris en 1960, où il collabore à la Coopération radiophonique. Il publie également des articles pour Présence africaine, proche du panafricanisme, et d’autres journaux. Il entre à l'UNESCO en 1982, où il devient le directeur des échanges culturels et de la Collection UNESCO d’œuvres représentatives fondée par Roger Caillois. De 1985 à 2001, il est membre du Haut Conseil de la Francophonie. De 1994 à 1995 il est Ambassadeur-High Commissionner de Maurice en République Sud-Africaine.

Sa poésie[modifier | modifier le code]

Il écrit des poésies où il transmet son sentiment d’isolement et rappelle la persécution dont ses ancêtres africains ont fait l’objet (Les Oiseaux du sang en 1954; Les Manèges de la mer en 1964; Mascaret ou le livre de la mer et de la mort en 1966). Il écrit Fusillez-moi en 1970 pour protester contre la guerre du Biafra, où des noirs tuent des noirs.

D’autres œuvres suivent, comme Africaines du temps jadis en 1976 ; En mémoire de mémorable suivi de Jusqu’en terre Yoruba en 1979.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie
  • 1954 : Ces oiseaux du sang ;
  • 1954 : Les manèges de la mer ;
  • 1966 : Mascaret ou le livre de la mer et de la mort ;
  • 1970 : Fusillez-moi ;
  • 1977 : Ensoleillé vif ;
  • 1965 : Jusqu'en terre Yoruba ;
  • 1979 : En mémoire du mémorable suivi de Jusqu'en terre Yoruba ;
  • 1982 : Désert archipel suivi de Cantate païenne pour Jésus Fleuve ;
  • 1983 : Nja Mahdaoui Préface et poèmes ;
  • 1985 : Saut dans l'arc en ciel ;
  • 1987 : Le cap de désespérance, Soweto ;
  • 1987 : Un arbre en est la cause ;
  • 1987 : Mandela mort et vif ;
  • 1988 : Paroles pour solder la mer ;
  • 1988 : Anthologie personnelle ;
  • 1989 : Pays de permission ;
  • 1990 : Toi laminaire (Italiques pour Aimé Césaire) ;
  • 1996 : De sable et de cendre ;
  • 2000 : Seul le poème ;
  • 2001 : Mandela mort et vif/Mandela dead and alive ;
  • 2001 : Elle et île de la même passion ;
  • 2004 : Brûler à vivre/Brûler à survivre ;
  • 2005 : 50 quatrains pour narguer la mort (Bartoldi, Maurice) ;
  • 2006 : 50 quatrains pour narguer la mort suivi de Contre silence (Seghers).
Prose
  • Africaines du temps jadis
  • Kala who dreams to go to the sea
  • Kan to per ki mo la
  • Tango
  • La mer prodigue de solitude
  • Sarah la déblessure
  • Je ne connais pas de nudité plus nue
  • L'avion suivant
  • Pli sega ki sa gaté!
Discographie
  • Edouard Maunick dit Edouard Maunick (Production Deca, Société Française du Son, 1972
  • Edouard Maunick (Archives sonores de la littérature noire de l'océan indien, 1981)
Cinéma
  • Ki koté la mer: film écrit et raconté par l'auteur, réalisation Sandro Agénor, Antenne 2

Distinctions[modifier | modifier le code]

Distinctions littéraires[modifier | modifier le code]

Autres distinctions[modifier | modifier le code]

  • Officier de l'Ordre du Lion du Sénégal
  • Officier de la légion d'honneur
  • Grand Officier de l'Ordre de l'Étoile et la Clé de l'Océan Indien (Order of the Star and Key of the Indian Ocean)
  • Commandeur de l'Ordre des Arts et Lettres.

Liens externes[modifier | modifier le code]