Édouard Louis Dubufe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubufe.

Édouard Louis Dubufe

Description de cette image, également commentée ci-après

Ferdinand Mulnier, Édouard-Louis Dubufe (entre 1876 et 1883), photoglyptie parue dans la Galerie contemporaine, littéraire, artistique.

Naissance 31 mars 1819
Paris
Décès 11 août 1883
Versailles
Nationalité Français Drapeau de la France
Activités Artiste peintre
Maîtres Claude Marie Paul Dubufe
Paul Delaroche

Édouard Louis Dubufe[1], né à Paris le 31 mars 1819 et mort à Versailles le 11 août 1883, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugénie de Montijo, impératrice des Français (1854), château de Versailles.
Madame R. ou Rachel dans le rôle de Camille (vers 1850), Paris, Comédie-Française.
Édouard Louis Dubufe et Rosa Bonheur, Rosa Bonheur (1857), château de Versailles.

Fils du peintre Claude Marie Paul Dubufe (1789-1864) et d'Edmée Duménillet (1792-1837), Édouard Louis Dubufe est d'abord l'élève de son père, puis de Paul Delaroche (1797-1856) à l'École des beaux-arts de Paris partir de 1834. Il obtient une médaille de 3e classe au Salon des artistes français de 1839. Peintre d'histoire et de compositions religieuses, il est également portraitiste.

Le 11 janvier 1842, il épouse la sculptrice Juliette Zimmerman (1819-1855), seconde fille du professeur de piano Pierre Zimmerman (1785-1853, dont la sœur Anna épousera en 1852, le compositeur Charles Gounod qui devient ainsi le beau-frère d'Édouard. Un profonde et sincère amitié liera les deux hommes, qui se poursuivra au-delà de la mort de Juliette en 1855 et de celle d'Édouard. C'est l'année de naissance de son demi-frère Paul Dubufe, suivi de Georges qui ne vivra qu'un an, puis René (1850-1876) et Joséphine-Anne qui épousera Arnoult-Philibert de Pincepré.

Il découvre les grands portraitistes anglais durant son séjour en Angleterre de 1848 à 1851, puis il séjourne en Italie durant l'année 1852.

Sa carrière de portraitiste officiel débute avec le portrait de la comtesse de Beaussier en 1850, puis celui de l'empereur Napoléon III[2] et de son épouse l'impératrice Eugénie[3], en 1853. Avec Franz Xaver Winterhalter, il devient l'un des portraitistes les plus célèbres du Second Empire. 1853 est l'année de la mort de son beau-père et de la naissance de son premier enfant Guillaume Dubufe (1853-1909), qui deviendra le troisième peintre de la dynastie. Il perd son épouse Juliette deux ans plus tard, morte en couche avec sa fille Juliette-Hortense (1855).

En 1856, il peint le Congrès de Paris[4] à la demande de l'empereur. L'impératrice Eugénie sollicite sa participation à la décoration de son salon bleu au palais des Tuileries, où il peint ses dames d'honneur. Il connaît un grand succès auprès de la société aristocratique et de la grande bourgeoisie.

En 1866, Émile Zola critique ses coteries comme membre du jury du Salon[5]. Il est lié avec son beau-frère l'architecte Jean-Baptiste Pigny et beaucoup de ses confrères.

Il épouse en secondes noces Léonie Berthold le 21 juillet 1866 à Paris.

Il meurt le 10 août 1883 à Versailles et est inhumé au cimetière Notre-Dame de Versailles.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Adolphe-Edouard Mortier, duc de Trévise (1768-1835), maréchal de France (1844), Paris, musée de l'Armée.
Lithographies,
  • Louis-Philippe en exil, vers 1849, lithographie par J. Thomson d'après un tableau exécuté à Claremont en octobre 1849, musée du château de Versailles
  • Marie-Amélie en exil, 1849, lithographie de G. Thomson et Édouard Louis Dubufe, musée Louis-Philippe du château d'Eu
  • Le Baron Desnoyer (1779-1857) Auguste Gaspard peintre graveur membre de l'Académie des beaux-arts, lithographie de Jacques-François Lanta et d'Édouard Dubufe, château de Compiègne
Sculptures
Peintures

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1839 : Annonce à Marie
  • 1840 : Le Miracle des Roses
  • 1841 : Tobie
  • 1844 : Bethsabée
  • 1850 : Madame F…
  • 1853 : Portrait de l'Impératrice Eugénie
  • 1857 : Portrait de la Comtesse de Hallez-Claparède, Portrait de la Comtesse de Beaussier, Rosa Bonheur, Le Congrès de Paris, du 25 février au 30 mars 1856
  • 1861 : Portrait de Mathilde Laetitia Wilhelmine Bonaparte (1820-1904), princesse Demidoff et de San Donato
  • 1866 : L'Enfant Prodigue
  • 1869 : Portrait de S. E. le général Fleury, grand écuyer
  • 1876 : Portrait de Philippe Rousseau
  • 1877 : Henri Harpignies, Guillaume-Victor-Émile Augier

Expositions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Catalogue des œuvres de peintures, aquarelles, dessins et sculptures exposés au Musée des Beaux-Arts de Lisieux, 1925, 6e édition.
  • Catalogue de l'exposition organisée par le Musée de Lisieux à l'église Saint-Jacques en 1983
  • Bruno Foucart, Le Renouveau de la peinture religieuse en France (1800-1860), Paris, Arthéna, 1987.
  • Emmanuel Bréon, Claude-Marie, Édouard et Guillaume Dubufe, Portraits d'un siècle d'élégance parisienne, Madrid éd., 1988
  • Emmanuel Bréon, Revue du Louvre, 1984, no 2, p. 120
  • Adhémar Sterling, t. 2, Paris, 1959, no 795, p. 24 pl CCLXXXI
  • Gendre, Catalogue du Musée Lambinet, 1997, p. 26.
  • Catalogue musée Lambinet, 2005, p. 48, no 134
  • La Revue du Louvre, février 1984, p. 121
  • Catalogue de l'exposition du Musée des Ursulines de Mâcon, 1999
  • Marielle Blaise Kroïchvili, Amandine Borgeot, Florence Goyon, Marie Lapalus, Françoise Rouge, Nane Tissot, 100 peintures des collections du Musée des Ursulines
  • D. Alaux, Catalogue des peintures du musée de Bordeaux, 1910, p. 77 no 405
  • J. Vergnet-Ruiz, M. Laclotte, Petits et grands Musées de France, Paris, 1962, p. 234
  • Catalogue des peintures du Louvre I, École française, Paris, 1972, p. 149
  • Catalogue sommaire illustré des peintures du Musée d'Orsay, tome I, Paris, 1990, p. 173

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Portraits photographiques par Robert Jefferson Bingham dans son Recueil de portraits d'Ernest Meissonier, de sa famille, de peintres, et personnalités diverses…[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom est parfois orthographié à tort « Dubuffe ».
  2. Conservé à Paris au musée d'Orsay.
  3. Conservé au château de Compiègne.
  4. Conservé au château de Versailles.
  5. Article « Mon Salon » publié dans L'Événement du 30 avril
  6. « Eugénie de Montijo, impératrice des Français », base Joconde, ministère français de la Culture
  7. « Rosa Bonheur », base Joconde, ministère français de la Culture
  8. « Le Congrès de Paris, du 25 février au 30 mars 1856 », base Joconde, ministère français de la Culture
  9. « Mathilde-Laetitia-Wilhelmine Bonaparte, dite la princesse Mathilde (1820-1904) », base Joconde, ministère français de la Culture
  10. « Portrait de S. E. le général Fleury, grand écuyer », base Joconde, ministère français de la Culture
  11. Écrivaine et sculptrice sous le pseudonyme de Manuela.
  12. « Henri Harpignies », base Joconde, ministère français de la Culture
  13. « Guillaume-Victor-Émile Augier », base Joconde, ministère français de la Culture
  14. en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]