Édouard Lévêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Édouard François Lévêque né le 10 février 1857, fils de Jules Lévêque et de Cornélie Jérôme, mort à Paris 16e à l'âge de 79 ans fut manufacturier à Amiens, peintre, botaniste. Il participa à la création du Touquet-Paris-Plage où il fut rédacteur du journal "Paris-Plage" et président de la Société académique du Touquet.

Le square « Édouard Lévêque » au Touquet-Paris-Plage a été inauguré en 1935.

La Côte d'Opale[modifier | modifier le code]

C'est en peignant ses tableaux qu'Édouard Lévêque baptise la côte du Touquet-Paris-Plage du nom d'Opale, pour nommer le littoral entre Le Crotoy et Equihen-Plage, en hommage à sa lumière si particulière et changeante[1]. En février 1911, Édouard Lévêque, qui souhaite vanter les alentours du Touquet-Paris-Plage dans Le journal de Paris-Plage, s'interroge :

« Y a-t-il dans la nature quelque chose qui possède cette diversité de coloration sans cesse changeante ? Oui, il y a l'opale, cette pierre précieuse aux tons laiteux, qui jette tour à tour la série des éclats de vert et de rouge. Qu'à la Côte d'Azur, la Côte d'Emeraude et la Côte d'Argent vienne s'ajouter désormais la Côte d'Opale, la nôtre ! »

Le musée du Touquet présente une collection d'œuvres de l'école d'Étaples (1880-1914) dont les plus brillants représentants sont Édouard Lévêque, Eugène Boudin, Fritz Thaulow, Henri Le Sidaner, Marius Chambon et Francis Tattegrain.

Le Touquet Paris-Plage[modifier | modifier le code]

Heri solitudo...hodie civitas (Hier la solitude..aujourd'hui la civilisation), cette phrase d'Édouard Lévêque écrite en 1930 résume bien l'histoire du Touquet Paris-Plage. Hier des garennes désertes et inhospitalières, aujourd'hui une station maritime parmi les plus accueillantes d'Europe.

1837 : Le notaire Jean Baptiste Alphonse Daloz acquiert un domaine de 1600 hectares constitué de terrains dunaires et de landes inhospitalières à l'embouchure du fleuve sur la mer.

1874 : En octobre 1874, Hippolyte de Villemessant, fondateur du journal Le Figaro, est invité par son ami Jean-Baptiste Daloz à une partie de chasse dans son domaine du Touquet. Émerveillé par le décor qu'il qualifie d'"Arcachon du Nord", il donne l'idée au propriétaire de lotir une partie de son domaine, d'en faire une station balnéaire et de lui donner le nom de "Paris-Plage". C'est ainsi qu'en 1882, Jean-Baptiste Daloz créera le premier lotissement (partie du Touquet aujourd'hui à l'ouest du boulevard Daloz). De retour à Paris, il écrit dans le Figaro :

"À quatre kilomètres d'Étaples et à l'embouchure de la Canche, abritée par une forêt de sapins de 1000 hectares, se trouve une plage plus belle que Trouville. Si Dieu me prête vie, je veux faire de ce pays un Arcachon du Nord. Avant peu le Touquet sera le rendez-vous favori de nos baigneurs parisiens et j'aurai résolu d'une façon pratique le fameux problème Paris-Plage".

1882 : Le géomètre Raymond Lens définit un lotissement.

entre 1894 et 1912 : John Whitley, Allen Stoneham et le baron Pierre de Coubertin participérent à l'aventure.

1906 : fondation de la "Société académique du Touquet" par MM. Maurice Garet, président et Édouard Lévèque, vice-président ; La devise de la société était "colligite ne peerant" (Recueillez les souvenirs de peur qu'ils ne périssent). Il en fut plus tard Président.

28 mars 1912 : date historique. La station balnéaire "Paris-Plage" prenant une extension considérable, elle peut en 1912 être érigée en commune : "Le territoire de la commune de Cucq est divisé en deux communes qui porteront les noms de Cucq et du Touquet-Paris-Plage" (texte de la loi du 28 mars 1912). Ce jour-là, le Touquet-Paris-Plage devient une commune à part entière, indépendante. Ses armoiries seront définitivement arrêtées à partir des armoiries proposées dès 1894 par Édouard Lévèque et Robert de Guyencourt avec la devise : «Fiat lux, Fiat urbs» (que la lumière soit, que la ville soit).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Édouard Lévêque est l'auteur de :

  • Petite histoire du Touquet et de Paris-Plage parue en 1905, réédition aux éditions PyréMonde (en deux tomes, 2011).
  • Les Disparus, ou Biographies des fondateurs du Touquet-Paris-Plage et des principaux artisans de son développement. Première série 1885-1922, réédition aux éditions PyréMonde (novembre 2012).
  • Plantations et jardins au Touquet-Paris-Plage

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Touquet-Paris-Plage à l’aube de son nouveau siècle, éditions Flandres-Artois-Côte d’Opale, août 1982, p. 22