Édouard Herzen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Édouard Herzen

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Édouard Herzen

Naissance 1877
Florence (Italie)
Décès 1936
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Champs Physique, Chimie

Édouard Herzen (né en 1877 à Florence, Italie[1] - mort en 1936) est un chimiste belge. Collaborateur de l'industriel Ernest Solvay, il participe aux 1er, 2e, 4e, 5e, 6e et 7e Congrès Solvay et joue un rôle de premier plan dans le développement de la physique et de la chimie du XXe siècle[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Congrès Solvay de 1927 sur la mécanique quantique. Édouard Herzen, ainsi que plusieurs physiciens, dont Max Planck, Marie Curie ou Albert Einstein, y participent. Herzen est debout à l'arrière, le quatrième à partir de la gauche.

Édouard Herzen est le petit-fils de l'écrivain russe Alexandre Herzen. En 1902, il publie une thèse sur les tensions superficielles[3].

En 1921, il devient directeur de la Section des Sciences physiques et chimiques à l'Institut des Hautes-Études[4].

Après la mort d'Ernest Solvay en 1922, Édouard Herzen entreprend, dans un but philantropique, un certain nombre de conférences pour commenter un film sur la relativité d'Albert Einstein[4]. Ces conférences remportent un grand succès, et le roi Albert Ier tient à assister à une de ces séances, organisée par l'Association des ingénieurs sortis de l'Université libre de Bruxelles[4].

En 1924, il publie, en collaboration avec le physicien Hendrik Antoon Lorentz, une note à l'Académie des sciences de Paris intitulée Les rapports de l'énergie et de la masse d'après Ernest Solvay[4]. La même année, il rédige l'ouvrage de vulgarisation La Relativité d'Einstein, qui paraît aux Éditions de la Nouvelle librairie de Lausanne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (Bulletin des sociétés chimiques belges, p. iii)
  2. Album Belgique, par Laserra Annamaria (dir.) page 136 (lire en ligne)
  3. (en) Édouard Herzen, Sur les tensions superficielles des mélanges de liquides normaux : Thèse présentée à la Faculté des sciences de l'Université de Lausanne, Lausanne, Société générale d'imprimerie,‎ 1902 (présentation en ligne)
  4. a, b, c et d (Bulletin des sociétés chimiques belges, p. iv)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bulletin des sociétés chimiques belges, vol. 45 à 46, Bruxelles, Société chimique de Belgique,‎ 1936 (présentation en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :