Édouard Bouët-Willaumez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouet et Willaumez.
Édouard Bouët-Willaumez
L'amiral Bouët-Willaumez par Disdéri
L'amiral Bouët-Willaumez par Disdéri

Naissance 24 avril 1808
Brest
Décès 9 septembre 1871 (à 63 ans)
Maisons-Laffitte
Origine Drapeau de la France France
Arme marine
Grade amiral
Années de service 18241871
Conflits Colonisation du Sénégal
Expédition du Maroc (1844)
guerre de Crimée
campagne d'Italie
guerre franco-prussienne de 1870
Commandement préfet maritime
Distinctions Grand-croix de la Légion d'honneur
Hommages Nom donné à la ville ivoirienne de Port-Bouët
Autres fonctions Sénateur du Second Empire
Famille neveu de l'amiral Willaumez

Le comte Louis Édouard Bouët-Willaumez né le 24 avril 1808 à Brest et mort le 9 septembre 1871 à Maisons-Laffitte est un officier de marine et explorateur français [1]. Amiral en 1865, il est connu pour ses explorations du fleuve Sénégal et du golfe de Guinée qu'il a relatées dans plusieurs ouvrages.

Un marin des colonies[modifier | modifier le code]

Fils d'un négociant de Lambézellec Alexandre Bouët, qui fut maire de sa commune, Louis Édouard Bouët est le neveu de l'amiral Willaumez, qui l'adopte en 1844 en lui léguant son titre héréditaire de comte car il n'a pas d'enfants. Bouët prend alors le nom de Bouët-Willaumez. Son mariage en 1845 avec la fille du vice-amiral Le Marant, vice-président du Conseil d'Amirauté, consolide les appuis qui favorisent sa carrière.

Sorti de l'école navale d'Angoulême en 1824, il embarque comme aspirant et participe à la bataille de Navarin et à l'expédition de Morée. Nommé enseigne de vaisseau en 1829, il assiste à la prise d'Alger.

Promu lieutenant de vaisseau en 1834, il est envoyé au Sénégal où il mène des explorations navales en remontant le fleuve sur l’aviso à vapeur l’Africain et en cabotant sur la côte d'Afrique sur La Malouine. Il réprime la traite négrière et conclut des traités de commerce et de protection avec des chefs côtiers du golfe de Guinée, en particulier avec les rois du Gabon en 1839, 1841 et 1843. Capitaine de corvette en 1840, il exerce les fonctions de gouverneur du Sénégal de 1842 à 1845, période durant laquelle il étend la souveraineté de la France en ouvrant des comptoirs de commerce à Assinie et Grand-Bassam.

« Le commandant E. Bouët-Willaumez attaque et châtie les peuplades insurgées de Grand-Bassam » (gravure de 1890)
« Palabre d'affaires entre le commandant E. Bouët-Willaumez et les chefs indigènes de la côte de Krou » (1890)

En 1844, il fait partie de l'expédition dirigée par le prince de Joinville qui s'empare de Mogador. Il est promu capitaine de vaisseau en récompense de son rôle actif dans ce succès.

Embarqué à bord de la frégate Pénélope comme commandant des quatorze bâtiments de la division navale des côtes occidentales d'Afrique de 1848 à 1850, il a pour mission de lutter activement contre la traite et de rétablir la souveraineté française sur des points côtiers insurgés, où il rétablit le commerce français. Il fonde Libreville en 1849 et signe un traité avec le roi du Dahomey en 1851.

Amiral et stratège[modifier | modifier le code]

Devenu chef d'état-major de l'escadre de l'amiral Hamelin en 1853 et promu contre-amiral le 2 décembre 1854, il participe aux opérations navales de la guerre de Crimée et organise avec une grande efficacité le débarquement près de Sébastopol.

En 1856, il commande la flotte du Levant. En 1859, il contribue marginalement à la campagne d'Italie à la tête de la flotte de siège de l'Adriatique.

Élevé au rang de vice-amiral le 9 juillet 1860, il exerce les fonctions de préfet maritime à Cherbourg en 1860 puis à Toulon de 1861 à 1864. Il commande ensuite l'escadre de la Méditerranée, à bord de laquelle il transporte l'empereur Napoléon III venu effectuer en 1865 une visite officielle en Algérie.

Il est nommé amiral et sénateur en 1865.

Dans les commissions d'étude et les instances décisionnaires de la marine, il se montre un tacticien imaginatif et œuvre pour la modernisation de l'outil naval. Influent et apprécié de l'Empereur, il promeut la généralisation des navires à vapeur et l'emploi de cuirassés à éperons. Il préconise la réorganisation des flottes en divisions, l'évolution des tactiques de combat naval pour les flottes cuirassées, et l'amélioration des moyens de défense des côtes et des ports. Il encourage l'abandon des bâtiments de guerre à coque en bois, technologiquement dépassés, pour les navires en métal. Théoricien de la puissance navale, il est à ce titre un précurseur des thèses de l'amiral Mahan.

Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, il est désigné à la tête de l'escadre destinée à mener une opération combinée dans la Baltique dont il avait élaboré les plans dès 1868. Mais la déconfiture rapide des opérations militaires terrestres fait abandonner les préparatifs de cette expédition. C'est le dernier épisode de la carrière de ce grand marin.

Il meurt le 9 septembre 1871 à Maisons-Laffitte, des suites d'une maladie du foie contractée au Sénégal. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris (4e division)[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ses décorations françaises et étrangères (ainsi que leur écrin) ont été offertes par sa famille au musée national de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie, et y sont exposés[3].

Décorations françaises :

Décorations étrangères :

Héritage[modifier | modifier le code]

L'avenue Bouët est l'une des plus grandes artères de Libreville ; un quartier de la ville porte le nom de Mont-Bouët.

À Abidjan (Côte d'Ivoire), la commune qui abrite le port a été nommée Port-Bouët en son hommage. De même, à Saint-Louis (Sénégal), Bouetville est le nom des quartiers les plus anciens, situés près du pont Faidherbe[4].

En Bretagne, au moins quatre rues portent son nom[5].

Publications[modifier | modifier le code]

L'amiral Bouët-Willaumez est l'auteur de plusieurs études concernant la traite, la navigation sur les côtes d'Afrique, l'histoire navale et la tactique de la guerre à la mer :

  • Carte de la côte occidentale d'Afrique dressée pour l'intelligence des croisières à établir devant les foyers de traite (1845)
  • Description nautique des côtes de l'Afrique occidentale comprises entre le Sénégal et l'Équateur (1846)
  • Commerce et traite des noirs aux côtes occidentales d'Afrique (1848)
  • Campagne aux côtes occidentales d'Afrique (1850)
  • Les Colonies françaises en 1852 (1852)
  • La Flotte française en 1852 (1852)
  • Parallèle historique des principales batailles de terre et de mer (1853)
  • Batailles de terre et de mer, jusques et y compris la bataille de l'Alma (1855)
  • Tactique supplémentaire à l'usage d'une flotte cuirassée (1865)
  • Questions et réponses au sujet de nos forces navales (1871)

Famille[modifier | modifier le code]

  • Ses frères, ainsi que l'un de ses neveux, ont aussi eu une carrière brillante, soit dans l'armée, soit dans la vie littéraire.
Article détaillé : Lambézellec.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Polybiblion, Paris, septembre 1871, vol.VI-15, p.202 [1]
  2. Domenico Gabrielli : Dictionnaire Historique du cimetière du Père-Lachaise XVIIIe et XIXe siècles, Ed. de l'Amateur, 2002.
  3. Les informations suivantes proviennent de la version de numérique du bulletin no 13 de la Société des amis du musée national de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie.
  4. Abdoul Hadir Aïdara : Saint-Louis du Sénégal, d'hier à aujourd'hui, Grandvaux, 2004, p. 132
  5. Les Noms qui ont fait l'histoire de Bretagne, 1997

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Numa Broc (et al.), Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du XIXe siècle. Afrique, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1988-2003 (ISBN 2735501574)
  • Michèle Daget, La carrière africaine de Bouët-Willaumez, Sorbonne, Paris, 1969, 157-XVII p. (Mémoire de Maîtrise)
  • Les Noms qui ont fait l'histoire de Bretagne, Coop Breizh et Institut culturel de Bretagne, 1997, notice de Paul Coat.
  • Notice biographique dans le Dictionnaire d'histoire maritime dirigé par Michel Vergé-Franceschi (Bouquins, 2002)
  • Vice-amiral Maurice Dupont, L’amiral Willaumez, Tallandier, 1987
  • Jean-Claude d'Ozouville, Biographie et décorations de l'amiral Louis Édouard Bouët-Willaumez, in Bulletin no 13 de la Société des amis du musée national de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie, 2011, p. 13-27.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Familles subsistantes de la noblesse française