Édith de Wilton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d'Édith de Wilton dans un manuscrit du XIIIe siècle

Édith de Wilton ou Edith de Barking ou Edithe ou Eadgyth est née en 961, et morte à l'âge de 23 ans le 16 septembre 984, au monastère de Wilton.

C'est une sainte chrétienne fêtée le 16 septembre[1] [2].

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

Édith de Wilton était fille naturelle du roi d'Angleterre saint Edgar le Pacifique, roi des Anglo-Saxons de 959 à 975, et de Wulfthryth ou Walfcide. Elle devint moniale au couvent de Wilton, et se consacra aux pauvres et aux malades. Elle refusa la couronne qui lui fut offerte après la mort de son père et celle de son frère Édouard le Martyr, mort assassiné en 978, pour rester fidèle à ses vœux monastiques.

Lors de la séparation de ses parents, Édith était encore une enfant. Elle suivit sa mère au monastère de Wilton où elle reçut une éducation extrêmement soignée pour l'époque. Malgré les cadeaux de son père et de ses demi-frères, elle ne fut guère attirée pas le monde séculier. Considérée comme une sainte de son vivant, comme plusieurs femmes de son sang, elle mourut de maladie à vingt-trois ans.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.