Écrivain public

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Écrivain public
Image illustrative de l'article Écrivain public
Écrivain de rue, Italie
Photographie de Carlo Naya, ca 1865

Code ROME (France) E1102

En France, l'écrivain public se définit comme « une personne qui rédige des lettres, des actes, pour ceux qui ne savent pas écrire ou qui maîtrisent mal l'écrit »[1].

Cette définition d'une « personne qui écrit des lettres pour ceux qui ne savent pas écrire » apparaît dans les dictionnaires de la langue française dès 1835, où le sens latin de scribe ou copiste du terme écrivain est alors repris pour former la locution « écrivain public »[2].


Le rôle de l’écrivain public[modifier | modifier le code]

Écrivain de rue, Istanbul, 1878.

L'écrivain public écrit pour et avec autrui tout type de texte à caractère privé, administratif ou professionnel.

La langue est sa matière première et l’écrit est la valeur ajoutée qu’il lui impose. Pour cela, il doit bien sûr maîtriser les règles de grammaire, de syntaxe et disposer d’un vocabulaire étendu. En faisant preuve d'écoute et d'empathie, il est un acteur social qui permet aux individus de répondre à leurs obligations dans une société où l'écrit est omniprésent.

De tout temps, l’objet du métier d’écrivain public a été de se placer comme le trait d’union entre les individus et les nécessités administratives ou sociales. Aujourd’hui, cette profession est plus que jamais nécessaire puisqu’elle répond à une demande d'aide à l'écriture.

Si la correspondance est une des activités principales de l’écrivain public, elle n’est pas la seule. En effet, la maîtrise des différents types d’écrits donne au professionnel une palette d’outils qui le rend polyvalent et lui ouvre différentes possibilités d’exercer. De plus, grâce aux technologies de la communication et de l'information, l'écrivain public contemporain peut développer un large éventail de services rédactionnels : documents administratifs, courriers personnels, discours, faire-part, pages Web, biographies, récits de vie, textes littéraires, corrections, réécritures, etc. Il peut aussi animer des ateliers d'écriture ou assurer des permanences au sein d'associations ou dans les mairies. Il sait s'adapter à la demande, aussi bien pour le compte des particuliers, des entreprises et des collectivités locales, afin de leur permettre de communiquer de manière efficace.

Selon les écrivains publics professionnels regroupés au sein d'associations professionnelles telle que l'AEPF, le GREC ou encore leur syndicat le SNPCE, cette diversité des modes opératoires fait la richesse et la variété de cette profession, tout en laissant chacun d'entre eux libre de choisir son domaine de prédilection en fonction du tissu social qui l'entoure.[réf. nécessaire]

L’écrivain public dans l’Histoire[modifier | modifier le code]

Moine copiste
Scribe assis, Égypte

Des scribes de l’Égypte de l’Antiquité aux clercs du Moyen Âge, les besoins en homme d’écriture se font ressentir avec l’essor des échanges commerciaux, dans un premier temps, puis avec l’organisation des structures administratives ensuite.

À l’origine, si l’écriture permet de constituer des listes et de tenir des comptes, le scribe peut être considéré comme la première forme du métier d’écrivain public. Au cours des siècles qui suivent, l’usage de l’écrit est en partie réservé aux pouvoirs politiques et religieux. Sur le continent européen, les moines sont parmi les rares à être capables de rédiger et lire des textes essentiellement en latin.

De la fin du XIIe siècle au début du XIIIe siècle, l’essor des villes s’accompagne d’une évolution de la société avec l’apparition de la bourgeoisie - ceux qui habitent le bourg - et un enrichissement grâce au commerce. Mais la population reste peu lettrée et la nécessité d’une tierce personne pour rédiger, lire, répertorier les actes commerciaux est un besoin de plus en plus fort. Déjà, à cette époque, le métier d’écrivain public est une réponse à une demande de service.

Avec l’organisation des échanges commerciaux, la multiplication des métiers, le développement de l’administration royale et municipale, l’écrivain public est celui qui rédige les accords, les contrats et les lettres qui ne nécessitent pas l’intervention d’un juriste dont les services sont beaucoup plus chers.

Au XIIIe siècle comme au cours des siècles suivant, le nombre d’écrivains publics varie selon les guerres et les évènements politiques qui pèsent directement sur les activités économiques. En 1280, soixante écrivains publics sont recensés à Paris[3].

En France, avec le développement de la profession au XIVe siècle, parmi les écrivains publics les plus renommés, Nicolas Flamel (1330?-1418) avait installé son cabinet près de l'église Saint-Jacques-de-la-Boucherie à Paris.

À la Renaissance, certains écrivains publics du XVIe siècle ont une bonne situation. Surtout ceux qui ont su développer des qualités rédactionnelles et une maîtrise de la langue. Certains se spécialisent et étendent leur domaine de compétences aux actes juridiques en plus des textes administratifs et commerciaux. À l’inverse, d’autres moins habiles connaissent des difficultés pour vivre (cf. caricatures de Daumier 1808-1879).

Le XVIIe siècle est une période prospère pendant laquelle l’écrivain public rencontre une clientèle souvent aisée qui lui demande la rédaction de biographies familiales. Pour les moins fortunés et dans les petites communes où il n’y en a pas, les hommes d’église font souvent office de rédacteurs. Son importance grandit à cause du niveau élevé d'illettrisme en France comparé aux pays protestants, dans lesquels l'Église luthérienne obligeait les personnes laïques à apprendre à lire afin de savoir lire et comprendre la Bible.

Mais la Révolution et la période de trouble social qui l’accompagne vont marquer un coup d’arrêt presque fatal à la profession avec la disparition de nombreux cabinets d’écrivains publics. Ensuite, les instituteurs remplacent bien souvent les ecclésiastiques pour remplir le rôle de rédacteur dans les communes les plus modestes.

Au XIXe siècle, l’organisation de l’administration napoléonienne redonne à la profession un coup de fouet salutaire en provoquant à nouveau une demande de la part des citoyens de toutes les classes sociales, aussi bien de l’artisan que du sous-officier militaire.

La profession aurait pu à nouveau disparaître faute de nécessité quand l’école obligatoire a diminué le nombre d’illettrés avec le développement, en 1882, de l’instruction gratuite et laïque pour tous les enfants de 7 à 12 ans par Jules Ferry. En effet, à partir du XXe siècle, la population est de plus en plus instruite et elle n’a plus besoin d’intermédiaire pour lire et écrire les textes les plus simples de la vie courante. L’appel à un spécialiste ne se fait plus que pour la rédaction de lettres officielles ou d’importance contractuelle.

Malgré un endormissement de cette profession, l'année 1980 voit la naissance de l’association Académie des écrivains publics de France (AEPF).

En février 2002, 26 fondateurs créent le GRoupement des Écrivains Conseils® (GREC) qui regroupe aujourd'hui le plus grands nombre de professionnels avec 130 membres (juin 2012)[4]. L'AEPF et le GREC contribuent, comme d'autres organismes, à la mise à jour régulière de la fiche APCE de cette profession d'« écrivain public — conseil en écriture »[5].

Depuis novembre 2009, la Fnep - Fédération nationale des écrivains publics, assure la promotion du caractère social de la fonction[6]. La Fnep assure la promotion de l'écriture « sociale », et rejoint la réflexion entamée depuis de nombreuses années par les pouvoirs publics en faveur de la simplification administrative.

CIl existe 10 collèges de la Fnep, initiative lancée en 2012 et déployée autour de 10 grands axes identifiés comme piliers de la vie sociale et locale (éducation, parentalité, Francophonie, langue française, Droits, Citoyenneté, cadre de vie, cohésion sociale, Soutien et accompagnement social, Jeunesse, Seniors, Aires culturelles, Emploi, initiative, projet de vie, Femmes).

L'activité par pays[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Écrivain public à Chambéry

Les diplômes nationaux universitaires qui existent sont :

  • La Licence professionnelle : Conseil en écriture professionnelle & privée, Écrivain public [7]. La terminologie de conseil en écriture a été adoptée par l’université à côté de la désignation historique du métier, pour mieux traduire le récent élargissement de ses champs d’intervention. Créée initialement en 2001 sous le titre « Écrivain public, assistant en démarches administratives et en écritures privées », la licence professionnelle est dispensée par la Sorbonne-Nouvelle — Paris 3. C'est le seul diplôme d'État préparant au métier. Elle consiste en 400 heures de cours (rhétorique, techniques de l'écriture, linguistique, expression professionnelle, psychosociolologie, sociologie de l’écriture, informatique...) et 400 heures de stage pratique.
  • Le Diplôme universitaire d’écrivain public/auteur-conseil est dispensé par l’Université de Toulon [8].

Les écrivains publics en France sont souvent issus de reconversions professionnelles (étude du GREC[9]) et peuvent aussi utiliser, avant d’exercer, les solutions de formations courtes proposées autant par des centres de formation privés que publics ou à distance. Exemples : Le Centre de Formation Françoise Peters (CFFP), le Centre National privé de Formation à distance (CNFDI)[10], le Centre National d’Enseignement à Distance (CNED)[11] ou Lilacom [12]

L’académie des écrivains publics de France (AEPF), association ayant comme objectif principal de promouvoir la profession d'écrivain public, propose une procédure d’agrément qui permet de vérifier que le postulant dispose bien des capacités nécessaires pour être un spécialiste du rédactionnel[13].

En 2006, plus de 400 professionnels étaient inscrits en France sous la dénomination « écrivains publics et conseils en formalités administratives »[5].

En novembre 2007, des acteurs de la profession ont souhaité se fédérer en créant le Syndicat national des prestataires et conseils en écriture (SNPCE)[14]. Cette entité se situe dans une démarche de reconnaissance, de défense et de promotion de la profession de services et conseils en écriture.

En juin 2013, on trouve près de 1 000 écrivains publics privés référencés dans les Pages Jaunes, en France.

En Belgique francophone[modifier | modifier le code]

L'Espace écrivain public[modifier | modifier le code]

L'Espace écrivain public est créé en 1999 à l'initiative du mouvement d'Éducation permanente PAC[15]. Ses objectifs sont de former des écrivains publics, et d'installer des permanences offrant un accompagnement gratuit à des personnes qui éprouvent des difficultés face à la lecture et à l'écriture.

Très vite, les premières permanences s'ouvrent dans des associations et des institutions publiques partenaires. Si, dans un premier temps, le projet est né et s'est développé à Liège, par la suite celui-ci s'étend peu à peu dans toute la Belgique francophone (Wallonie et Bruxelles).

Depuis 2007, le projet se déploie à l'échelle du mouvement PAC. Le nombre d'activités sur le terrain a augmenté. La fonction évolue, investissant de plus en plus le champ socioculturel avec des projets tant individuels que collectifs[16]:

C’est pour lutter contre toutes formes d’inégalités que Présence et action culturelles a créé un dispositif de formation, et développe un réseau de permanences à travers la Fédération Wallonie-Bruxelles. En effet, la maîtrise de l’écrit est intimement liée aux conditions d’existence de chacun et chacune.

Scolarité, milieu socioculturel, origine, histoire personnelle : nous ne sommes pas tous égaux face à l’écriture.

La fonction principale d'un écrivain public est de permettre aux personnes d'exprimer, avec leurs propres mots, leurs requêtes, émotions ou envies. Cela concerne aussi bien les groupes que les individus.

L’écrivain public s'engage à respecter une charte déontologique[17] qui prône les valeurs fondamentales de l’Éducation permanente et garantit la confidentialité. Ses services sont entièrement gratuits.

Les écrivains publics bénéficient d'une formation continue. Celle-ci leur permet de diversifier leurs approches des publics, d'affiner l'écoute active, de se tenir au courant des évolutions de la législation, d'échanger pratiques et expériences, etc. Cette section, relative à la Belgique francophone, est le fruit d'une rédaction collective des écrivains publics en formation continue.

Les formations dispensées par PAC sont en cours de reconnaissance par les pouvoirs publics. Un label de qualité devrait leur être octroyé.

L’écrivain public dans d'autres médias[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Au théâtre[modifier | modifier le code]

Résumé : Rencontre entre deux hommes perdus. Après avoir fui son pays en guerre, un jeune homme nommé Lanskov a besoin des services d'un écrivain public, M. Martin Rouvesquen, pour envoyer une lettre à son épouse restée au pays. L’écrivain public, désabusé et grisonnant, laisse entrer dans son repaire le jeune exilé. Peu à peu, à son contact, il ouvrira des yeux neufs sur le monde. Fasciné par l’énergie et l’idéalisme du jeune homme, l’écrivain renaît et trouve le fils qu’il n’a jamais eu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définition dérivée du mot « écrivain » dans Le Nouveau Petit Robert de la langue française 2009, éd. Dictionnaires Le Robert, Paris, 2008 (ISBN 978-2-84902-386-0), p. 818
  2. Voir la définition du mot « écrivain » dans le Dictionnaire historique de la langue française, t. 1 : A-E, éd. Dictionnaires Le Robert, Paris, 1998 (réimpr. 2006), 2e éd. (1re éd. 1992) (ISBN 2-84902-248-9) (tome 1) et (ISBN 2-84902-236-5), p. 1183
  3. Les Écrivains publics, p. 60, Huguette Spitz - Jean Mellot, Christine Bonneton éditeur, 1985. ISBN 2-86253-054-9
  4. Observatoire de la profession du GREC
  5. a et b Fiche professionnelle de l'Agence pour la création d'entreprise
  6. Site internet de la fédération - présentation de l'organisme
  7. Licence professionnelle Conseil en écriture professionnelle & privée Écrivain public (bac+3).
  8. http://formation.univ-tln.fr/DU-Ecrivain-Public-Auteur-Conseil.html
  9. http://www.ecrivainsconseils.net/
  10. http://www.cnfdi.com/formation-distance-ecrivain-public-f-42.html
  11. http://www.cned.fr/SearchResults.aspx?query=ecrivain_public
  12. http://www.lilacom.fr/formation.html
  13. http://ecrivains-publics.fr/spip.php?page=sommaire
  14. http://www.snpce.fr/
  15. Présence et action culturelles
  16. reportage Radio télévision communautaire liégeoise sur le projet des Mots à la bouche
  17. charte en pdf
  18. http://www.taharbenjelloun.org/biblio.php?menuimg=2
  19. http://www.lalibrairie.com/lalibrairie/Livres/l-ombre-du-diable/9782226109002/?id=321521230732877&donnee_appel=LALIB
  20. http://www.pac-g.be/docs/cahiers-pdf/cahier_27.pdf
  21. http://www.plateforme-theatre.com/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]