Écriture du polonais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le polonais s'écrit de manière très phonétique : écriture et prononciation des mots se devinent généralement l'une de l'autre.

Lettres[modifier | modifier le code]

Alphabet[modifier | modifier le code]

L’alphabet polonais. Les lettres q, v et x sont utilisées pour les noms étrangers.

L'alphabet polonais comporte 32 lettres et 7 digrammes :

Majuscule A Ą B C Ć D E Ę F G H I J K L Ł M N Ń O Ó P R S Ś T U W Y Z Ź Ż (Ƶ)[1]
Minuscule a ą b c ć d e ę f g h i j k l ł m n ń o ó p r s ś t u w y z ź ż (ƶ)[1]
  1. a et b le z barré se retrouve fréquemment en variante du z pointé.

Digraphes[modifier | modifier le code]

Le polonais possède les digraphes suivants :

Majuscule Ch Cz Dz Rz Sz
Minuscule ch cz dz rz sz

Dans quelques cas, les deux lettres se prononcent séparément. Ainsi, on prononcera odznaka [od.zna.ka] (od- est ici préfixe), ou zmierzły [zmjɛr.zwɨ].

Lettres homophones[modifier | modifier le code]

u et ó[modifier | modifier le code]

Les lettres u et ó notent le même son [u]. Néanmoins, généralement :

  • ó s'écrit dans les cas d'alternance [o]/[u] : noga/nóg (jambe/de jambe), zawód/zawody (métier/métiers).
  • ó note un ancien o prononcé : chór (russe хор, français chœur, chorale).
  • ó s'utilise dans les terminaisons -ów, -ówna, ówka

L'étymologie et la comparaison avec d'autres langues slaves (russe, biélorusse, ukrainien) suffit généralement, les exceptions étant peu nombreuses. Notons néanmoins ogórek (russe огурец), długi (russe долгий), rum (russe ром), sum (russe сом),…

ż et rz[modifier | modifier le code]

Le son [ʒ] se note en polonais par ż et rz.

  • ż s'écrit dans les cas d'alternance avec g, dz, z, s, ź, h. Par exemple : grożę/groza, drużyna/druh, mrożenie/ mróz.
  • ż s'emploie dans les finales en -aż, -eż : bandaż, odzież.
  • ż et że sont deux particules fréquentes, utilisées en suffixes : czyż (czy-ż), stańże (stań-że).
  • ż s'emploie dans les mots étrangers, après n : rewanż, oranżada
  • rz peut provenir d'un ancien r : morze (mer), Rzym (Rome)
  • rz s'utilise dans les suffixes -mierz, -mistrz : Kazimierz, zegarmistrz.

ch et h[modifier | modifier le code]

En polonais standard, ch et h notent le même son [x] (h note [h] dans l'accent du sud).

  • ch illustre l'alternance avec sz [ʃ] : duch/dusza
  • ch se retrouve à la fin des mots : mech, gmach (sauf : Bah, druh)
  • ch s'emploie après s : pascha, schemat
  • ch est repris dans les emprunts : charakter, chemia
  • h note l'alternance avec g, z, ż, dz : druh/drużyna, wataha/watadze
  • h est facultatif dans certains mots : harfa/arfa, Hanna/Anna
  • h s'explique par l'emprunt au grec ou aux langues d'Europe occidentale : hipoteka, historia, alkohol.

j et i[modifier | modifier le code]

La semi-consonne [j] peut se noter i ou j.

On écrira j :

  • en début de mot : jutro (demain), język (langue)
  • après une voyelle : moja (ma), nadzieja (espoir)
  • après c, z, s, où i mouillerait la consonne : Rosja, poezja
  • après les préfixes nad-, ob-, od-, pod-, przed-, w-, zd- : wjazd (entrée), objętość (volume).

On trouvera i dans les autres cas.

gie et ge (obsolète)[modifier | modifier le code]

Le g de ge peut être mouillé et se prononcer gie, dans certains mots empruntés : generał [gʲeneraw], algebra [algʲebra]. Néanmoins cette prononciation n'est pas toujours suivie.

ły et li[modifier | modifier le code]

Le ł est toujours dur en polonais. On aura donc toujours ły, jamais *łi. De même, on verra li et non *łi.

Mots étrangers[modifier | modifier le code]

Les mots d'origine étrangère peuvent être orthographiés selon les règles polonaises. On trouvera par exemple requiem et rekwiem, vademecum et wademecum, etc.

Parfois l'adaptation est complète, parfois l'orthographe initiale est conservée : à côté de démarche et jazz (parfois même écrit dżez), on trouvera makijaż et lider. On verra même quelques cas déroutants, comme Jan Jakub Rousseau.

Alternance et mouillure[modifier | modifier le code]

Le polonais a hérité du vieux slave des règles d'alternances très complètes. À l'inverse des autres langues slaves, il n'a pas deux mais trois niveaux de mouillure.

Trois niveaux de mouillure[modifier | modifier le code]

Le polonais possède trois niveaux de mouillures. De manière extrêmement schématique, ces niveaux peuvent se résumer dans le tableau.

Mouillures du polonais
consonnes dures b p w f m n ł s t d z r
consonnes interm. sz c cz dz ż rz
consonnes molles b´ p´ w´ f´ m´ ń l ś ć ź

Ce tableau est néanmoins à valider.

Dans le tableau, l'accent aigu (´) indique qu'un i s'intercale entre la consonne et une voyelle (mais la mouillure ne se note pas si la consonne n'est pas suivie d'une voyelle) : ziemia / ziem (terre / des terres). Rappelons que l'accent aigu sur une consonne se change également en i intercalaire quand suivi d'une voyelle, et disparaît devant un i : dzień / dnia / dni (jour / du jour / les jours).

Un i ne peut suivre une consonne dure, et un y ne peut suivre une consonne molle.

Enfin, g et k ne peuvent être suivis d'un y.

Mouillure des consonnes[modifier | modifier le code]

Devant une mouillure, les consonnes s, z, d, t, r, alternent avec ś, ź, dź, ć, rz (devant une voyelle, l'accent aigu est remplacé par un -i). Par exemple, le locatif exigeant la mouillure, on aura : teatr/ w teatrze (théâtre/ au théâtre), kino/w kinie (cinéma/ au cinéma). L'alternance peut même toucher les groupes de lettres sł/śl (masło/maśle), sm/śm´ (pismo/piśmie), voire les voyelles a/e (las/ w lesie, ciało/ na ciele).

Alternances[modifier | modifier le code]