Écriture phags-pa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Écriture ’phags-pa)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Phagspa.
Écriture ’phags-pa
Image illustrative de l'article Écriture phags-pa
Caractéristiques
Type Alphasyllabaire
Langue(s) langue mongole, langue tibétaine, sanskrit
Historique
Époque années 1270 aux années 1360
Système(s) parent(s) écriture indienne (devanâgarî, Brahmi et Gupta)

 écriture tibétaine
  Écriture ’phags-pa

Système(s) dérivé(s) Hangul (supposé)
Codage
Unicode U+A840 to U+A877
ISO 15924 Phag

L’écriture phags-pa (ou phags-pa ou phagspa, désignée parfois aussi comme l’écriture carrée) fut un alphasyllabaire créé par le lama tibétain du monastère de Sakya Drogön Chögyal Phagpa, gouverneur religieux et temporel du Tibet mis en place par l’empereur Kubilai Khan[1] au cours de la dynastie Yuan en Chine. Elle fait partie des écritures mongoles et elle a la particularité d'avoir été utilisée comme écriture unifiée pour toutes les langues mongoles de l’Empire chinois de cette dynastie et permis par sa forme carrée de pouvoir être adaptée aux côtés des caractères han, également carrés, notamment pour l'impression des billets de banques[2]. Elle tomba en désuétude quand la dynastie Yuan fut renversé par la dynastie Ming. L’importante documentation à propos de son utilisation donne aux linguistes modernes de nombreux renseignements quant aux changements intervenus depuis dans les langues chinoises et d’autres langues asiatiques de cette période.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mot « Wiki » en caractères phags-pas
Comparaison entre l’écriture phags-pa et l’alphabet hangeul.
Billet de banque de la dynastie Yuan, et sa matrice, mêlant 'phags-pa et hanzi

L’alphabet mongol, basé sur l’alphabet ouïghour, convient imparfaitement à la langue mongole, et pouvait dès lors être difficilement extensible à d’autres langues à la phonologie différente telles les langues chinoises. Dès lors, au cours de la dynastie Yuan (vers 1269), Kubilai Khan demanda à Phagpa de composer un nouvel alphabet pour l’ensemble de son empire. Phagpa le dériva de son écriture natale, l’écriture tibétaine (une écriture brahmique et Gupta), pour être étendu au chinois et au mongol. Les 38 lettres créées ont été connues sous divers noms, tels « l’écriture carrée », en raison de leur forme, mais elles sont surtout connues de nos jours sous le nom d'alphabet « phags-pa ».

Malgré ses origines, l’écriture était écrite verticalement (du haut vers le bas) comme les écritures mongoles précédentes. Cet alphabet ne fut pas largement accepté et tomba en désuétude avec la fin de la dynastie Yuan en 1368. Il fut cependant utilisé comme un alphabet phonétique pour les Mongols apprenant la langue chinoise. Certains scientifiques, parmi lesquel l'historien américain spécialisé sur l'histoire de la Corée, Gari Ledyard (en) pensent que cet alphasyllabaire a été l’une des sources de l’alphabet hangeul.

Unicode[modifier | modifier le code]

Dans la perspective d’un encodage et d’une utilisation électronique, la norme Unicode à partir de la version 5.0[3] a attribué les codes U+A840 à U+A877 aux 56 caractères phags-pa.

PDF : fr en
 v · d · m 
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
A
B
C
D
E
F
A84
A85
A86
A87
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tibet — 3. La théocratie tibétaine (xie siècle-1950) », Larousse (consulté le 22 novembre 2014)
  2. Voir image d'un billet de banque de la dynastie Yuan et sa matrice.
  3. Unicode 5.0

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]