Économie de l'Union européenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Union européenne
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie de l'Union européenne
L’A380, une réalisation européenne. Airbus dépasse Boeing en nombre de livraisons depuis 2003.

Monnaie
Année fiscale calendaire
Organisations internationales BEI, BERD? G20, ONU, OCDE
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 16 361 milliards de dollars (2011)1
Produit intérieur brut en PPA 14 769 milliards de dollars (2011)1
Rang pour le PIB en PPA 1er en volume2
34e par tête2
Croissance du PIB -0,4 % (2013)2
PIB par habitant en PPA 34 000 dollars (2013)1
PIB par secteur agriculture : 1,8 % (2011)2
industrie : 24,9 % (2011)2
services : 73,2 % (2011)2
Inflation (IPC) 1,223 % (2011)1
Pop. sous le seuil de pauvreté 16,4 % (2010)3
Indice de développement humain (IDH) -
Population active 228,3 millions (est. 2011)2
Population active par secteur agriculture : 4,7 % (2010)2
industrie : 28,7 % (2010)2
services : 66,6 % (2010)2
Taux de chômage 11,9% (2014)2
Principales industries aéronautique, pharmacie, automobile, agroalimentaire, services aux entreprises, services financiers , etc.
Commerce extérieur
Exportations 1 553,9 milliards de d'euro (2011)4
Biens exportés machines-outils, véhicules, aéronautique, produits plastiques, produits pharmaceutiques, agroalimentaire , etc.
Principaux clients États-Unis (16,78 %), Chine (10,75 %), Suisse (8,96 %) (2011)4
Importations 1 713,5 milliards de d'euro (2011)4
Biens importés véhicules, produits plastiques, énergie, textiles, métaux, agroalimentaire, vêtements , etc.
Principaux fournisseurs Chine (17,69 %), États-Unis (11,12 %), Russie (11,66 %) (2011)4
Finances publiques
Dette publique 80,2 % du PIB (2010)5
Dette extérieure 16 080 milliards de dollars (2011)2
Recettes publiques 45,2 % du PIB (2010)5
Dépenses publiques 49,3 % du PIB (2010)5
Déficit public 6,6 % du PIB (2010)5
Aide au développement
Sources :
1. « Données sur l'Union européenne provenant du [[Statistiques mondiales]] » (consulté le 09 décembre 2013)

2. « Taux de chômage harmonisé par sexe » (consulté le 9 décembre 2013)
3. « La pauvreté en Europe, article de l'[[observatoire des inégalités]] » (consulté le 18 décembre 2012)
4. « Commerce extérieur de l'UE, données de l'[[Institut national de la statistique et des études économiques|INSEE]] » (consulté le 18 décembre 2012)

5. « Dette et déficit publics des États de l'Union européenne » (consulté le 18 décembre 2012)

L’Union européenne est la première zone économique mondiale avec un produit intérieur brut (PIB) de 17 320 milliards de dollars, en parité de taux de change nominal, soit 23,12 % du PIB mondial en 2013. En utilisant la méthode de parité de pouvoir d’achat (PPA), le PIB est supérieur à celui des États-Unis mais pour une population bien plus importante (506 millions d’habitants au 1er janvier 2014).

Le PIB par habitant en PPA s’élève à 29 660 dollars dans l’Union européenne, contre 48 665 aux États-Unis en 2011[1]. Toutefois, cette comparaison a des limites. En effet l'Union Européenne n'est pas, à la différence des États-Unis, un État-nation. Si les dirigeants européens affichent une volonté d'intégration politique plus approfondie au sein de l'Union européenne, celle-ci est aujourd'hui un marché unique avec des économies et des traditions de politiques économiques assez différentes voire divergentes, comme l'illustre la récente crise de la zone euro.

L'Union européenne dans le monde[modifier | modifier le code]

La première zone économique mondiale[modifier | modifier le code]

Part dans le PIB mondial[modifier | modifier le code]

L’Union européenne est la première puissance économique mondiale en 2013 avec 23,12 % du PIB mondial (GDP 2013, World Bank). Elle est ainsi la première puissance agricole (1er importateur mondial et 1er exportateur) avec les États-Unis, la première puissance tertiaire mondiale et la première puissance industrielle du monde.

La part de l’UE dans le produit intérieur brut mondial tend à diminuer, comme celle des États-Unis et du Japon, du fait de la forte croissance de certains pays émergents (les BRIC entre autres). Néanmoins, les trois piliers de la Triade (UE, ÉUA, Japon) représentaient 52,1 % du PIB mondial en 2013.

Part de l'UE dans le PIB mondial
Pays  % PIB mondial
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 30,35 29,88 30,65 30,19 28,19 25,85 25,08 23,21 23,12
Drapeau des États-Unis États-Unis 29,06 28,16 27,19 23,71 24,28 23,13 21,57 21,89 22,43
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 5,02 5,46 5,87 7,1 8,57 9,32 10,43 11,48 12,33
Drapeau du Japon Japon 9,15 8,01 7,03 8,1 8,72 8,72 8,39 8,32 6,54
Drapeau du Brésil Brésil 1,94 2,21 2,40 2,66 2,70 3,31 3,54 3,14 2,99
Drapeau de l'Inde Inde 1,73 1,78 1,99 1,98 2,25 2,74 2,64 2,57 2,79
Drapeau de la Russie Russie 1,72 2,04 2,36 2,65 2,12 2,35 2,66 2,81 2,50

Sources :

Un des cœurs des FMN[modifier | modifier le code]

L'Union européenne est également le siège des plus grandes firmes multinationales (FMN) du monde. Ses firmes couvrent l'intégralité du spectre économique (industrie, agro-alimentaire, services).

Le classement annuel du Fortune Global 500 démontre la pertinence de la puissance des piliers de la Triade (67 % des 500 premières entreprises mondiales) notamment de l'Europe et des États-Unis (plus de la moitié). La première entreprise mondiale est américaine: Wal-Mart. Royal Dutch Shell est n°2 et était n°1 depuis 2011.

Répartition des 500 FMN par CA en $ (source: Fortune Global 500)
Pays  % FMN par CA §
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 32,6 33,6 32,6 31,2 29,4 25,2 25,8 30,0
Drapeau des États-Unis États-Unis 32,4 30,6 28,0 27,8 26,6 26,4 26,4 25,6
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 4,8 5,8 7,4 9,2 12,2 14,6 17,6 19,0
Drapeau du Japon Japon 13,4 12,8 13,6 14,2 13,6 13,6 12,4 11,4
Drapeau de l'Inde Inde 1,2 1,4 1,4 1,6 1,6 1,6 1,6 1,4
Drapeau du Brésil Brésil 1,0 1,0 1,2 1,4 1,4 1,6 1,6 1,6
Drapeau de la Russie Russie 0,8 1,0 1,6 1,2 1,4 1,4 1,4 1,6
Monde 13,8 13,8 14,2 13,4 13,8 13,0 13,2 8,4

La première puissance commerciale mondiale[modifier | modifier le code]

L’Union européenne est la première puissance marchande du monde[2], plus des deux-tiers de ses échanges ont lieu entre les vingt-huit états membres.

Lors des négociations de l'OMC, l’UE parle d'une seule voix en la personne du Commissaire au Commerce de la Commission européenne, actuellement le belge Karel De Gucht.

Elle est au cœur des échanges mondiaux en étant:

  • le premier partenaire commercial des États-Unis,
  • le premier partenaire commercial de la Chine,
  • le premier partenaire commercial de l’Inde,
  • le premier partenaire commercial de la Russie,
  • le premier partenaire commercial des pays composant le Mercosur,
  • le premier partenaire commercial de la Corée du Sud
  • le premier partenaire commercial des pays composant l'OPEP


Part de l’UE dans les exportations mondiales
(source : Commission européenne)
Pays  % Exportations mondiales
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2012
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 17,10 16,20 16,50 15,80 16,25 14,60 14,67
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 9,70 10,50 11,10 12,00 13,14 14,00 13.87
Drapeau des États-Unis États-Unis 11,40 11,20 11,60 10,50 11,04 11,30 10.47
Drapeau du Japon Japon 7,10 6,70 6,40 6,10 5,79 6,50 5.41
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud - - - - - 4,10 3.71
Drapeau du Canada Canada 4,60 4,30 4,00 3,80 3,49 3,50 3.08
 
Part de l’UE dans les importations mondiales
(source : Commission européenne)
Pays  % Importations mondiales
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2012
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 17,80 18,00 18,20 18,30 17,28 16,80 15.39
Drapeau des États-Unis États-Unis 20,70 19,90 18,50 16,90 16,26 16,40 15.61
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 7,20 7,50 8,00 8,50 9,83 11,10 12.15
Drapeau du Japon Japon 6,10 5,90 5,50 5,90 5,51 5,80 5.92
Drapeau du Canada Canada 4,20 4,00 3,90 3,50 3,61 3,70 3.17
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud - - - - - 3,60 3.47

Les exportations de l'Union Européenne restant inférieures à ses importations, sa balance commerciale reste déficitaire.

Les principaux partenaires commerciaux de l’Union européenne[modifier | modifier le code]

Si les échanges euro-américains restent tenus, l’année 2012 est marquée par :

  • la confirmation de la Chine comme premier fournisseur de l'UE; place acquise en 2006 au détriment des États-Unis.
  • l 'arrivée de la Russie comme 2e fournisseur de l'UE au détriment des États-Unis, place acquise en 2011.
  • la montée en puissance de la Turquie dont le commerce se polarise de plus en plus autour de l’UE.


Les principaux pays
clients de l’UE

hors flux intra-UE
(source : Commission européenne)
Pays  % exportations
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Drapeau des États-Unis États-Unis 23,7 23,2 21,1 19,1 18,7 18,0 17,0 17,5 16,6
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 4,9 5,5 5,8 6,0 7,5 8,4 8,9 8,5 8,5
Drapeau de la Suisse Suisse 7,7 7,6 7,5 7,5 8,1 7,8 7,9 7,9 9,8
Drapeau de la Russie Russie 5,3 6,2 7,2 8,0 6,0 6,4 7,1 7,3 6,9
Drapeau de la Turquie Turquie 3,9 4,3 4,2 4,1 4,0 4,5 4,7 4,5 4,5
Drapeau du Japon Japon 4,1 3,9 3,5 3,2 3,3 3,2 3,2 3,6 3,1
 
Les principaux pays
fournisseurs de l’UE

hors flux intra-UE
(source : Commission européenne)
Pays  % importations
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 13,5 14,4 16,2 15,8 17,8 18,9 17,3 16,2 16,6
Drapeau des États-Unis États-Unis 13,4 13,0 12,6 11,9 13,2 11,3 10,9 11,9 11,6
Drapeau de la Russie Russie 9,1 10,4 10,1 11,4 9,7 10,4 11,8 11,5 12,3
Drapeau de la Suisse Suisse 5,0 5,3 5,4 5,1 6,1 5,6 5,4 5,8 5,6
Drapeau de la Norvège Norvège 5,7 5,9 5,3 6,1 5,7 5,3 5,5 5,6 5,3
Drapeau du Japon Japon 6,2 5,7 5,5 4,8 4,7 4,3 4,0 3,3 3,4

Le lieu privilégié des investissements mondiaux[modifier | modifier le code]

Preuve de son dynamisme, l'Union européenne :

  • en 2007, a représenté 40 % du montant total des fusions et acquisitions dans le monde soit 1 780 milliards de dollars(US 36 %). En 1999, elle a été le lieu de la plus grande OPA de l'Histoire entre le britannique Vodafone (acheteur) et l'allemand Mannesmann (cible) pour 173 milliards de dollars soit 163 milliards d'euros.
  • depuis 2010, l'UE est le principal investisseur mondial et la première destination des flux d'investissements cumulés comme le montre le tableau ci-dessous, issu des données du World Investment Report[3].
Stocks d'IDE
stocks entrants
(source : CNUCED Wolrd Investment report)
Pays  % Stocks (inwards)
2009 2010 2011 2012
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 21.20 20.44 25.38 21.43
Drapeau des États-Unis États-Unis 16.35 16.67 16.81 17.23
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 2.58 2.89 3.41 3.66

|valign="top"|

Stocks d'IDE
stocks sortants
(source : CNUCED Wolrd Investment report)
Pays  % Stocks (outwards)
2009 2010 2011 2012
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 26.80 26.64 32.35 26.89
Drapeau des États-Unis États-Unis 21.96 22.56 20.98 22.00
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 1.25 1.50 1.98 2.16

« Annexes »

Un pôle d'excellence mondial[modifier | modifier le code]

Une stratégie: la Stratégie de Lisbonne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stratégie de Lisbonne.

Lors du Conseil européen du 22 et 23 mars 2000, l’UE s'est fixée comme objectif de devenir « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde » à l’horizon 2010.

« L’Indicateur européen de croissance et d’emploi, » conçu par les économistes du groupe d’assurance Allianz pour le laboratoire d’idées bruxellois Lisbon Council, indique que fin 2006, « l’UE-15 avait fait 90 % du chemin vers les objectifs à atteindre d’ici 2010 » contre un ratio de 73 % seulement fin 2005.

Une économie du savoir, fondée sur la RD[modifier | modifier le code]

La recherche communautaire[modifier | modifier le code]

En 2007, l’UE vient de se doter d’un Conseil européen de recherche (European Research Council, ERC) qui a été doté de 7,5 milliards d’euros et qui a pour unique objectif de sélectionner les projets très innovants[4].

En 2007 (Eurostat), l'UE a dépensé 230 G€ dans la RD (1,85 % du PIB) contre 270 G€ (2,1 % du PIB) pour les États-Unis et 118 G€ pour le Japon (2,6 %)

Entre 1996 et 2006, l’UE a publié 2 571 961 articles scientifiques (publications d’avancées scientifiques dans les journaux ou revues dont la notoriété internationale est reconnue dans les 21 disciplines majeures des sciences) soit 88 % de la quantité américaine, 3,25 fois plus que le Japon et 6 fois plus que la Chine.

En ce qui concerne les publications de haute qualité (publications les plus citées dans la communauté scientifique mondiale), l’UE a publié, sur la même période, 29 309 articles soit 54 % du résultat américain, 5 fois plus que le Japon et 13 fois plus que la Chine[5].

Des universités prestigieuses[modifier | modifier le code]

D'après le classement annuel de l'université de Shanghai, publié à chaque 15 août, l'Union occupe le premier rang mondial pour les universités les plus réputées sur les 500 premières universités classées et le second rang sur les 100 premières (20 universités) (recherche, publication, médaille Fields, prix Nobel…). Parmi les pays du BRIC, seule la Chine compte plus de 40 universités parmi les 500 étudiées. La triade représente 70 % des 500 universités classées.

Répartition des 100 premières universités mondiales
Pays  %
2007 2008 2009 2010 2012 2013
Drapeau des États-Unis États-Unis 54 56 55 54 53 52
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 33 29 28 28 29 27
Drapeau du Canada Canada 4 4 4 4 4 4
Drapeau de l'Australie Australie 2 3 3 3 5 4
Drapeau de la Suisse Suisse 0 3 3 3 4 4
Drapeau du Japon Japon 6 4 5 5 4 3
Drapeau d’Israël Israël 1 1 1 1 3 3
Drapeau de la Russie Russie 1 1 1 1


Répartition des 500 premières universités mondiales
Pays  %
2010 2012 2013
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 38,20 37,40 36.40
Drapeau des États-Unis États-Unis 30,80 29,80 29.80
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 6,80 5,40 8.40
Drapeau du Canada Canada 4.40 4.60 4.60
Drapeau du Japon Japon 5,00 4,20 4.00
Drapeau de l'Australie Australie 3,40 3,80 3.80
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 2,00 2,00 2.20
Drapeau d’Israël Israël 1,40 1,4 1.40
Drapeau du Brésil Brésil 1.20
Drapeau de la Russie Russie 0.80
Drapeau de l'Inde Inde 0.40

L'économie de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Les marchés du travail[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chômage dans l'Union européenne.

En Europe, il n'y a pas un marché du travail mais des marchés du travail avec leurs propres règles. Par ailleurs, les salariés notamment pour des problèmes de langue sont peu mobiles à l'intérieur de l'union européenne. En septembre 2013, le taux de chômage s'établit à 12,0 % de la population active (12,0 % dans la zone euro) (Eurostat).

Il varie fortement entre les différents États membres et entre les régions européennes. La mobilité des travailleurs est faible entre États membres, au contraire de la mobilité entre les États fédérés des États-Unis, ce qui rend la convergence des taux de chômage plus difficile.

Une même monnaie et des réserves d'or[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Euro.

L'euro[modifier | modifier le code]

La devise officielle de l'UE est l’euro. La monnaie unique est utilisée par 18 États depuis le 1er janvier 2014. Elle est entrée en circulation en 1999 et elle est devenue une monnaie fiduciaire en 2002. Tous les autres pays membres, à l’exception du Danemark et du Royaume-Uni qui ont obtenu des régimes spéciaux et de la Suède (refus par référendum en 2003), se sont engagés à adopter l’euro si et seulement s’ils respectent les critères de Maastricht (ou Pacte de stabilité et de croissance)

En 2011, l’euro est :

  • la première monnaie pour les émissions d’obligations
  • la première monnaie pour le nombre de billets en circulations
  • la deuxième monnaie de réserve au monde avec 26,6 % du stock des banques centrales (source BCE)
  • la deuxième monnaie d'échange avec 39,3 % des échanges internationaux libellés en euros (source BCE)

Les réserves d'or[modifier | modifier le code]

La mise en place du Système européen des Banques centrales, a fait des banques centrales des pays de l'Eurozone, les détentrices des plus grandes réserves jamais constituées de stock d'or au monde. Mais il convient de souligner qu'au stade actuel de l'intégration européenne, l'Eurozone en elle-même n'a pas d'or et que ces réserves appartiennent à chacun des États

Répartition des stocks d'or par banques centrales des pays
(source : World Gold Council)
Banque centrale  % Stock d'or mondial en tonnes
2007 2008 2009 2010 2011 2012
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 42 41 39,63 38,97 38,98 38,12
Drapeau des États-Unis États-Unis 27 27 26,94 26,51 26,51 25,94
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 2 2 3,49 3,43 3,43 3,36
Drapeau de la Suisse Suisse 4 4 3,44 3,39 3,39 3,32
Drapeau de la Russie Russie - - - - 2,70 2,93
Drapeau du Japon Japon 3 3 2,53 2,49 2,49 2,44

Ce classement ne prend pas en compte le stock d'or du FMI (2 814 tonnes). Par ailleurs, l'onglet Union européenne regroupe les stocks d'or de réserve de la BCE (502 tonnes), des Banques centrales de l'Euro-zone et de la Suisse.

Secteurs économiques[modifier | modifier le code]

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Politique agricole commune.

L’Union européenne est le premier importateur et le premier exportateur de produits agricoles (notamment ceux issus des industries agro-alimentaires) avec 138 G€ d'échanges en 2008 (source Eurostat).

Fortement protégé, le secteur agricole est soutenu par les subventions accordées par l’Union européenne au travers de la politique agricole commune (PAC). Ces aides, qui représentent 40 % du budget de l’UE, sont vivement critiquées tant par certains États membres comme le Royaume-Uni, que par les principaux pays partenaires commerciaux de l’UE (États-Unis, qui ont aussi leur propre système d’incitation notamment de nature fiscale) mais aussi par les grands pays agricoles (Australie, Brésil…). Le cycle de Doha (OMC) a échoué notamment à cause des réticences européennes et américaines à réformer leur mécanisme de subventions agricoles.

L’agriculture utilise en général des méthodes intensives de production, excédentaire dans certains domaines, et l’Europe est largement autosuffisante pour l’agriculture vivrière ; toutefois, l’Union importe de nombreux produits exotiques, et commence à utiliser une partie de sa production agricole pour la production d’énergie. La majeure partie de la production agricole sert toutefois à l’élevage, consommateur de quantités très importantes de céréales souvent importées, et également très gros consommateur en eau et en énergie et source de pollution dans l’atmosphère (CO2) et dans les eaux de surfaces (nitrates, pesticides).

La forêt européenne est très importante, et la plupart du temps gérée par l’homme et réglementée. Longtemps déficitaire et négligée, la sylviculture connaît un renouveau d’intérêt et est encouragée : le bois des forêts de culture européennes constitue une énergie propre et renouvelable et peut être utilisé aussi dans la construction et l’industrie, et son implantation fixe les sols, limite la pollution (fixation du CO2) et régule les eaux de surface et le climat. Les importations de bois exotique sont aujourd’hui sévèrement réglementées par l’UE afin de lutter contre la désertification des grandes forêts naturelles du monde.

Pêche[modifier | modifier le code]

Le secteur lié à la pêche génère 3 à 5 % du PIB de l’UE en 2006. Chaque année, 3,5 milliards de tonnes de marchandises et 350 millions de passagers transitent par les 1 200 ports européens. L’UE possède 40 % de la flotte maritime mondiale[6] et représente environ un quart du tonnage mondial[7].

Ressources terrestres et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Richement dotée en charbon, l’UE l'est beaucoup moins en pétrole et autres métaux précieux (or…) que ses concurrents américains ou russes. La France dispose en Nouvelle-Calédonie (hors de l’Union européenne) de très grandes ressources en nickel.

Elle dispose néanmoins d’importants champs pétrolifères (pétrole Brent) en mer du Nord qui sont exploités principalement par le Royaume-Uni, et de quelques lieux de production de gaz naturel. Dans les deux cas toutefois, l’Union européenne est encore fortement dépendante des importations, notamment du pétrole brut de Russie, du Moyen-Orient et d’Iran, du gaz de Russie et d’Afrique du Nord, ainsi que d’uranium brut destiné à être traité et utilisé dans ses nombreuses centrales nucléaires.

Les ressources géothermiques sont encore trop peu exploitées, et presque insignifiantes dans le bilan énergétique total. Les ressources aquifères souterraines normalement destinées à la consommation car de qualité excellente, sont assez abondantes mais très inégalement réparties sur le territoire de l’Union. Elles sont trop encore largement utilisées par l’agriculture et souvent contaminées par elle dans les régions de production agricole intensive.

Le renouvellement de ces ressources minérales est aujourd’hui sérieusement affecté par la contamination des eaux de surface, elles aussi trop largement utilisées par l’agriculture et l’industrie, ou réservées pour la production hydroélectrique (nombreux barrages). La gestion communautaire des eaux des bassins versants est en revanche très développée et fait l’objet de surveillance de plus en plus sévère.

Toutefois, dans certaines régions, quand le détournement et le traitement d’eaux fluviales (via un réseau très important de canaux et aqueducs) ne peuvent suffire, il est nécessaire de subvenir aux besoins en eau de consommation par livraison maritime, ou par des usines de dessalement d’eau de mer, deux méthodes gourmandes en énergie.

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Il ne sera traité que des principales industries.

Puissance industrielle majeure, l'Union confirme sa domination avec des marques industrielles puissantes. Chaque année, le cabinet américain Interbrand classe les marques en fonction de leur puissance. La première européenne est Mercedes en 11e position avec une estimation de 30 milliards de dollars. La première est Coca-Cola pour 78 milliards $

Répartition des marques les plus puissantes dans le monde[8]
Pays Nombre de marques par pays dans le TOP 100
2007 2008 2009 2010 2011 2012
Drapeau des États-Unis États-Unis 52 52 51 49 52 53
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 32 32 34 35 33 29
Drapeau du Japon Japon 8 7 7 6 7 7
Drapeau de la Suisse Suisse 4 5 4 5 5 3
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 3 2 2 2 2 3
Drapeau du Canada Canada 1 2 2 2 2 2
Drapeau du Mexique Mexique 0 0 0 1 1 1
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 0 0 0 0 1 0
Automobile[modifier | modifier le code]

L’UE est le deuxième producteur mondial d’automobiles avec 16,2 millions de véhicules soit 19 % de la production mondiale (2012, OICA). L’Allemagne produit 5,6 millions de véhicules, la France 1,9, l'Espagne 2. Le premier producteur européen est Volkswagen avec près de 9,9 millions de véhicules. La Chine a dépassé en 2010 l'Union européenne pour la première fois en raison d'un marché chinois croissant et de la stagnation européenne. Toutefois, ce classement est géographique(lieux de production). Les principaux constructeurs automobiles mondiaux demeurent depuis plus de 50 ans des constructeurs européens, américains ou japonais...pas encore chinois et encore moins indiens.

Elle est le siège de quelques-uns des principaux groupes mondiaux d’automobiles (classement selon le CA, Fortune Global 500): Volkswagen (2e), Daimler (4e), Renault-Nissan (7e). De plus, les firmes européennes produisent les voitures les plus prestigieuses au monde (comme Rolls-Royce, Bentley, Ferrari…), et sont les leaders dans la technologie automobile (invention de l’ABS par l'équipementier automobile Bosch en 1973, ESP…). Cette prépondérance européenne dans le secteur automobile s’explique en partie par la naissance de l’automobile en Europe (voir Histoire de l'automobile).

L’UE représente le premier parc d’automobiles au monde avec 276 millions de véhicules en 2010 [9] contre environ 252 millions aux États-Unis et 65 millions en Chine et 20 millions pour l'Inde Si la production chinoise augmente très fortement, il n'en demeure pas moins que les principaux constructeurs mondiaux sont soit européens, soit américains soit japonais, avec en marge les constructeurs sud-coréens.

Part de l'UE dans la production mondiale de véhicules (source : OICA)
Pays  % Production mondiale
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 8,58 10,49 12,15 13,19 22,61 23,53 22,99 22,90
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 27,62 26,93 26,94 26,09 25,14 21,78 22,10 19,30
Drapeau du Japon Japon 16,23 16,56 15,86 16,45 13,01 12,40 10,48 11,82
Drapeau des États-Unis États-Unis 17,95 16,28 14,75 12,34 9,36 10,00 10,80 12,28
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 5,67 5,54 5,59 5,39 5,76 5,50 5,81 5,42
Drapeau du Brésil Brésil 3,80 3,77 4,06 4,54 5,22 4,70 4,25 3,97
Drapeau de l'Inde Inde 2,46 2,91 3,15 3,26 4,31 4,55 4,49 4,93
Drapeau de la Russie Russie 2,03 2,17 2,27 2,55 1,18 1,81 2,48 2,65
Principaux constructeurs automobiles par nationalité (source : OICA)
Nationalité des constructeurs automobiles  % Production mondiale
2009 2010 2011
Drapeau du Japon Japon 17,1 23,6 27,9
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 16,5 25,0 27,2
Drapeau des États-Unis États-Unis 12,1 19,3 21,7
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 4,6 7,4 8,9
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 4,1 10,0 11
Drapeau de l'Inde Inde 0,7 1,0 1,4
Aéronautique[modifier | modifier le code]

On distingue l’aéronautique civile et militaire.

En 2013, l’UE est un des deux principaux producteurs mondiaux d’avions civils grâce à Airbus et ses filiales dont Airbus Helicopters (ex Eurocopter). Son principal concurrent est l’américain Boeing. Cette industrie se répartit en Europe entre sites de production (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, France) et sites d’assemblage (Hambourg et Toulouse). Le donneur d’ordres Airbus fait également vivre des centaines de sous-traitants industriels.

L’Union européenne occupe la seconde place dans l’aviation militaire. EADS rivalise difficilement avec ses nombreux concurrents américains (Boeing, Lockheed, Raytheon…), alors que le budget militaire américain pèse à lui seul 50 % du budget mondial.

Technologies de l'information et de la communication[modifier | modifier le code]

Si l’Union est distancée par le nombre de firmes spécialisées dans les technologies de l’information par rapport aux firmes américaines (Microsoft, IBM, Apple, Sun, Intel…), elle occupe néanmoins la deuxième place mondiale dans la téléphonie mobile (Nokia est le second fabricant mondial et la norme GSM est la plus répandue) et dans les progiciels d’entreprises (l'allemand SAP est le premier éditeur mondial).

Téléphonie mobile

Nokia demeure le second fabricant mondial de téléphones portables malgré les difficultés récentes. Samsung est devenu le numéro 1 mondial tant en termes de ventes que de parts de marché dans les Smartphones. Apple privilégie la valeur en détriment du volume. Nokia se positionne entre ces deux concurrents redoutables

Internet

En termes de télécommunications, l’Union est le deuxième marché mondial pour l’utilisation d'Internet avec 368 millions d’utilisateurs (15 % du marché mondial en 2013) (source World Internet Usage Stat).

Nombre d'utilisateurs d'internet dans le monde
Pays Millions d'utilisateurs
décembre 2007 mai 2008 mai 2009 mai 2010 mai 2011 mai 2012 mai 2013
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 162 253 298 384 420 513 538
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 273 293 300 318 319 360 368
Drapeau des États-Unis États-Unis 210 215 228 234 239 245 245
Drapeau de l'Inde Inde 60 60 81 81 81 121 137
Drapeau du Japon Japon 87 94 94 96 99 101 101
Drapeau du Brésil Brésil 42 43 67 72 72 79 88
Drapeau de la Russie Russie 28 33 38 45 60 62 68
Monde 1 260 1 463 1 596 1 802 1 966 2 267 2 406
Énergie[modifier | modifier le code]
Pétrole[modifier | modifier le code]

Grâce à leurs anciennes possessions coloniales, les puissances européennes ont eu accès rapidement aux champs pétrolifères moyen-orientaux, ce qui leur assurent aujourd’hui, malgré de lourdes concessions, une place de choix dans le paysage de l’industrie pétrolière mondiale. L’UE est le siège de trois des cinq majors du pétrole : BP (Royaume-Uni), Shell (Royaume-Uni et Pays-Bas) et Total SA (France). De plus Londres assure la cotation du pétrole Brent (de la mer du Nord).

Nucléaire[modifier | modifier le code]

L’UE dispose du plus grand parc de centrales nucléaires opérationnelles au monde avec 30.4 % des 434 réacteurs nucléaires [2]. Le plus grand parc européen étant le parc français (58 réacteurs nucléaires). La firme française Areva est le leader mondial du nucléaire civil grâce à la maîtrise intégrale du cycle nucléaire : installation, gestion, retraitement. De plus la France accueille désormais le projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) sur le site de Cadarache. Elle dispose en outre (en collaboration avec la Suisse) avec le CERN du plus grand et puissant accélérateur de particules au monde[10].

69 réacteurs sont en cours de construction dont 28 en Chine, 10 en Russie et 7 en Inde [3]

Nombre de réacteurs dans le monde en activité
Pays Nombre
2007 2008 2009 2010 2011 2013
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 146 145 143 143 133 132
Drapeau des États-Unis États-Unis 104 104 104 104 104 100
Drapeau du Japon Japon 55 53 54 50 50 50
Drapeau de la Russie Russie 31 31 32 32 33 33
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud - - 20 21 23 23
Drapeau de l'Inde Inde 17 17 19 20 20 20
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 11 11 11 14 16 18
Drapeau du Brésil Brésil 2 2 2 2 2 2
Monde 439 436 438 440 446 434
renouvelables[modifier | modifier le code]

L’Union européenne est le principal producteur d’énergies renouvelables de la planète.

Certes, toujours troisième pollueur du monde après la Chine (6,2 milliards de tonnes) et les États-Unis (5,8 milliards de tonnes d’équivalent CO2), l’UE a été le principal supporteur du Protocole de Kyōto, entré en vigueur en 1994. Si l’État fédéral américain ne l’a pas ratifié, certains États fédéraux le respectent à l’image de la Californie.

L’UE a mis en place un système de plafonnement et d'échange de quotas d'émissions de CO2. La directive sur le Système communautaire d'échange de quotas d'émission organise ainsi le plus grand système d'échange de droits d'émission au niveau mondial. Il a commencé en 2005 et implique les 28 États membres de l'Union européenne. Le marché Powernext Carbon (Paris, France) est la référence mondiale dans ce domaine.

L’UE représente 38 % de la puissance éolienne installée dans le monde en 2012, dont la plus grande partie produite en Allemagne et en Espagne (source: The Wind Power)

Part de l’UE dans la production éolienne mondiale (MW)
Pays  % Production mondiale
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 65 60 54,6 47,8 43,6 39,8 37.9
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 3 6 10,1 15,9 21,5 26,4 26.6
Drapeau des États-Unis États-Unis 16 18 20,8 22,3 20,7 19,8 21.2
Drapeau de l'Inde Inde 8 8 7,9 6,9 6,7 6,7 6.5
Drapeau du Japon Japon 2 2 1,5 1,3 1,2 1,0 0.9

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

L’Union européenne est en 2012 la première destination touristique mondiale en recevant 51 % des 1.035 milliard de touristes internationaux (OMT, 2012). La barre de 1 milliard de touristes a été franchie pour la première fois en 2012. On en comptait 25 millions en 1950

Les principaux pays européens visités sont la France, l’Espagne et l'Italie. La France est la première destination touristique mondiale avec 83 millions de visiteurs. Le Royaume-Uni, l'Allemagne sont également toutes dans le top-dix. La Chine est devenue le pays le plus dépensier avec 102 milliards $ suivi de l'Allemagne (83.8) et des États-Unis (83.5)

[4]*

Le tourisme intracommunautaire est facilité pour les citoyens des États membres qui ont adopté l’Euro ou qui appartiennent à l’espace Schengen. Ces derniers ne sont plus obligés d’avoir un passeport ou un visa pour se rendre dans le pays voisin, le contrôle aux frontières étant totalement supprimé entre eux. D’autre part, même si des contrôles subsistent dans l’Union européenne hors de l’espace de Schengen, cela ne nécessite aucun visa préalable, n’importe quelle pièce d’identité nationale étant suffisante pour voyager presque partout dans l’Union européenne (hormis pour quelques zones très réduites à statut spécifique, en raison d’accords transfrontaliers rendus nécessaires pour des raisons pratiques ou certains traités historiques toujours applicables).

Services financiers[modifier | modifier le code]

L’UE est le siège des quelques plus grandes banques mondiales (HSBC, Royal Bank of Scotland, BNP Paribas, Crédit agricole, Deutsche Bank…). Elle occupe une place prépondérante :

  • dans la cotation des sociétés (NYSE-Euronext = première bourse mondiale).
  • dans la cotation de matières premières (LSE = première place de cotation : café robusta, cuivre, plomb, zinc, aluminium…).
  • dans la création et la vente de produits financiers sophistiqués (produits dérivés…). Société générale est le leader mondial des produits dérivés sur actions.
  • dans la gestion de fortune (paradis fiscaux luxembourgeois, monégasque, londonien…).

En 2007, pour la première fois depuis 1914, la capitalisation boursière des places européennes (15 720 milliards $US) a dépassé celles des États-Unis (15 640 milliards $US)[11].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]