Économie de Nauru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nauru
Indicateurs économiques
Monnaie dollar australien (AUD)
Année fiscale 1er juillet - 30 juin
Organisations internationales ACP, BAD, Sparteca, CPS, CNUCED
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 0,079 milliards $[1] (2004)
Produit intérieur brut en PPA
Rang pour le PIB en PPA 222e (2005)
Croissance du PIB 2,6 %[1] (2004)
PIB par habitant en PPA 4 100 $ (2005)
PIB par secteur agriculture :
industrie :
services :
Inflation (IPC) 3,3 %[1] (2003)
Pop. sous le seuil de pauvreté
Indice de développement humain (IDH)
Population active
Population active par secteur agriculture :
industrie :
services :
Taux de chômage 90 % (2004)
Principales industries Extraction de phosphate, services bancaires, noix de coco
Commerce extérieur
Exportations 0,000 064 milliards $ (2005)
Biens exportés
Principaux clients Afrique du Sud 63,7 %, Corée du Sud 7,6 %, Canada 6,6 %
Importations 0,020 milliards $ (2006)
Biens importés
Principaux fournisseurs Corée du Sud 43,8 %, Australie 36,2 %, États-Unis 5,9 %, Allemagne 4,3 %
Finances publiques
Dette publique
Dette extérieure
Recettes publiques 392,6 millions $ (2004)
Dépenses publiques 425,9 millions $ (2004)
Déficit public
Aide au développement
Sources :
https://www.cia.gov/cia/publications/factbook/geos/nr.html

Après l'indépendance de 1968, le pays était voué à un brillant avenir économique. En effet, les énormes gisements de phosphate avait déjà été exploité abondamment par les étrangers qui ont contrôlé l'île, mais il en restait tout de même le tiers ce qui était amplement suffisant pour assurer la prospérité à la faible population du pays. Ainsi, le PIB par habitant du pays à l'époque était presque trois fois supérieur à celui des États-Unis.

Les dirigeants ne sachant pas trop où et comment investir l'argent du pays ont décidé d'offrir aux Nauruans une multitude d'avantages sociaux. Il n'y avait pas de taxes ni d'impôts et le téléphone, l'électricité et le logement étaient financés par l'État. De plus, un jeune désirant poursuivre ses études en Australie pouvait le faire sans frais. Il y avait même un terrain de golf où les habitants pouvaient jouer à volonté et ce gratuitement. Dans cette optique, la majorité des Nauruans ne travaillaient même pas.

Après toutes ces dépenses, il restait encore de l'argent. Le gouvernement a donc investi dans l'immobilier australien et néo-zélandais. De plus, il s'est doté d'une flotte aérienne de cinq Boeing 737 pour fonder Air Nauru.

Aujourd'hui, le paradis a disparu. Les investissements immobiliers se sont effondrés et l'île est victime des folies de grandeur de ses dirigeants. Le PIB par habitant ne vaut plus que le quart de celui des États-Unis. Air Nauru s'est avéré être un véritable gouffre financier. Le président se permettait de monopoliser tous les avions afin de partir en vacances laissant ainsi plusieurs passagers frustrés au sol.

Afin d'éviter la faillite, le pays s'abandonne au blanchiment d'argent. Pour seulement 25 000 dollars, on peut lancer une banque au Nauru. Ainsi, dans une cabane délabrée on retrouve 400 sièges sociaux de banques.
Lorsque l'Australie a mis en place la solution du Pacifique, Nauru a accueilli un centre de transit pour réfugiés, moyennant compensation économique[2].

Pourtant, toutes ces mesures ne sont pas suffisantes pour maintenir l'économie en bonne santé. Le gouvernement est lourdement endetté. L'eau et l'électricité sont rationnées. Le tiers de la fonction publique a été remercié. L'unique appareil que possède encore Air Nauru est cloué au sol.

Ressources naturelles[modifier | modifier le code]

Exportations de phosphate à Nauru entre 1968 et 2001

Nauru dispose de peu de ressources naturelles.
Quand les allemands colonisèrent l'île en 1888, ils basèrent l'économie sur la production de coprah extrait des noix de coco, mais c'est le phosphate, découvert en 1906, qui a fait la richesse de l'île.
Nauru dispose aussi de quelques ressources halieutiques.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Énergie[modifier | modifier le code]

L'électricité utilisée au Nauru est produite à cent pour cents par des centrales à combustibles fossiles. La production en 2000 se chiffrait à 30 millions de kilowatts heure (kWh). Évidemment, il n'y a aucune importation et exportation d'électricité.

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Nauru possédait en 2001 moins de 2000 lignes fixes et 1500 téléphones portables. Les équipements de communication radiotéléphonique locaux et internationaux sont d'origine australienne et sont de bonne qualité. Il y a une station de radio AM sur l'île. De plus, une station de télévision émet pour les quelque 500 télévisions du pays. En ce qui a trait à Internet, le code du Nauru est le .nr et il y existe un fournisseur d'accès.

Structure économique[modifier | modifier le code]

Nauru-phone.png
Évolution du nombre de lignes de téléphone fixe (beige), mobile (bleu) et d’utilisateurs d’internet (rouge) : 1998-2001
Télécommunications et Internet
Téléphonie
Indicatif + 674
Nombre d'abonnés fixes (2001)
Nombre d'abonnés mobiles (2001)
1 850
1 500
Internet
Domaine .nr
Nombre d’utilisateurs (2001)
Nombre d’abonnés (2001)
300
150
Source : ITU yearbook of statistics

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

  • Perception d'environ 4,9 millions d'euros en droits de pêche
  • Exploitation du guano

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

  • Usine de désalinisation de l'eau de l'océan
  • Usines de nettoyage et traitement du guano pour produire le phosphate.

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

  • Redevance d'environ 575 000 euros du secteur bancaire

Partenaires commerciaux[modifier | modifier le code]

Le principal partenaire commercial de Nauru est l'Australie

Rôle de l'État[modifier | modifier le code]

À la date du 11 février 2005, Nauru restait l'un des trois États (avec le Nigéria et la Birmanie) considérés par le GAFI (Groupe d'action financière sur le blanchiment des capitaux) comme « pays et territoires non coopératifs » (PTNC) dans la lutte contre le blanchiment d'argent.

En outre, en 2004, Nauru a été au bord de la banqueroute à la suite de placements douteux et inconséquents (après avoir été un des États les plus riches au monde, sur le critère PNB par habitant). Les réserves s'étant volatisées, Nauru ne pouvait ni payer les salaires de ses fonctionnaires (qui faisaient vivre l'économie locale), ni conserver ses biens immobiliers dont la tour Nauru à Melbourne. Un effort régional de solidarité afin de remettre à flot le petit État de Nauru se poursuit, avec le Forum des îles du Pacifique en position de coordinateur de bonnes volontés. Le Forum annonce, outre les mesures déjà mises en œuvre depuis l’an dernier par l’Australie (y compris l’envoi d’une cinquantaine d’experts dans les domaines de la justice, des finances, du trésor, du budget, de la police et de la justice), de nouvelles initiatives émanant de la Nouvelle-Zélande et du Japon. À Wellington, on annonce la prise en charge financière de trois nouveaux postes (un juge, un greffier et un juriste), au sein de l’appareil judiciaire. Selon Greg Urwin, secrétaire général du Forum, ces annonces viennent en réponse à des « besoins critiques » à Nauru, qui fait désormais l’objet d’un « plan de secours » baptisé « aide régionale océanienne à Nauru » (PRAN, Pacific Regional Assistance to Nauru). Quant au Japon, il accepte de débloquer des financements qui seront destinés à permettre au Forum de coordonner et de poursuivre l’élaboration de ce PRAN en mettant en place les politiques à venir. La Banque asiatique de développement (ADB, basée à Manille, Philippines) est également associée à ces efforts.

Son économie basée sur le phosphate, aujourd'hui pratiquement épuisé, a conduit à la pollution et la mort des récifs de corail. Aujourd'hui Nauru reçoit de l'argent pour accueillir sur son territoire les demandeurs d'asile, en attendant que l'Australie examine leur dossier et décide de leur avenir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]