Écoles des hautes études internationales et politiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hautes études internationales.
Écoles des hautes études internationales et politiques
Informations
Fondation 1899
Fondateur Émile Boutroux, Alfred Croiset, Dick May
Type Écoles libres d’enseignement supérieur associées au CEDS - École doctorale et think tank en relations internationales
Localisation
Coordonnées 48° 52′ 19″ N 2° 18′ 02″ E / 48.872013, 2.30056948° 52′ 19″ Nord 2° 18′ 02″ Est / 48.872013, 2.300569  
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Campus Paris 8e arrondissement
Direction
Président Odile Launay
Chiffres clés
Deuxième cycle Bachelors en relations internationales et en sciences politiques
Troisième cycle Diplôme troisième cycle, Mastère, Master degree, Phd (Doctorat)
Divers
Site web www.hei-hep.com/

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Écoles des hautes études internationales et politiques

Auparavant dénommées « École des hautes études sociales », les Écoles des hautes études internationales et politiques (HEI-HEP) sont désormais composées de deux écoles : HEI et HEP. Il s'agit d'établissements privés d'enseignement supérieur.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est en 1899, que des intellectuels décident de créer, en face de la Sorbonne, l'école des hautes études sociales. Dans l'aventure, des universitaires de renom : le philosophe Émile Boutroux, les sociologues Gabriel Tarde et Émile Durkheim, des historiens tels Charles Seignobos ou Ernest Lavisse, des écrivains : Georges Sorel, Romain Rolland, etc.[réf. nécessaire]

On est au lendemain de l'affaire Dreyfus et il faut, selon les fondateurs dreyfusards et dreyfusiens de l'école « éduquer à la démocratie » mais également s'ouvrir aux méthodes et disciplines nouvelles. On forme des futurs citoyens, des futurs journalistes (l'ESJ). Et surtout, on crée une école des hautes études internationales, à laquelle participent des grands noms des relations internationales et du droit international public (Georges Scelle…).

Les pères fondateurs enseigneront dans ces écoles, dont ils assureront la renommée. Pendant tout le XXe siècle, vont se succéder à la présidence de l’association qui coiffe ces deux écoles (que l’on pourrait dire jumelles), les personnalités les plus prestigieuses du monde politique et universitaire : Gaston Doumergue, Albert Lebrun, Paul Painlevé, Lucien Loucheur, Jean Cazeneuve, André Damien.

Ces cours faits de cycles de conférences originaux prennent forme peu à peu, s’élargissent, se diversifient, afin d'offrir un cycle d'enseignement non plus complémentaire d'autres formations mais désormais à temps plein. Sous l’impulsion du Professeur Pascal Chaigneau est également créé le CEDS, Centre d'études diplomatiques et stratégiques.

Aujourd’hui, HEI-HEP propose des cursus complets de sciences politiques et relations internationales de 5 ans (Bachelor + Masteres) avec un semestre d'échange dans un des établissements universitaires étrangers (Grande-Bretagne, Russie, États-Unis…).

L'enseignement y est assuré par des universitaires et des professionnels de haut niveau (le président du conseil scientifique, le Pr Jacques Soppelsa, le Général Jean-Marc Journot, Le Pr Guy Feuer, les ambassadeurs Bernard Dorin et Hassen Fodha, le Pr Max Peyrard, etc.). À la fin des cycles Bachelors, les étudiants peuvent choisir d’entrer dans la vie professionnelle, présenter des concours, ou poursuivre leurs études.

École des hautes études internationales[modifier | modifier le code]

Premier établissement d’enseignement supérieur à se consacrer en France aux relations internationales depuis 1904[réf. souhaitée], l'école HEI propose un enseignement fondé à la fois sur les questions d'économie internationale, de politique internationale, de droit international public et privé qui prépare les étudiants à travailler dans l'univers des entreprises internationales, de la fonction publique (notamment « défense » et « diplomatie »), l'humanitaire, les organisations internationales…[1][réf. souhaitée]

École des hautes études politiques[modifier | modifier le code]

L'École des hautes études politiques (HEP) a été fondée en 1899 sous le nom d’« École des hautes études sociales ». L'École a vocation à former au politique et à l'analyse des systèmes politiques, économiques et sociaux.

Anciens professeurs[modifier | modifier le code]

Jacques Bardoux, Émile Boutroux, Aristide Briand, Léon Brunschvicg, René Cassin, Pierre de Coubertin, Pierre Dabezies, Charles Diehl, Paul d'Estournelles de Constant, Léon Duguit, Émile Durkheim, Gabriel Fauré, Pierre-Étienne Flandin, Anatole France, Charles Gide, Raoul Girardet, Georges Gurvitch, Édouard Herriot, Vincent d’Indy, Gaston Jèze, Henry de Jouvenel, André Kaspi, Ernest Lavisse, Anatole Leroy-Beaulieu, André Liautey, Pierre Mendès France, Robert Miguet, Gabriel Monod, Anatole de Monzie, Vilfredo Pareto, Charles Peguy, René Polin, Francis de Pressensé, Theodore Reinach, Alexandre Ribot, Jacques Robert, Romain Rolland, Bertrand Russell , Georges Scelle Charles Seignobos, André Siegfried, Georges Sorel, Michel Troper, Paul Vidal de la Blache, René Worms

Nombre des cours « historiques » (comme celui professé par Anatole Leroy-Beaulieu sur « Les doctrines de haine, l'antiprotestantisme, l'anticléricalisme » ou celui de Léon Duguit sur « Le droit social, le droit individuel et l'État ») ont été publiés et sont la marque, dès le début, de l'esprit de l'École : la liberté de pensée[réf. souhaitée].

Le centre d'études diplomatiques et stratégiques[modifier | modifier le code]

L'école des hautes études internationales a créé en 1986 le Centre d'études diplomatiques et stratégiques (CEDS). Celui-ci propose les programmes suivants[réf. souhaitée] :

  • Master en études diplomatiques supérieures, en partenariat avec l'École de guerre de Paris (École militaire).
  • Diplôme de troisième cycle en relations internationales approfondies (ce diplôme est validé après la soutenance d'un mémoire et peut être équivalent à un master M2).
  • PhD (Doctorat) en relations internationales et en diplomatie (cette formation est destinée aux diplomates, aux hauts fonctionnaires ainsi qu'aux cadres supérieurs).

Le CEDS est un organisme ayant statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations unies, est membre de l’Academic Council on the United Nations System et du réseau « ACADEMIA » et du Conseil économique et social des Nations unies, et est également partenaire du Centre régional d’information des Nations Unies pour l’Europe[réf. souhaitée].

Le fondateur du CEDS, positionné en tant que Graduate School, se trouve être le professeur Pascal Chaigneau[réf. souhaitée], enseignant à HEC Paris et à l'université Paris Descartes. Le CEDS est accrédité Premier College par l'Accreditation Service for International Colleges[réf. souhaitée].

Anciens élèves du CEDS[modifier | modifier le code]

Les anciens du CEDS sont au nombre d'environ 2 000 auditeurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la plaquette des MBA et MPA de l'EHEI sur leur site Internet, à http://www.hei-hep.com/etudes-relations-internationales-programmes-mba-hei.php
  2. http://olivier-dosne.fr/index.php?post/2010/05/25/Hommage-a-Claude-Pernes-maire-de-Rosny-sous-Bois
  3. http://www.rosny93.fr/article_texte.php3?id_article=3488
  4. http://wmxgroup.com/board.php
  5. http://www.ambassadetogo.org/lambassade/l%E2%80%99ambassadeur/
  6. [1]
  7. http://cse.ehess.fr/document.php?id=1257

Liens externes[modifier | modifier le code]